Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Eva von Werther / Papillon / Idunn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 4 Jan - 22:15

petite présentation de mon perso : Eve von Werther, dite "Papillon", 17 ans en 2001.

pure aryenne des pouponnières nazies (dont elle garde des souvenirs d'enfant, une peur bleue des blouses blanches et un pendentif-clé), Eve se retrouve dès 4 ans dans des ghettos malfamés et doit mendier et voler pour survivre. Elle fait connaissance d'une IA poete (des haikus) qui s'occupe d'elle pendant plusieurs années, lui apprend aussi la culture japonaise et l'aikido. Eve apprend peu à peu à controler son talent de mutante : l'art de l'invisibilité.

Au fil des errances, Eve se retrouve dans le quartier de Paris de Néo Europa, et vit avec la bande de Peter Pan dans le ghetto du quartier latin.

Mais les enfants de cette bande de voleurs et pickpockets se font prendre par les forces de l'ordre, et Peter Pan, de justesse sauvé par les nosfé -wirds des catacombes part vers les étoiles ...

Eve accepte de travailler pour Joseph, un communiste, qui recherche un livre "le maitre du haut château", et quitte le ghetto pour les zones résidentielles, laissant derrière elle la crasse et la misère, et jouant un rôle de jeune fille de bonne famille... mais cette vie-là semble tellement belle, tellement attrayante, comme une flamme pour un papillon ...

quelques photos de Eve :









Dernière édition par Eva von Werther le Mar 4 Jan - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 4 Jan - 22:16

chere Yuko,

mes premiers souvenirs se confondent avec ce que tu me racontais sur mon enfance ...

de la pouponniere des Lebensborn de Berlin, je me rappelle d'autres visages d'enfants, certains amicaux, d'autres cruels ou encore indifferents...
je me rappelle des jeux, des jardins verdoyants et fleuris, un cheval de bois blanc aux yeux bleu, des pistolets à eau, le sable doré et chaud d'un lac ou d'un bassin ...
je me rappelle des hommes en blouse blanche qui venaient nous amener dans des salles blanches et aseptisées sans vie, les fils autour des mes poignets et de ma tête, le son regulier des gouttes d'eau...
j'en fais encore des cauchemars aujourd'hui, alors que j'ai 17 ans et que j'ai quitté cet endroit quand j'en avais quatre !
je me rappelle la chambre capitonnée et mes propres hurlements qui ne résonnaient que dans ma tête, et ces ténèbres totales, sans son, ni lueur, ni même la perception du haut et du bas ... et je me rappelle qu'une fois je n'avais plus de voix pour crier, et alors tout autour de moi est devenu translucide, les murs, le sol, moi même, et puis transparent, et j'ai vu ces hommes en blanc qui s'étaient rassemblés et me regardaient, et la transparence gagnait les tuyaux et les fils qui me reliaient à leurs machines, et alors l'un d'eux a abaissé un levier ... et j'ai eu mal. très mal.
et je me rappelle d'un lit. un grand lit blanc où j'étais attachée. et la fenetre, on y voyait rien que le ciel bleu...

et puis, j'avais 4 ans à l'époque, je me suis retrouvée avec toi, ma Yuko Amawari. je t'appelais "maman", car meme si on ne se ressemblait pas, je pensais que tu etais ma mere.
tu as pris soin de moi pendant ces années, tu as calmé mes cauchemars par des berceuses, tu m'as appris l'art du yin et du yang, de faire mal et de soigner, de rêver et d'avoir les pieds sur terre... tu m'as appris certainement des choses que je découvre encore et encore, ma chère Yuko !
et puis un jour j'ai senti que tu n'étais pas comme moi. ma Yuko, tu es l'IA le plus humaine que je connaisse !, dommage que je ne puis te le dire en face. mais ton Bakeneko le sait, car je le lui ai dit avant de partir...
chaque fois qu'on se disputaient je m'en voulais, mais je ne voulais pas céder. j'aime pas reconnaitre mes torts...
et puis je suis partie, il y a un an. je voulais te prouver que je ne suis plus une enfant et que je savais me débrouiller par moi même.

j'ai donc quitté le ghetto asiatique du Paris13 pour le quartier Latin. un ghetto pour un autre. j'y ai rencontré Peter Pan et sa bande, on était une dizaine de gamins, à vivre dans un squatt de restes de poubelles et du vol à la tire. et puis la bande s'est fait prendre. j'ai échappé car j'étais pas dans le coup. un jour, je te raconterai les détails, mais sache que Peter est parti vers les étoiles. c'est un chic type, j'aurais aimé que tu le rencontre, il était devenu comme un frère pour moi....

et je me retrouvais dans la rue.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 4 Jan - 22:16

chere Yuko,

tu me manques. j'aimerais tellement te le raconter de vive voix, sirotant le thé que tu prépares si bien (il a un gout particulier quand c'est toi qui le fais), mais je veux pas revenir avant de te prouver que je suis une grande qui sait se débrouiller toute seule !

voilà, je m'étais retrouvée à la rue et j'ai trouvé un petit travail de serveuse au café Flore. c'est là que j'ai rencontré un certain Joseph. il m'a dit qu'il avait une fille, qui aurait mon age, si elle n'était pas morte dans une mission pour la résistance (morte ou pire, j'ai pas très bien saisi). parce que oui, il m'a dit faire partie de cette mystérieuse Résistance, et en plus être communiste et juif ! je l'ai cru. c'est pas des choses dont on se vante, et il avait le regard sincère, derrière ses cheveux mal coiffés, et puis il y avait quelque chose de chaleureux, d'"humain" dans ce cadra néglige...

tu sais, il m'avait promis que les forces de l'ordre libéreraient notre bande, et il l'a fait. j'étais si contente de les revoir, même si .... enfin, il parait qu'on leur a fait quelque chose, à leurs esprits .... mais ils s'en souviennent pas ....

bref, il m'a proposé un travail, une mission : me renseigner sur, voire lui apporter, un livre, "Le Maitre du Haut Château", qui parle de notre monde où la guerre aurait été gagnée par les Alliés et non par l'Axe.

et c'est ainsi que j'ai fait connaissance de Frau Frida von Beck. oui!, celle-là même, la femme du porte parole Bewulf von Beck, celle qui vit dans le zeppelin Azgard, au dessus de l'enclave nazi ! c'est une femme réellement belle, et gentille. et surtout elle se sent seule, délaissée par son mari (trop de travail qu'il a, et c'est sûr, vu son poste...). elle m'a offert une vraie robe de princesse, toute en velours bleu clair, et avec un chemisier de soie de broderies blanches. et elle m'a invité chez elle, et maintenant, je vis dans une suite dans Azgard, avec un vrai lit baldaquin absolument énorme, et des rideaux aux fenêtres, et un vrai jacousi, et un même un balcon, d'où on voit les quartier de Paris. et j'apprends les bonnes manières. c'est pas toujours évident, mais j'essaie de pas trop commettre d'impairs.

grâce à elle, j'ai rencontré Julio Cosimé, et je travaille maintenant comme actrice débutante dans son théâtre des réalités. ça me fait l'argent de poche...
il la coupe la plus ridicule au monde, avec sa nuque et les cotés du crane rasés, surmontés de boucles crantées et marinées dans des laques et gels capillaires divers; mais c'est un type très fin et intelligent. et observateur. il doit connaitre trop de secrets sur tout le monde, ça me fait même un peu peur parfois.

j'ai aussi une autre amie, Sakura Yamoto, la fille d'un général japonais. tu dois le connaitre, c'est une légende du kendo. j'ai même pu voir un de ses cours, il est vraiment impressionnant. pauvre Sakura, elle est une IA et ne le sait même pas . son père doit l'aimer beaucoup, pour avoir voulu ressusciter sa fille dans ce nouveau corps. la pauvre, j'ai pas pu lui dire la vérité, je ne savais pas comment m'y prendre .... j'aurais aimé t'en parler ....

il y a des choses étranges qui me sont arrivées. quelqu'un m'a mis sous le nez deux origamis en forme de clés, fait dans des pages arrachés de ce fameux livre, "Le Maitre du Haut Château". et je n'arrive pas à trouver qui aurait pu faire ça. Sakura a dit que c'est pas elle. Manfred non plus. (faut absolument que je te raconte, pour Manfred ....). et puis j'ai fait un rêve bizarre, où j'étais moi, mais pas vraiment, et Paris était autre, comme dans ce livre, et il y avait un prof d'histoire qui enseignait que les Alliés avaient gagné la Guerre, et les gens dans la rue étaient vêtus comme dans les ghettos, mais plus chic et plus propre.... c'était beau ! il n'y avait pas de citoyens du troisième type, ni d'escadrons de la mort, et moi j'allais dans une université, la Sorbonne...
mais je crois que ce n'était qu'un rêve....

je te laisse, ma chère Yuko, je reprendrai cette lettre plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 4 Jan - 22:16

chère Yuko, me revoilà !

il y a tellement à te dire !

mais j'avais promis de te parler de Manfred.
il est p-a-r-f-a-i-t ! trop parfait. bon, son autosuffisance, du genre "je l'ai vu dans l'avenir" est un peu exaspérante, mais c'est tellement craquant ! il est aryen, comme moi, et comme moi, il est différent, il est precog. ça doit pas être évident tous les jours pour lui, savoir à l'avance des choses ... on en parle souvent, des visions de l'avenir, des l'ubik etc
tu sais, c'est la premiere fois que je rencontre quelqu'un qui me ressemble.
le souci, c'est que je crois qu'il a une amoureuse. je l'ai suivi, une fois, jusqu'aux ghettos, et il m'a même dit qu'il la trouvait belle. et alors que jetais prête à accepter de travailler pour les SS (il officier SS et même plus, il est aide de camps de von Beck), dès qu'il m'a dit ça, j'ai été tellement en colère que j'ai dit "non" et j'ai couru...
parce que je l'ai rencontré, cette fille, et c'est vrai qu'elle est belle, mais je la trouve un brin vulgairement vêtue et ne me suis pas gênée pour la traiter de vieille peau ! mais peut être qu'elle aussi elle est amoureuse de lui ...
c'est compliqué, tu sais, Yuko, et je crois que Manfred pense que je ne suis qu'une gamine. et je ne sais vraiment pas comment m'y prendre. Frau Frida, c'est simple pour elle, tous les hommes tombent à ses pieds, et c'est une séductrice née. et moi, j'ai pas grand chose, et en plus quand je suis vraiment nerveuse, mon talent me joue des tours et je deviens invisible ...
seulement, tu vois, j'adore discuter avec lui, et puis c'est comme un conte de fées que je vis, comme une Cendrilllon débarquée dans un palais enchanté, avec un prince charmant. c'est plus de mon age, je sais, mais...

c'est pour ça que quand on m'a proposé d'entrer dans la Résistance , j'ai accepté, parce que ce monde alternatif, cette autre réalité me fait rever. et je vous lais tellement revoir Manferd, que j'ai insisté pour devenir un agent double auprès du zeppelin. et puis Manfred m'a envoyé infiltrer la Résistance...

ça s'est fait tellement vite ! si vite que je ne sais même pas si j'ai accepté au fond de moi de travailler pour (et parfois je me plais à rêver - avec-) Manfred et après pour la résistance; ou bien d'abord pour un monde meilleur et ensuite comme espionne ....

et voilà, c'est comme dans un film, je suis un agent secret...

sauf que c'est pour du vrai, c'est pas comme à la télé.
j'ai tué un homme, Yuko. je te jure, je ne voulais pas !
c'était pendant mon, comment ils l'ont appelé, "rite d'initiation". il y avait Herr von Beck, et j'ai dû jurer tout un tas de choses patriotiques, et pour prouver ma loyauté, il m'a dit de tuer un homme qui était ligoté et bailloné, et d'abord j'ai cru que c'était Manfred, et j'ai tiré dans l'épaule, mais après, j'ai vu son regard, et je ne l'ai pas reconnu et j'ai tiré.
j'en fais encore des cauchemars, parfois, la nuit. Frida m'a donné quelques somnifères, mais ça marche pas très bien.
en tout cas, le matin suivant cette nuit d'initiation atroce, j'ai retrouvé Manfred, bel et bien vivant. j'étais trop contente. je ne lui ai rien dit, bien sûr.

tu sais, Yuko, les choses ne sont pas ce qu'ils paraissent être, mais j'ai peur de t'en parler même dans cette lettre. certains visages sont des masques gélatineux, derrière lesquels la réalité est horrible !
j'espère avoir assez de forces et de courage pour continuer dans cette voie. peut être même qu'être un agent secret est ma vocation....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 5 Jan - 1:22

ma chere Yuko !

je n'ai pas de carnet sous la main, et même si j'en avais, je ne pourrais t'écrire. alors j'imagine que te parles, et m'écris cette lettre éphémère dans ma tête....

je suis dans une fourgonnette noire. mise aux arrêts par la Gestapo.

c'était ma première mission, tu sais...

j'avais le choix de laisser mourir - non, tuer - dix salopards avec du sang sur les mains et 140 innocents comme dommage collatéral.
ou bien sauver 140 civils innocents et laisser partir 10 salopards ...

j'ai eu peur, Yuko, j'ai eu très peur que des gens puissent mourir par ma faute ou par mon fait, ce qui est encore pire. je me le serais pas pardonné.

j'ai déjà le sang d'une personne sur les mains, et c'était un type qui m'a tiré dessus pour m'empoisonner, alors on dirait légitime vengeance. mais, non, je l'ai tué alors qu'il était faible, ligoté, je l'ai tué de sang froid, et je revois encore ses yeux, j'entends encore ses cris muets...

je ne pouvais pas tuer ces gens, Yuko ! je ne voulais pas qu'ils meurent, comme ça !

alors je suis allée les voir, ces dix meurtiers, ceux-là qui avaient traqué les nôtres, les "troisième type", comme ils disent, les marqués, exilés, parqués, affamés... mais qui suis-je pour les juger, puisque moi aussi j'ai du sang sur les mains maintenant !

et j'ai demandé de jeter la bombe de réalité dans la mallette le plus loin possible...

et quand ça a explosé, quelques instant plus loi, seuls un réverbère et une partie d'un mur ont souffert. aucune vie n'a été prise, aucune mère ni père ni fratrie ne pleureront les larmes de solitude cette nuit à cause moi...

et ils m'ont amené. ils m'ont enfermé dans cette camionnette sombre sans fenêtres. je ne sais pas où ils me conduisent. mais je serai forte, Yuko, je te le promets.

je ne veux pas tuer, Yuko, je ne veux pas laisser de veufs, d'orphelins... car quand on tue, c'est toujours un enfant de quelqu'un, un compagnon, un ami ... je ne veux pas semer la souffrance autour de moi. je veux un monde meilleur, un monde de liberté de corps et d'esprit, d'égalité entre les êtres sentients, un monde où on a droit d'espérer et de construire un bonheur, où chacun a ce droit !

c'est pour ce rêve que je suis entrée dans la Résistance, ma chère Yuko, pour qu'il soit réalité !

je ne sais pas quel sera le prix à payer...

je serai forte. j'essaierai....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 11 Jan - 14:25

ma chere Yuko !

je m'en suis sortie !!!

et par mes propres moyens !

bon, j'ai toujours un peu mal au bras, j'ai une sacré coupure, et j'ai peur de garder la cicatrice... ça fera pas très joli, mais c'est ma premiere cicatrice de guerre ! j'en suis même fière...

je travaille toujours dans le théâtre de réalité de Julio. c'est aussi un peu mon mentor pour ce qui est de ma carrière...

j'ai récemment fait un voyage dans les étoiles ! en théâtre, mais il y a des choses qui se sont passées tellement étranges, que je me demande si le théâtre de réalité et la réalité ne se confondent pas à certains moments. j'étais sur ce Germanicus, qui a péri... mais ne t'inquiètes pas, je vais bien, je suis partie quand le réacteur a explosé... et ceux qui y sont restés sont morts.. c'est horrible ! j'ai rien fait pour les sauver...

c'était magique ! on a même visité Proxima du Centaure, et Mars ...

et puis il y a eu ce bal, et devins quoi, j'ai dansé avec Manfred! il m'a dit qu'il n'avait pas honte de danser avec moi. tu savais qu'il parle japonais ? avec un léger accent, mais je pourrai lui apprendre comment le corriger, et avoir un pur accent de Tokyo... j'aimerais tellement te le présenter... peut être, un jour ...

il m'a même promis de me réinviter à danser un jour... Yuko, je croyais rêver, tellement j'étais heureuse, quand il me tenait dans ses bras, j'avais le cœur qui battait si fort. je l'aime, Yuko, c'est pas juste passager. je ne sais pas s'il s'en est aperçu, et puis on s'est retrouvés à discuter, en tête à tête, et je crois que j'étais nerveuse, et j'ai un peu "fluctué"... c'était du théâtre, c'est vrai, pas en vrai. et pourtant c'était si réel ! mais dans la réalité, je suis sure qu'il me considère juste comme une gamine sans importance ... et puis il y a cette femme, et je ne sais pas s'il l'aime....

quand je suis devenue résistante, et que je me suis proposée d'infiltrer la SD, elle m'a demandé si j'étais capable de mourir pour la résistance. et j'ai dit que je voulais vivre. alors elle m'a demandé si jetais prête à mourir pour cet homme. et je ne savais pas quoi répondre. et en fait, maintenant je sais. je veux vivre pour lui, mais si un jour mon sacrifice est nécessaire, je veux qu'il vive, lui, pour moi. et si j'échoue, s'il lui arrive quelque chose, je ne pourrai plus vivre, de toute façon.
j'ai jamais pensé que je pouvais ressentir ça...

tu sais, un jour je t'ai dit que je ne voulais jamais me marier, que je ne voulais jamais renoncer à ma liberté... et je ne renoncerai jamais à mon indépendance, je ne serai jamais dans une cage dorée, comme Frida, je ne veux pas jouer ma ménagère de moins de cinquante ans, soumise et douce, une potiche cloitrée et présentable comme il faut. j'aime trop ma liberté, et le gout de l'interdit, aussi, comme tu me le faisais si bien remarquer... mais si jamais un jour il me demandait... enfin, tu vois ...

mais bon ça arrivera jamais ! je suis pas du même monde que lui, et j'ai même appris récemment que je pouvais être non seulement une mutante, mais une mutante humano-alien ! personne ne voudrait jamais s'engager avec une métis qui devient invisible en cas de stress !

il y a des gens, enfin , des cyan, qui m'appelle "la nouvelle Eve"... ça fait trop bizarre ! c'est comme s'ils se sont donné le mot ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mar 11 Jan - 16:08

Yuko Amawari





Garde de corps et Geisha d'une riche et ancienne famille japonaise, Yuko a dû quitter le monde des soieries et des armes lorsqu'elle a compris qu'elle était une IA.

Lorsque Eva avait quatre ans, Yuko l'a recueillie et élevée comme sa propre fille, dans le ghetto asiatique du quartier 13 de Paris, où elle tenait un salon de soins, massages et autres médecines douces, "la Fleur de Cerisier", elle et son chat IA à neuf queues, Bakeneko.


Bakeneko

peu bavarde sur son passé, Yuko a été prodigue en enseignement, et a appris les arts martiaux et les bases de shiatzu, de l'acuponcture et des huiles essentielles à Eva, ainsi l'art de s'apprêter et de rester discrète.

Maternelle et maternante, voire infantilisante et surprotectrice selon Eva, Yuko s'est pris de plein fouet la crise de l'adolescence de la sale gamine. et les disputes se succédaient, jusqu'à ce que Eva fugue, il y a de ça un an, en 2000.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 12 Jan - 19:00

ma chère Yuko !

je ne savais pas ! je te jure, je ne le savais pas, je ne voulais pas savoir !!! je vivais dans un monde doux et cotonneux de mon imagination et de mes reves ....

on a fait, et on fait des choses affreuses, qu'on soit du regime ou de la resistance ! je ne savais pas, Yuko, je ne savais pas dans quoi je m'engageais ... c'est pas comme dans les films, ou les livres ... je ne sais pas si je peux, si je dois le croire, Yuko, je ne sais plus où j'en suis, et c'est de pire en pire... je perds mes dernieres certitudes ou mes dernieres illusions de ce monde idéalisé et romancé de mes reves ...

je ne savais pas que des etres humains, enfin, que des etres doués de conscience et d'empathie pouvaient faire des choses aussi affreuses ! et je les cotoie tous les jours ...

Derek m'a dit des choses horribles, que les IA sont des machines, que les mutants sont des sous etres, et je ne parle meme pas de aliens, que la personne que j'aime contribue à maintenir et defend ce systeme de pensées... j'ai vu des images, des photos de massacres, de meurtres, de tortures, d'experimentations .... j'etais sur une des photos, yuko, c'etait moi, j'ai reconnu la piece, et les autres, qui sont tous morts maintenant ....

qu'est-ce que j'ai fait !... j'ai accepté d'agir comme des monstres qu'ils sont !... je suis alors un monstre moi-meme...

mon talent s'echappe, comme une malediction, et je n'ai plus prise sur cette singularité rampante ... tant que j'avais des reperes, je pouvais le controler, c'est ce que j'avais compris alors que j'etais toute petite, et je me suis forgée ces reperes, ces choses auxquelles je me suis attachées, accrochée ...et c'est ce qui m'a maintenu en vie, ce qui m'a permis d'affronter les insultes, et le ragard des gens, et la pluie, et la tristesse....

mais ce n'etaient que des illusions, Yuko, des illusions dont je m'etais bercée, dont je m'etais engorgée, aveuglée ...

les gens que je connais et qui n'ont été que bonté avec moi, est-ce des monstres, des assassins, juste parce qu'ils sont des nazis, ou des resistants, ou des laches aveugles parce qu'ils ne connaissent qu'une vie de télé et de voyeurisme ?....

C'est ça la réalité. C'est ça le choix à faire.
Il n'y a pas d'idylle. Pas de SS romantique. Pas de noble résistant. Ce n'est pas une série télévisée.


j'entendais ces mots de Derek comme à travers une brume sanglante et poisseuse... j'avais confiance en lui ! encore un aveuglement ?... ou dois-je lui etre reconnaissante d'avoir été honnete avec moi, de ne pas m'abreuver de mensonges supplementaires ?....

et pourtant, Yuko, pourtant je veux encore croire à quelque chose ! je veux croire que les etres peuvent etre bons et qu'on peut leur faire confiance...

que les choses peuvent encore changer... que c'est à nous de batir le monde tel que nous le voulons, tel que nous le voyons dans nos reves ...

qu'il y aura toujours une main tendue pour celui qui a chuté, une epaule reconfortante pour celui qui pleure ...

je veux croire qu'une simple amitié existe, et qu'un coeur puisse battre seulement par amour ...

si je n'ai plus de reves, est-ce que je suis encore vivante ?!
Yuko, je ne veux pas renoncer à mes reves, je ne veux pas mourir !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 19 Jan - 12:44

un peu d'histoire depuis wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lebensborn

Lebensborn
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Infirmière dans un établissement du Lebensborn (1943)

Le Lebensborn e. V. (Lebensborn Eingetragener Verein - "Association enregistrée Lebensborn") était une association de l'Allemagne nationale-socialiste, patronnée par l'État et gérée par la SS, dont le but était d'augmenter le taux de naissance d'enfants "aryens" en permettant à des filles-mères d'accoucher anonymement et de remettre leur nouveau né à la SS qui en assurerait la charge puis l'adoption.

C'est dans le cadre d'une politique de promotion des naissances exacerbée que les "Lebensborn" ont vu le jour à l'initiative de Heinrich Himmler le 12 décembre 1935.

Bien qu'au départ il s'agisse de foyers et de crèches, il a été rapporté, sur la base de témoignages de voisinage, que la SS aurait rapidement transformé ces centres en lieu de rencontre afin de permettre à des femmes allemandes considérées comme des "aryennes" de concevoir des enfants avec des SS. Le but ultime de ces lieux était la création et le développement d'une "race aryenne" parfaitement pure et dominante. Les femmes accouchaient dans le plus grand secret. Les enfants nés dans les Lebensborn étaient pris en charge par la SS en vue de constituer l'élite du futur « Empire de 1 000 ans ».

Le terme lebensborn est un néologisme formé à partir de leben = « vie » et born = « fontaine », en allemand ancien. Marc Hillel l'a traduit en français par « Fontaines de vie ».
Sommaire
[masquer]

* 1 Histoire
* 2 Rôle
o 2.1 La Maternité des Ardennes
* 3 Bibliographie

Histoire[modifier]

Dans l'esprit de purification raciale chère aux Nazis, Heinrich Himmler ouvre, le 15 août 1936, le premier établissement à Steinhöring, près d'Ebersberg en Haute-Bavière comportant 30 lits pour les mamans et 55 pour les enfants à naître. Ce nombre sera doublé en 1940.

Le service du lebensborn était sous l'égide du général SS Sollmann.

Une dizaine d'établissements sont créés en Allemagne avant la guerre (8 000 enfants y naîtront), puis deux en Autriche, et un en Pologne après l'invasion en septembre 1939. La pureté de la race aryenne était faite en fonction de plusieurs critères et l'appartenance à une typologie aryenne. Ainsi plusieurs niveaux de pureté existaient. Le plus haut niveau de pureté était celui des pays nordiques. Chacun des niveaux de pureté était connu pour les qualités de ses membres. Attachement à la patrie, attachement au führer, attachement au pays.

La fascination des Nazis pour la race aryenne nordique les conduira à en ouvrir une dizaine en Norvège (on estime le nombre d'enfants nés à 12 000 - 9 000 selon certaines sources - rien que dans ce pays).

Un seul sera ouvert aux Pays-Bas.

Pour les pays francophones, on retiendra :

* en France, l'institution de Lamorlaye près de Chantilly ;
* au Grand-Duché de Luxembourg, celle de Bofferding, près de Luxembourg ;
* en Belgique, celle de Wégimont, aujourd'hui, domaine de loisirs provincial situé sur la commune de Soumagne (province de Liège).

Rôle[modifier]

L'objectif était de permettre à des femmes (mariées ou célibataires) de « race pure » de donner naissance à des enfants dont les pères appartenaient à l'élite raciale (notamment des membres de la SS).

Outre la reproduction de la race aryenne, le lebensborn se charge aussi de la germanisation d'orphelins issus de couple mixtes mais peut-être aussi d'enfants arrachés à leurs parents en provenance de Norvège, de Pologne et de Tchécoslovaquie. Ainsi, plus de 200 000 enfants seront emmenés en Allemagne et confiés à des familles allemandes sélectionnées. Le lebensborn a mis en pratique les principes hitlériens. Le pouvoir alors en place a décidé d'élargir son recrutement en allant, par la suite, prélever des enfants dans des pays conquis (Pologne) où certains enfants dits racialement valables (2 millions d'enfants enlevés à leurs parents polonais) auraient été littéralement kidnappés pour être germanisés.

la proportion d'enfants arrrachés à leurs véritables parents aurait atteint un cinquième des effectifs des Lebensborn.
La Maternité des Ardennes[modifier]

Beaucoup de ces Lebensborn étaient consacrés à l'éducation des enfants nés de l'union de soldats allemands et de femmes des zones occupées. C'est ainsi que les Allemands avaient baptisé l'institution de Wégimont (commune de Ayeneux, province de Liège), qui ouvre ses portes en novembre 1942 et les ferme le 1er septembre 1944.

Elle accueille, outre des femmes belges convaincues par les thèses nazies, quelques Hollandaises et Françaises du Nord. La contribution masculine était assurée par des soldats des régiments belges nazis, comme la Légion Wallonie, ou leurs homologues flamands, ainsi que des SS stationnés en Belgique.

Ce centre n'a jamais vraiment fonctionné comme les Allemands l'auraient voulu, car le personnel belge employé a toujours montré de la mauvaise volonté.

Il reste peu de documents sur cette affaire et la population locale évoque rarement ces faits.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 19 Jan - 12:46

http://fr.wikipedia.org/wiki/Schutzstaffel

************
Schutzstaffel
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

La Schutzstaffel (de l'allemand « escadron de protection » — de genre féminin en allemand) ou la SS est une des principales organisations du régime nazi.

Fondée en 1925, initialement chargée de la protection rapprochée d'Adolf Hitler, la SS devient au fil des années un véritable État dans l'État, accumulant les compétences et les missions et passant d'un groupuscule à une énorme organisation.

Elle joue un rôle à la fois :

* Politique au travers de l'Allgemeine SS (SS générale) ;
* Répressif avec le RSHA ; l'Ordnungspolizei et les camps de concentration ;
* Idéologique et racial via le Lebensborn et l'Ahnenerbe ;
* Militaire après la création de la Waffen-SS.

Elle est aussi l'organisatrice et l'exécutante de la destruction des Juifs d'Europe, que cela soit lors des opérations mobiles de tuerie perpétrées en Pologne et en Union soviétique par les Einsatzgruppen, puis par la mise en place des camps d'extermination.

Entièrement dévouée à Hitler, elle est dirigée pendant la quasi totalité de son existence par Heinrich Himmler.

Traversée par de profondes rivalités internes, en conflit permanent avec d'autres organismes (notamment l'armée) ou diverses personnalités du troisième Reich, dotée d'une organisation complexe, mouvante, accumulant les doubles-emplois et les contradictions, elle n'en est pas moins l'un des instruments les plus efficaces et les plus meurtriers de la terreur nazie.

Lors du procès de Nuremberg, elle est déclarée organisation criminelle.
*****************

La naissance de la SS[modifier]
la Stoßtrupp Adolf Hitler.

Les débuts de la SS sont particulièrement ordinaires et rien ne la distingue à sa naissance de la myriade de groupuscules nationalistes, pangermanistes et völkisch qui agitent la république de Weimar au début des années 1920.

En mars 1923, Adolf Hitler, président du NSDAP depuis 1921, s'entoure d'une première garde rapprochée, la Stabswache (corps de garde), composée de huit militants de la première heure, dont Rudolf Hess. Après à peine deux mois d'existence et suite à des conflits internes et au départ d'une partie de ses membres, la Stabswache disparaît pour renaître immédiatement sous le nom de Stosstrupp Hitler (peloton de choc Hitler), qui ne comporte toujours qu'une poignée de membres.

En 1925, après l'échec du putsch de la brasserie et l'interdiction du parti nazi, de la SA et de toutes leurs composantes qui suit cette tentative avortée de coup d'Etat, Hitler confie à son chauffeur, Julius Schreck, ancien membre de la Stosstrupp, la création d'une nouvelle garde personnelle, sous la dénomination de Schutzstaffel : la SS est née.

Ne comportant à ce moment que quelques membres, la SS s'étend à partir du 21 septembre 1925, date à laquelle ordre est donné à chaque section du parti nazi de mettre sur pied une escouade de protection de dix hommes, sauf à Berlin où le nombre maximum de chaque escouade est porté à vingt membres. En avril 1926, Joseph Berchtold, ancien papetier et ancien commandant de la Stosstrupp revient d'Autriche, où il s'était réfugié après la tentative de putsch et prend le commandement de la SS. Le rôle de celle-ci est reconnu par Hitler le 4 juillet 1926, lorsqu'il lui remet solennellement le Blutfahne (drapeau de sang), l'emblème des putschistes de 1923.

Pendant toutes ces années, la SS est en conflit ouvert avec la SA, créée par Ernst Röhm, qui comporte plusieurs milliers de membres et se veut la seule troupe de choc du parti : en 1928, la SS est limitée à 280 hommes et est strictement subordonnée à la SA qui essaie de la cantonner dans des rôles subalternes.

En mars 1927, Berchtold démissionne ; il est remplacé par Ehrard Heiden, dont le rôle est également éphémère.

Le 6 janvier 1929, Hitler nomme un nouveau Reichsführer SS : Heinrich Himmler.
La montée en puissance[modifier]

Les débuts de la SS sont plutôt discrets : contrairement à la SA ses membres ne se mêlent pas aux discussions politiques et font preuve d'une discipline appréciée par la police de Munich. En 1929, celle-ci mentionne dans un rapport qu' au premier manquement aux ordres courants en vigueur à la SS, même minime, ils encourent des amendes ou le retrait de leur brassard pour une durée déterminée ou une suspension de leurs fonctions. Une importance particulière est accordée au comportement individuel et à la tenue vestimentaire[1].

Le 28 août 1930, la SS est utilisée pour la première fois pour protéger un membre du parti contre les violences et les exigences politiques des SA. Menacé par les SA lors d'un meeting au palais des sports de Berlin, Joseph Goebbels fait appel à la protection de la SS locale, commandée par Kurt Daluege. Deux jours plus tard, la SA réagit en s'attaquant aux SS de garde devant le Gauleitung, ce qui nécessite l'intervention personnelle d'Adolf Hitler pour ramener le calme.

En 1931, le chef de la SA de Berlin, Walter Stennes, exige à nouveau l'attribution de mandats politiques aux responsables de la SA et tente de prendre le pouvoir au sein du parti nazi. Démis de ses fonctions par Hitler, sa tentative de putsch s'enlise faute de moyens financiers. La SS, restée fidèle au chef du parti nazi, gagne durablement la confiance de celui-ci.

Himmler déploie toute son énergie pour augmenter les effectifs de la SS : des 280 inscrits au moment de sa nomination comme Reichsführer SS en 1929, le nombre des membres est décuplé fin 1930 et atteint près de 15 000 hommes en 1931. Pour se démarquer de la SA, Himmler met en place des critères de sélection drastiques, notamment en exigeant des preuves de l'appartenance des postulants à la race aryenne. Il se préoccupe aussi des projets de mariage de ses hommes. Après le 21 décembre 1931, il soumet les fiancées des membres de la SS à une vérification de leur généalogie et à l'examen de leur aryanité sur base de photographies et d'un contrôle médical[2].

En août 1931, il charge Reinhard Heydrich, qui vient de s'affilier à la SS, de créer un service de renseignement interne, le futur SD, chargé de débusquer les agents de la république de Weimar infiltrés au sein du parti nazi, de dresser des listes d'opposants internes ou extérieurs au parti, mais aussi de collecter toutes les informations possibles sur les dignitaires de la SA et du NSDAP.

À l'automne 1932, Himmler marque aussi sa différence en commandant un nouvel uniforme noir pour la SS, dont les membres deviennent immédiatement identifiables en tant que tels et ne peuvent plus être confondus avec les chemises brunes de la SA. Les nouveaux uniformes furent réalisés et confectionnés par Hugo Boss, qui réalisa également l'uniforme des Jeunesses hitlériennes.

Le 30 janvier 1933, Hitler accède au pouvoir et est nommé chancelier. La SS compte à ce moment 52 000 membres contre trois millions pour la SA[3].

Alors que la terreur de rue des SA n'a plus de raison d'être après la prise du pouvoir, que le nouveau chancelier doit concilier l'appui des milieux conservateurs, de l'armée et des industriels, la violence de la SA se déchaîne à travers toute l'Allemagne, notamment avec la création sauvage, en mars 1933, du camp de concentration d'Oranienburg, ou les exactions commises dans le quartier berlinois de Köpenick.

En matière de répression des opposants, la SS n'est pas en reste et les fiches du SD se révèlent fort efficaces : elle servent notamment à peupler le camp de Dachau, fondé par la police bavaroise en mars 1933, mais dont la responsabilité est transférée, le 2 avril 1933, à la SS par Himmler, devenu commandant de la police politique bavaroise. Fin juin 1933, Theodor Eicke, futur inspecteur général des camps est nommé commandant de Dachau, ce qui marque le début de l'organisation du système concentrationnaire nazi.

En 1933 et 1934, la SA accumule les démonstrations de force, les défilés de masse qui rassemblent jusqu'à 80.000 participants à Breslau ; elle multiplie aussi ses exigences afin de disposer de postes de responsabilités au sein du régime nazi, continue à proclamer que la révolution n'a pas encore commencé et entre en conflit ouvert avec la Reichswehr qu'elle entend remplacer par une armée populaire.

Pendant ce temps, la SS noue de précieux contacts avec des industriels, des officiers, des scientifiques et intellectuels, de grands propriétaires terriens, au sein du Cercle des amis du Reichsführer SS. Elle reste fidèle à Adolf Hitler et donne des gages de respectabilité. Fin 1933, ce dernier donne à sa garde personnelle le titre officiel de Leibstandarte S.S. Adolf Hitler.
La fin de la tutelle de la SA[modifier]
Article détaillé : Nuit des Longs Couteaux.
Loi du 3 juillet 1934 légalisant la nuit des Longs Couteaux

En 1934, Heinrich Himmler et son adjoint direct Reinhard Heydrich sont, avec Hermann Göring, les artisans de la nuit des Longs Couteaux qui débouche sur l'élimination de la SA en tant que force politique et qui permet à la SS de dépendre directement du Führer.

Avec plus de quatre millions de membres, totalement dévouée à son chef, Ernst Röhm, la SA exige des réformes sociales et économiques, effrayant les milieux d'affaires et les partis conservateurs traditionnels ; sa volonté de prendre le contrôle de l'armée suscite l'opposition des dirigeants militaires dont Hitler a un pressant besoin.

Après avoir inventé de toutes pièces un complot de Röhm visant à prendre le pouvoir et reçu l'approbation de Hitler, les 30 juin et 1er juillet 1934, les membres de la SS décapitent la SA.

L'épuration fait une centaine de victimes dont Röhm lui-même (assassiné par Theodor Eicke, futur inspecteur des camps de concentration puis commandant de la 3e Panzerdivision SS Totenkopf), de nombreux responsables de la SA mais aussi des opposants à Hitler, opposants internes comme Gregor Strasser, ou externes comme l'ancien chancelier von Schleicher, ou Erich Klausener, directeur de l'Action catholique et fonctionnaire au Ministère des transports. Une partie des exécutions a lieu dans la cour de la prison de Stadelheim, à Munich, le peloton d'exécution étant commandé par Sepp Dietrich, futur commandant de la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler[4].

La SS élimine ainsi une organisation rivale dont elle dépendait encore formellement.
Un État dans l’État[modifier]
Article détaillé : Structure de la SS.
Heinrich Himmler[modifier]
Article détaillé : Heinrich Himmler.
L’Allgemeine SS[modifier]

Pour reprendre les termes de George H. Stein, les membres de l'Allgemeine SS, soit 250 000 hommes en 1939, « n'avaient aucune obligation spécifique à remplir hormis celle de demeurer en état d'alerte permanent comme pendant la lutte pour le pouvoir »[5].

De nombreux membres de l'Allgemeine SS sont affectés à la garde des camps de concentration ; dotés nominalement d'un grade dans la Waffen SS, ils servent dans les Totenkopf-Wachtsturmbanne, placés sous l'autorité directe des commandants des camps, puis rattachés à l'Amt B du WHA à partir du 3 mars 1942[6]
Le RSHA[modifier]
Articles détaillés : Reichssicherheitshauptamt et Reinhard Heydrich.

À la tête du Reichssicherheitshauptamt ou RSHA, Reinhard Heydrich dirige le Sicherheitsdienst, organisme du parti qui comporte notamment les deux cellules opérationnelles du SD (SD-Inland et SD-Ausland) mais aussi la Sicherheitspolizei (Sipo), organisme d'État qui regroupe la Gestapo et la Kriminalpolizei ou Kripo.

À la Gestapo Heinrich Müller, âgé de 36 ans en 1936, et, à la Kripo Artur Nebe, 42 ans, sont tous deux des policiers de métier qui ont commencé leur carrière au début dès années 1920. Müller sert fidèlement la République de Weimar pour laquelle il a pourchassé indifféremment nazis et communistes ; il ne s'inscrit d'ailleurs au NSDAP que le 31 mai 1939. Par contre, Nebe est militant du parti depuis 1931. Si Müller est un bourreau, Nebe semble avoir agi de manière correcte à la tête de la Kripo.

Au SD, Otto Ohlendorf, 29 ans, et Walter Schellenberg, 26 ans, ont des profils plus intellectuels. Ohlendorf est diplômé en droit et en économie des universités de Leipzig et Göttingen, Schellenberg a étudié la médecine puis le droit à l'université de Bonn. Seules la date, et sans doute la profondeur de leur engagement politique les séparent : Ohlendorf est membre du NSDAP depuis 1925 et de la SS depuis 1926 ; Schellenberg ne s'inscrit au parti qu'en 1933, peu avant son recrutement comme juriste au Sicherheitsdienst.

La Gestapo, police politique, se charge de traquer, d'interner ou d'éliminer les opposants alors que la Kripo a un rôle de police criminelle traditionnel.

Le SD-Inland a notamment pour tâche d'établir des rapports sur l'intégration de la conception du monde nationale-socialiste, la Weltanschaaung dans la sphère individuelle, de déterminer si elle suscite de l'opposition, et dans ce cas, d'identifier les opposants. Le SD-Ausland, en dehors de ses missions d'espionnage classiques, dresse des listes de personnalités à éliminer, notamment en Autriche, et élabore des « solutions aux problèmes tchèque et russe».

Dès l'Anschluss, soit l'annexion de l'Autriche à l'Allemagne le 13 mars 1938, Heydrich, qui a participé activement à sa préparation, utilise son outil répressif contre les opposants autrichiens avec la même vigueur qu'il avait déployée en Allemagne. Après avoir rempli le camp de concentration de Dachau, c'est au tour de Mauthausen. Depuis 1935, le SD dispose en outre d'un nouvel outil de répression, la détention préventive (Schutzhaft) qui lui permet d'interner qui bon lui semble sans aucune procédure devant les tribunaux et dont il fait un large usage en Allemagne et dans tous les territoires occupés.

À partir du 7 décembre 1941, la Schutzhaft est plus terrible encore, avec l'entrée en vigueur du décret « Nuit et brouillard » qui impose que les prisonniers disparaissent sans laisser de trace et interdit de donner le moindre renseignement à leurs proches sur leur sort ou leur lieu de détention.
L’Ordnungspolizei[modifier]
Article détaillé : Ordnungspolizei.

Créée en 1936 par le Ministre de l'Intérieur Wilhelm Frick, l'Ordnungspolizei regroupe toutes les unités de la police régulière en uniforme chargées du maintien de l'ordre sous ses différents aspects. Commandée par l'Oberstgruppenführer Kurt Daluege, nazi de la première heure, elle dépend directement de l'autorité d'Heinrich Himmler, à la fois Reichsführer SS et Chef der Deutschen Polizei.

Dirigée par l’Haumptamt Ordnungspolizei, un des bureaux principaux de la SS, elle comporte 12 sections qui assurent le maintien de l'ordre, au sens classique du terme dans tous les domaines.

* Schutzpolizei : police de sécurité (police municipale)
* Gendarmerie : police rurale et lutte contre le braconnage
* Verwaltungspolizei : police administrative (santé, commerce, construction…)
* Verkehrspolizei : police de la route (à l'exception des autoroutes)
* Wasserschtutzpolizei : police fluviale et sécurité des ports
* Bahnschutzpolizei : police ferroviaire
* Postschutzpolizei : police postale
* Feuerschutzpolizei : lutte contre les incendies (pompiers)
* Sicherheits und Hilfdienst : alertes aériennes, secours aux victimes des bombardements
* Technische Nothilfe : service techniques d'urgence (lutte contre les catastrophes…)
* Funkschutzpolizei : police des ondes
* Werkschutzpolzei : protection des usines

L’Ordnungspolizei dispose également d’unités militaires, indépendantes des structures policières à l’intérieur du Reich, les bataillons de police, destinés au maintien de l’ordre dans les territoires occupés et à la lutte contre les partisans. Ils sont placés sous les ordres des Höheren SS und Polizeiführer. Ils fournissent une grande partie du personnel des Einsatzgruppen, en fonction des besoins. Ils combattent également sur le front de l’Est lors de la retraite de l’armée allemande.

Ce sont également des membres de l’Ordnungspolizei qui composent, par un système de rotation entre police et Waffen-SS, la 4e division SS Polizei, essentiellement utilisée comme unité d’arrière-garde ou de réserve. À la fin de la guerre, de nombreux régiments de police de l’Orpo sont transférés à la Waffen-SS et forment la 35e division SS de grenadiers de police.

L’Ordnungspolizei a son propre système d’insignes et de grades. Tout policier peut être membre de la SS, sans que cette affiliation ne soit obligatoire. Les officiers supérieurs de police également membres de la SS sont, durant la guerre, systématiquement désignés par leurs deux grades : par exemple,un Generalleutnant de police également membre de la SS sera mentionné en tant que SS Gruppenführer und Generalleutnant der Polizei.
La Waffen-SS[modifier]
Article détaillé : Waffen SS.

La Waffen SS[7] est la composante militaire de la SS.

Dès la prise du pouvoir par les nazis, celle-ci se dote de commandos armés, les Politische Bereitschaften, dont la mission est de pourchasser les opposants. Après la nuit des Longs Couteaux, ces commandos sont regroupés en une seule unité, la Verfügungstruppe (VT), malgré les réticences de la Reichswehr. La VT est élevée au rang de division (la future 2e panzerdivision SS Das Reich), par un décret d’Adolf Hitler en 1938.

La VT et les unités Totenkopf, formées des gardiens de camps de concentration, participent à la campagne de Pologne. Elle s’y signalent par leur brutalité, dénoncée par le général de la Wehrmacht, Johannes Blaskowitz.

La Waffen SS prend ensuite part à la campagne de France, avec trois divisions et demi. Si ces divisions ont l’avantage d’être entièrement motorisées, elles ne jouent aucun rôle décisif.

En 1941, cinq divisions de la Waffen SS sont engagées dans l’opération Barbarossa. Dotée de divisions blindées à partir de 1942, la Waffen SS acquiert une redoutable réputation de combativité et de férocité sur le front de l’Est, surtout à partir de 1943. « Pendant les deux dernières années du conflit, les divisions [blindées] de la Waffen SS ralentirent fréquemment et arrêtèrent souvent d'une façon temporaire l'avance inexorable des Soviétiques »[8].

La Waffen SS constitue l’ossature de la défense allemande lors de la bataille de Normandie et le fer de lance de l’offensive allemande lors de la bataille des Ardennes. Elle fait partie du dernier carré des défenseurs du régime nazi lors de la bataille de Berlin.

À la fin du conflit, la Waffen SS comporte 38 divisions et près de 900 000 hommes, de qualité fort variable et aux origines les plus diverses, des Volksdeutschen (personnes d’origine allemande ou germanique habitant hors du Reich) aux volontaires français ou belges, des Baltes aux musulmans bosniaques. A cette époque, la Waffen-SS des origines, avec ses critères de recrutement physiques, raciaux et idéologiques particulièrement stricts et son entraînement exigeant et éprouvant, n’est plus qu’un lointain souvenir.

Tout au long de son périple, la Waffen SS se singularise par le nombre des exactions et des tueries dont nombre de ses unités sont responsables. Ses crimes de guerre sont légion, de l’assassinat de prisonniers lors de la campagne de France en 1940 et lors de la bataille des Ardennes, du meurtre de 14 000 civils en Ukraine en 1941 à ceux commis en Italie ou en France en 1944.
Le système concentrationnaire[modifier]

La division SS « Totenkopf » était chargée de la surveillance et de l'organisation des camps de concentration. Voir aussi Aufseherin, les gardiennes SS.
La destruction des Juifs d'Europe[modifier]
Articles détaillés : Einsatzgruppen et Shoah.
Aspects théoriques et raciaux[modifier]
Le Rasse- und Siedlungshauptamt (RuSHA)[modifier]
Article détaillé : RuSHA.
Le Lebensborn[modifier]
Article détaillé : Lebensborn.
L’Ahnenerbe[modifier]

L' Ahnenerbe[9], Studiengesellschaft für Geistesurgeschichte (Héritage des ancêtres, société pour l'étude des idées premières), est créée par Heinrich Himmler le 1er juillet 1935. Sa présidence est d'abord confiée à un préhistorien renommé, Herman Wirth, puis, après le désaveu public infligé à celui-ci par Adolf Hitler, au doyen de l'université de Munich, Walther Wüst, spécialiste de littérature et de religions de l'Inde, le 1er février 1937.

Les premières recherches de l'institut sont menées sous la houlette de Wirth en 1936, dans le Bohusland, région du Sud-Ouest de la Suède particulièrement riche en art pariétal et en art rupestre. Parmi plus de 5 000 symboles gravés à l'époque de l'âge du bronze, les pétroglyphes, Wirth est persuadé d'avoir découvert les vestiges de la première écriture au monde, créée selon lui par une antique civilisation nordique. Il fait remonter cette civilisation à près de deux millions d'années et la situe en Atlantide, continent disparu s'étendant de l'Islande aux Açores. Plus de vingt tonnes de plâtre sont utilisées pour réaliser des moulages des gravures.

Toujours en 1936, l'Ahnenerbe monte une petite expédition en Carélie, région de la Finlande, afin d'étudier et d'enregistrer les chants et incantations des sorciers locaux. Pour Himmler, ces incantations ont une base historique et il espère que leur analyse permettra de recréer le marteau de Thor, qui est d'après lui la plus puissante des armes conçues par les anciennes peuplades nordiques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 19 Jan - 12:47

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grades_de_la_Schutzstaffel

Insignes et correspondance[modifier]

Cette liste donne par ordre décroissant des différents grades SS avec entre parenthèses les grades équivalents dans la Wehrmacht, puis dans l'armée française.

Il faut souligner que ces grades sont employés pour toute la SS, y compris pour ses membres n'appartenant pas à la Waffen-SS et n'ayant jamais participé au moindre combat, ni exercé de responsabilité militaire. Leur équivalence dans la Wehrmacht et dans l'armée française n'a donc de sens que pour la Waffen-SS. Pour les membres de l'Allgemeine-SS, ces grades peuvent tout au plus permettre de les situer dans la hiérarchie de cette organisation.

* Pour les années de 1934 à 1945 :
o Reichsführer-SS (Generalfeldmarschall) : grade réservé à Heinrich Himmler, chef suprême des SS. Ce grade serait l'équivalent de celui de maréchal dans la Wehrmacht, mais Himmler, est un civil et n'est pas membre des Waffen SS. Il n'en est que l'organisateur et l'administrateur sans commandement militaire "effectif". Il ne possède que le grade de général de division de réserve dans l'armée, tout comme Goebbels.
o SS-Oberstgruppenführer (Generaloberst) : général d'armée ; ce grade ne fut attribué qu'à deux généraux de la Waffen-SS, Sepp Dietrich et Paul Hausser, promus tous les deux le 1er août 1944, et au général de police du Reich Kurt Daluege et au ministre Franz Xaver Schwarz le 20 avril 1942.
o SS-Obergruppenführer (General) : général de corps d'armée
o SS-Gruppenführer (Generalleutnant) : général de division
o SS-Brigadeführer (Generalmajor) : général de brigade
o SS-Oberführer : c'est un grade spécifique à la SS, intermédiaire entre colonel et général, mais qui n'est pas considéré comme général
o SS-Standartenführer (Oberst) : colonel
o SS-Obersturmbannführer (Oberstleutnant) : lieutenant-colonel
o SS-Sturmbannführer (Major) : commandant
o SS-Hauptsturmführer (Hauptmann) : capitaine
o SS-Obersturmführer (Oberleutnant) : lieutenant
o SS-Untersturmführer (Leutnant) : sous-lieutenant
o SS-Sturmscharführer (Hauptfeldwebel) : major
o SS-Hauptscharführer (Oberfeldwebel) : adjudant-chef
o SS-Oberscharführer (Feldwebel) : adjudant
o SS-Scharführer (Unterfeldwebel) : sergent-chef
o SS-Unterscharführer (Unteroffizier) : sergent
o SS-Rottenführer (Obergefreiter): caporal-chef
o SS-Sturmmann (Gefreiter) : caporal
o SS-Oberschütze / SS-Obermann (Oberschütze) : soldat de 1re classe
o SS-Schütze / SS-Mann : soldat de 2e classe
o SS-Anwärter
o SS-Bewerber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 19 Jan - 13:28

http://fr.wikipedia.org/wiki/Reichssicherheitshauptamt

e RSHA ou Reichssicherheitshauptamt ( « Office central de la sécurité du Reich ») était une organisation créée par le Reichsführer-SS Heinrich Himmler le 22 septembre 1939 par la fusion du SD, de la Gestapo et de la Kriminalpolizei pour neutraliser les « ennemis du Reich » et, en particulier, les « indésirables ».

Son premier chef fut le SS-Obergruppenführer Reinhard Heydrich jusqu’à son assassinat le 4 juin 1942, puis le SS-Obergruppenführer Ernst Kaltenbrunner jusqu’à la fin de la guerre.


Organisation


Il était organisé en sept divisions (Ämter), plus les groupes mobiles Einsatzgruppen :
Organigramme du RSHA en 1941


Ire division Organisation et personnel
SS-Brigadeführer Bruno Streckenbach

IIe division Administration et économie
SS-Standartenführer Dr. Hans Nockemann

IIIe division SD-Inland
Renseignement et sécurité - intérieur


Organe du parti nazi NSDAP
s’occupait de ceux qui étaient ethniquement Allemands,
mais hors des frontières du Reich avant les annexions
SS-Standartenführer Otto Ohlendorf

IVe division GESTAPO
Police secrète d'État
SS-Brigadeführer Heinrich Müller

Le SS-Sturmbannführer Adolf Eichmann, à la tête de la section IV B-4

fut l'exécuteur de la solution finale.



D'autres sections s'occupaient de l'Église, des francs-maçons, de la police des frontières, du contre-espionnage (Horst Kopkow pour le IV A 2), etc.


Ve division Kripo
Police criminelle, dans le sens non politique
SS-Brigadeführer Artur Nebe

VIe division SD-Ausland
Renseignement et sécurité - extérieur


Organe du parti nazi NSDAP
Espionnage à l'étranger et contre-espionnage
SS-Brigadeführer Heinz Jost, puis SS-Brigadeführer Walter Schellenberg (voir aussi l'Obersturmbannführer Wilhelm Höttl)


VIIe division Documentation et conception du monde
(propagande, idéologie, archives, etc…)
SS-Standartenführer Pr. Franz A. Six

Le RSHA fournissait des forces de sécurité, sur demande, aux chefs de police et aux SS locaux.


La IVe division, celle de la Gestapo dirigée par le SS-Brigadeführer Heinrich Müller, est l'une des plus connues dans la mesure où elle fut directement chargée, entre autres, de l'extermination des Juifs d'Europe et autres « indésirables » (tsiganes, etc…).

C'est dans celle-ci que travaillait le SS-Sturmbannführer Adolf Eichmann, qui dirigeait la section IV B-4 chargé des « affaires juives ».

D'autres sections s'occupaient de l'Église, des francs-maçons, de la police des frontières, du contre-espionnage (Horst Kopkow pour le IV A 2), etc.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 19 Jan - 13:33

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sicherheitsdienst

Sicherheitsdienst
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

Le Sicherheitsdienst, littéralement le « service de la sécurité », fut le service de renseignements de la SS.
Reinhard Heydrich

Le SD fut créé dès 1931 par Reinhard Heydrich, sous l'appellation service Ic. Officiellement dénommé SD en juillet 1932, son pouvoir augmenta avec celui des nazis sur l’Allemagne. Il était en compétition avec les SA qu’il aida à éliminer lors de la Nuit des Longs Couteaux, et en rivalité constante avec l’Abwehr, le service de contre-espionnage militaire dirigé par l'Amiral Wilhelm Canaris.

Il n'est pas dès le début, comme a put le dire Eugène Kogon, un "spectre inspirant l'effroi jusque dans les milieux même du Parti". Lors de la prise du pouvoir, le 30 janvier 1933, le SD ne compte qu'une centaine de fonctionnaires, ainsi qu'une centaine de membres honorifiques, il n'y participe d'ailleurs quasiment pas (même l'extension du pouvoir du Reichsfürher SS aux polices régionales se fait sans son concours). Il ne peut donc pas faire ses preuves, et est donc complétement méprisé, mais il n'en demeure pas moins la seule organisation centralisée d'information dont dispose la direction du Parti. Fin 1933, le SD a vu son prestige être complètement compromis, à tel point que, sur ordre de Hitler, Martin Bormann rédige un circulaire afin de mettre fin aux rumeurs selon lesquelles l'organisation allait être incessamment dissoute. Le SD permet aux hauts dirigeants du Parti, s'étant emparés des postes clés de l'État, de garder sous surveillance les "petits princes provinciaux" (car le SD, précisément, n'a pas participé à la course au pouvoir). C'est pourquoi, en juin 1934, Rudolf Hess proclame le SD seul service officiel d'information de la NSDAP.

Toute une génération de jeunes intellectuels nationaux-socialistes voulant "rendre le national-socialisme meilleur" (Gunther d'Alquen) est attirée par l'aspect romanesque de la notion de service secret. Ils sont les descendants de la bourgeoisie ruinée, de formation juridique élevés dans le mépris de la République de Weimar, prônant un régime spécifiquement allemand, dictatorial où l'État est tout puissant (État-Dieu). Cette génération est marquée par son antisémitisme, qui pour eux est le sérum de la révolution économique.

En 1936, il est intégré au RSHA, toujours sous le commandements de Heydrich, aux côtés de la SIPO, qui regroupe la Gestapo, dirigée par Müller et Kriminalpolizei (KRIPO), avec à sa tête Artur Nebe. A partir de ce moment, il ne dispose plus que de deux départements, l'Amt III, SS-Inland, qui s'occupe, au sens large du terme de contre-espionnage et de recueil de renseignements à l'intérieur du Reich, sous la direction de Ohlendorf et dont le service central comptait 500 à 600 hommes, et l'Amt VI, SS-Ausland, service de renseignements à l'étranger, dirigé par Schellenberg, avec 300 à 500 agents.

A son tour, l'Amt VI entra dans une logique de conflit permanent, cette fois avec la Gestapo qui entretenait et développait son propre réseau d'informateurs, et qui détenait en outre, contrairement au SD, le pouvoir d'interner tout opposant ou supposé tel.

Ayant la tâche de détecter les ennemis réels et potentiels du Parti, il mit en place des centaines d’agents et des milliers d’informateurs. Après l’attentat contre Hitler en juillet 1944 son pouvoir quasi absolu de terreur (d’État) ne devant des comptes qu'à Himmler et Hitler fut encore renforcé avec la prise de contrôle de l’Abwehr.
Organisation[modifier]

Le SD était organisée en quatre départements :

* Section A avec l’ordre légal et la structure du Reich sous-divisée en :
o A 1 Question générales du travail dans les sphères de la vie en Allemagne.
o A 2 Lois.
o A 3 Constitution et administration.
o A 4 Vie nationale en général.
o A 5 Questions générales de règlement de police et toutes questions d’applications de la législation.

* Section B traitait de la nationalité et de l’ethnicité :
o B 1 Nationalité.
o B 2 Minorités.
o B 3 Ethnicité et santé.
o B 4 Citoyenneté et naturalisation.
o B 5 Territoires occupés.

* Section C traitait de la culture :
o C 2 Éducation religieuse.
o C 3 Culture, folklore et art.
o C 4 Presse, littérature, radio, évaluation et censure.

* Section D avec l’économie :
o D a la presse
o D b colonies
o D S questions spéciales
o D W régions occupées à l’ouest
o D O régions occupées à l’est
o D 1 alimentation
o D 2 commerce, artisanat et transport
o D 3 finance, monnaie, banques, assurances et changes
o D 4 industrie et énergie
o D 5 questions sociales et syndicales

Uniformologie
Symbole du SD cousu au bas de la manche gauche des uniformes SS

Les agents du SD portaient sur leurs uniformes, au bas de la manche gauche, un losange noir avec les lettres SD brodées. De plus, alors que les autres membres de la SS arboraient normalement les runes germaniques "SS" sur le côté droit de leur col, les membres du SD eux n'avaient que l'écusson noir sans les runes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Ven 21 Jan - 21:39

autres photos d'Eva :









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Lun 24 Jan - 20:31

Eva von Werther est née le 14 mars 1984,

*************

14 mars : Peter Armbruster et Gottfried Münzenberg synthétisent pour la première fois le Hassium (Hs), élément chimique de numéro atomique 108 au Centre de recherche sur les ions lourds (GSI) à Darmstadt, en Allemagne

(siource : wikipedia)


Le hassium est un élément chimique, de symbole Hs et de numéro atomique 108. C'est un élément synthétique dont la période radioactive de l'isotope le plus stable, 270Hs, est d’environ 30 secondes.

Il a été synthétisé pour la première fois par Peter Armbruster et Gottfried Münzenberg en 1984 au Centre de recherche sur les ions lourds (GSI) à Darmstadt, en Allemagne. Ce sont eux qui ont proposé le nom hassium, dérivé du nom latin du Land de Hesse, où se trouve leur laboratoire.

Le hassium 270 a été synthétisé pour la première fois, début 2007 par une équipe internationale sous la direction de chimistes de l'Université Technique de Munich (Dr Alexander Yakushev, Chaire du Prof Türler à l'Institut de radiochimie) et du Centre de recherche sur les ions lourds de Darmstadt. La synthèse du hassium 270 a réussi en bombardant du curium 248 pendant plusieurs semaines avec des ions de magnésium-26.

Le hassium 270 comporte 162 neutrons ; sa période radioactive atteint trente secondes. Les résultats de l'expérience de synthèse sont publiés dans la revue Physical Review Letters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 2 Fév - 13:38

ma chere, ma tres chere Yuko !

comme tu me manques ! tu as raison, j'ai cette fierté mal placée qui m'empeche de revenir vers toi, mais est-ce que je puis encore revenir à la vie que je menais avec toi, cette vie calme, si calme .... un jour ou l'autre, tu le diasias toi meme, les oisillons quittent le nid, et en ces quelques mois, j'ai l'impression que j'ai tellement grandi .....

je mene une vie de reves, à Azgard, et avec ma cellule de resistance, j'ai un vrai travail, je prepare un vrai diplome, et il etait temps, car, parmis les gens qui m'entourent, bardés de medailles, de diplomes et de hauts faits d'armes et de responsabilités, j'etais la seule sous diplomée. alors que joue avec le temps grace aux caissons de theatre de realité et j'ai des cours par correspondance.... j'espere ainsi en quelques mois avoir ce diplome !

j'ai été sur Mars, je voulais, je devais voir ce medecin, ce professeur Liebenborn, qui m'a confié que c'est lui qui m'a permis de partir avec toi. quelque part, j'ai une naissance et une enfance originales : j'ai deux meres, toi et Ludmila, ma mere biologique, et j'ai trois peres : Otto, ce Liebenborn et ce cristallier inconnu... tout le monde ne peut pas en dire autant ! je me demande si ma famille biologique me manque ... surement, car j'aimerais savoir s'ils sont encore en vie, savoir ce qui s'est passé à Tanhauser où Otto a été envoyé et d'où il n'est pas retourné ... dès que je peux, dès que je me sens prete, je partirai vers les vestiges de ce massacre de Tanhauser... mais c'est toi, ma mere, ma Mutti adorée... c'est toi qui m'a vu et m'a fait grandir... je ne sais pas ce que je dirai à mes parents, si je les revois, un jour ...

j'aimerais tellement te voir ! j'ai tellement de choses à te raconter !.... j'aimerais te presenter notre cellule Arche, avec ce Derek distant, parano et rabat joie, Lucas avec ses airs d'italien du sud dans toute sa splendeur et recouvert de tatouages, et meme Mathias, couvert de titres savants comme un gateau de chantilly... et Frau Frida aussi, je lui suis un peu comme une amie, une confidente et une dame de compagnie... et Julio Cosimé, avec qui,ou plutot, pour qui, je travaille...
et puis j'aimerais tellement te presenter Manfred...
parfois, il vient me voir, apres de journées de travail fatigantes, il a tellement de travail!, et on passe des heures à discuter ... tu verra, c'est quelqu'un d'adorable !mais ces moments sont si rares, et si precieux ...

je crois de plus en plus que l'espionnage est ma vocation, aussi drole et absurde que ça puisse paraitre! les gens me font naturellement confiance, et c'est malheureusement vrai aussi, comme me le fait remarquer parfois Derek et les autres, je fais assez facilement confiance aux gens, pas tous, bien sur, mais je me fie à mon intuition premiere.

par exemple, la derniere fois, j'ai absolument pas "senti" Sylene, la presidente de la Banque galactique ! mais celle-là, elle est tout simplement envoutante et d'autant plus dangereuse. et j'ai été horrifiée par ses points de vue eugenistes ! par contre, Marta Scheller, la responsable de securité de Frau Nina (oui oui, la femme du Fuhrer), je l'aime bien, elle est ponderée, attentive, bien que avec un air de garçon manqué sous certains aspects; c'est vrai que c'est aussi accentué par son uniforme. et entre temps, j'ai adheré à leur cercle feministe, la société d'hyppolite. du point de vue professionnel, ça pourrait m'ouvrir encore pas mal de portes, que ce soit dans ma carriere debutante d'actrice, ou dans mon travail "occulte"...

et il y aussi dame Jaryll, la chanteuse cyan. elle, je l'ai adoré du premier coup d'oeil ! depuis son concert sur Mars, je me suis procuré ses enregistrements, et je les ecoute en boucle ! tu sais, apart radio realité alternative et elle, je trouve la musique si fade... les operettes fascistes sont tellement artificielles à en etre inecoutables !

j'ai de plus en plus de mepris pour toute cette sous culture qui, au fond, ne sert qu'à athrophier les sens, à assassiner les esprits... et meme les films sont parfois si fades, par rapport à la realité, à la vie que je mene ... meme si je reste une fan de Thomas Cruz et de Balder Pitt, mais c'est si drole, apres tout ! j'ai pas pu resister à me prendre en photo avec eux, quand je les ai rencontré en vrai, à une des soirées de Cosimé...
c'est bon pour des gamine ecervelées (comme j'etais avant, et comme je suis encore un peu maintenant encore....), c'est sans gout, fade, et puis ça manque quand meme serieusement de classe !
et plus j'evolue dans la "haute", plus j'ai l'impression que je suis faite pour y vivre, parmis les bruissements de soie, la douceur de la dentelle et les scintillements des rivieres de diamants (que je n'ai pas et pour l'instant meme pas les moyens de m'offrir, et je suis pas encore assez connue pour qu'on m'en offre, alors je suis obligé parfois d'en empreinter à Frau Frida, enfin, des bijou avec une valeur decente...)

tu dois surement me trouver frivole, et Derek, et Lucas me le disent aussi, que je suis "puerile" et tout, et c'est surement le cas, parfois, mais seulement ils ne comprennent pas, c'est tous des hommes trentenaires ou quadra, ils ont oublié leur jeunesse, alors ils considerent mes reves comme futiles et sans interet .... mais sans reves, on ne peut pas vivre !
j'aimerais bien qu'ils retrouvent leurs reves, cette joie de vivre, simplement de vivre, cette insouciance qui pousse à mordre à plein dents dans chaque journée, dans chaque instant de son existence comme si c'etait le dernier ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Ven 4 Fév - 14:42

sur le musique de "belle" de Notre dame de paris : http://www.youtube.com/watch?v=KUXGVfmrEN4&feature=related (version française)
(et http://www.youtube.com/watch?v=b-iiPOaZRCc&feature=fvw pour la version russe, dont je trouve les paroles tout simplement magnifiques)


Ciel
Orage de notre cauchemar originel,
Valse effrénée de passions criminelles.
Fouler le ciel comme le bitume avec nos pieds ;
Mourir, car c’est pour ça que nous sommes nés.

J’ai posé mes yeux sur ce ciel en ruines,
Dans une muette invitation, je m’y incline.
Quelle
Etoile me répondra à ma prière
De l’agnostique au cœur trop fier.

Ô Calibane !
Oh ! Laisse mes ailes se consumer
Dans tes effluves de lumière parfumées…


Ciel !
Sillons de foudre le brisent en lamelles,
Qui dans vos yeux brule d’un feu bleu eternel
Qui a mis dans mon cœur ce désir insensé :
Des ailes de papillon l’étreindre et l’embrasser.

Sur l’Arc en ciel glissant en ritournelles,
Vouloir la paix fait-il de moi une criminelle ?
Celle
Que l’on nomme la Nouvelle Eve,
Peut-elle s’embraser sur le feu de ses rêves ?

Ô Calibane !
Oh ! Laisse-moi rêver et croire,
M’abandonner sans retenue au fol espoir…


Ciel !
Dans la pureté azur qui m’ensorcèle,
En sacrifice ou renaissance sur son autel,
Dans un Eden ou un Azgard, pour tout trésor
Mordant à pleines dents dans la pomme en or.

Ma destinée, laisse-moi t’être fidèle,
Avant de disparaitre dans un flot d’étincelles.
Quelle
Est la main qui abreuvera les cendres du brasier,
M’écartelant sur les épines d’un rosier ?

Ô Fleur du ciel,
Je ne suis que fille de Terre,
Un papillon à l’envol éphémère …



*****************************
paroles réelles :

Quasimodo:

Belle
C'est un mot qu'on dirait inventé pour elle
Quand elle danse et qu'elle met son corps à jour, tel
Un oiseau qui étend ses ailes pour s'envoler
Alors je sens l'enfer s'ouvrir sous mes pieds

J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane
A quoi me sert encore de prier Notre-Dame ?
Quel
Est celui qui lui jettera la première pierre ?
Celui-là ne mérite pas d'être sur Terre

Ô Lucifer !
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois
Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esmeralda

Frollo:
Belle
Est-ce le diable qui s'est incarné en elle
Pour détourner mes yeux du Dieu éternel ?
Qui a mis dans mon être ce désir charnel
Pour m'empêcher de regarder vers le Ciel ?

Elle porte en elle le péché originel
La désirer fait-il de moi un criminel ?
Celle
Qu'on prenait pour une fille de joie, une fille de rien
Semble soudain porter la croix du genre humain

Ô Notre-Dame !
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois
Pousser la porte du jardin d'Esmeralda

Phoebus:

Belle
Malgré ses grands yeux noirs qui vous ensorcèlent
La demoiselle serait-elle encore pucelle ?
Quand ses mouvements me font voir monts et merveilles
Sous son jupon aux couleurs de l'arc-en-ciel

Ma dulcinée laissez-moi vous être infidèle
Avant de vous avoir mené jusqu'à l'autel
Quel
Est l'homme qui détournerait son regard d'elle
Sous peine d'être changé en statue de sel ?

Ô Fleur-de-Lys
Je ne suis pas homme de foi
J'irai cueillir la fleur d'amour d'Esmeralda

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Lun 7 Fév - 13:27

la pomme d'or offerte par Manfred :



la bague de cristallier :




Bracelet matriarche / sphere de silence :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Lun 7 Fév - 18:57

ma chere Yuko !

comme tu me manques !!! et j'ai tellement de choses à te raconter !!!

tu imagines, je serais la fille de Japhet, dont parles l'Astronomicon ! c'est absolument fou comme idée .... moi, une sale gamine desoeuvrée, et fille du plus ancien des cristalliers ! je crois rever ....

et puis il y a cette histoire de destruction de notre monde, et un pari entre les destructeurs et les conservateurs des univers, et ces serviteurs à tetes bestiales.... et cet aerolithe, avec des tombes à perte de vue, des tombes de cristal, où des gens semblent dormir et rever de nous .... et peut etre que nous ne sommes que leur reve, que nous ne sommes pas vivants, apres tout ...

et puis Manfred m'a offert un present : une bague. la soucis, c'est que je ne sais pas comment le prendre. il m'a presenté ça comme une "distinction pour hauts faits" etc, mais je ne sais pas si on offre les bagues à la legere, comme ça ... et puis je ne savais pas quelle main lui donner, alors j'ai tendu la gauche, et il me l'a mis sur l'annulaire... je ne savais plus où me mettre, tellement j'etais genée et heureuse à la fois ... et puis il l' fait devant tout le monde, enfin, Derek etait pas là (et je ne sais pas comment il le prendra ...). je me suis fait sacrement chambrée par Lucas et Mathias ...

je ne vois vraiment pas ce que j'ai pu faire d'exceptionnel pour avoir une telle "distinction honorifique", et puis, si c'est juste honorifique, pourquoi c'est Manfred qui me la donne... il y a rien entre nous, c'est vrai. c'est vrai qu'on vit tous deux à Azgard, on se voit tous les jours ou presque, on a dansé deux fois ensemble...

je l'ai invité à l'Etincelle, l'autre soir, et j'etais vraiment surprise qu'il ait eu le courage d'y venir, malgré le fait qu'il soit de la "haute" et des enclaves, il a fait un effort pour aller dans ce "lieu de perdition", comme tu l'appelles, du ghetto latin. et puis c'est vrai que le noir lui va bien, meme si c'est pas tant le style de cette boite de nuit... j'ai trouvé ça tellement touchant ! ça m'a rappellé le bal à Germanicus (sauf que là, c'etait réel, quoique Germanicus aussi, par certains cotés), quand je ne savais comment danser une valse et que, suivant le conseil (pour une fois avisé) de Derek je m'etais laissée porter par la musique et par son etreinte...

c'est vrai que je le trouve absolument charmant et que je suis complètement amoureuse de lui, et que c'est malheureusement je crois à sens unique ... et il n'y a rien ! rien de plus ...

je dois surement me faire des idées ... et surement je dois considerer ça de maniere purement professionnelle, comme une "distinction"... mais j'avais la main qui tremblait quand il m'a mis cette bague au doigt; il a les mains fines et sures, j'aurais tellement aimé qu'il garde ma main plus longtemps, mais je crois que je ne compte pas pour lui ... pas autant que je le voudrais ... comme Derek, il doit surement me considerer juste comme un "bon element talentueux et prometteur" ... et puis il y a cette femme, cette vieille peau. rien que d'y penser, ça me met de mauvaise humeur, d'autant plus qu'elle est vraiment tres belle ... j'aimerais avoir quelques années de plus, avoir plus d'assurance, je ne sais, comme Frida, ou comme toi !

je ne te dis pas le savon que Joe m'a passé apres ! je crois qu'il n'a pas du tout apprecié de me voir en compagnie de Manfred .... j'ai l'impression qu'il se prend parfois pour mon grand frere. je ne nie pas, la plupart du temps, ça m'arrange, il m'evite tout un tas d'embrouilles futiles, mais là, il a un peu dépassé les bornes, jusqu'à ce que je l'assure qu'il n'y avait rien entre moi et Manfred... et puis c'est parce qu'un type soit un beau blond avec des yeux bleu comme le ciel, bref "une tete de vrai nazi" selon Joe, qu'il faut lui appliquer le "delit de sale g**le" ! heureusement qu'il sait pas pour la bague... et je ne compte pas lui dire, dans l'immediat, en tout cas. c'est ma vie, et je fais ce que je veux !

n'empeche que je crois que je vais demander à Manfred des explications, sur ce present. sinon, je ne vais plus pouvoir dormir ... meme si cette ambiguité certaine (dans ma tete en tout cas) est assez drole ! il faut juste que je m'arme de courage ... et que j'essaie de ne pas trop stresser, sinon, je vais encore fluctuer, et c'est penible.




Dernière édition par Eva von Werther le Lun 7 Fév - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Lun 7 Fév - 19:07

cela va de soi que mes lettre à Yuko ne sont que pour Yuko et sont strictement donc personnelles !
tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Lun 21 Fév - 16:27

nouvelles photos de Eva.......












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Mer 23 Fév - 11:39

Eva, nouvelle ambassadrice de la marque Vivienne Westwood à NeoParis......

quelques une des tenues d'Eva :





















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Jeu 24 Fév - 11:23

Brûlé par un désir de vivre,
Tu meurs par ce désir de vivre,
Car tu laisse la vie suivre
Son cours.
Brûlé par les flammes de l'enfer,
Tu vis et tu meurs dans l'enfer.
Écrasé enchaîné par des fers
Si lourds.
Plus rien à perdre. Sûr ?
Tes mains ensanglantent le mur.
Ce mur est partout : sous et sur,
Autour.
Mur tombe. Un autre prend sa place.
Les pierres se brisent, jamais ne s'effacent,
Leurs débris, leur poussières, s'entassent,
Laissent des traces,
Toujours

*************

Peinture abstraite

Les ombres courent
Sur les murs
Les images s'entassent
Dans la tête

Des bruits sourds
Des murmures
Et... S'effacent
S’arrêtent

Puis une lumière
Vive écarlate
Change l’or
En ordures

Regard fier
Neige éclate
Dehors
En verdure

********Hier*******
Ailleurs********Meilleur
*******Perdu*******

Un ciel
Irréel
Bleu
L’étang
Il pleut
Le sang

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Ven 25 Fév - 15:36

Les couleurs

Vies stéréotypées sur un tableau,
Où s'agite les ombres,
Où les sentiments tombent
En cascades, comme de l'eau.
Le mal est noir ; noire est la nuit ;
Le bien et blanc, clair comme le jour.
Le gris, tristesse éblouie, l'ennui...
Quelle est la couleur de l'amour ?

Mélancolie, buée violacée,
Enlaçait le miroir des rêves insensés.
Le ciel d'Eden donnait le vertige.
Les ailes des anges étaient tranchantes.
Les coquelicots s'enflammaient sur les tiges
Au son du silence qui chante.
Le soleil orangé s'écrasait sur le sable
Et l'automne brûlait les feuilles des érables.
Les nuits blanches enveloppaient doucement les jours...
Quelle est la couleur de l'amour ?

La neige tombait en poussière
Amère, aujourd'hui, demain, hier...
Si l'image était à refaire, referait-on la vie ?
Changerait-on les couleurs sans demander son avis ?
Rien que pour voir... Mais le ferait-on ?
Repeindre la vie, ton après ton...
Briser les murs en doux murmures...
Mais quelle sera la couleur de l'amour ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   Ven 25 Fév - 16:11

le meilleur ami et l'espoir
le meilleur compagnon la route
la plus forte lumière le regard
et le meilleur supplice le doute

la plus belle alliance et le cercueil
la plus belle tombe est un champs de fleurs
la plus belle prière est le silence
et la plus belle offrande et le cœur

la plus douce caresse est le souffle du vent
la plus douce chanson est celle de la pluie
les plus le doux baisers viennent de l'éternité
le plus doux soleil ne brille que la nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eva von Werther / Papillon / Idunn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eva von Werther / Papillon / Idunn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Papillon fantomes / phantombutterfly
» Grand sabre Papillon Cornu
» Sabre grand papillon cornu d'exeption VS Yama
» Minerai mellanje et papillon fantôme
» Armure nécrologie =armure papillon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Le maître du haut château-
Sauter vers: