Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 un peu de littérature de New Eden ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: un peu de littérature de New Eden ....   Ven 25 Juin - 15:47

* * *

Le Demiurge ? Il est parti. Parti
Par delà les labyrinthes d'Ashliss,
En nous laissant sa couronne sertie
D'arcologies, diamants de nos abysses.

Et les ailes de ses anges chassés
Ssont maculées de boue et de poussière,
De rêveries aux parfums opiacés,
De débris de districts planétaires...

Les voix des houris des jardins célestes
Charrient le poison des chants des sirènes;
Âmes vendues sur quelques palimpsestes
Sous la lune verte de New Éden.

Foules passant, insectes bicolores
De frustrations et désirs convulsifs...
Et mon Leica se repait de ces corps
Sous le regard voyeur de l'objectif.

Et mon cœur se dilate en diaphragme
Sous le scalpel de quelque népharite :
Vous me vendrez pour les trente-trois dragmes,
Comme un cliché de violence gratuite.

Et suit mon Idéal déliquescent
Son cadavre de Spleen aux aromates
De vos roses fanées, couleur de sang,
Et jadis écarlates.


Lucie

(Testament de Lucie Ashton)




Dernière édition par lucie ashton le Dim 27 Juin - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Ven 25 Juin - 16:26

certains vieux textes collant à KULT.....

**********************
Brûlé par un désir de vivre,
Tu meurs par ce désir de vivre,
Car tu laisse la vie suivre
Son cours.

Brûlé par les flammes de l'enfer,
Tu vis et tu meurs dans l'enfer.
Écrasé enchaîné par des fers
Si lourds.

Plus rien à perdre. Sûr ?
Tes mains ensanglantent le mur.
Ce mur est partout : sous et sur,
Autour.

Mur tombe. Un autre prend sa place.
Les pierres se brisent, jamais ne s'effacent,
Leurs débris, leur poussières, s'entassent,
Laisse des traces,
Toujours

novembre 1995
**********************

novembre 1995

Lèche les flammes

Lèche les flammes comme elles te lèchent
Elles enflamment et te brûlent les mèches
Des cheveux, des haillons fiévreux.
Brûle dans les flammes et sois heureux !

Change de pieds de wagon de train,
Crache ton chewing-gum, fuis ton destin,
Casse les vitres, balance le fric,
Essuie le sens, sourit aux flics,
Souris face à la foule, crétin !
Mots dans le vent ternissent ton teint.

Mots dans le vent - Soleil levant
Mort dans le vent - soleil couchant
Les morts, les vivants - tous pareils
Tous enflammées par le soleil,
Brûlés par les quatre éléments.
« On respire quand on ment ».
Res… Soupirs suspendus dans le temps
Des rayons du soleil éclatant
Flamboyant écarlate éclaté
Que tu vois, les yeux dilatés
Aveugles par manque de lumière,
Crevés par trop de lumière
Lumière... Et les flammes lèchent
Lèche-les ! Rien ne t’en n'empêche !

************************

vision de Lost Paradise quelques minutes avant la fermeture des portails

Vision d’Apocalypse

Ce jour-là et la veille
Dans le ciel vermeil
Brulait le soleil
Comme dix mille soleils…

Les feuilles sèches
Tombaient des arbres.
De brèche en brèche
Suait du marbre
Le sang, des flots de sang.
Les fleuves coulaient
D’un gris macabre.
Les fleurs brulées
Sentaient l’encens.

Les oiseaux se taisaient,
Se cachaient dans les cendres.
On hésitait refusait,
On craignait de comprendre.
La lune était un croissant
Dans le ciel étoilé,
La Voie Lactée semblait si tendre…
Les fleurs brulées
Sentaient l’encens.

Ce jour-là et la veille
Le ciel vermeil
Brulait comme le soleil
Comme dix mille soleils…

Octobre 1995
************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mar 6 Juil - 11:40

Astrum Argentum


Le ciel froid, inconnu,
Saturé, éclatant,
D’un Paradis Perdu
Par delà le Néant.

Et ce ciel, gris et flou,
M’est tristesse sans bornes :
Un Paradis, sans vous,
M’est plaine grise et morne.

Et ma voix, enrouée,
Scande d’étranges rites…
Au loin claque un fouet
De quelque Népharite…

Dissipant l’Illusion,
Je braque l’objectif
Vers ce ciel de prison
Pour un cliché hâtif.

C’est un Astre d’argent
Qui fait pleuvoir sur moi
Son espoir étincelant
D’un « fais ce que voudras »

Un présent, que j’aurais
Porté, pour vous l’offrir,
Sur les ailes dorées,
Dans les mains de porphyre…

Mais déjà elle estompe
Son reflet irréel.
Je rampe entre les tombes,
Et je la cherche au ciel…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Jeu 8 Juil - 20:28


A Perséphone

J’avais beau serrer tes mains
Quand la chaleur les quittait,
D’autres cieux se reflétaient
Depuis ton regard éteint,

De tes tableaux suspendus,
Portails vers l’éternité.
Car tes lèvres y ont gouté,
Ce fruit, pourtant défendu.

Je n’avais pas bien compris,
Pourquoi tu m’abandonnais…
Dans la mort tu rayonnais,
Comme une étoile au ciel gris.

Ta vie n’était que prélude,
Un chemin vers un bonheur,
Car tu as suivi ton cœur…
Que je comprends ta quiétude !

Tu m’avais léguée le don
De transfigurer les sens,
De représenter l’essence
Au-delà de l’Illusion.

Rêve … Et je revois le Phare,
L’Arc-en-ciel… Descends, Iris,
Mon âme ailée de jadis,
Étoile de mon espoir.

Mère, tu es descendue
Dans les Enfers par amour,
Me comprends-tu, qu’à mon tour,
Je morde au fruit défendu ?

Pour toi, grenat de poison
Au gout des félicités.
Pour moi, l’Etoile Argentée
Brûlant sur mille horizons ;

Pour moi, la robe de sang,
Couleur de la pomme d’Eve…
Et je revoie, comme en rêve,
Le flot des âmes, incessant…

Sa main posée sur la mienne,
A travers les sombres voiles,
Comme on caresse une étoile
Avant qu’elle ne s’éteigne ;

Avant que ne vienne l’aube
Eclairer notre prison,
Et ses gouffres d’Illusion,
Ses morales et ses opprobres…

Si tout homme et toute femme
Sont autant d’étoiles au ciel,
Puisse m’exaucer Uriel :
Que la mienne soit sa flamme !

Je me noie dans l’air atone,
Dans les volutes d’opium…
M’accueillir en ton Royaume,
Viendras-tu, ma Perséphone ?


*********************************



Le livre d'Hénoch évoque ainsi nommément Uriel comme :« ange que le Seigneur de gloire a préposé à toutes les étoiles qui brillent dans le ciel et éclairent la Terre »

Archangel Uriel, Greece

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Ven 9 Juil - 16:00


Chansonnette du prisonnier

sur l'air de « Ainsi font, font, font les petites marionnettes »

Les barreaux sont bien dorés,
C’est les rayons du soleil
Aux reflets tout chamarrés
D’or, de pourpre et de vermeil,

De parfums édulcorés,
De l’envol des hirondelles…
C’est notre prison dorée :
On nous a coupé les ailes.

Les Licteurs sont enivrés
De nos douleurs expiatoires,
Les geôliers bigarrés
De notre beau purgatoire.

Eprouvée par leurs décrets,
Notre intégrité mentale
S’effrite comme la craie,
Grains de poussière létale.

Dans les Limbes, rien n’est vrai,
Et des visions monochromes
Se succèdent sans arrêt,
Suintent du Vidéodrome.

Nos dépouilles torturées
Et nos âmes sur crochets
Font rire jusqu’en pleurer
Les Népharites écorchés.

Et dans les temples secrets
S’extasient en odieux rites
Sur pentacles délurés
Les Conjureurs sybarites.

Et les agneaux apeurés
Beuglent l’horreur silencieuse…
Vers l’Eveil conjecturé
Que la Voie est sinueuse !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mar 13 Juil - 13:04

Au Florentin.
Sonnet.

Pardonne- moi mon ignorance…
J’aurais aimé t’apercevoir
Ailleurs, qu’au fond de ma mémoire,
Visions floutées de l’innocence…

Espoir trahi, douleur immense,
Triste lueur du soleil noir ;
Roses brulées sur l’encensoir
Lorsque l’amour devient démence…

Pardonne de t’avoir cherché
Parmi les foules et mes clichés,
Les souvenirs de Perséphone…

Et maintenant dans ce palais
D’or et d’ivoire entremêlés
Pourquoi ? Pourquoi tu m’abandonnes ?

***********

le Florentin est le père de Lucie Ashton




Dernière édition par lucie ashton le Dim 18 Juil - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Ven 16 Juil - 21:18

quelque part dans les coursives de l'Astrum Argentum ....

une chambre, petite et sombre, arrangée avec une certaine recherche de simplicité et de dépouillement dans les plis antiques des rideaux, des lignes épurées du mobilier rehaussé d'ébène et d'ivoire...

les étoiles dansent sur les volutes de fumées d'encens et d'opiacés, devant le regard fixe, les pupilles noires dilatées par le NDE...





Bouquet de roses

Et ce feu qui me ronge
Comme un songe
Assoiffé de mensonges

Sans tuer il me blesse
Par caresse
De cruelle tendresse

Mes visions se dilatent
Ombres plates
De vos roses écarlates

Et sans peur ni dégout
Je l’avoue
J’y pose un baiser doux


Juillet 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mar 20 Juil - 18:31



Plie genoux d’un air mondain,
Si la Mort encore y daigne
T’adouber son paladin
Et t’étreindre de ses chaines.

Blottis-toi, mu par ta peur,
Tes fantasmes hétéroclites,
Pour un instant de douleur
Dans les bras d’un Népharite.

Tes secrets, lambeaux et bribes
De ton âme écartelée,
Sous la plume impie du Scribe
Par Astharoth sont volées.

Les racines s’en nourrissent,
De ces palpitants engrais,
Que tu offres en sacrifice
Au Pharos de ton plein gré.




Juillet 2010



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mar 20 Juil - 22:49





“For he is ever a sun, and she a moon. But to him is the winged secret flame, and to her the stooping starlight.”
"I am uplifted in thine heart; and the kisses of the stars rain hard upon thy body."

Aleister Crowley, from the Book of the law



Le Crâne et la Rose

ou "hommage à la Voie de la Passion"

Éteignez l’éclat voyeur,
Tremblotant, de la chandelle ;
Seul le parfum de vos fleurs,
Et la nuit, par sa dentelle,

Couvriront mes bras d’étoles,
Dans les volutes d’encens,
Souffle chaud sur mes épaules,
Et roses couleur de sang…

Mon corps se tend sous la caresse
Des pétales… ô douce ivresse…
M’entourant de leur écrin,
Vos mains remontent sur mes reins…

Volupté enfin osée !
Nos cœurs, deux fleurs, et la rosée
De nos désirs perle en diamants
De l’arc-en-ciel étincelant.

Serpents dansant au son des flutes,
Vos doigts dessinent des volutes
D’encens, étalent sur ma peau
Leurs parfums pales de pavots,

De roses pourpres et d’iris blancs.
Et l’innocence en soupir lent
Se meure et se teint d’écarlate,
Et mes pupilles se dilatent,

Et les étoiles en gouttes d’or
Pleuvent leurs baisers sur nos corps.
Votre soleil flamme rubis,
Sera mon éphémère habit ;

Je glisserai, en étincelles,
Vous effleurant d’or de mes ailes
Et de mes visions enchantées
Au cœur de notre Astre Argenté.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Jeu 5 Aoû - 15:29

sur un aire de berceuse : Il etait un petit navire ...

(les e en italique se prononcent, les e non)


LA BERCEUSE DU PETIT NEPHARITE

il etait un p'tit Népharite
qui n'avait ja-ja-jamais torturé

ohé! ohé ! Astharoth,
Prince de Necromundia
ohé! ohé ! Astharoth,
demiurge qui laisse le choix !


il partit pour un long voyage
à l'appel d'un con-con-conjurateur

ohé! ohé ! Astharoth...

au bout de cinq à six minutes
pentacles vol-vol-volerent en eclats


ohé! ohé ! Astharoth...

face au conjurateur tout bleme
le geollier se mon-montra gentelman


ohé! ohé ! Astharoth...

ils ont tiré la courte paille
le Népharite lui-lui laissait le choix


ohé! ohé ! Astharoth...

le sort tomba sur l'occultiste
c'est lui qui se-se-sera torturé


ohé! ohé ! Astharoth...

le conjureur etait bien jeune
le Népharite dou-douc'ment s'approcha


ohé! ohé ! Astharoth...

et cherche alors dans ses scalpels
ses chaines pour-pour-pour le ligoter


ohé! ohé ! Astharoth...

il voulait bien le mettre à frire
ouvrir son crane et-et le fracasser


ohé! ohé ! Astharoth...

tatouer sa peau de sombres acides
pour ensuite la-la -la lui ecorcher


ohé! ohé ! Astharoth...

des heures ainsi il delibere
et fait part de-de -de ses intentions

ohé! ohé ! Astharoth...

le conjureur fait un malaise
et son ame quit-quittte le frele corps

ohé! ohé ! Astharoth...

le Népharite l'accompagne
en sussurant-rant des obsenités

ohé! ohé ! Astharoth...

jusqu'au Pharos il l'accompagne
jusqu'à c'que l'ame soit-soit lémurisée


ohé! ohé ! Astharoth...

si ce supplice vous amuse
nous allons le-le-le recommencer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mer 11 Aoû - 12:58

TU VERRAS

Ah, tu verras, tu verras,
On te torturera,
Tu verras, tu verras,
La vie c’est fait pour ça,
Tu verras, tu verras,
Tes tripes éparpillées
En pentacles éclatées
Sur le bout des crochets
Tu verras, tu verras,
Tu l’auras, ta prison
Avec des tuiles bleues,
Des bouffées d’euphoria
Pour habitants heureux,
Tarots divinatoires
Pour les bastes angoras
Et tu t’endormiras,
Tu verras, tu verras,
Avec une Purgatide
Couchée tout contre toi,
Dans son joli Enfer
Près de Nécromundia
Dans les cauchemars immondes…

Aout 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mer 11 Aoû - 13:01

* * *
Et je te dis « Vous
M’avez éblouie
Dans les ombres floues
D’un semblant de vie … »

Juillet 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mer 11 Aoû - 13:02

* * *
Ma lumière est tombée en cendres
Comme la neige de décembre
D’un noir velours, cruel et tendre,
Sur mes épaules dénudées.

Cette dentelle de pétales,
Le pourpre d’un parfum létal,
Fleurs de passion ou fleurs du mal,
Qu’importe : l’âme est crucifiée

Aout 2010

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   Mer 11 Aoû - 13:02

* * *
Votre sang sur mes lèvres est la pourpre nuptiale
La blancheur de vos joues me sera le linceul
J’ai suspendu mon cœur au crochet infernal
Sa douleur est ma voix, votre adieu, mon cercueil

La mort plutôt que le néant, et ma vengeance
Tuera, et s’abattra en dernier sur mon front
J’étendrai l’agonie à ce monde en souffrance.
Mes anciens Frères d’armes, ai-je votre pardon ?

Tant qu’il est temps, fuyez, et préservez vos chaines,
Dorées, vos douces attaches au monde des vivants.
Partez ! Je garderai ma coupe emplie de peine,
Couvrant sa pourpre étole de mon propre sang.

Partez, chantez la gloire de Pandé, New Eden,
De ses arcologies brulant de mille éclats,
De nos vies dissolues en catharsis sereines,
De nos divinités sacrant l’Ere du Choix…

Chantez les étoiles et les ruines de ce monde,
Les ruelles sordides de son illusion,
L’extase, Karma Flux des rituels immondes,
Agneaux sacrificiels de nos sombres passions.

Ne gardez point rancune envers le photographe,
Dont l’œil fut aveuglé d’espoir assassiné.
L’arc en ciel noir me sera la douce épitaphe,
En crépuscule de sang sur un ciel calciné.

J’ai vécu sans espoir, j’espérais sans mourir,
J’ai donné la mort, c’est mon cœur qui éclata,
« Le rouge vous va si bien » fut mon dernier soupir
D’Elistrae la Rouge, Bourreau du Grand Dharma.



Aout 2010

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un peu de littérature de New Eden ....   

Revenir en haut Aller en bas
 
un peu de littérature de New Eden ....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Chemins de Khatovar : un forum de littérature Fantasy
» [Littérature] Troisième nouvelle pour Ser Dunk et l'Oeuf
» Douleur physique et littérature
» La symbolique du bestiaire
» Littérature écrite en arpitan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: KULT 2300 AD-
Sauter vers: