Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Art Mathers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Art Mathers   Mer 3 Oct - 21:47

Il y a bien longtemps que je ne m'etais plus assis a mon bureau... L'envie n'est plus la. Je me sens fatigué... une vraie fatigue physique comme je n'en avait jamais connu. Je passe pas mal de temps avec Heather, ce sont des moments agreables. On boit un petit peu, je lui raconte mes enquetes, elle ses coups tordus. Le temps passe tranquillement avec elle. Du reste je n'ai plus eu de travail depuis longtemps, on dirait que cette fois les Ashcroft se sont lassés de moi. Quelque part tant mieux. Je n'ai plus eu de nouvelles de Amsar depuis longtemps non plus. Plus de nouvelles directes, puisqu'on peut la voir de temps en temps en arriere plan sur les photos des journaux. Je fais quelques photos pour un canard, c'est amusant et moins dangereux que le boulot d'enqueteur. Je reuni mes notes afin de tout publier, voila qui fera l'effet d'une bombe. En fait de plusieurs puisque je compte publier ca en plusieurs fois. Avec ce pognon je vais pouvoir m'offrir une petite maison au bord de la mer et me soigner tranquillement.

J'ai fais un choix, c'est fini les enquetes. Je n'ai plus l'age de prendre dans la gueule. Je repensais a John Hartigan, le personnage de Bruce Willis, qui crevait seul, un suicide pour ainsi dire, entre son coeur malade et son integrité comme seul rempart a l'horreur de la ville. Je ne suis pas ce genre d'hommes. Oui j'ai faillit le devenir mais depuis que j'ai mis de la distance avec tout ca, je ne cherche plus la justice, je sais qu'elle n'existe pas. On annoncait la fin du monde et elle ne vient pas, on annoncait la guerre et elle ne vient pas. non c'est fini les enquetes et les coups dans la gueule pour quelques dollars, je vais rentrer dans un journal ou je continuerai a fouiner puisque je suis doué pour ca, mais je limiterais la casse. je continuerais a emmerder tous ces richards sans avoir besoin de protegers qui que ce soit...

je devrais peut etre songer a demenager quelques affaires puisque je passe le plus clair de mon temps chez Heather. ce que j'aime chez cette fille c'est qu'on a pas besoin de la defendre. Elle se bat comme un commando a la grande surprise de beaucoup.

les choses ne vont pas si mal apres tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Art Mathers   Dim 21 Oct - 12:10

je n'aurais jamais cru devenir ce que je suis devenu... Voila plusieurs mois que je travaille pour le Arkham Times. Ce journal est tres interessé par mes enquetes. Je suis bien payé et pour une fois je n'ai pas besoin de faire des sales boulots pour gagner ma vie. Je travaille quand je veux, je sors quelques scandales de mon chapeau et hop l'argent tombe. Au moins je ne perds pas ma reputation de fouineur! Ca me plait!

Eather et moi, nous menons la grande vie. On ne se refuse rien et pourtant on a besoin de presque rien.

Et pourtant, cela faisait plusieurs semaines que je me sentais fatigué. J'en avais presque oublié la maladie. Eather m'a demandé d'aller me soigner. j'ai dis oui... Mais je ne me suis pas encore decidé a le faire. Les douleurs se font plus fortes, elle me rappelle l'epoque pas lointaine ou je descendais dans la rue pour des infos et que je me battais. La vie a cette epoque etait facile et sauvage... Aujourd'hui je dois rendre des comptes a tout un tas de gens. J'avais envie d'une vie plus facile et maintenant je manquais de liberté... J'ai toujours ete insatisfait.

voila plusieurs jours que je n'arrive plus a me lever. Je tousse beaucoup. Mes douleurs au ventre se font de plus en plus forte. je crache vraiment beaucoup de sang cette fois. merde. Je n'ai plus le choix Eather me fait conduire a l'hopital. Une fois la bas, on me donne des tranquilisants. Le monde est etrange vu sous cet angle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Art Mathers   Dim 28 Oct - 12:37

J’ai trop trainé. Quand finalement Eather m’a fait conduire a l’hopital ; il était déjà trop tard. Les medecins ont lancé des analyses, en vain. Ainsi donc, Art Mathers allait tirer sa reference. Non pas derouillé par un dur dans une ruelle, ni descendu a la sauvage devant chez lui, mais comme un vieux con qui avait refusé de se soigner, dans un lit, comme une merde. La vie jouait de drole de tour. Moi qui avait passé ma vie a courir apres la liberté, j’allais finir prisonnier d’un lit…

Les semaines passerent. Eather continuait a venir me voir. Mais la maladie était particulierement virulente. Alors un jour, j’ai demandé a Eather de ne plus venir. Je voulais lui epargner ce sinistre spectacle. Et pourtant chaque jour elle revint. Chaque jour je lui demandais de ne plus revenir et je la voyais arriver le lendemain, sur les coups de 10h. Ce cinema ne dura pas. Car pour pallier a la douleur ils commencerent a me donner des drogues. Je distinguais au milieu du brouillard le parfum d’Eather. Et puis une nuit, je regroupais ce qui me restait de conscience pour couper les machines qui me maintenant en vie. Tout doucement, le froid s’installa en moi. D’abord les pieds, puis les mains. Rapidement je sombrais dans un doux sommeil. J’avais simulé tant de fois ma mort, cette scene me semblait familiere. Je n’avais pas peur. Art Mathers, medium, detective, tete de lard. Je ne regrettais rien sinon Eather. J’ai beaucoup rit dans cette vie, la vie aura été un drole de jeu, mais tout jeu a une fin. Je laisse derriere moi un monde qui ne tardera pas a exploser, j’ai longtemps cru qu’on pourrait le sauver. Mais au crepuscule de ma vie je dois bien avouer que je doute qu’on puisse faire quoique ce soit pour lui… Amsar et bien d’autres ont ouvert des portes sur autre chose, auront-ils le temps d’aller jusqu’au bout ? je l’espere vraiment. Dans un dernier rire, je rends mon dernier souffle. Les bip bip des machines se taisent…

Rira bien qui rira le dernier ! Ce ne sera pas comme dans Casablanca, pas de dernier baiser sur la piste, pas de Renault pour dire a Louis que c’était le debut d’une belle amitié. Je partais seul…
Au matin, on retrouva Art Mathers bel et bien mort.

La mort n’est pas froide. Ou suis-je ? en enfer ? quel etrange paysage… je me reveille, comme apres un tres long sommeil… je dors sur un sol de lychens. Le sol est spongieux. Le ciel est bas et gris. Le vent souffle mais je n’ai pas froid. Je suis nu. Je decide de marcher. Pourquoi lorsqu’on n’a rien a faire on decide de marcher. Je ne sais pas ou je suis alors comment saurai je vers ou je vais ? L’homme des cavernes avait du faire la meme chose, se mettre en marche. C’était vraiment un truc propre a l’homme. Je ne sais pas depuis quand je dormais. Je n’ai ni faim ni soif. Pourtant je longe une riviere, je pourrais m’y desalterer. J’ai marché pendant longtemps. Combien de temps impossible de le dire, j’ai comme l’impression que le soleil ne se leve ni ne se couche ici. Je fini par m’asseoir un peu. Je regarde autour de moi, le paysage est de plus en plus etrange, je marche toujours sur ce sol de lychen et de mousse mais des rochers noirs et saillants ont fait leur apparition. Imperceptiblement, la nuit commenca a tomber. Au loin, je vis des couleurs chatoyantes, merveilleuses. Alors me revient le souvenir d’Eather. Je ne m’etais plus demandé qui j’etais depuis que j’etais la et la premiere chose dont je me rappelle c’est d’Eather. C’est alors qu’un etrange grondement vint troubler ma contemplation. C’est alors que je vis des creatures montées par d’etrange etres humanoides. Me voyant, ils s’arreterrent et m’encerclerent. Ils n’était pas tres pacifique a en croire leurs cris, leurs armures de pierres et les lances qu’ils pointaient vers moi. Ils etaient grand et mince mais tres musclés. Leur peau était couleur de neige et leurs yeux d’un gris plein etaient immenses. Ils auraient pu avoir l’air monstrueux et pourtant quelque chose emanaient d’eux qui les rendaient beaux. Non, parfait. Les creatures qu’ils montaient ressemblaient a des autruches dont la peau aurait été recouverte de cuir. Alors l’un d’eux descendit de sa monture et s’approcha de moi. Alors je me relevais pour le toiser. Il était beaucoup plus grand que moi… hum… Plongeant ses yeux gris sans blanc ni pupilles dans les miens, il s’approchait. Je connaissais cette attitude… peu importe ou j’etais, tous les petits caids avaient la meme facon de jouer au dur. Avec moi ca ne prends pas. Rapide, il m’envoya un coup dans la figure, que je reussi a esquiver, et avant que je comprenne ce que je faisais, je lui donnais un coup dans le ventre, avant de lui assener un coup de tete qui l’envoya valser. KO, il resta par terre. Mais les autres descendirent d’ « autruche » pour me cerner avec leurs lances, l’un utilisa un etrange baton qui tira un eclair bleu dans ma direction. Trop tard pour l’eviter… Frappé de plein fouet je sombrais dans les tenebres.

Longtemps apres, je me reveillais. J’etais pieds et poings liés. Etendue par terre dans une etrange cahute en forme de dome. En face de moi se trouvait une creature similaire a celle que j’avais mis ko tout a l’heure.

- Hey ! lui dis je, hey toi ! ou on est ?

La creature me regarda interloqué.

Ouais toi ! on est ou la ?

La creature ne me comprennais pas… allons bon. Je me redressais comme je pouvais et commenca alors un etrange jeu entre nous. Je finis par comprendre que la creature s’appelait Krijj et qu’elle disait appartenir au peuple des Nodiens. Il n’avait pas donné de nom a leur planete. Apres plusieurs « jours » de discussion intense je commencais a pouvoir m’exprimer dans la langue de Krijj. Apres plusieurs semaines, j’arrivais a m’exprimer facilement. Leur langue rappelait etrangement l’anglais, l’allemand, le hollandais. Leur planete n’avait pas de nom, ils vivaient sous la tutuelle de Nodens, un tres ancien dieu. Les hommes pensaient que j’etais un espion de Yog Sototh ou d’une quelquon’que divinité. Finalement un jour, plusieurs guerriers arriverent dans la cellule et m’embarquerent. Je ne dis rien. On marcha longtemps et finalement a l’approche d’un enorme volcan, on fit halte. Etait installé dans un emicycle de pierre noire de nombreux nodiens. Se tenait au milieu d’eux un creature etrange, voir meme grotesque. Son visage rappelais les traits d’un elephant. La creature pathetique avait des yeux rouge de rubis qui scintillait et quand elle posa son regard sur moi je me senti sonder du plus profond de mon etre. Sans ouvrir la bouche, elle me parla.

Qui es tu espion ?

Je ne suis pas un espion ! je suis Art Mathers et je viens de la Terre. Je suis mort.

Mort ? etrange… Art Mathers tu dis ? hmmmm serais tu le messager que j’attendais ?

Encore cette histoire de messager…

Je sentis alors les yeux se poser au fond de mon ame et la sonder.

Bien je vois que tu n’es pas un espion…

Quoi ? il vous a fallut tout ce temps pour m’amener ici et en 2 minutes vous voyez que je ne suis pas un espion ?

Le temps ne s’ecoule pas de la meme facon ici Arthur. Vous les humais etes trop pressé. Vos vies sont courtes, tu en as fait l’experience toi-même ! ici nous ne connaissont pas la mort, du moins de vieillesse.

Mais ou suis-je ?

Est-ce la seule question que tu as ? tu es sur ma planete. Elle est moi et je suis elle. Elle n’a pas de nom car elle a mon nom.

Comment rentrer sur la terre ?

Tu es mort Arthur, tu ne peux plus retourner sur la terre pour le moment.

Pour le moment ?

Treve de questions. Si tu veux avoir reponse a tes questions, tu dois d’abord passer l’epreuve que notre societe reserve aux jeunes hommes. Drex a une dent contre toi c’est lui que tu affronteras.

Je vis alors Drex claquer des dents. C’était vraisemblablement le nodien que j’avais cogné a mon arrivée. Bon ils etaient rancuniers en plus…
Un matin on vient me chercher et on m’emmene a travers ce paysage desolé. On me fait assoir sur un rocher. A quelque pas de moi se trouve un immense lac d’acide. Et au dessus de lui, une sorte de pont tres haut mais large de quelques pieds seulement. Arriva de l’autre coté, mais seul, Drex. Il s’assis sur un rocher. Et me fixa. Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés a nous regarder puis il finit par se lever du coup moi aussi. On monta chacun de notre coté du pont. Commenca alors le combat. Drex était un bon combattant, rapide mais impatient. Il me colla quelques coups. Je l’epuisais un peu puis quand il crut avoir gagné le match, il se prit deux trois coups de poing. Est-ce que c’était l’air ambiant mais je me sentais plus fort qu’avant, et plus rapide aussi. Pas seulement dans les mouvements, dans la reflexion aussi. Bref rapidement Drex perdit le combat. C’est alors qu’il chuta. Ne pouvant me resigner a le laisser couler dans ce lac d’acide, je le rattrapais. Parvenant a le hisser, nous sommes redescendus rapidement du pont. En bas, il me jura fidelité dans une sorte de rituel de sang et de pierres. Tout ceci était tellement nouveau pour moi. Tout est imprimé dans mon esprit et pourtant les mots ne viennent pas… Comme si ce qui était la bas devait y rester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Art Mathers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Art Mathers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Cthulhutech-
Sauter vers: