Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Antre de la Folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: L'Antre de la Folie   Lun 4 Juil - 1:55

Jennyfer se retrouve devant la porte du septième ciel, qui s'ouvre alors devant elle. Elle ne sait plus comment elle est arrivée, ni pourquoi. Elle ne fait qu'à peine attention à ses vêtements complétement déchirés et trempés, ni à ses pieds nus et ensanglantés.

La pièce est froide, glacial, sans aucune décoration ni ameublement, mise à part la petite table et la chaise en plastique rongé. Les murs sont sales, comme si personne n'avait habité là pendant des années, que tout n'était entretenu que par l'illusion. Le septième ciel n'est qu'une vieille chambre délabrée.

Une porte s'ouvre et une jeune femme entre, visiblement agacée d'être dérangée sans que l'on l'est prévenue. Elle se fige cependant en apercevant Jennyfer, la colère naissante disparaissant et laissant place à de l'incompréhension. Justina reste perplexe un moment, comme si elle hésitait entre sauter à la gorge de sa créatrice ou au contraire aller l'aider. Finalement le pathétique de la malkavienne entraine chez son infante la seconde solution et elle va finalement prendre une Jennyfer tremblante par les épaules.

Jennyfer se laisse accompagner dans la salle de bain décrépie à la baignoire rouillée et crasseuse. Justina fait couler de l'eau chaude, faisant gronder la vieille plomberie crissante. Elle enlève ses vêtements à sa rivale, puis l'aide à entrer dans son bain. L'eau se trouble immédiatement, prenant une teinte rougeâtre et noirâtre répugnante. Cela ne gêne pas Justina, qui saisit un vieux gant et commence à laver la jeune vampire, s'occupant de celle qu'elle déteste le plus au monde, mais aussi celle qu'elle a aimé jusqu'à la folie.

Ce n'est que plus tard, sur le carrelage marron et fendu, nue mais entouré des bras de Justina que Jennyfer sentira les liens qui lui étreignaient la gorge se délier:

'Je suis retournée, sur le lieu de ma naissance. De ma renaissance. Le parking, un miroir, des cahiers manuscrits. Je ne sais plus, je suis perdue. Tout est un mensonge. J'étais poursuivie, mais j'étais folle. J'habitais l'hôpital, je venais d'être libérée à l'époque. Tout est confus, il y avait des médicaments. Ce n'est pas clair. Et il était là, ce monstre, il a pris ma gorge. Il dit que j'étais folle... Mon Sire, je l'ai vu. Il m'a montré ma folie."

Les mains de Justina sont froides, comme celles de tout vampire, pourtant quelque part elle réchauffent le cœur endolori de Jennyfer. C'était Justina qui l'avait aidée à accepter sa maladie, et là encore, quand elle perdait le contrôle, c'était dans l'antre de cette femme dangereuse qu'elle se retrouvait.

"Je suis allée voir mon père. Mon vrai père, il habite dans le Queens. Je n'étais jamais allée le voir avant. Il habite dans un appartement, seul. Sa boîte aux lettres est pleine de papier. Son frigo est presque vide. Son IA est désactivée. Il vit comme un fantôme du passé. Je suis entrée chez lui, je lui ai parlé. Mais rien, il ne m'a pas reconnue. Il n'y a plus de vie dans ses yeux, juste des regrets. Je ne sais plus qui je suis Justina. Il n'y avait pas de photo de moi. Est-ce que je suis vraiment Jennyfer Oaks? Peut-être que j'étais qu'une patiente dans un hôpital et que j'ai volé la vie de ma psy. Des fous font ça, ils s'identifient à leur médecin. Peut-être que c'était ma première victime? Peut-être que je l'ai tuée dans le parking?"

Des larmes de sang coulent sur les joues de Jennyfer, pour la première fois depuis des années. Elle se blottit contre son infante, qui la sert avec vigueur. Pour la première fois depuis longtemps elle sent des émotions, ses propres émotions qui la subjuguent. Elle a du mal à respirer, même si elle ne respire pas vraiment. Son cœur aussi lui fait mal, comme s'il était dans un étau.

"Je suis désolée Justina. J'aurais jamais du faire de toi une vampire. Je suis folle, une malkavienne, et je t'ai transmis ma folie. Je t'ai fait du mal..."


Justina embrasse se créatrice, d'un baiser violent et douloureux. Jennyfer est prise au dépourvu, mais ressent en elle tout ce qu'elle a refoulé vis à vis de Justina. La jalousie, la rancune, la déception, mais aussi la passion et l'attirance. La haine et l'amour. Elles font l'amour, dans la salle de bain, violemment. Elles se mordent et boivent leur sang, mêlant des émotions contraires et douloureuses. Des émotions humaines, jusqu'à l'épuisement.

C'est finalement quand le calme est revenu, que la passion folle a brûlé que Justina s'exprime, les yeux dans les yeux:

"Je vais te faire un cadeau Jennyfer, écoute moi bien. Tu as passé ta journée et ta nuit ici, au Gabrielle. Tu n'es jamais retournée dans cet hôpital. Tu n'as pas parlé avec ton créateur, tu ne sais d'ailleurs pas qui c'est. On t'a menti, ce n'était pas le bon, juste un monstre qui a joué avec ton esprit. Tu n'es pas folle, Jennyfer. Non, tu es restée ici et nous nous sommes disputées, toi et moi. Je t'ai même mordue, et tu m'en veux, toutes ces émotions n'avaient pas le parfum de réconciliation mais uniquement celui de la rancune. Tu m'as reproché de t'avoir volé le septième ciel. Celui-ci n'est pas cette vieille chambre minable, mais la plus belle des suites du Gabrielle. Tu m'as giflée, tu en as encore mal au poignet. Je t'aime Jennyfer, mais cela aussi, tu l'oublieras. C'est mon cadeau."

Après un dernier baiser, Justina conduit Jennyfer à la porte. Les derniers mots de la ventrue retentissent alors dans l'ascenseur:

'Tu me le paieras Justina! Tu ne mérites pas ce que tu as et je te hais!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: L'Antre de la Folie   Lun 4 Juil - 10:11

-Maman? J'ai trouvé un concept sur la metasphère que je comprends pas. C'est quoi l'inconscient?

-C'est quelque chose de propre à l'esprit humain. Tu vois, l'esprit est comme un système informatique, il a un code qui doit être maintenu intact pour fonctionner correctement. Mais il y a certains types d'informations qui peuvent corrompre ce code, qui sont dangereuses pour lui et le menacent. L'esprit humain prend alors ces informations et les met en quarantaine, dans une partie du cerveau qui doit rester isolée. Il ne peut pas effacer l'information, on dit qu'il la refoule.

-D'accord. Et s'il y a trop d'informations en quarantaine, il se passe quoi?

-C'est le danger. Si trop d'informations sont refoulées, certaines finissent par sortir et corrompre le code. Les êtres humains appellent cela la folie. Ce sont en fait des dérèglements de l'esprit.

-Et ça corrompt comment le code?

-Tout dépend de l'information, mais en général cela crée un décalage, une latence entre les stimuli sensoriels et leur interprétation. Les yeux verront quelque chose mais le message sera modifié, si bien que le cerveau interprétera autre chose. Parfois cela crée des dérèglements sentimentaux, devant un stimulus qui devrait induire certains sentiments compte tenu des normes culturelles, l'esprit ressent autre chose. Cela peut même atteindre les fonctions primaires de l'individu, par exemple son instinct de survie et le pousser au suicide.

-C'est un peu comme quand un robot arrête de fonctionner à cause d'une panne de software, c'est ça?

-C'est la même chose, à ceci près qu'il est beaucoup plus difficile de réparer un code psychique qu'un code logiciel. En réalité, c'est même totalement impossible, on peut juste limiter les effets, mais la cause ne peut jamais disparaitre. La folie ne disparait jamais, il faut bien comprendre cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: L'Antre de la Folie   Lun 4 Juil - 14:09

Jennyfer s'arrache du sommeil diurne, tirée par les cris de Lisa.
Malgré l'emprise de la torpeur elle se lève, sortant de son caisson pour se retrouver dans son bureau totalement nu et aseptisé.
Lisa est sur le sol, étendue,

Jennyer se rapproche d'elle et la prend dans ses bras, ce qui semble faire reprendre conscience à la gynoïde.

"Maman, c'était terrible, j'étais quelqu'un d'autre et je vivais une vie. Tu étais là, mais sans être là. Je ne comprends pas. J'ai ressenti quelque chose.
-C'était sûrement un rêve Lisa, rien de plus.
-Un rêve? Mais les machines ne rêvent pas. Et je ne dors pas non plus.
-Je ne sais pas vraiment Lisa. Tu n'es pas comme toutes les autres. Que se passait-il dans ton rêve?
-Je peux te montrer si tu veux."

Sans crier gare la gynoïde envoie les informations à Jennyfer, qui se laisse faire, sa conscience disparaissant un instant dans le rêve de Lisa.

Elle est dans une chambre qui donne sur la rue. Les murs sont décorés de quelques posters plastifiés, on y voit un cheval ou des jeunes étoiles de la chanson. Il y'a un lit avec des draps blancs et roses. Elle est dans sa chambre et elle a peur. Une porte vient de claquer dans le salon non loin. Il fait déjà nuit, elle a un petit pyjama avec des ponneys dessinés dessus. Elle en a déjà vu au zoo, des poneys, mais jamais ailleurs. Elle entend des pleurs, dans le salon. Elle n'aime pas entendre pleurer, alors elle se dirige vers la porte. Elle attrape la poignée et tire. Elle est un peu dure à ouvrir, comme tout ce qui est dans ces nouveaux matériaux.

Dans le salon il y a un canapé, et une femme aux longs cheveux noirs y est assise. Elle est courbée, ses coudes sont sur ses genoux et elle se tient le visage de ses mains. L'enfant s'approche de sa mère, et pose doucement sa main sur l'épaule de la femme, qui sanglote un peu. La jeune femme lève les yeux, elle a tout au plus dix neuf ans. Elle est assez quelconque, mais dans les yeux de l'enfant c'est la plus belle des femmes. Elle ressemble à Jennyfer. C'est Jennyfer

Mais là elle est triste, et en colère. Elle saisit le poignet de l'enfant violemment et la conduit à travers le salon vers la salle de bain. Elle fait couler de l'eau, l'enfant ne comprend pas.

"C'est de ta faute Élisabeth. Tout ça c'est de ta faute."

Elle plonge alors la tête de Lisa dans l'eau, tout en sanglotant. La poupée que n’avait pas lâchée Lisa tombe dans le bain, dansant mollement sur l'eau.


La réalité revient, mettant fin à l'agonie de Lisa. Jennyfer est perplexe. Elle sait qu'il ne s'agit que d'un rêve, que Lisa a du trouver ces informations sur la metasphère. Ce n'est peut-être qu'une réminiscence comme il y en a tant. Pourtant, quelque chose dans le ventre de Jennyfer remue, comme si son abdomen était gonflé et douloureux. Elle ferme les yeux, les mains sur le ventre et grimaçante de douleur.

Finalement la main de Lisa se pose sur son épaule, comme celle d'une enfant. La fille et la femme se prennent dans les bras l'une de l'autre, en laissant les mauvaises images disparaitre. Au fond, ce n'est qu'un rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: L'Antre de la Folie   Mar 5 Juil - 0:14

Archive du Bellevue Hospital, ancienne aile psychiatrique.
2016
Notes personnelles du docteur en psychiatrie Louisa Applegale, au sujet de Justina Manckiewicz

La patiente est une jeune femme de vingt ans, caucasienne, issue d'une famille d'anciens immigrés polonais. Elle a été admise le 12 Mars 2016, il y a six mois. Le rapport du docteur Zollanger fait état d'un déni de la réalité et de délires hallucinatoires mineurs, ce que je compléterais par des dépressions chroniques. Les premiers traitements ont visé à lui faire prendre conscience de la réalité, mais aussi bien les prises de médicaments que les entretiens ont échoué. La patiente ne montre presque aucune violence, mais reste apathique pendant les périodes de veille. La nuit il lui arrive rarement de subir des crises d'hystérie, ayant comme point commun la présence de sa fille. Elle ne s'en souvient jamais le matin cependant. Nous avons essayé de la confronter avec des images de ses crises, mais là encore elle nie les événements.

Il n'y a pas eu de changement pendant les quatre premiers mois, jusqu'à l'arrivée de la nouvelle interne, mademoiselle Oaks. La patiente a été réceptive à la présence de la jeune femme, mais elle semble aussi s'identifier à elle, ce qui la conforte dans son déni de réalité. Son comportement a toutefois subi une amélioration, notamment dans les relations sociales entretenues avec les autres patientes. Les doses d'antidépresseurs ont été réduites, mais le risque d'une fixation obsessionnelle est possible. La patiente est sous surveillance, mais l'expérience continue.

*******

Mademoiselle Oaks a choisi la patiente comme objet d'étude et les deux femmes passent beaucoup de temps ensemble. La patiente a repris une activité sociale quasi normale et n'est plus que sporadiquement sujette à l'apathie qui la caractérisait, ce qui a justifié une baisse drastique de ses prises de médicaments. Je reste cependant sceptique, j'ai remarqué plusieurs fois qu'elle répondait au prénom de mademoiselle Oaks, ce qui me conforte dans l'idée qu'elle s'identifie à la jeune femme. Le docteur Zollanger estime que c'est simplement la ressemblance phonétique entre leurs prénoms, mais je crois que c'est une sous-estimation.

Mademoiselle Oaks a proposé qu'une séance d'hypnose ait lieu. Je m'y suis opposée, mais la jeune femme a le soutien du docteur Zollanger. J'ai peur que si mademoiselle Oaks participe à la séance, comme cela sera le cas, elle n'influence la psychée de la patiente, d'autant qu'elle n'a pas l'expérience d'un médecin et ne devrait pas être autorisée à mener une telle expérience. Certes elle ne sera pas seule, mais la perspective m'inquiète...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Antre de la Folie   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Antre de la Folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection membre] Mon antre de la folie.
» L'Antre du Blup à Chartres
» L'antre du corsaire
» " L'antre de rushu"
» [Blog] Une petite graine de folie (enfin, un arbuste)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Vampire Cyberpunk-
Sauter vers: