Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Major Derek Müller / Ligre / Nur Schwert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Major Derek Müller / Ligre / Nur Schwert   Mar 4 Jan - 1:02

Mein Karakter:

Derek Müller.



Quadragenaire allemand, aryen aux cheveux relativement foncés et issu d'une bonne famille allemande fidèle au Reich, il est entré presque naturellement au service du parti nazi. Intelligent et plein de ressources il a très tôt progressé, entrant dans la Neue Schutzstaffel où ses talents ont été utilisés pour débusquer et traquer les clandestins et les résistants. Méthodique et efficace, il est un agent reconnu par le régime.

Tout a changé par la faute de Klodia, une jeune femme l'ayant séduit dans un bar pour officiers de Berlin. Il a eu une aventure avec elle, qui a pris beaucoup d'importance dans sa vie. Mais un jour son supérieur, Friedrich Klausmann, l'a convoqué de manière peu conventionnelle. Dans son bureau, Klodia était attachée et avait visiblement été torturée, avouant par là même être une résistante ayant approché Derek pour obtenir des informations. Klausmann tendit son arme à Derek, pour que celui-ci exécute lui-même la traitresse.

Il ne put s'y résoudre toutefois et ne supportant pas l'idée qu'elle se fasse tuer par un autre, il proposé à son supérieur d'emmener Klodia dans un ghetto, pour en faire un exemple. Il profita du trajet en voiture pour abattre son chef avec une arme personnelle et simuler un accident de voiture. Il se tira aussi une balle dans le bras, pour donner le change, en portant encore quelques séquelles.

La discussion violente avec Klodia qui suivit marqua son esprit et fut le début d'une prise de conscience. Toute sa vie il avait suivi un parcours balisé et à présent il avait un choix personnel à faire. Il laissa fuir Klodia. Il décida par la suite de demander une mutation pour devenir un agent infiltré dans la résistance. Reprenant contact avec Klodia, il affirma vouloir prendre le rôle d'un agent triple, pour l'aider elle, mais aussi pour comprendre la résistance.

Sa réputation de chasseur n'en fit pas l'ami de la résistance, mais elle avait trop besoin de lui pour cracher sur sa participation. Seuls quelques membres savent qu'il travaille encore pour le régime, le reste l'ignorant totalement, le prenant juste pour un allemand rebelle.


Psychologie:

Derek est un homme froid et calculateur, méthodique et organisé. Son ancien travail n'était pas pour lui une passion, mais il était doué dans ce qu'il faisait. Torturer n'a jamais été un plaisir, mais il ne pouvait qu'apprécier l'efficacité de méthodes de coercition. Là encore, si ce n'était pas le plus efficace, il préférait une autre méthode.
Avant de rencontrer Klodia il faisait ce qui lui semblait bien, noyé sous la propagande depuis sa plus jeune enfance, il n'avait pour ainsi dire jamais pensé par lui-même. Intelligent et doué d'adaptation, il n'avait jamais mis en doute la parole du parti, persuadé de faire ce qui était le mieux. Sa récente prise de conscience est un bouleversement et, bien que pas totalement résistant, il émet des doutes de plus en plus forts envers le régime. Il n'est pas pour autant devenu émotif et garde son froid méthodisme, nageant dangereusement entre deux eaux.

En ce qui concerne l'espionnage et les comptes qu'il doit rendre:

1/ Travaille pour la Résistance, avec pour interface Klodia. C'est la seule qu'il connaisse pouvant lui transmettre des ordres. Sa mission est de donner des informations sur la SS et plus particulièrement la SD.
2/ Travaille pour la SD, avec comme supérieur Manfred. Sa mission est d'intégrer la Résistance en se faisant passer pour un agent double. Il doit là aussi faire remonter des informations cruciales. (celles-ci sont cependant filtrées par Ocean, sans que Manfred ne le sache).
3/ Travaille pour la Résistance en local, qui ignore les deux échelons supérieurs. Officiellement il est un résistant infiltré dans la SD depuis des années, y étant entré pour le compte d'une cellule détruite depuis. Son rôle est davantage opérationnel.
4/ Travaille pour la SS, en tant que Major (son grade réel existant aussi à la SD). Il sert de liaison et a des tâches plus protocolaires, sous les ordres du Kolonel Gerratt.

Techniquement, pour résumer, il est officiellement un membre de la SS, aidant la résistance via une nouvelle cellule. Il remonte des infos censurée à la SD et des infos complètes à Klodia.

C'est donc un agent "quadruple" pour le moment.

Nom de code Résistant: Ligre, croisement d'un lion et d'une tigresse
Nom de code SS: Das Nur Schwert - le glaive juste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Major Derek Müller / Ligre / Nur Schwert   Mar 11 Jan - 1:12

Klodia Körber


Klodia est bien née, en l'an 1972, à Wiesbaden, dans une famille de la bourgeoisie allemande. Un père vétéran de la guerre, décoré de multiples fois et une mère professeur d'université. Elle grandit dans les livres, mais elle apprendrait plus tard que ce n'était pas bien.

Elle avait dix ans quand dans son école, privée, un membre de la Gestapo vint mener une enquête de mœurs auprès des enfants. Elle n'aurait pu savoir qu'étudier Marx était dangereux, que lire Erich Maria Remarque était une trahison de ses amies, ou encore que Freud cherchait à rabaisser ses professeurs. Elle ne savait pas encore qu'en rentrant le soir, elle ne trouverait pas ses parents mais une voiture des services sociaux. Elle ignorait qu'elle serait emmenée dans un centre de redressement. Rien n'aurait pu lui laisser présager que sa vie allait changer pour toujours, pour un livre.

Un livre qu'elle brûla elle-même, sous le regard bleu d'un monstre à visage humain.
Pendant que le Libre brûlait, la flamme de la Résistance se réveillait pour toujours...

Son adolescence commença dans un centre de rééducation pour jeunes allemands, où elle apprit à entrer dans le rang, à être une bonne nazie vénérant le führer et apprenant qu'il fallait souffrir pour lui. La culture était nazie, la religion était nazie, la haine était nazie.

Jeune adulte, elle commença une vie de petits boulots, d'abord à Franckfurt, avant de partir pour Neue Europa, loin de son passé. Elle fut serveuse, faisant des rencontres et vivant une vie somme toute normale. Elle n'avait jamais cessé de haïr les nazis, mais elle savait le cacher à présent. Klodia trouva l'aide de Monsieur Vanderheven, un néerlandais qui tenait un petit restaurant dans la partie bruxelloise de Neue Europa. Ainsi pour ses vingt ans elle avait une vie calme, légèrement prolétaire, mais suffisante pour elle.

La flamme se ralluma lorsque son petit ami fut arrêté pour avoir aidé à faire passer des "terroristes" hors d'Europe. Elle n'en savait rien, aussi ne fut-elle pas incarcérée. Le choc fut terrible cependant: pour la deuxième fois, les nazis lui prenaient ce qu'elle avait de plus cher, brisant sa vie en un instant. Cette fois elle décida que la prochaine personne qui se ferait arrêter serait elle-même.

Ainsi elle reprit le flambeau, entrant en contact avec la Résistance, faisant des aller-retours entre Paris et Rotterdam. Elle ne se fit pas prendre cependant, se révélant assez rapidement avoir les réflexes d'un excellent élément. De nombreuses fois elle échappa aux mailles du filet, jouant sur la corde raide pendant près de deux ans. Sa cellule fut finalement démantelée et elle s'enfuit du côté de Paris.

A Paris, Klodia ne mit pas longtemps à rechercher de nouveau la Résistance, selon les signes de reconnaissance qu'elle avait appris dans le nord de Neue Europa. Elle fut repérée par Alfred Trachtenbeg, un membre ancien de la Résistance encore vivant après vingt années de service. Celui-ci la prit sous son aile rapidement, lui apprenant tout ce qu'il y avait à savoir sur le régime nazi et sur le relais d'informations. A vingt cinq ans elle devint agent de liaison, entrant en contact avec les résistants infiltrés chez les fascistes ainsi qu'à la Kommandatur.

Lors d'une de ses missions, elle apprit qu'un membre de la SD particulièrement efficace posait un problème à plusieurs cellules. Sans compter qu'il semblait résister à l'Ubik, ayant survécu au poison qu'on lui avait administré sans presque aucune conséquence. Elle proposa elle-même à Trachtenberg de mettre le ss hors d'état de nuire après avoir découvert son secret.

Après avoir récolté nombre d'informations personnelles, elle approcha Müller dans le cabaret à officiers que celui-ci fréquentait de temps en temps. Il lui fut difficile de percer ses défenses au premier abord, ce qui à la fois l'emplit de frustration et de respect. Il ne fut pas dur de l'avoir dans son lit, mais l'homme ne se laissait pas aller, même dans les moments de faiblesse. Il lui fallut s'investir beaucoup plus qu'elle ne l'aurait pensé pour qu'il commence enfin à se relâcher quelque peu. Mais en s'investissant autant, elle commença à s'habituer à lui, à mieux le comprendre, et finalement à s'attacher.

Leur relation dura tout de même dix mois, pendant lesquels Klodia n'avait pas abandonné son travail d'agent de liaison. Elle savait qu'il était tombé amoureux d'elle, mais le haïssait toujours d'être un nazi. Sans pouvoir toutefois le haïr autant qu'elle le devrait. Elle fit cependant une erreur, volant des documents confidentiels à Müller pendant son sommeil, sûre que celui-ci ne la soupçonnait pas. Elle apprit à ses dépends que le Colonel Klausmann avait quant à lui des soupçons.

Il appréhenda la jeune femme le lendemain, mais sans en parler à qui que ce soit, afin de protéger la réputation de l'un de ses meilleurs éléments. Il s'occupa d'elle personnellement, la torturant pendant une journée entière, étant si cruel qu'elle ne put qu'avouer être une résistante engagée pour couler et assassiner le Major Müller. Quand celui-ci apparut le soir, qu'il fut informé, elle savait qu'elle allait mourir. Qu'il allait la haïr comme elle pensait le haïr. L'horreur et la terreur l'emplirent quand il proposa de l'exécuter de manière sale et immonde dans les ghettos, là-même où étaient ceux qu'elle avait œuvré à protéger.

Elle ne pensait pas que son venin d'amour avait touché aussi profondément l'homme, celui-ci abattant sous ses yeux ébahis son propre commandant, avant de maquiller le crime avec un sang froid exemplaire. Même quand il se tira une balle dans l'épaule il ne se relâcha pas. Il ne montra de signe de faiblesse que lorsqu'il chercha ses raisons. Il n'eut pour réponse que sa violence, sa rage et sa souffrance. Il l'encaissa de plein fouet, son épaule saignant sans un bruit. Il parla de trahison, elle lui parla de résistance. Il lui parla de nation, elle lui parla de liberté. Il lui parla de devoir, elle lui parla de droits. Il lui parla d'amour, elle lui parla de haine.

Et il la laissa partir.

Elle ne pensait plus le revoir, ayant échoué sa mission, ayant perdu celui qui avait le plus compté pendant près d'un an, en bien et en mal. C'est quand elle était prête à s'enfuir de nouveau, sûre que les ss ne tarderaient pas à frapper à sa porte, qu'il l'appela. Il lui donna rendez-vous dans leur chambre habituelle. Elle savait que c'était un piège, mais ne put refuser. Elle fit bien: pendant toute une nuit il lui donna toutes les informations importantes auxquelles il pouvait penser. De la hiérarchie de la SD aux missions actuelles en parlant des nazis infiltrés. Il donna tout ce qu'il pouvait, bien plus que les tribunaux auraient eu besoin pour appliquer la peine capitale. Et quand au bout de plusieurs heures il eut fini, il lui demanda d'intégrer la Résistance. Elle ne comprenait pas, mais en même temps elle comprenait.

Elle ne remit les informations qu'à son mentor, qui vérifia celles qu'il pouvait, en confirmant l'authenticité. Et fit donc entrer Müller. Une fois encore, une décision qu'elle ne comprit pas sur le moment, mais qu'elle ne regrette pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Major Derek Müller / Ligre / Nur Schwert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre simple, adressée a l'Etat Major de la Garde de Hurlevent.
» Demande ouverte à l'état major.
» Annye, Aspirant Major de Marseille
» 01/09 au 31/10: Etat-Major Warhammer Battle
» Courrier adressé à l'Etat-Major de la Garde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Le maître du haut château-
Sauter vers: