Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Theatre des Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 12:40

Liste des masques et kamis japonais :

AGYO-ZO et UNGYO-ZO se tiennent à la porte ou à l'entrée des temples pour protéger l'édifice contre les ennemis extérieurs.
KAMIS DU TONNERRE
AJI-SUKI-TAKA-HI-KONE : roulement du tonnerre.
KAMI-NARI : roulements du tonnerre ; On lui consacrait des épées dans ses temples.
RAIDEN ou RAIJIN : Kami du tonnerre.
SUSANO : Kami du tonnerre et de la tempête.
TAKE MIKADZUCHI : le frère d'Aji Suki Taka Kone et de Raijin.


AME-NO UZUME ou simplement UZUME : la kami de la gaieté, de la fertilité et de la danse.

AMATERASU O MI KAMI, (Auguste Divinité qui illumine le ciel), la déesse du soleil et reine des "hautes plaines célestes" (Takama-no-hara ou Takama-ga-hara) est la plus honorée des kami du panthéon shintoïste japonais.


Kami masculin du mal dont le nom signifie "Auguste Etoile du Ciel" et il est aussi nommé AMA-NO-KAGASEO (mâle brillant). Toutefois il n'est pas cité dans les principaux textes et il appartient plus aux anciennes légendes.
De plus ce n'est pas excatement un kami mais plutôt un force obscure dont l'existence remonte bien avant la création de l'univers.
Il serait une antithèse des forces positives du Shinto qui vont créer l'univers.
Il sait tout ce qui se passe dans le cœur des hommes et des femmes

Les ASHURA (ou axiuluo en chinois) sont les éternels ennemis des deva, sauf dans le Rig Veda où ils passent pour des divinités inférieures et bienfaisantes de la nature.
Leurs représentations en relation avec le bouddhisme sont extrêmement rares et n'ont existé qu'au Japon, où ce terme a reçu le sens supplémentaire d'«âme tourmentée» : il désigne de façon générique les esprits de ceux qui ont péri en proie aux désirs humains et aux passions illusoires (en particuliers les guerriers morts au combat), condamnés, par leur aveuglement, à hanter le lieu de leur trépas.
Ce triste sort constitue dans le traditionnel cycle des réincarnations une sixième voie de renaissance, spécifique au bouddhisme japonais.

BENZATEN (弁財天) est la seule femme parmi les sept divinités du bonheur. Son domaine est l'art, l'éloquence, le monde féminin et l'amour. Naturellement elle est la patronne des musiciens, des danseurs et des geishas. Son instrument préféré est le biwa (instrument à corde ressemblant à une mandoline).


BISHAMON (毘沙門天) est consacré à la protection de richesse. Il a une origine Bouddhiste et il est le frère de Kishijoten qui est généralement représentée en tenant une gemme sacrée dans sa main gauche. Bishamon est représenté en armure avec une lance dans sa main droite et un petit temple ou pagode dans sa main gauche. Parfois une roue de feu encadre sa tête. A ses pieds il terrasse quelques démons. Il est parfois connu comme le Gardien du Nord. Il fut invoqué avec succés par le prince Shotoku en 587 lors d'un bataille contre les clans anti-bouddhistes


Les SEPT DIVINITES DU BONHEUR ou SHICHI FUKUJIN (七福神), une femme et six hommes, viennent de confessions religieuses différentes (shintoiste, bouddhiste, taoïste et brahmanique) et d'origines géographiques diverses (Japonaise, Chinoise ou Indienne).
Voici la liste des sept divinités du Bonheur:
BENTEN
BISHAMON
DAIKIKU
EBISU
FUKUROKUJU
HOTEI
JUROJIN

Les kami japonais des carrefours, des routes et des sentiers
CHIMATA-NO-KAMI Dieu des carrefours des routes et des chemins. A l'origine il était un dieu phallique dont le symbole ornait les carrefours. Il serait né quand Izanagi se débarassa de sa culotte (mihakama) après sa visite dans le Yomi à la recherche d'Izanami.
DOSIJIN Kami des ancêtres
FUNADO Kami des lieux à ne pas violer. Il serait né du baton que portait Izanagi quand il sortit du monde souterrain poursuivi par les démons. Il planta son baton en s'écriant: "Ne venez pas au delà".
SAENO- KAMI Plusieurs kami qui écartent les malheurs
YACHIMATA-HIME Déesse de nombreuses routes.
YACHIMATA-HIRO Dieu de nombreuses routes.


DAIKOKU (大黒天) est le kami du bonheur et aussi le protecteur des fermiers.

EBISU (恵比須) est le protecteur du travail honnête, des pêcheurs et des marchands.

ENMAOU (ou ENMATEN), gardien de l'enfer chinois. Il est souvent accompagné de SCHIMEÏ et SHIROKU, dont la mission est de rechercher et de constater les péchés du mort.


SHINE TSU HIKO, premier Kami du vent, qui créa créa à son tour la déesse SHINA-TO-BE pour balayer la brume qui recouvrait la Terre.

FUJIN. Généralement dépeint comme un démon portant sur l'épaule un sac contenant les vents. Il est souvent accompagné de Raiden, le kami du tonnerre.


IZANAMI (celle qui invite) est la descendante des divinités primordiales asexuées, qui engendra avec IZANAGI, la multitude des kami du Ciel et de la Terre ainsi que les îles du Japon. Elle est à la fois la kami de la création et de la mort.

IZANAGI (celui qui invite) est le descendant des divinités primordiales asexuées, qui engendra avec IZANAMI, la multitude des kami du Ciel et de la Terre ainsi que les îles du Japon.

Fils de NINIGI et de sa femme Ko-no-Hana, HODERI est devenu un pêcheur renommé tandis que son frère cadet HOORI (Hikohohodemi) "Feu qui s'éteint" est devenu un chasseur illustre.
Son nom signifie "Feu éclatant".


HOTEI (布袋), kami gai et heureux est souvent accompagné d'enfants, incarne la prospérité.

IHA-NAGA
dont le nom signifie " Princesse à longue vie" est la fille D'OHO-YAMA, et la sœur de KO-NO-HANA. Elle est aussi vénérée comme la "Princesse des Roches".


INARI. A la fois kami mâle de la nourriture et kami femelle du riz, au printemps il/elle descend des montagnes vers les rizières. Le renard est son messager mais on assure qu'il/elle peut aussi prendre l'apparence du renard, symbole de prospérité et d'amitié.


JIMMU TENNO fut le premier empereur qui fonda en 660 la dynastie impériale.


JUROJIN (寿老人) Kami de la longévité


KAGUTSUCHI Dieu du feu



En général toutes les rivières importantes ont leur propre kami mais ils obeissent tous à KAWA-NO-KAMI (Kami des rivières).



KO-NO-HANA, la kami des Fleurs (enfant-fleur), est le symbole de la délicate vie terrestre.

Le MANEKI NEKO (le chat qui invite) est une statue traditionnelle très répandue au Japon qui représente un chat assis, levant la patte au niveau de l'oreille. Il est célébré le 29 septembre au japon.

NAI NO est le kami des tremblements de terre.


OH KUNI NUSHI est le kami de la magie et de la médecine. est considéré comme le symbole de la mort et du renouveau de la nature.

SUSANO-WO peut se traduire par " la rapide divinité impétueuse" ou bien "le mâle impétueux." le kami des tempêtes.

RAIJIN (雷神), kami du tonnerre.

RYUJIN (ou Rinjin) Roi Dragon des mers détenait les bijoux des marées qui lui permettait de déplacer d'énormes masses d'eau.

SARUTA-HIKO OKAMI est le puissant gardien de L'AMANO- UKI-HASHI, le pont du ciel, qui relie le ciel à la terre. Dans le Kojiki, c'est le chef des kami terrestres.

AMANO- UKI-HASHI, le pont du ciel, qui relie le ciel à la terre.


Les SHI-TENNO sont les "quatre Rois-gardiens célestes" qui surveillent les quatre points cardinaux et résident sur les pentes du mythique du mont Sumeru.
JIKOKU-TEN garde l'Est, sa couleur est le bleu, il est armé d'un sabre et d'un ossuaire et assure la stabilité du pays comme celle de la famille.
ZOCHO-TEN garde le Sud, sa couleur est le rouge; il est armé d'un sabre et d'un bouclier; il assure richesse et revenus, c'est pourquoi on le considère comme le kami des affaires.
KOMOKU-TEN, garde l'Ouest, sa couleur est le blanc et il est armé d'une lance et apporte la sagesse et une nouvelle vue du monde.
TAMON-TEN, garde le nord, et sa couleur est le noir c'est le plus fort des Shi-Tenno.
Les reproductions des Shi-Tenno du Japon, portent souvent l'armure chinoise comme les guerriers.


SUKUNA-BIKO " le Petit Homme de grande renommé " est le kami de la médecine.


TSUKI-YOMI Kami de la lune et du temps.


TAKAMA-GA-HARA, le ciel.


UKE-MOCHI. Kami de la nourriture.


kami de la mer:
SOKOTSUWATATSUMI, kami de la surface,
NAKATSUWATATSUMI, kami des eaux du milieu,
OMOTETSUWATATSUMI, kami du fond.
Mais le plus important et le plus connu est O-WATA-TSU-MI appelé aussi le "Vieil homme de la Marée", ou Shio-Zuchi.



SHI-TENNO


Dernière édition par Eva von Werther le Mar 1 Mar - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 16:26

THEATRE DES OMBRES

Salon de thé japonais. Bâtisse typée comme un temple ou un sanctuaire shinto japonais, avec plusieurs étages. Une grande cour intérieure, avec un jardin zen, des bassins avec des poissons, des ilots de jardin, reliés par des pontons. Dans un coin rocheux, coule une source chaude et alimente les bains à la japonaise, mixtes, au dessus desquels flotte une légère brume.

Il y règne une nuit éternelle, cadencée d’aurores pales et de crépuscules sanglants. Les saisons n’y suivent aucune logique connue, mais plus l’humeur et les souhaits des invités.

On y accède par les eaux, par une barque sombre avec un passeur engoncé de noir, la faisant avancer avec une longue perche. La barque passe par un haut portique de ténèbres légèrement vaporeux et luminescent… ou par les terres, un long escalier bordé de statues de Kamis recouvertes de soutras et de prières …

Les êtres-renards, des Kitsounés, accueillent les invités, une fois que ceux-ci ont revêtu les masque des Dieux et Kamis japonais.

L’intérieur est sombre et feutré, toutes les lumières sont douces et tamisées, les bougies flottantes projetant des ombres dansantes. Tous les bruits sont étouffés par de lourds tapis épais, par des voiles entremêlées de fleurs et de plantes grimpantes. Toute violence est prohibée. Les invités sont conduits à des alcôves, où ils peuvent boire le thé ou le saké (ou autre) et discuter en toute discrétion et confidentialité. Dans la pièce principale, une danseuse rythme de ses pas les sons cristallins de joueurs de musique (Kokyû - violon de deux à quatre cordes frottées a et au corps recouvert de peau, Biwa –luth…), parfois des acteurs récitent des haikus…

Chacun peut déposer ses prières et ses offrandes devant l’autel du panthéon shinto.






















Kitsouné :





Dernière édition par Eva von Werther le Mar 1 Mar - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 16:37

Eva, masque de Aï Enma, la Fille des enfers











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 18:17

invitations reçues par : (par les Riujin, ou autres .......)

- Mathias
- Derek
- Lucas
- Kurt





et autres :
- Manfred (par Eva)
- Yuko (par Eva) et Hotonori (par Yuko)
- les Riujin
- Lapin Blanc
- Anselme Rieur
- Marlene von Dita
- General Minamoto et sa fille Sakura (par Yuko)
-................
et au fur et à mesure des besoins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 18:52

Lucas "Lupo" a écrit:


c'est quoi exactement le theatre des ombres?

le theatre des ombres est un lieu ultra select et ultra secure, à ce que j'ai cru comprendre dans le theatre des realités. en fait, tous peuvent y acceder , quel que soit l'endroit où ils sont physiquement, suffit d'etre connecté à un caisson de theatre de realités, et de rentrer les coordonnées de l'invitation (pratique, non ?)

on peut meme y rencontrer des gens qui sont loin, dans les etoiles, voire dans les nebuleuses .....

il parait que c'est tres prisé par ceux qui veulent faire des affaires discertement (et confidentiellement, sans devoiler leurs identités), genre la mafia, les services secrets .......

quand j'y etais, j'ai bien aimé !!!

et la securité ets au max (aussi en fonction des demandes, adressées sous forme des prieres)


Dernière édition par Eva von Werther le Mar 1 Mar - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Carmen Miranda

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 20/06/2010
Localisation : New York

MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   Mar 1 Mar - 23:33

Un soir, Rudolf Reise reçoit une invitation :
« Cher RR, j’imagine vous n’avez pu m’oublier depuis votre dernier séjour à Neo Paris il y a un peu plus de trois mois. J’aimerais avoir le plaisir de vous revoir et vous faire découvrir ce que les dieux d’occident et de leurs donjons ne peuvent vous offrir : les plaisirs de la nuit éternelle du Théâtre des Ombres. Portez le masque de NAI NO (kami des tremblements de terre) pour l’occasion et vous serez accueilli par une humble créature des Enfers.
AÏ ENMA, que vous avez rencontré sous un autre nom. »

NAI NO vient, masque noir grimaçant peint de zébrures craquelées, accompagné de quatre gardes portant les masque des SHI-TENNO, les "quatre Rois-gardiens célestes" et un Kitsouné avenant les mène dans une pièce sombre, donnant sur le lac ensanglanté par le coucher du soleil. Une seule personne les y attend, une jeune femme de 17 ou 18 ans, visage fardé de blanc et à la bouche peinte en bouton de rose écarlate, aux yeux verts pales, en kimono noir aux manches longs et évasés, peint de fleurs de pavots opalescents. Une lanière de fouet est posée devant elle sur la table basse, avec une bouteille et des coupes de saké.

Elle lui fait le geste de s’asseoir en face d’elle.

« Je suis AÏ ENMA », dit-elle d’une voix chantante, « c’est un plaisir de vous revoir. Je m’ennuyais un peu, alors j’ai souhaité vous revoir. Vous me devez une faveur, après tout, n’est-ce pas ? »
AÏ ENMA range la lanière de fouet dans sa large ceinture et, faisant voler la soie de ses manches longues lui sert du saké, « comment trouvez-vous le Théâtre des Ombres ? »
« L’endroit semble charmant. Dépaysant. », NAI NO boit lentement, « Je suis un homme de parole. Quel est votre souhait, sombre déesse des Enfers ? »
« je voudrais que ce qui suit reste entre nous. Faites sortir vos SHI-TENNO. »
Puis, s’adressant à eux « je vous garantie que NAI NO – san ne court ici aucun danger. D’ailleurs toute violence est interdite ; c’est un lieu sauf. Vous pouvez jouir du spectacle dans la salle principale, si vous le souhaitez, la Danseuse est envoutante. »
Le Kitsouné fait glisser la porte et sort.
NAI NO fait signe et ses gardes le suivent.
AÏ ENMA pose un document sur la table, écrit en allemand « c’est un ordre de libération d’un détenu de la Gestapo. Il n’y a pas de nom. Je souhaite me réserver le plaisir d’y inscrire le nom qui me plaira le moment voulu. Il ne manque que votre signature. Vous pourrez me faire parvenir le document via la boite postale du Théâtre des Ombres, qui me le transmettra ».

NAI NO, pensif, regarde, puis range le document. « Est-ce tout ? »
Aï Enma sourit « non point, NAI NO – san, nous avons toute la nuit, et la nuit ici est éternelle… souhaitez vous que je danse, pour vous ? »
NAI NO hausse les épaules d’un air amusé « vous êtes aussi danseuse ? »
AÏ ENMA claque dans les mains, et un son cristallin d’un Biwa (luth) résonne. Et tandis qu’elle se lève et fait tournoyer son éventail, le claquant pur appuyer le rythme des pas feutrés de ses pieds nus, les peintures sur les murs s’animent et les Kamis du ciel et de la terre s’entrelacent dans une danse de plus en plus rapide, et les voiles du kimono font ondoyer les fumées d’encens (légèrement parfumés à la substance mort, au jasmin et au Ylang Ylang). Lorsque le dernier rayon de l’astre couchant s’éteint à l’horizon, et que le dernier son le rejoint, AÏ ENMA, debout sur la table, s’immobilise, le kimono relevé sur une jambe fine et pale jusqu’au genou, relève son pied jusqu’au visage de NAI NO comme hypnotisé, et renverse lentement la bouteille de saké, le faisant couler le long de sa jambe jusqu’aux lèvres craquelés du masque démoniaque.

« La nuit ne fait que commencer », chuchote-elle, et fait glisser le kimono noir de NAI NO sur ses épaules, effleurant légèrement certains centres de plaisir le long de ses bras, son torse, son dos …

Puis, attrapant les voiles sombres, AÏ ENMA noue ces lacets de soieries autour de ses poignets et tire, afin de le relever, jusqu’à ce que ses pieds touchent à peine le sol. Elle sort une boite noire laquée, avec des aiguilles très longues et très fines ; les fait chauffer à la flamme des bougies flottante jusqu’à ce que le métal blanchisse, les plonge dans une huile parfumée (à l’opium, la substance mort et le jasmin) et, une par une, nouant un fil de soie blanche ou noire au bout, les enfonce profondément dans les muscles tendus du torse, du dos et des bras dénudés de NAI NO, dessinant le symboles de la Kami Benzaten (kami des plaisirs), (弁財天) et de Ama-no-kagaseo (kami des forces obscures), les entrelaçant dans une danse de yin et de yang…

La pièce semble plongée dans une profonde obscurité et dans un silence sépulture, seules les deux silhouettes semblent vivantes, et les yeux pales de AÏ ENMA brulent comme deux étoiles incandescentes…

AÏ ENMA ressemble tous les fils et les entrelace, en chantonnant doucement des sons sans paroles, sa voix devenant de plus en plus forte, comme un grondement sourd de tempête lointaine, comme le sifflement des missiles sur une ville endormie avant l’ultime explosion …
Et puis … comme une explosion ! La terre tremble, les mains pales de AÏ ENMA tirent les fils tressés qui claquent comme un fouet-étoile aux pointes d’aiguilles-diamants, sa voix se brise dans les aigus, se confondant avec le râle d’agonie et d’extase de NAI NO…

NAI NO reprend connaissance dans les bains des sources chaudes… Une légère brume blanchâtre, qui ondule, jouant des reflets nacrés de la lune… AÏ ENMA, assise sur le rocher juste à coté, les pieds dans l’eau, fume une longue pipe ouvragée en forme de tête de renard…
« Le soleil ne se lève jamais ici », dit-elle d’un air pensif. Puis, se penchant légèrement vers le masque démoniaque « Je m’en vais retourner au soleil. Ah, vos gorilles sont dans le bassin adjacent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Theatre des Ombres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Theatre des Ombres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Horde] La Reflexion des Ombres
» [TEST] Le Seigneur des Anneaux Online : Les Ombres d'Angmar
» Les Ombres d'Esteren, JdR en cours de réalisation...
» Présentation de Frère des Ombres
» [Fan-fiction] Chronique des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Le maître du haut château-
Sauter vers: