Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités   Ven 2 Oct - 21:00

Hello !

Je vous confirme mon désir de mener un cycle court (+ ou - 3 parties) sur le nouveau jeu de rôle Sables rouges

Je poste ici afin que Mikael (non pas toi Mika) et Nicolas qui ne sont pas inscrits puissent poster s'ils le souhaitent : en effet, pas besoin d'être inscrit dans cette séction pour poster santa

Je vous confirme pour demain (samedi) chez moi vers 16h00

Tout d'abord une ch'tite présentation de sables rouges

http://www.legrog.org/jeu.jsp?id=2695

et le blog de l'auteur :

http://sablerouge.over-blog.com/

vous y trouverez une feuille de perso en téléchargement

a demain

afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités   Lun 5 Oct - 22:24

sans commentaire...

http://www.youtube.com/watch?v=Mn3yc3IokJ8&feature=PlayList&p=FAB279B605A822DD&playnext=1&playnext_from=PL&index=2

tant que c'est bon...

http://www.youtube.com/watch?v=MbEJuOfJC3c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
V I N C E N T

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités   Mer 7 Oct - 2:54

j'ai lu le BG de sable rouge ... très sympa

bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités   Sam 10 Oct - 19:43

Sables rouges...

Ils étaient 7 ; 7 sous les étoiles.
Brontes était un colosse, même parmi les furyens, inégalé en puissance et sauvagerie.
Bairava le Squal avait le cœur froid et impitoyable ; aucune des horreurs de Nirgal n’était susceptible de l’émouvoir.
Bélit était une femelle bleek ; belle et farouche, elle ne s’inclinait devant nul dieu ni maître.
Reijin, le petit pygmachine laid et contrefait avait un esprit de rouages froids et coupants. Il savait concevoir des pièges mortels et retors.
Nargun le sillicate avait un physique glabre, blême et répugnant. Pourtant, certains des secrets et des maléfices les plus effroyables de Nirgal coulaient en son âme
Horakti, le maadim était fier et ombrageux ; nulle offense ne restait longtemps impunie.
Ereshkigal était la sœur cadette de Bélit ; elle vivait dans l’ombre de celle – ci. Leurs parents ayant été massacré par les pilleurs de corps, Ereshkigal portait une haine. farouche pour cette race de parasites cosmiques

C’était quelques années à peine après la chute de la ruche, datée de la 95eme toile du 103eme cocon du ciel de sable.

Les 7 étaient des survivants, des pillards, des desperados, des pistoleros. Ils vivaient de rapines et de malheurs, sans considération du lendemain ; la survie était leur seul objectif ; ils n’avaient de respect que pour la force et la cruauté

Les 7 furent attirés vers la caverne d’Urd en Chasma. La vivait une vieille silicate, hideuse et dégénérée douée de prescience. Wyrd était une hybride, mi silicate, mi arachnide ; on prétendait que l’Ogrim Nacha lui murmurait
Nul ne sait comment se déroula l’entrevue. Dans le ciel étoilé ou fusaient les étoiles filantes, les 7 astres de la constellation du Chiroptère formaient comme un diadème étrange.

Il parait que les fils du destin lient ceux qui les entendent plus durablement que les chaînes de la vie et de la mort, de l’amour et de la haine. Les 7 ne révélèrent jamais ce qui avait été dit, mais peu de temps après, ils se séparèrent, pour mener chacun leur trajectoire.

Une génération passa. Brontes, Bairava, Bélit, Reijin, Nargun, Horakti et Ereshkigal devinrent des légendes pour leurs peuples ; ils batirent 7 cités, 7 forteresses imprenables, 7 citadelles pour arrêter les maléfices de l’encre, les déprédations des pistoleros et les horreurs des pilleurs de corps. Ils réactivèrent les anciens chemins de fer silicates afin que les cités soient reliées. Surtout ils s’autoproclamèrent despotes absolus sur leurs fiefs

Voici un bref descriptif des 7 cités :


Ares, cité de Brontes :
Bâtie à l’ombre de la colline de Cydon, Ares est le cité la plus militaire ; si les furyens y sont les plus représentés, aucun ostracisme ne règne envers les autres peuples, la valeur y étant proportionnelle à l’habileté martiale.
Les tueurs rouges forment une unité d’élite de près de 1000 hoplites. Caparaçonnés dans de lourdes armures aux cimiers pourpres, disciplinés, impitoyables, invincibles et invaincus sur le champ de bataille, ils sont dirigés par leur monarque lui-même, Brontes, qui lorsqu’il apparaît arbore une armure étincelante d’iridium et manie le Shokawindoo (la fameuse hache à 3 mains des furyens) avec une adresse inégalée, dévastant des armées entières à lui seul.
Pour le seconder, Brontes aime à s’entourer des chevaliers de Sidon, 50 cavaliers qui à dos de crocs écarlates et cracheurs de feu sèment la peur et la désolation sur leur passage.
Ensemble, les combattants de la cité se réunissent après les batailles dans la halle d’iridium du Palais de Brontes ou ils festoient dans des crânes évidés sous le regard farouche et cyclopéen de leur sombre monarque.

Mangala, cité de Bairava
Bairava comprit très vite que l’eau était la denrée la plus précieuse de Nirgal ; il constitua les collecteurs d’humidité, d’effroyables assassins qui vidaient leurs victimes de leurs sangs et fluides au moyen d’immondes pompes.
L’eau de vie ainsi collectée finit par constituer un bassin, ce bassin un lac, ce lac une mer intérieure. Entourée de contreforts rocheux, vestiges de la chute d’un ancien météorite, Mangala est donc la dernière mer, mais aussi la dernière forêt de Nirgal. Un système d’irrigation assez complexe permet d’abreuver des champs de mil, de mimis et de sorgo.
Bairava est le maître des assassins, ainsi que le plus grand pratiquant de Kaamkata de Nirgal.

Ninazu, cité de Bélit :
Ninazu est la plus grande cité de Nirgal ; c’est un carrefour marchand qui attire des milliers de voyageurs. Le troc y est remplacé dans le grand marché par la toile, l’ancienne monnaie Silicate. La cité est si vaste et si profonde qu’elle s’étend sur 2 niveaux, à la fois sur Planitia et sur Chasma, autour d’une grande cheminée centrale ou des victimes hurlantes sont jetées quotidiennement, pour la gloire de l’Ogrim Nacha. Si le Ziggourat, bâti sur le sang et la sueur de milliers d’esclaves est le palais personnel de Bélit, dans la cité du dessous règne un mystérieux seigneur appelé Dékerto. Bélit s’est abandonnée depuis longtemps aux effluves sensuelles de l’encre ; elle fut initiée à la psycokinésie par Nargun et reste son disciple. Bélit reste célibataire, malgré sa beauté ravageuse et ses conquêtes aussi fugitives qu’éphémères. Elle a plusieurs fois affirmé qu’elle épouserait le plus grand guerrier de Nirgal, celui qui serait capable de défaire Brontes en combat honorable. De nombreux fanfarons ont relevé le défi et leurs crânes ont été gracieusement retournés à la Reine Bélit par un émissaire d’Ares.


Kasei, cité de Reijin
Kasei est une cité anachronique et surréaliste : fruit des hallucinations technoprescientes de Reijin, la cité ressemble à une ville typique du far west américain. Les saloons, dirigeables, armureries de cliqueteurs, les télégraphes et autres appareils photographiques, les diligences mécaniques y sont représentés. Comme la ligne ferroviaire est entretenue par les pygmachines, on comprend que le rayonnement de la cité ait fait le tour de Nirgal ; pour assurer la sécurité des habitants, Reijin a eu l’idée ingénieuse de « retourner » les desperados et pillards à son service en les rémunérant grassement et équipant des meilleurs cliqueteurs concevables. Reijin passe le plus clair de son temps dans les forges les plus profondes de la ville à concevoir des armes effroyables et autres dispositifs mortels. Quand il doit quitter Kasei, il le fait à bord de son dirigeable personnel, un prodige technologique hérissé de lames coupantes et d’orgues à cliqueteurs.

Alcheringa, cité de Nargun
Nargun est certainement le plus affecté des 7 par les révélations de Wyrd, son aieule. En bon silicate, il consacre son énergie à détourner les prédictions ignobles de l’Ogrim Nacha. Pour ce faire, il a bâti une cité effroyable, dans les interstices du temps, de l’espace et de la conscience.
Si Alcheringa se trouve physiquement dans le Labyrintus Nocturnus de Chasma, les effluves permanentes d’encre qui baignent la cité l’ont projeté dans une autre dimension, à la lisière du champ de conscience de l’Orgim Nacha et de ses sectateurs. Si aucun chemin physique ne mène à Alcheringa, l’ingestion d’encre, ainsi que la prononciation d’un simple protocole permettent d’y accéder.
La ville y semble comme noyée de brumes bleutées, et un bassin central grouille de Lothos. Les habitants sont engoncés de lourdes capes et parfois certaines hallucinations et autres fantasmes sont confondus avec les habitants de la cité

Hor Desher, cité de Horakti :
Le mont Olympus, le plus haut du système solaire culmine à plus de 25 kilomètres d’altitude.
Aux deux – tiers de sa hauteur, à plus de 16 kilomètres se dresse la fière et imprenable citadelle de Hor Kesher. Si les habitants sont habitués à l’oxygène raréfié, les visiteurs doivent porter des respirateurs, sans quoi ils risquent des hallucinations à cour terme, la folie sur une plus grande durée. Des chiroptères et même une ligne de téléphérique permettent de rejoindre Hor Desher
Horakti est une légende, le plus puissant Moloki encore vivant : on prétend qu’au moyen du lumbo, il a ranimé l’esprit de tous ses ancètres. Ensemble, la multitude parle en son esprit et le conseille. Le Moloki s’est retiré dans son « trou à Chiroptère » qui culmine sur la cime du mont Olympus. De cette perspective, Horakti peut voir venir les tempêtes, les mouvements de la rouille en contrebas.


La ruche, cité d’Ereshkigal.
La Ruche est l’effroyable fief des voleurs de corps. Ereshkigal a juré de détruire cette immonde race de parasites cosmiques. En tant que vertèbre de fer, la jeune bleek était immunisée contre leurs pouvoirs.
Sa vendetta fut terrible ; elle tua des milliers, puis des millions de pilleurs ; elle dut même affronter – suprême horreur- les dépouilles de ses défunts parents, ranimés par des parasites.
Mais pour chaque pilleur tué, deux venaient le remplacer ; Ereshkigal comprit qu’il lui fallait étudier cette race et développer la fusion avec sa vertèbre de fer pour mieux détruire cette engeance répugnante. Elle devint donc la plus puissante vertèbre de fer, développant des pouvoirs inimaginables de symbiose. Elle s’unit plusieurs fois avec la conscience collective et entendit le défi de la Reine Blanche.
Elle vint donc seule et sans armes dans la Ruche et releva le défi. Nul ne sait si elle l’emporta, mais la rumeur fit état d’une nouvelle souveraine dans la Ruche.
Depuis qu’elle dirige les pilleurs de corps, Ereshkigal a conduit la ruche à se replier. Une étrange accalmie règne dès lors, mais nul ne connaît les intentions de la nouvelle souveraine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités   

Revenir en haut Aller en bas
 
SABLES ROUGES - Cycle des 7 cités
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seigneurie issue de mérite de Pérouges (Montluel)
» [Vendu] Tabourets rouges
» La tribu Furie-des-sables
» La cité des Voleurs
» [CXL] La mythique cité d'Avalon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Présentation-
Sauter vers: