Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 sur les nazzadis...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: sur les nazzadis...   Ven 20 Juil - 15:47

Masques Nazzadis :

Pendant les premières guerres arcanotechnologiques, les nazzadis revêtaient sur le champ de bataille des masques effrayants, grimant des monstruosités sidérales oubliées
Chaque masque était individualisé et les clans nazzadis arboraient des masques aux caractéristiques communes et identifiables.
L’impact sur les humains fut terrible. Au cours des premiers affrontements, les humains étaient véritablement épouvantés croyant affronter des entités monstrueuses. Comme les nazzadis n’abandonnaient jamais les corps de leurs soldats tombés au combat, le « mystère » nazzadi dura très longtemps.
Après la paix et la réconciliation, les masques ne tombèrent pas en désuétude. Les danseurs nazzadis les portaient toujours au cours de spectacles aux accents guerriers.
On murmure aussi que les bellicistes nazzadis gardent toujours leurs anciens masques pour le jour funeste ou la paix serait rompue avec les humains.

Vin des étoiles

Le vin des étoiles, plus communément appelé « juce » ou jus est une substance prohibée, fabriquée clandestinement par les nazzadis et consommée par les « bootleggers »
L’origine remonte aux guerres arcanotechs. Les soldats nazzadis, profondément choqués et démoralisés par les horreurs de la guerre usaient du juce comme d’un stimulant et d’un calmant.
Lorsque la paix avec les humains a été conclue, de nombreux anciens soldats, à présent drogués au juce n’ont pas pu se sevrer. La consommation est donc très fréquente dans les ghettos et les communautés nazzadis les plus sinistrées.
Le vin des étoiles peuple l’esprit du consommateur d’hallucinations étranges. Sa santé mentale peut être profondément affectée par un usage réitéré. Les bootleggers finissent par développer des stigmates : une certaine maigreur, des veines saillantes et surtout des yeux cyanosés presque blanc sur blanc.
La fabrication du juce est un secret ; on suppose qu’il est distillé à partir d’essences végétales sidérales que les nazzadis font pousser dans des serres clandestines.
Avec l’aide du milieu italien, la consommation de juce est en train de se répendre parmi la population humaine avec des effets dévastateurs et secondaires démultipliés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mer 29 Aoû - 21:55

http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9v%C3%A9
Vévé

Un vévé ou vèvè est une sorte de symbole que les prêtres vaudous (houngan) dessinent autour d'un potomitan (poteau-mitan, un pilier situé au centre du péristyle), lieu de passage des esprits (loa ou lwa), avec de la farine de maïs, de la cendre, de la craie ou toute autre poudre 1, 2.

Le vévé correspond à un lwa, le dessin réunit ses symboles. Les vévés pour un lwa peuvent varier, mais on y retrouve généralement ses symboles traditionnels sous forme stylisée.
Exemples

Par exemple, celui d'Ogou Feray contient un sabre et/ou une image du feu, et les lettres V et A, symboles masculins et guerriers.

Le vévé de Papa Legba est une croix décorée d'une canne,

Celui de Damballa comporte deux serpents parallèles entourant un bâton, ou en triangle autour d'une croix.

Celui d'Erzulie est un cœur, parfois percé d'une épée.

Le vévé de Baron Samedi est une croix sur un autel ou une tombe, souvent entourée de deux cercueils.

Celui des Marassa Jumeaux est composé de trois traits parallèles (horizontaux ou verticaux) recouverts de V entrecroisés (symbole de l'union des contraires), avec un œuf au centre de chaque trait.

Celui d'Agwé, le patron des pêcheurs, est un bateau.











le vévé d'ERZULIE FREDA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 15:07


Une consultation chez le prêtre vaudou


http://afrique.arte.tv/blog/?p=2209

"on peut toujours choisir sa religion. mais on ne choisit pas sa tradition."


*********************************************************************************

http://afrique.arte.tv/blog/?p=2212&o=2209&oimage=http://afrique.arte.tv/wp-content/uploads/benin-20.jpg&otitle=Une%20consultation%20chez%20le%20pr%C3%AAtre%20vaudou

**********************************************************************************

source : pdf de solidarité laique sur le vaudou de benin

Définition du dictionnaire Robert :
Etymologie : Provient de « vodu » ou « voudoun ».
Culte animiste originaire du Bénin, répandu chez les Noirs des Antilles et d'Haïti, mélange de pratiques magiques, de sorcellerie et d'éléments pris au rituel chrétien ; divinité de ce culte. En réalité, c’est seulement au contact des propriétaires d’esclaves (chrétiens) et pour masquer la pratique de leurs cultes - interdits et passibles de tortures voire de
mort- que s’intègrent les influences chrétiennes. Ils sont considérés comme « païens » : expression du diable par les très pieux esclavagistes et les églises.
En langue Fon « vodoun »:"Ce qu'on ne peut élucider, la puissance efficace"

L'origine de la religion Vaudoue est très ancienne, au point qu’il est très difficile de
la dater. Nous savons qu’elle prend sa source dans une vaste région formée par le Sud
du Bénin, le sud-est du Nigeria, le Sud du Togo, et l’Est du Ghana. Elle a beaucoup de
caractéristiques communes avec les premières pratiques polythéistes et animistes (Attitude consistant à attribuer aux choses une âme analogue à l'âme humaine) : les
totems d'animaux, la magie sympathique, les esprits-éléments dans les arbres, les
cieux, les corps des malades...mais connaît une évolution dans ses pratiques lorsqu’elle
est amenée à entrer en relation avec la religion catholique, pendant la « traite négrière ». Les esclaves emmenés ainsi vers le continent Américain et vers les Antilles :

Haïti, Cuba, Brésil, Amérique...trouvent refuge dans des réunions secrètes organisées à la tombée de la nuit dans les champs de coton et de cannes à sucre. Ils y puisent une force de résistance. Les coutumes diffèrent cependant sensiblement d’une communauté à l’autre encore aujourd’hui. Pour certains, le vaudou est une religion polythéiste (avec un Dieu suprême entourés d’une multitude de divinités) et, pour d’autres, une religion monothéiste (avec un Dieu suprême, inaccessible, dont les différentes facettes s’exprimeraient à travers les forces telles que la foudre, la maladie, etc.…). Pour les initiés, c’est une entité immatérielle qui surpasse l’homme : une force, une énergie ! Les rituels sont accompagnés de chants et de danses de transe, au cours desquelles il est préférable de commencer par consulter l’oracle Fa. C’est aussi le moment où les dieux et les esprits des ancêtres exercent une influence positive directe sur la vie des êtres humains.


Le culte vaudou est né en Afrique de l’Ouest, et reste très pratiqué, notamment au Bénin, Nigéria, Togo, Ghana. Des variantes du vodou existent aussi à Cuba (Santeria), au Brésil (Candomble), et aussi aux Antilles françaises (avec les pratiques des « quimboiseurs »). Haïti est probablement l’endroit où l’on pratique encore le plus aujourd’hui ces rituels. Le culte vaudou, très répandu alors permit aux esclaves de se réunir et contribua à l’insurrection contre l’esclavagisme dans la nuit du 14 août 1791 pendant la cérémonie du Bois Caïman qui avait été organisée. Aujourd’hui, durant 4 jours au mois de juillet, plus de 70 000 personnes se rendent au lieu dit du Saut d’eau et font des bains de chance. Selon la croyance, on dit même que les bons esprits se nicheraient dans les cascadeset dans les arbres !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 15:15

Le panthéon vaudou (des dieux) est avant tout constitué de puissances de la nature : mer, feu, vent… et ne contient pas de notions de paradis ou d’enfer. Voici quelques divinités fondamentales :

MAWU :

Dieu suprême, créateur des autres divinités. Il a la particularité de n’être jamais représenté.

**********************

Les LWAS (esprits) : Ils entrent en contact avec les hommes et sont représentés par des objets de la nature inanimés (comme des pierres, des arbres…).

**********************

LEGBA: Dieu de la réflexion et est plus important que tous les autres puisqu’il a la particularité d’être l’intermédiaire entre les autres dieux et déesses.


PAPA LEGBA : intermédiaire et messager des dieux

Legba : Aussi appelé "Mèt-Klfou"(maitre des carrefours), il est le loa de la croisée des chemins. C'est le premier loa invoqué durant les cérémonies, car c'est lui qui ouvre les portes vers le monde éthéré et vers la communicaion spirituelle.Il est la personnification de la sagesse et de l'humilité. C'est pour cette raison que les offrandes qui lui sont offertes sont moins grandiloquentes que celles des autres loas.Il apparait bien souvent comme un vieillard boiteux.Dans certaines traditions on le surnomme "Le Gardien de la Porte".

**********************

ERZULIE : Déesse de l’amour

Erzulie : Loa de l'amour, de la volupté et de la beauté.Elle représente les différents visages de la Femme à travers les sentiments amoureux à tavers ces multiples représentations. Erzulie Freda est la femme aimante et passionnée tandis qu'Erzulie Dantor est la femme jalous et destructrice. Durant les cérémonies il lui est offert des bijoux, des parfums, du vin de grand cru.

**********************

GU : Dieu de la guerre

Ogoun : Loa guerrier associé au feu et au fer. Il était très sollicité durant les époques de révoltes contre l'esclavage.

**********************

ZAKPATA : Dieu de la variole, de la maladie et plus généralement de la Terre.

**********************

DAMBELLA : Dieu de la connaissance


Damballah : Dieu serpent des origines, détenteur de la connaissance ancestrale, il est la figure du père sage et protecteur. Il représente le printemps et est le maître des lacs et des rivières.Il veille à l'équilibre des forces. Il est symbolisé par la couleur blanche et le serpent.


Aida Wedo :Elle est considérée comme étant l'équivalent de la déesse africaine Mawu. Elle est le loa de la fertilité et de la nouvelle vie, et la compagne de Dambalah.Elle symbolise a connaissance.

**********************

HEBIEZO : Dieu de l’orage, de la foudre. Il est accompagné par un nain, chargé de forger les éclairs.

**********************


MAMI WATA : Déesse des eaux. Elle symbolise à la fois la mer nourricière que l’océan destructeur. Elle est souvent représen-tée comme une sirène ou comme une belle jeune femme tenant des serpents.

**********************

DAN est un serpent sacré (souvent le python), il faut pas le tuer car il supporte l’univers et a assisté à sa création.

**********************


Agaou : Maître du tonnerre,de la foudre et du vent

Agoué : Maître de la mer et des océans. Il est le patron des marins.

************************************

Aïzan: Aïzan est l'esprit de l'initiation.C'est un loa bienfaisant et protecteur symbolisant la guérison, notamment par les plantes. Sa pureté est représentée par les feuilles du palmier royal. C'est elle-même une Mambo qui aide de façon invisible ceux qui transmettent la Connaissance Vaudou, elle est la patronne des marchands.

****************************************

Baron Samedi
: Génie de la mort et maître de cimetières. Il est le chef de esprits de la mort, les Guédés.

*****************************************

Bossou : Loa des politiciens. Il est souvent représenté comme un homme-taureau à trois cornes.

*****************************************


Grand bois : Loa représentant le pouvoir de la végatation et des forêts. Il symbolise par la même la regénérescence et la guérison par les plantes.

Loco : Loa des arbres, il est le patron des guérisseurs.Il est celui qui donne aux feuilles leurs vertues médicinales. Selon la légende il aurait été humain avant de devenir loa. Il est le maître du poteau mitan lors des cérémonies

************************

Marassa : Loas jumeaux, ils représentent l'équilibre des forces et la dualité, l'unité originelle des contraires. Ils symbolisent le haut et le bas, l'humain et le divin, le mortel et l'immortel. En eux se trouve l'union originelle de la Terre et du Ciel, du Jour et de la Nuit. Toutes les offrandes qui leur ssont attribuées par leurs fidèles le sont en double ou en triple. Ils auraient le pouvoir de faire tomber la pluie et d'aider les docteurs-feuilles et seraient responsable de l'abondance du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 23:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 23:03

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 23:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 23:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1214
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Jeu 30 Aoû - 23:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Lun 3 Sep - 19:36

une ballade Nazaddi

Fils de la lune

Stupide celui qui ne comprend pas
Raconte une légende
Une femme Nazaddi
A ensorcelé la lune jusqu'à l'aube
Elle demandait en pleurant
j'usqu'au lever du jour
pour se marier avec un Nazaddi
«tu auras ton élu, toi a la peau d'onyx
- Du ciel parla la pleine lune -
Mais en retour, je veux
Le premier enfant
que tu auras avec lui
sacrifices de son enfant que
pour ne pas être seul
peu elle l'aimera. "

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

D'un père à la peau d'onyx est née un enfant
Blanc comme le dos d'une hermine
Avec les yeux gris
au lieu d'olive
Enfant albinos de la lune.
"! Maudite sa comparution,
Cet enfant est un payo
Et je ne mettrai pas dehors! "

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

Le Nazaddi se santant déshonoré
est allé voir sa compagne, couteau à la main:
"de qui est l'enfant?
Vous m'avez trompé. "
Et mortellement la blessa.
Puis il alla au mont.
Avec l'enfant dans ses bras
Et là il l'abandonnas.

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

Et les nuits de pleine lune
l'enfant est tranquille
Et si l'enfant pleure
La lune s'obscurci
Pour lui faire un berceau ...




texte originel
Fils de la lune

Stupide celui qui ne comprend pas
Raconte une légende
Une femme tsigane
A ensorcelé la lune jusqu'à l'aube
Elle demandait en pleurant
j'usqu'au lever du jour
pour se marier avec un gitan
«tu auras ton homme, toi a la peau fauve
- Du ciel parla la pleine lune -
Mais en retour, je veux
Le premier enfant
que tu auras avec lui
sacrifices de son enfant que
pour ne pas être seul
peu elle l'aimera. "

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

D'un père à la peau cannelle est née un enfant
Blanc comme le dos d'une hermine
Avec les yeux gris
au lieu d'olive
Enfant albinos de la lune.
"! Maudite sa comparution,
Cet enfant est un payo
Et je ne mettrai pas dehors! "

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

Le gitan se santant déshonoré
est allé voir sa femme, couteau à la main:
"de qui est l'enfant?
Vous m'avez trompé. "
Et mortellement la blessa.
Puis il alla au mont.
Avec l'enfant dans ses bras
Et là il l'abandonnas.

Lune tu desire être mère
Et toi tu ne reussi pas a trouver l'amour
qui te fera être femme.
Dis-moi, lune d'argent
Comment pourras tu faire
avec un enfant de chair ?
Fils de la Lune

Et les nuits de pleine lune
l'enfant est tranquille
Et si l'enfant pleure
La lune s'obscurci
Pour lui faire un berceau ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mar 4 Sep - 15:40

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rishi

Rishi est un mot de vieil-indien qui se traduit par « régularité » et s'applique à tous les mouvements réguliers du cosmos védique. Un Rishi védique est un témoin primordial de toutes les régularités à l'œuvre en ce monde qui manifestent pour lui le Véda au sens premier de « découverte » de l'ordre cosmique.

le brahmanisme conçoit les sept Rishi comme d'anciens sages qui auraient « entendu » (Śruti) le Véda primordial

L´hindouisme considère les Rishi comme des yogi qui, en méditation profonde, entendirent les « hymnes » du Véda émanés du Brahman.
Dans l'Hindouisme, un Rishi est considéré soit comme un patriarche, un saint, un prêtre, un précepteur, un auteur d'hymnes védiques, un sage, un ascète, un prophète, un ermite, soit comme une combinaison de ces différentes fonctions.

Les Rishi écoutent, et entendent le Ṛta, rythme du cosmos manifesté dans le cours régulier des étoiles, la succession régulière des saisons , la simplicité d'une conduite droite et honnête qui mène à la prospérité et à la fécondité...

Les Rishi entendirent le cosmos proférer de lui-même le son fondamental que développent ensuite les stances du Veda éternel dont voici un exemple : « ô Soma, ô bienfaiteur puissant, uni à ta douce rosée, viens dans le sacrifice au milieu de ces richesses qui font ta gloire », premier verset d'une « hymne » au pouvoir de Soma, transmis par les sept Rishi Bharadwaja, Gasyapa, Gotama, Atri, Viswamitra, Djamadagni, et Vasishtha

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mar 4 Sep - 15:46

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ahims%C3%A2

Ahiṃsā est un terme sanskrit qui signifie non-violence ou respect de la vie. C'est aussi un concept de la philosophie indienne qui a rapport à la bienveillance.

Le mot ahimsā désigne proprement « l'action ou le fait de ne causer de dommage à personne », himsā signifiant « action de causer du dommage, blessure » et a- étant un préfixe privatif. Il est interprété de diverses manières, le plus souvent comme une forme de relation pacifique avec tout être vivant.

L'ahimsā est une composante importante de l'hindouisme, du bouddhisme et du jaïnisme qui en a fait l'application la plus stricte. Ce terme apparaît dans la Chāndogya Upaniṣad. Cette upaniṣad est l'une des plus anciennes...


Dans l'hindouisme

Selon le sage Vyāsa, « l'Ahimsā consiste à ne jamais blesser, en aucune manière, une créature vivante quelle qu'elle soit ». Fondée sur la compassion, pouvant prendre un rôle actif en incarnant la générosité et le désintéressement (œuvre charitable par exemple), cette doctrine est à la base de l'éthique hindoue qui est personnifiée par la déesse Ahimsā, la femme du dieu Dharma (dharma, « ordre socio-cosmique » dans l'hindouisme). C'est le premier des cinq renoncements auxquels le yogi à la recherche de l'Illumination doit se soumettre, bien qu'il ne soit pas spécifiquement yogique, mais désiré par tout « honnête homme ».

L'ahimsâ est néanmoins plus qu'une « vertu » puisqu'elle est vue, depuis l'antiquité indienne, comme la base politique de la société « noble », non démoniaque — ennemie des dieux, du dharma, du cosmos —, puisqu'étant le premier des trois premiers devoirs de base (ahimsa, satyam, astya) de toute la communauté hindoue (les ârya ou « nobles » en sanskrit) des Lois de Manu.

Dans la mythologie hindoue, ahimsâ est personnifiée par Ahimsâ dévî, la déesse de la non-violence : elle est l'épouse du dieu Dharma (devoir universel), et est donc sa Shakti ; elle est la mère du dieu Vishnou

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mar 4 Sep - 20:58

Aurobindo Ghose, quelques citations


"La vie échappe aux formules et aux systèmes que notre raison s'efforce de lui imposer ; elle s'avère trop complexe, trop pleine de potentialités infinies pour se laisser tyranniser par l'intellect arbitraire de l'homme... Toute la difficulté vient de ce qu'à la base de notre vie et de notre existence, il y a quelque chose que l'intellect ne pourra jamais soumettre à son contrôle : l'Absolu, l'infini"




"il y a en nous une double entité psychique, l'âme de désir superficielle [..] et une entité psychique subliminale, pure puissance de lumière, d'amour, de joie, essence d'être épurée qui est notre âme véritable derrière cette forme extérieure d'existence psychique que si souvent nous honorons de ce nom. C'est quand un reflet de cette entité psychique plus vaste et plus pure paraît à la surface que nous disons d'un homme qu'il a une âme..."
notre véritable essence individuelle intégralement tournée vers le divin et la divinisation puisqu'elle en est la manifestation individualisée : Aurobindo parle en ce sens précis de psychisation




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mar 4 Sep - 21:58

Jezabel Charlotte a écrit:


Selon le sage Vyāsa, « l'Ahimsā consiste à ne jamais blesser, en aucune manière, une créature vivante quelle qu'elle soit ».......C'est le premier des cinq renoncements auxquels le yogi à la recherche de l'Illumination doit se soumettre, bien qu'il ne soit pas spécifiquement yogique, mais désiré par tout « honnête homme ».



http://fr.wikipedia.org/wiki/Yoga_S%C5%ABtra

Voici les huit "membres" (aṅga), étapes ou branches du rāja-yoga, telles que recensées par Patañjali dans l'ashtānga-yoga :
écriture dévanagari

1- Yama, les devoirs moraux élémentaires envers les autres comme envers soi-même (attitudes justes) :

ahimsā : ne pas tuer ou blesser des êtres vivants, en pensées, en paroles et en actes, directement et indirectement6 (non-violence)

satya : avoir une vue impartiale des événements (vérité)

asteya : discerner ce qui est légitime de ce qui ne l'est pas (respect de la propriété, absence de vol, honnêteté, probité)

brahmacharya : trouver le juste milieu dans tous les domaines de la vie (modération)

aparigrahā : rester libre de superflu et de possessions






2- Niyama, se discipliner et se mesurer dans la pratique quotidienne (code moral) :


shaucha : propreté et respect externe et interne (pureté)

santoṣha : prendre les événements tels qu'ils se présentent (contentement)

tapas : faire preuve d'ardeur et de volonté dans la pratique (discipline)

svadhyāya : l'observation intérieure de la motivation des actes et l'étude des textes sacrés

îshvara-pranidhānā, dédier ses actes au soi non personnel





3- Āsana Être fermement et tranquillement établi dans la présence à soi.(Être fermement établi dans un espace heureux)




4- Prānāyāma, ne plus respirer inconsciemment. Patañjali définit la respiration yogique comme étant longue et fluide.



Il peut paraître surprenant que les Yogasūtra ne donnent aucune indication sur des postures et des pratiques respiratoires. En effet, āsana et prānāyāma ont donné lieu à tout un développement ultérieur de pratiques et d'entraînement (Haṭha yoga). Mais il faut bien comprendre que ce ne sont que des étapes permettant d'éliminer les perturbations mentales faisant obstacle à la tranquillité qui peut se percevoir dans les positions naturelles du corps et la fluidité du souffle. À partir de là, la sincérité de la pratique va induire dans la vie quotidienne des attitudes survenant d'elles-mêmes, composées parfois aussi des autres membres du yoga. Cela se manifestera comme une preuve de l'efficacité du travail entrepris.


5- Pratyāhāra, le bien-être non dépendant du conditionnement des sens (harmonisation ou retrait des sens).

6- Dhārana, Dhârana est la concentration (une aptitude à soutenir l'attention sans se laisser distraire) sur l'activité du mental, des émotions, de la posture, ou du souffle. Il s'agit de l'écoute subtile des sensations, de la respiration, des pensées qui passent, ou ne passent pas.


7- Dhyāna, c'est la méditation. Pratyāhāra (retrait des sens) est associée au mental, dhyâna (méditation profonde) est associée à la présence à soi.

8- Samādhi, "c'est l'aptitude à devenir un avec l'objet perçu", l'établissement de la conscience, l'état d'unité, l'équanimité. La conscience a rejoint l'Absolu, alors que le dhyāna est encore dans la dualité. C'est l'état de contemplation profonde. Mircea Eliade nomme cet état "enstase", par opposition à extase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   Mer 12 Sep - 17:35

un Nazaddi est consideré adulte à 16 années humaines. c'est là que l'on devient un Guerrier. c'est à cet age que l'on part vers les etoiles. c'est à cet age que l'on doit defendre les siens. c'est à cet age que l'on connait le silence des espaces infinis, car nul ne vous entend crier à l'agonie.


Chant Nazaddi

Il venait d’avoir 16 printemps
Il était beau comme un enfant
Fort comme un homme
C’était la guerre au firmament
Et j’ai prié le regardant
Nos dieux qui dorment

J’ai mis de l’ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir sur mes yeux
Tout en chantant
Quand il s’est approché de moi
Je lui ai dit de vive voix
« Reviens vivant »

Il venait d’avoir 16 printemps
C’était le plus bel argument
Du sacrifice
Il m’a mené vers son vaisseau
Qui avait vécu mille assauts
Et l’Armistice

Il m’a dit « j’ai envie de toi,
Et que Mamoui Ata
Bénisse la Danse »
Au creux d’un lit improvisé
Notre Danse a réunifié
Nos deux errances

Il venait d’avoir 16 printemps
Ça le rendait presqu’insolent
Face aux étoiles
Et pendant qu’il s’y envolait
Dejà en deuil je me couvrais
De voiles noires

J’airais voulu le retenir
Pourtant je l’ai laissé partir
Sans faire un geste
Il m’avait dit « je reviendrai »
Comme une litanie scandée
De l’agonie en liesse

Je mets de l’ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir à mes yeux
Par habitude
Il est parti tout simplement
Vers son Etoile de 16 printemps



*************************************

http://www.youtube.com/watch?v=GX2e9Si-FLY

*************************************

inspi : dalida / il venait d'avoir 18 ans

Il venait d'avoir 18 ans
Il était beau comme un enfant
Fort comme un homme
C'était l'été évidemment
Et j'ai compté en le voyant
Mes nuits d'automne

J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir sur mes yeux
Ça l'a fait rire
Quand il s'est approché de moi
J'aurais donné n'importe quoi
Pour le séduire

Il venait d'avoir 18 ans
C'était le plus bel argument
De sa victoire
Il ne m'a pas parlé d'amour
Il pensait que les mots d'amour
Sont dérisoires

Il m'a dit: "j'ai envie de toi"
Il avait vu au cinéma
Le blé en herbes
Au creux d'un lit improvisé
J'ai découvert émerveillée
Un ciel superbe

Il venait d'avoir 18 ans
Ça le rendait presqu' insolent
De certitude
Et pendant qu'il se rhabillait
Déjà vaincue, je retrouvais
Ma solitude

J'aurais voulu le retenir
Pourtant je l'ai laissé partir
Sans faire un geste
Il m'a dit "c'était pas si mal"
Avec la candeur infernale
De sa jeunesse

J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir sur mes yeux
Par habitude
J'avais oublié simplement
Que j'avais deux fois 18 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sur les nazzadis...   

Revenir en haut Aller en bas
 
sur les nazzadis...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Cthulhutech-
Sauter vers: