Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 quand la fiction rejoint la realité et vice versa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Ven 12 Oct - 11:09

http://fr.news.yahoo.com/une-immense-plan%C3%A8te-diamant-d%C3%A9couverte-par-des-astronomes-144054750.html

LONDRES (Reuters) - Une équipe franco-américaine d'astronomes a découvert une planète deux fois plus grande que la Terre et composée en grande partie de diamant.

La planète, que les scientifiques ont baptisée "55 Cancri e", tourne en orbite autour d'une étoile visible à l'oeil nu et située à environ 40 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cancer.

Le rayon de cette planète est deux fois supérieur à celui de la nôtre, mais sa masse est huit fois plus dense. La température y est incroyablement élevée, pouvant atteindre 1.648 degrés Celsius à la surface.

Cancri tourne si rapidement en orbite qu'une année terrestre ne dure là-bas pas plus de 18 heures.

"La surface de cette planète est probablement couverte de graphite et de diamant plutôt que d'eau et de granit", explique Nikku Madhusudhan, un chercheur de l'université de Yale dont les travaux vont prochainement paraître dans la revue Astrophysical Journal Letters.

Dans cette étude, menée en collaboration avec le Français Olivier Mousis, de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse, les chercheurs estiment qu'au moins un tiers de la masse de la planète serait constitué de diamant, soit environ trois fois la masse terrestre.

Des planètes diamant ont déjà été repérées dans le passé, mais c'est la première fois que l'une d'entre elles a été examinée en orbite autour d'une étoile et étudiée de façon aussi détaillée.

Chris Wickham, Pascal Liétout pour le service français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mer 17 Oct - 10:06

http://www.atlantico.fr/atlantico-light/planete-quatre-soleils-oui-oui-existe-514271.html


Une planète à quatre soleils
? Oui oui, ça existe !

Il s'agit du premier système stellaire de ce type observé jusqu'à présent. Une découverte importante et inédite selon les scientifiques.

A peine découverte et déjà baptisée. Elle s'appelle PH1 et c'est la nouvelle petite merveille des scientifiques. Pourquoi un tel engouement ? Car cette planète possède un ciel illuminé par quatre soleils. Il s'agit donc du premier système stellaire de ce type observé jusqu'à présent. Et les astronomes connaissent déjà en détail ses particularités. Située à près de 5 000 années-lumière de la Terre (une année lumière correspond à 9 461 milliards de kilomètres), elle est en orbite autour de deux soleils, et deux étoiles tournent autour de ces derniers.

Seulement six planètes sont connues à ce jour pour être en orbite autour de deux soleils sans autre étoile distante orbitant leur système solaire, selon ces astronomes. Ce système planétaire circumbinaire double a été initialement découvert par deux astronomes amateurs américains, Kian Jek et Robert Gagliano, qui ont utilisé le site Planethunters.org. Des astronomes professionnels américains et britanniques ont ensuite effectué des observations et les mesures avec les télescopes Keck situés sur le mont Mauna Kea à Hawaï.

"Les planètes circumbinaires représentent ce qu’il y a de plus extrême dans la formation planétaire", relève Meg Schwamb, un chercheur de l’université de Yale (Connecticut, nord-est), principal auteur de cette recherche présentée à la conférence annuelle de la division de planétologie de l’American Astronomical Society réunie à Reno dans le Nevada (ouest des Etats-Unis). "La découverte de tels systèmes stellaires nous force à repenser comment ces planètes peuvent se former et évoluer dans un tel environnement", ajoute-t-il dans un communiqué.

Cette découverte a été mise en ligne sur le site arXiv.org et a été soumise pour publication dans l’Astrophysical Journal. PH1, une planète gazeuse géante de la même taille que Neptune et représentant environ six fois celle de la Terre, tourne autour des deux premières étoiles, d’une masse respectivement de 1,5 et 0,41 fois celle de notre soleil, en 138 jours. Les deux autres étoiles évoluent autour de ce système planétaire à une distance d’environ mille fois celle de la Terre au Soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mer 14 Nov - 23:43

http://fr.news.yahoo.com/australie-milliers-spectateurs-acclament-l%C3%A9clipse-soleil-055332851.html

eclipse du soleil en australie : c'est juste feerique !

et puis ça me fait trop penser à ctulutech actuellement : damballa et la mort de son soleil .... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Ven 23 Nov - 11:54

http://www.lepoint.fr/insolite/une-ile-du-pacifique-sud-a-disparu-22-11-2012-1532081_48.php


Une île du Pacifique Sud a disparu

Le Point.fr - Publié le 22/11/2012 à 11:13
Répertoriée par Google Earth et de grands atlas mondiaux, Sandy Island est introuvable.








Une île du Pacifique Sud, répertoriée par Google Earth et de grands atlas mondiaux, n'existe pas, a indiqué jeudi une équipe de scientifiques australiens, partis, en vain, à la recherche de cette masse terrestre lors d'une expédition géologique. Cette île est visible sur l'atlas numérique Google Earth, sous le nom de Sandy Island, dans la mer de Corail, à mi-chemin entre l'Australie et le territoire français de Nouvelle-Calédonie. Le Times Atlas of the World, un des atlas de référence, l'identifie sous le nom de Sable Island.


Des cartes maritimes utilisés par le Southern Surveyor, un navire de recherches scientifiques, signalent elles aussi cette île, a raconté à l'AFP Maria Seton, membre de l'équipe scientifique partie à la recherche de cette île. Lors d'une mission d'identification des fragments de la croûte continentale australienne submergée en mer de Corail, les scientifiques n'ont jamais trouvé cette île.
"C'est très bizarre"

"Nous voulions vérifier. Or les relevés indiquaient à cet endroit une profondeur de 1 400 mètres, soit une très grande profondeur", a ajouté Maria Seton, de retour de ce voyage en mer qui a duré 25 jours. "C'est sur Google Earth et sur d'autres cartes. Mais on a vérifié et il n'y a pas d'île. On est vraiment étonnés, c'est très bizarre", a-t-elle ajouté.

"Une des choses les plus excitantes à propos des cartes et de la géographie, c'est que le monde n'arrête pas d'évoluer. Et garder le rythme de ces changements est une tâche qui ne finit jamais", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Google. Le service hydrographique de la marine australienne, chargée de produire les cartes marines officielles, a indiqué à Fairfax Media qu'il prenait les données cartographiques communes "avec une pincée de sel", car certains détails sont dépassés ou erronés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 15 Jan - 13:04

http://www.lepoint.fr/insolite/le-pickpocket-est-devenu-honnete-14-01-2013-1614673_48.php

**********
C'est le plus grand des voleurs ! Oui, mais c'est un gentleman. Apollo Robbins est une légende. Plus qu'un simple pickpocket, il a fait de son talent un art. De cet art, un business. Et de ce business, un modèle, une curiosité qui intrigue badauds, psychiatres, neuroscientifiques et même l'armée américaine.

À première vue, le jeune homme ne paie pas de mine. À 38 ans, il a le crâne dégarni - mais pas trop -, il est rasé de près, ne porte pas de lunettes. Seul un petit piercing à l'oreille vient à peine briser la monotonie d'un physique très classique et pour tout dire passe-partout. Apollo le sait et en joue : tout de noir vêtu, il qualifie même sa tenue de "signature" dans un grand portrait du New Yorker. Pourtant, Robbins n'a nul besoin d'être discret, puisqu'il ne fait jamais ses coups en douce.
Des pouvoirs "surnaturels"

"Je vais vous voler votre montre en moins de trois minutes", prévient le "gentleman voleur", tel qu'il se surnomme lui-même sur son site. Le passant intrigué semble sûr de lui : "Je ne me ferai pas prendre, impossible, je suis bien trop vigilant pour cela", pense tout haut le trentenaire alpagué dans une rue de Las Vegas. En détournant subtilement l'attention du quidam, voilà Robbins qui arbore à son poignet le bijou de son interlocuteur en moins d'une minute. Les images qui circulent sur Internet sont réellement époustouflantes : rapidité et maîtrise de soi valent mieux que force et agitation. Certains estiment même que ses pouvoirs sont presque surnaturels. Mais ceux qui ne l'ont pas vu à l'oeuvre restent sceptiques. Qu'à cela ne tienne, Apollo Robbins leur montre en toute humilité ce dont il est capable.

"Vas-y, vole-moi quelque chose", le défie Penn Jillette, l'un des magiciens les plus renommés du milieu, lors d'une convention de prestidigitateurs à Las Vegas il y a quelques années. Robbins décline une première fois l'invitation, arguant de la difficulté liée au peu de vêtements que portait Jillette - un simple short et un tee-shirt - et au public très "intimidant", puis fait mine de refuser une seconde fois : "Je préfère plutôt te jouer un tour", répond le pickpocket. Et de demander au grand Jillette de placer une bague sur une feuille et d'en dessiner le contour au stylo. Le magicien s'exécute : il place l'anneau sur le papier, saisit le stylo épinglé sur son short, s'apprête à dessiner et... s'arrête. "Va te faire foutre", lance-t-il, dépité, à Robbins. Le pickpocket lui avait volé la mine de son stylo en toute discrétion et en à peine quelques secondes.

Force est de constater qu'avec un tel talent beaucoup se seraient laissés tenter par le côté obscur de la "magie". Mais après avoir volé, Apollo Robbins restitue toujours le bien mal acquis. "Posez-vous la question, répond-il à ceux qui s'interrogent sur les motivations de son honnêteté, suis-je assez payé pour le rendre ?" Sans doute. Car ses shows à Las Vegas se succèdent. Et sa notoriété n'est plus à faire : il a volé sa bague de fiançailles à l'actrice Jennifer Garner, une liasse de billets dans les poches de Charles Barkley, une ancienne star de basket, ou encore une montre Patek Philippe à un grand patron. Lors d'une rencontre avec les gardes du corps de l'ancien président américain Jimmy Carter, il leur a également subtilisé à peu près tout ce que contenaient leurs poches - sauf leurs armes. Prudence est mère de danger.
Publications scientifiques

Le département américain de la Défense a ainsi commencé à s'intéresser à ses talents, en vue d'appliquer ses techniques de vol, de manipulation mentale et d'influence comportementale à des fins militaires. Car s'approcher au plus près d'un inconnu nécessite savoir et expérience : inutile, par exemple, de tenter d'entrer dans la "bulle" de son interlocuteur de face, celui-ci s'en trouverait agressé, devenant trop méfiant. Robbins explique donc qu'il vaut mieux basculer sur le côté de la victime et regarder dans la même direction que lui, pour rentrer l'air de rien dans son espace propre. Devenu une référence absolue dans son domaine, Robbins devrait enseigner ses constats et ses méthodes dans un nouveau cours mis en place cette année dans la prestigieuse université de Yale.

Ses aptitudes ont également intéressé des chercheurs en neurosciences, qui ont travaillé avec lui sur sa technique dite de "la pièce sur l'épaule", à l'origine de plusieurs publications scientifiques. L'une de ces observations, publiée dans la revue Frontiers in Human Neuroscience et décrite dans un article d'un blog du Monde.fr, est éclairante et montre à quel point sa collaboration avec des chercheurs est fondée : "Si l'on déplace un objet d'un point A à un point B suivant un arc de cercle, l'oeil humain suit l'objet sans plus se soucier du point de départ de l'objet (A), ce qui est très utile lorsqu'on veut détourner l'attention du point A. Au contraire, si l'objet se déplace du même point A au même point B en ligne droite, alors l'oeil aura tendance à jeter de nouveau un regard au point d'origine."

Dans une vidéo mise en ligne sur le site du New Yorker, Apollo Robbins explique comment il arrive à voler une montre, un portefeuille dans une poche intérieure de veste, ou même un téléphone portable situé dans une poche de pantalon, en s'appuyant sur ses propres théories.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 15 Jan - 13:08

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/14/ennui-salutaire_1816711_3234.html#xtor=AL-32280515

*****************

L'ennui, facteur de créativité

*******************

Un brillant, mais néanmoins discret, entrepreneur de l'est de la France, affirmait que ses meilleures idées lui venaient à l'esprit à la messe du dimanche, au moment du sermon. Nouveaux produits et astuces techniques pour améliorer un procédé de fabrication s'affichaient alors dans les lobes cérébraux de ce polytechnicien avisé.

L'homme, aujourd'hui décédé, était très pieux. Mais les sermons du prêtre de son village étaient sans doute assez ennuyeux.

Deux chercheuses britanniques en psychologie de l'université du Central Lancashire - Sandi Mann et Rebekah Cadman - viennent de confirmer cette hypothèse. L'ennui est propice à la créativité, assurent-elles. Elles en ont fait la démonstration le 9 janvier, à Chester (Royaume-Uni), lors de la conférence annuelle du département de psychologie du travail de la British Psychological Society.

Deux expériences les ont menées à cette conclusion. Elles ont d'abord demandé à 40 personnes de recopier les numéros de téléphone d'un annuaire, tâche particulièrement fastidieuse, pendant un quart d'heure. Puis elles leur ont fait réaliser un travail plus créatif, consistant à proposer différentes façons d'utiliser des tasses en plastique. Il s'est avéré que leurs réalisations étaient plus astucieuses que celles d'un groupe témoin de 40 autres personnes qui n'avaient pas eu de travail rébarbatif à faire avant.

À PRATIQUER AVEC MODÉRATION

Pour confirmer leurs dires, elles ont mené une seconde expérience, en demandant à 30 personnes, non pas d'écrire, mais de seulement lire à voix basse, les listes de numéros. Cette équipe-là était non seulement plus créative que le groupe témoin, mais aussi davantage que le groupe des copistes. Ce qui tendrait à prouver que les activités non seulement ennuyeuses, mais aussi passives, comme d'assister à une réunion, stimulent encore davantage l'imagination.

Pour s'ennuyer, rien de tel que de n'avoir pas assez de boulot à faire, ou d'être trop qualifié pour le job, a observé Mme Mann.

Certes, tout comme l'alcool, l'ennui ne doit néanmoins être pratiqué qu'avec modération. Trop d'ennui nuit à la santé.

Il conduit à faire davantage d'erreurs, a également prouvé Mme Mann, accroît le stress, provoque des accidents, pousse à la démission. Pour en compenser les effets, les gens boivent, grignotent, du chocolat en particulier, que d'aucuns jugent néfaste quand il est absorbé en trop grande quantité.

A noter : Mme Mann eut l'idée d'étudier ce sujet, non pas à la messe, mais en étudiant les comportements de salariés d'un supermarché... temple de la consommation.

Annie Kahn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mer 27 Mar - 22:18

Barack Obama possède-t-il des gardes du corps extraterrestres ?

http://www.gentside.com/extraterrestre/barack-obama-possede-t-il-des-gardes-du-corps-extraterrestres_art49430.html

****************
Une vidéo publiée sur YouTube fait grand bruit au Etats-Unis et sur la Toile, alimentant dans un même temps les thèses conspirationnistes. Reprises et analysées par Wired, les images montrent que la Maison Blanche aurait engagé un garde du corps extraterrestre pour assurer la protection du président des Etats Unis, Barack Obama.

Un garde du corps d'Obama qui se transformerait en reptile

Cet alien des services secrets aurait un aspect reptilien et aurait été recruté aux alentour du 4 mars dernier pour assurer la surveillance au moment du discours du président au Comité concernant les affaires publiques américano-israéliennes.

Dans la vidéo, on y voit un homme avec le crane rasée qui regarde sans arrêts de tous les côtés. Le narrateur du clip explique avec une voix lancinante et angoissante : "Même si, à première vue, le fantôme ressemble à un agent type des services secrets, une série de caractéristiques bizarres sur la tête, le visage, plus un comportement étrange et des mouvements terrifiants suggèrent autre chose. (...) l'agent serait en train de se métamorphoser en une sorte de reptile".

Il est vrai que lorsque les journalistes zooment sur la tête de l'agent de sécurité, son crane révèlent des détails assez inquiétants. Il est légèrement plus allongée que chez l'être humain lambda. La forme de la bouche et les lobes des yeux sont également différentes. Même au scanner thermique, le garde du corps apparaît avoir le corps froid, avec très peu de points de chaleur au niveau de son cerveau.

"Je vous renvoie aux services secrets ou à la zone 51 pour plus de détails"

Allant jusqu'au bout, les reporters de Wired ont interrogé les principaux concernés par l'affaire, c'est à dire la Maison Blanche. Selon l'entourage du président Obama, l'existence de ces gardes du corps extraterrestres comme protection rapprochée de l'homme le plus puissant de la planète ne peut pas être confirmée. Caitlin Hayden, porte-parole en chef pour le Conseil national de sécurité, a répondu aux allégations : "Je ne peux pas confirmer les allégations formulées dans cette vidéo, mais un tel programme pour protéger le président avec des extraterrestres ou des robots serait de toute façon victime du séquestre et de ses coupes budgétaires (...) Je vous renvoie aux services secrets ou à la zone 51 pour plus de détails."
************

****************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Jeu 28 Mar - 16:06

Une cyberattaque "au bazooka" affecte internet

************************
http://fr.news.yahoo.com/cyberattaque-au-bazooka-affecte-internet-055240263.html

*************************


Une cyberattaque ciblant une entreprise européenne recensant les spams est l'une des plus importantes jamais vues à ce jour, ont indiqué mercredi des experts en sécurité informatique, l'un d'eux assurant même qu'elle affectait le fonctionnement du réseau internet.

Les pirates ont visé Spamhaus, un groupe basé à Genève qui publie des "listes noires" d'adresses de spams dont se servent les messageries pour filtrer les courriels indésirables.

L'attaque a surchargé le réseau mondial, ce qui a vraisemblablement eu des répercussions sur internet, selon Matthew Prince, de la société américaine de sécurité informatique CloudFlare.

Ce piratage informatique à grande échelle a commencé la semaine passée, selon Spamhaus, après que le groupe a placé sur sa liste noire un site internet néerlandais, Cyberbunker.

Ce dernier s'est plaint d'être présenté par Spamhaus comme un paradis de la cybercriminalité et des spams: "Bien sûr, Spamhaus n'a pas été en mesure de prouver ses allégations", a relevé le site néerlandais.

L'origine du piratage n'a pas été identifiée, mais selon la BBC Spamhaus a mis clairement en cause Cyberbunker, qui aurait pu être aidé par des pirates informatiques issus de pays d'Europe de l'est.

Le New York Times cite quant à lui Sven Olaf Kamphuis, qui se présente comme le porte-parole des pirates et affirme que Cyberbunker a agi en représailles contre Spamhaus, qui "abuse de son influence".

Dans une interview au site d'information russe RT, Kamphuis explique que Cyberbunker n'est qu'une des sociétés ayant participé à l'attaque en réplique aux tactiques "d'intimidation" de Spamhaus.

"Spamhaus a emmerdé des tas de gens ces dernières années en faisant du chantage aux fournisseurs d'accès à internet et aux opérateurs pour qu'ils déconnectent des clients sans la moindre décision de justice ou sans le moindre processus juridique", estime-t-il.

"En ce moment nous ne menons aucune attaque... ce sont maintenant d'autres personnes qui les attaquent", selon lui.

Spamhaus a demandé assistance à la firme CloudFlare pour résoudre ce problème.

M. Prince a précisé que cette attaque informatique, dans laquelle les sites sont bombardés de demandes pour tenter d'en perturber le fonctionnement, était "l'une des plus importantes jamais répertoriées".

Ainsi, ces derniers jours, a-t-il ajouté, "nous avons vu des encombrements, principalement en Europe où la plupart des attaques étaient concentrées, qui ont touché des millions de personnes même s'ils ne surfaient pas sur des sites en rapport avec Spamhaus ou CloudFlare".

Une attaque 10 fois plus grande

"Si internet vous semblait un peu apathique ces derniers jours en Europe, c'est probablement une des raisons qui peuvent expliquer ces ralentissements", a ajouté M. Prince, constatant que cette attaque était différente de celles auxquelles il a affaire habituellement.

"C'est comme s'ils utilisaient des bazookas et les événements de la semaine passée montrent les dommages que ça peut causer", a-t-il ajouté. "Ce qui est troublant c'est que comparé à ce qu'il est possible de faire, cette attaque est en fait relativement modeste".

Un porte-parole d'une autre firme de sécurité informatique, Akamai, a lui aussi constaté qu'au vu des données disponibles, "l'attaque est vraisemblablement la plus importante dont on a jamais fait état de manière officielle".

"Cette cyberattaque est en effet très importante", a reconnu Johannes Ullrich, de l'institut de technologie américain SANS, évoquant une attaque "10 fois plus grande que des attaques similaires dans un passé récent". "Mais à ce stade, je ne peux pas assurer que cela affecte internet de manière générale", a-t-il dit à l'AFP.

Selon des experts, ces attaques ont consisté à inonder les serveurs de Spamhaus avec 300 gigabytes de données par seconde, contre 50 gigabytes pour les précédentes attaques de ce genre.

Spamhaus, qui a aussi des bureaux à Londres, sillonne internet pour fournir aux grands opérateurs des listes régulièrement actualisées de sites qui envoient des spams. CloudFlare estime que Spamhaus est "directement ou indirectement responsable du filtrage quotidien de 80% des spams".

"Même si nous ne savons pas exactement qui se cache derrière cette attaque, Spamhaus s'est fait plein d'ennemis ces dernières années", a encore noté Matthew Prince.

"Nous sommes fiers de la manière dont notre réseau a géré un tel piratage massif et nous travaillons avec nos partenaires pour nous assurer qu'internet dans son ensemble peut faire face à ce type de menace", a-t-il conclu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Sam 30 Mar - 11:24

La réalité virtuelle pour 2014

http://www.01net.com/editorial/591859/nous-avons-teste-loculus-rift-le-casque-de-realite-virtuelle-evenement-de-la-gdc/

Prototype pour développement:




Une minute à peine après
l'ouverture des portes de la Game Developers Conference 2013 (GDC), une
file d'une bonne cinquantaine de personnes s'est déjà formée devant le
stand d'Oculus. Dans la journée, plusieurs heures sont nécessaires pour y
accéder. Pas de doute, la jeune société californienne a bien créé
l'évènement.



Expérience unique et immersive




Si la foule se presse
de la sorte, c'est pour essayer l'Oculus Rift, un casque de réalité
virtuelle. L'an passé, le projet a levé 2,5 millions de dollars sur la
plateforme de financement Kickstarter. Il n'a depuis cessé d'alimenter
toutes les curiosités, plus de 15 ans après l'échec du Virtual Boy de
Nintendo. A juste titre ! Car le résultat est tout simplement bluffant.
Une expérience de jeu vraiment unique,
difficile à décrire si ce n'est en disant que l'on s'y croit réellement.
Pour certains, le retour à la réalité demande même quelques secondes
d'adaptation. D'autres expliquent avoir éprouvé des sensations de
vertige. Le prototype présent à la GDC ressemble à un casque de ski. Le
design final devrait être bien plus soigné et offrir un côté un plus
futuriste.

Tromper son cerveau


L’appareil
est relié à un boîtier, lui même connecté à un PC. Les contrôles
s’effectuent, pour l'instant, explique Oculus, avec un clavier et une
souris ou avec une manette. Une fois enfilé le casque (sans enlever les
lunettes pour ceux qui en portent), un léger instant est nécessaire pour
s’habituer au nouvel environnement, celui du jeu testé, Hawken, un
titre free-to-play de combat de robots à la première personne.
L'illusion 3D est créée en projetant
deux images différentes, l'une pour sur la lentille de gauche, l'autre
sur celle de droite. En bougeant la tête, le joueur dirige le regard et
oriente ainsi la caméra. L’immersion est totale. Le meilleur moyen pour
s’en rendre de compte est de voler très haut puis d’entamer une chute
libre en regardant vers le bas. « Avec la réalité virtuelle, votre cerveau peut être trompé, explique Luckey Palmer, le jeune fondateur d'Oculus. Vous pensez que vous êtes là. Quand vous tombez, à mesure que le sol se rapproche, vous commencez à ressentir la panique ». Notre test confirme cette sensation, même après plusieurs essais.



L’effet 3D


« La réalité virtuelle est le saint-Graal du jeu, poursuit-il. Elle va ouvrir de nouvelles possibilités. Mais nous n'en sommes qu'au début ».
Si ce premier contact s'est révélé positif, tout en effet n'est pas
parfait. D'abord, la résolution de l'image est très faible, offrant un
rendu pas vraiment agréable à l'oeil. Ensuite, un temps de latence est
perceptible, surtout lorsque l'on effectue des mouvements rapides de la
tête. Des responsables d'Oculus nous ont assuré que ces deux points
devraient être améliorés d'ici à la sortie de la version commerciale,
dont la date n'est toujours pas connue.
Autre souci plus important car lié à la
nature de l'expérience : quelques minutes peuvent suffire pour avoir mal
aux yeux ou à la tête. Notamment pour les personnes qui, comme nous,
ont du mal à regarder un film en 3D ou l'écran d'une 3DS.

Besoin de jeux spécifiques


Comme la console portable de Nintendo, le Rift ne sera d'ailleurs pas recommandé aux enfants. « Les démos sur le salon ne s'effectuent pas dans des conditions optimales, nous a expliqué Luckey Palmer.
Il est possible que ces gênes disparaissent lorsque que vous pourrez
calibrer l'appareil pour que les lentilles soient parfaitement alignées
avec vos yeux ».
Si cela ne change rien, il assure qu'il est « probable » que les futures évolutions technologiques permettent de corriger ce problème. « Les meilleurs jeux pour la réalité virtuelle seront ceux spécifiquement créés pour, reconnaît-il par ailleurs. La plupart des développeurs qui ont essayé le Rift nous disent qu'ils ont des idées incroyables ».
Oculus espère bien profiter de cet engouement : la société va bientôt
envoyer les kits de développement. En attendant, son opération de
séduction a été un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Dim 31 Mar - 22:18

L'incroyable histoire de Mike Merrill, l'homme qui a coté sa vie en bourse


http://www.gentside.com/insolite/l-039-incroyable-histoire-de-mike-merrill-l-039-homme-qui-a-cote-sa-vie-en-bourse_art49490.html



*************

Pour rapporter des fonds nécessaires à monter une entreprise, un américain a décidé de se vendre comme un produit sur le marché boursier. Sa vie dépend à présent entièrement de ses actionnaires qui ont un droit de regard sur tous les domaines de sa vie.

Sans le sou mais plein de ressources, Mike Merrill, un Américain originaire de l'Oregon, a eu l'idée saugrenue, mais prospère, de se vendre à des investisseurs afin de financer son désir d'entrepreneuriat. Depuis janvier 2008, il s'est donc introduit en bourse, à la manière d'une entreprise et chaque décision prise dans n'importe quel domaine de sa vie dépend désormais du bon vouloir de ses actionnaires.

L'homme qui valait un dollar

Pour entrer sur le marché boursier, Mike s'est divisé en 100 000 parts mises au prix d'un dollar (78 centimes d'euro) et qui chacune rapporte un retour potentiel sur les profits de son activité. Amis, petites amies, famille et investisseurs lambdas composent le conseil d'administration auquel chaque décision de la vie quotidienne de Mike est soumise. Comme pour une entreprise donc, Mike doit consulter ses actionnaires à chacun des changements qu'il souhaite entreprendre dans son quotidien. Les personnes qui possèdent le plus de parts, bénéficient du plus grand nombre de voix. Un mode de vie rempli d'aléas.

"Comme beaucoup d’entrepreneurs comme lui, Merrill a appris à ses dépens les hauts et les bas d’une entreprise cotée. Dans les mois et les années suivant son introduction en bourse, 128 personnes ont acheté des parts de Merrill. Il est alors devenu la victime des intérêts des actionnaires concurrents, des manipulations des cours de l’action ou encore des investisseurs cherchant un profit à court terme aux dépens de son bien-être à long terme", explique le site Wired qui relate l'expérience.

Santé et vie intime remises entre les mains des actionnaires

Si au départ, les décisions remises entre les mains des actionnaires concernaient uniquement la vie professionnelle de Mike, comme investir dans une ferme de poules au Rwanda plutôt que de faire une vidéo de présentation, les investisseurs ont peu à peu pénétré la vie intime du jeune homme. Ainsi, lorsque celui-ci a décidé d'emménager avec sa petite amie, son meilleur ami s'est opposé à l'installation et a obtenu gain de cause, grâce à son plus grand nombre de parts. Mike n'a pas non plus eu le choix de la vasectomie : sa conjointe s'y opposant, il n'a pu effectuer l'opération. La vie sentimentale et intime de cet homme devenu produit boursier a été sérieusement mise à mal, provoquant la rupture du couple.

La santé du trentenaire en a elle aussi pris un coup lorsqu'un gros investisseur de la Silicon Valley qui, après avoir racheté les parts de ses amis à prix d'or, s'est servi de lui comme cobaye, ruinant sa santé et son sommeil. Suite à cet accident, Mike a reçu une prime d'assurance vie de 100 000 dollars (78 000 euros) ce qui a donné une idée à ses investisseurs avides de faire fructifier leur acquisition. "Les investisseurs qui n’avaient pas de rapport personnel avec Merrill ont tenté de voter pour qu’il saute depuis un pont", écrit Wired, soulignant le fait que l'homme serait plus rentable mort.

Malgré les proportions indécentes prises par ce style de vie, le trentenaire ne souhaite pas stopper l'expérience. De plus, sa nouvelle petite amie, choisie par le conseil, rachète au fur et à mesure un grand nombre de parts afin de devenir la décisionnaire la plus importante dans la vie de son homme. A ce stade, il n'y aura plus besoin de se demander qui porte la culotte.

*******************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Dim 31 Mar - 22:19

"Et si les robots devenaient humains ?"

http://fr.news.yahoo.com/robots-devenaient-humains-162700887.html;_ylt=AmUWi_FDvOr0azLIOMbe_ub.fcl_;_ylu=X3oDMTRkZm1xamxuBG1pdANTZWN0aW9uTGlzdCBGUCBDdWx0dXJlTWVkaWFzBHBrZwNhOTRhODZiYi0zOThhLTNiMDYtOGQ3ZC05ODY0ZjE4Y2JlMzcEcG9zAzIEc2VjA01lZGlhU2VjdGlvbkxpc3QEdmVyA2RkY2JjNTUxLTlhMjYtMTFlMi04YmZmLTkwNzhhOGE0Yjg0YQ--;_ylg=X3oDMTFsdWZmZHBzBGludGwDZnIEbGFuZwNmci1mcgRwc3RhaWQDBHBzdGNhdANhY2N1ZWlsBHB0A3NlY3Rpb25z;_ylv=3

***

Dans un monde proche du nôtre, les humains se font aider dans la vie quotidienne par des robots humanoïdes avec lesquels ils nouent des relations particulières. Dans la veine des séries originales scandinaves à succès, Real Humans déroute, angoisse et passionne !

Les flics et la téléréalité squattent le petit écran et les séries d'anticipation sont rares. Il a donc fallu six ans au suédois Lars Lundström pour convaincre des producteurs qu'il s'agissait d'un monde merveilleux où l'on pouvait aborder toutes les thématiques. « Les métaphores sont fascinantes à faire. On peut parler de n'importe quel sujet en passant de la comédie à l'horreur », explique-t-il.

« Real Humans n'est pas une critique de la société, c'est un constat. Lorsque l'humanité invente quelque chose, elle ne peut plus faire machine arrière et doit se confronter aux problèmes créés avec le progrès. » Ici, les propriétaires s'attachent à leurs « hubots » ou méprisent ceux-ci, qui, usés, finissent à la casse. Mais est-ce si simple ? De plus, certains ont été « modifiés ». « À quel moment deviennent-ils plus que des machines ? », interroge le créateur qui s'est renseigné auprès de laboratoires de cybernétique. « Certains travaillent sur des cerveaux hybrides composés de capteurs électroniques et de neurones humains... », précise-t-il.

En tout cas, à l'instar des vampires auxquels le réalisateur compare ses « hubots », le sujet passionne. Loin des budgets hollywoodiens - « on peut être créatif sans effets spéciaux », explique Lars Lundström -, mais avec une lumière et des maquillages étonnants, cette série qui dérange a conquis le monde.



*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Dim 7 Avr - 22:21

http://www.lesinrocks.com/2013/04/07/actualite/censure-de-wikipedia-la-dcri-nouvelle-victime-de-leffet-streisand-11382490/

En censurant une page Wikipedia, la DCRI a déclenché l’effet Streisand. Elle n’est pas la première et ne sera surement pas la dernière. Explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 16 Avr - 16:08

http://www.gentside.com/t%e9l%e9phone-portable/en-1938-une-femme-a-ete-filmee-avec-un-telephone-portable_art49690.html

*****************

En 1938, une femme a été filmée avec un téléphone portable !

****

Et si le voyage dans le temps était vrai ? Voici une vidéo filmée en noir et blanc qui pourrait bien en être la preuve. Cette scène a été filmée à la sortie d’une usine américaine en 1938. Jusqu’ici, rien d’anormal, excepté qu’on peut y apercevoir une femme qui semble avoir contre son oreille droite un téléphone portable. Fait assez étrange surtout durant cette période d’avant-guerre. "La dame est ma grand-mère, Gertrude Jones" Lorsqu’elle a été partagée sur Youtube, les partisans de la théorie du complot ont sauté de joie et ont prétendu qu’il s’agissait d’une preuve formelle que le voyage dans le temps est véridique. Mais, un internaute, répondant au pseudonyme "Planetcheck", a commenté la vidéo en question : "La dame est ma grand-mère, Gertrude Jones. Elle avait 17 ans. Elle m’a dit qu’elle se souvenait bien de ce moment. Le département communication testait les téléphones portables. Gertrude faisait partie des six femmes à qui l’on avait demandé d’en essayer pendant une semaine. On peut la voir s’adresser à un des scientifiques, qui lui aussi tient un appareil", relaie The Daily Mail. Selon cet internaute, cette femme ne serait donc pas une voyageuse dans le temps, mais simplement une femme de l’entreprise de communication de Leominster, dans le Massachusetts aux Etats-Unis, qui avait été choisie pour tester ce nouveau moyen de communication. Un prototype mis à la trappe ? Jusqu’à ce jour, ces propos n’ont pas pu être vérifiés, mais un second internaute prétend lui-aussi connaître une personne ayant travaillé dans cette entreprise. Il a affirmé vouloir se renseigner. La vidéo originale, aujourd'hui supprimée de YouTube, a été fortement commentée et partagée par les internautes. D’ailleurs, certains s’en sont pris à "Planetcheck" en le traitant de menteur et en lui demandant pourquoi ce projet de communication avait donc été mis de côté et est apparu des décennies plus tard. "Peut-être ont-ils décidé que c’était un objet trop avancé pour les gens et ils ont abandonné l’idée… Parfois des prototypes sont confectionnés et ils peuvent être mis à la trappe comme cela, sans raison apparente" a répondu le concerné, relayé par The Huffington Post. Ce dernier a également ajouté avoir encore l’objet en question bien gardé dans une boîte. Ce n’est pas la première vidéo dans laquelle un objet moderne est présent dans un film d’époque. En effet, en 2010, une vidéo de Charlie Chaplin datant de 1928 nous montre également une femme utilisant un téléphone portable. Suivre Téléphone

En savoir plus: http://www.gentside.com/t%e9l%e9phone-portable/en-1938-une-femme-a-ete-filmee-avec-un-telephone-portable_art49690.html
Copyright © Gentside

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 16 Avr - 16:23

http://www.slate.fr/story/70751/arme-laser-sf-realite

****

De la SF à la réalité: une arme laser déployée

***************

Le magazine Navy on Monday a annoncé la mise en place de nouveaux plans de défense des navires déployés dans le Golfe persique dont l’équipement de l’un d’entre eux avec un laser. Cela fait des décennies que l’on entend parler de lasers dans le domaine militaire, mais c’est la première fois qu’une arme laser est déployée. Comment se fait-il qu’il ait fallu attendre autant de temps pour développer des armes laser efficaces ?

La première explication tient à la source d’alimentation d’une telle arme, qui doit être très importante, parmi d’autres défis d’ingénierie. La théorie derrière les armes laser est assez simple à comprendre: il s’agit de détruire une cible en utilisant un faisceau concentré d’énergie électromagnétique.

Les armes conventionnelles fonctionnent peu ou prou de la même manière – une balle de fusil est seulement un moyen plus tangible de délivrer une quantité létale d’énergie.

Ce concept est si simple que des gens tournent autour de cette idée depuis des millénaires. La légende veut qu’Archimède ait enflammé les voiles de navires ennemis lors du siège de Syracuse en utilisant les rayons du soleil.

Les rayons utilisés par les extraterrestres dans La Guerre des Mondes de H.G. Wells est une arme fictive utilisant elle aussi des rayons d’énergie, comme l’Etoile de la mort qui détruit la planète Aldérande dans Star Wars. Les spécialistes des systèmes de défense espèrent et annoncent l’arrivée d’armes lasers depuis la fin des années 1970. Mais la construction d’une arme laser efficace est porteuse de vastes défis techniques.

Premièrement, et avant toute chose, donc, il y a la question de l’alimentation en énergie. Même dans les meilleurs modèles, seule 20% de l’électricité qui alimente l’arme est utilisée par le laser. Pointer et concentrer le rayon laser consomme encore davantage d’énergie. En raison de ces déperditions, un laser de 20 kilowatts, capable de détruire ou d’endommager gravement une petite embarcation consomme des centaines de kilowatts d’électricité. (Comme élément de comparaison, un climatiseur de fenêtre de base consomme 1 kilowatt). Voilà pourquoi cette nouvelle arme laser est déployée sur un navire de guerre, qui dispose d’une abondante ressource en électricité.

Quand bien même on découvrirait une source d’énergie portable capable d’alimenter de manière super efficace en énergie une arme laser, nous ne pourrions pas disposer d’une arme laser portative. Une arme laser typique émet en effet trois rayons. Le premier est envoyé afin de mesurer la distorsion d’atmosphère entre la source et la cible.

Lorsqu’il revient à la machine émettrice, un ordinateur calcule les changements qui doivent être apporté au rayon pour qu’il s’adapte à l’environnement. Le second rayon est un rayon traqueur. Malgré les nombreuses descriptions de science-fiction, un laser doit resté pointé sur sa cible plusieurs secondes avant de lui infliger des dégâts sérieux et cette fonctionnalité permet au rayon de continuer de pointer une cible en mouvement. Le troisième rayon est celui qui émet la véritable onde énergétique et mesure environ un mètre de diamètre. Le laser tend à chauffer et la machine doit donc être équipée d’un système de refroidissement.

Un autre obstacle majeur explique la difficulté à déployer des armes laser sur le champ de bataille: il ne suffit pas qu’elles soient techniquement réalisables – elles doivent également être meilleures ou moins coûteuses que les armes déjà disponibles. Voilà pourquoi l’armée a introduit les premières armes laser dans des niches plutôt que de créer une armée entièrement équipée d’armes laser.

Jusqu’ici, l’arme laser la plus efficace est le Tactical High Energy Laser, assez puissant pour détruire de petits objets comme des obus de mortier en pleine course. La Marine fait face à un problème différent pour ce qui concerne les petites cibles. Il est en effet difficile de toucher de petits navires rapides avec des armes à feu conventionnelles. Un laser tactique, pointé quelques secondes seulement sur un petit navire en approche peut faire sauter son réservoir de carburant ou endommager son moteur, ce qui permettrait d’éviter une redite de l’attaque suicide contre l’USS Cole, en 2000.
Petit bonus de la rubrique «L’explication»:

Quel effet cela fait-il d’être pris pour cible par une arme laser? Et bien ça chauffe. Le laser produit de l’énergie. Un laser de forte puissance réchaufferait très rapidement la surface de votre peau et sans doute les cellules en dessous. Cela ferait certainement mal et toute personne qui resterait trop longtemps devant un laser de 20 kilowatts serait tuée.

Mais il est peu probable que les militaires feront usage du laser contre des personnes à brève ou longue échéance. Les lasers ne sont pas seulement encombrants: ils mettent beaucoup de temps à tuer. Dès que vous sentez le laser, il suffit de se déplacer derrière un objet opaque pour en être protégé. L’armée étudie d’ailleurs une arme basée sur la technologie des micro-ondes pour disperser les foules, car soumis à pareille chaleur les gens prennent généralement la fuite. Les balles restent et demeurent un moyen bien plus efficace que les lasers pour blesser ou tuer quelqu’un.

La Rubrique « L’explication » remercie Doug Beason, auteur de The E-Bomb: How America's New Directed Energy Weapons Will Change the Way Future Wars Will Be Fought.

Brian Palmer

Traduit par Antoine Bourguilleau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 16 Avr - 17:42

http://fr.news.yahoo.com/demain-mangerons-bois-102225978.html;_ylt=AoelK6i7lBmUdKYaRCK_5xT.fcl_;_ylu=X3oDMTQ4NXBuNTcxBG1pdANTZWN0aW9uTGlzdCBGUCBTY2llbmNlcwRwa2cDMzA0NTdlODYtY2RhOS0zZmY2LWIwZGUtMDNmOTkwOGY4MmYxBHBvcwMyBHNlYwNNZWRpYVNlY3Rpb25MaXN0BHZlcgMwMTYwYmNhMS1hNjhlLTExZTItYmI5Zi01M2JjYjlhNGMyMmY-;_ylg=X3oDMTFnZjJhbW0xBGludGwDZnIEbGFuZwNmci1mcgRwc3RhaWQDBHBzdGNhdANhY2N1ZWlsBHB0A3BtaA--;_ylv=3

Demain, mangerons-nous du bois?

ALIMENTATION - Des chercheurs essayent de transformer la cellulose en aliment...

«Au début, ça n'a pas de goût. Après avoir un peu mâché, ça devient légèrement sucré». Les chercheurs de l'Institut polytechnique de Virginie, aux Etats-Unis, ne risquent pas d'entrer dans les guides gastronomiques mais ils pourraient avoir trouvé une piste pour assurer la sécurité alimentaire de la planète: manger du bois. Ou plutôt de la cellulose, la «chair» du bois, que l'on transforme déjà en pâte à papier ou en composé chimique pour certains textiles comme la viscose.

Deux fois la production annuelle de céréales

Les recherches, parues dans Proceedings of the National Academy of Sciences, se sont focalisées sur la manière de recréer de l'amidon, présent naturellement dans le pain, les féculents ou les pommes de terre. Or, l'amidon et la cellulose ont un point commun: ce sont des assemblages de molécules de glucose. Pourquoi ne pas essayer de transformer l'un en l'autre, juste en réassemblant les cellules? Grâce à un cocktail d'enzymes, les scientifiques ont changé la cellulose non pas en pomme de terre ou en riz, mais en une poudre insipide proche de l'amidon.

Toutefois, seul un tiers de la cellulose pourrait se retrouver dans nos assiettes: le reste, transformé en glucose, pourrait servir à la fabrication de plastique. Mais Percival Zhang, auteur de l'étude, est optimiste: avec 100 milliards de tonnes de cellulose chaque année, «nous pourrons fabriquer environ 4,5 milliards de tonnes d'amidon, ce qui représente à peu près deux fois la production annuelle de céréales dans le monde», explique l'ingénieur, qui estime qu'après quelques années de mise au point l'opération serait économiquement rentable. Pour nourrir 9 neuf milliards d'humains en 2050, les arbres de la planète vont-ils tous y passer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Ven 19 Avr - 21:36

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mar 23 Avr - 11:18


Une téléréalité en direct de... Mars

Le Point.fr - Publié le 23/04/2013 à 00:04 - Modifié le 23/04/2013 à 07:23
Une société invite des volontaires à déposer leur candidature pour un aller simple sur la planète rouge en 2022, où ils seront filmés sous toutes les coutures.



http://www.lepoint.fr/insolite/une-telerealite-en-direct-de-mars-23-04-2013-1658034_48.php




La société hollandaise à but non lucratif baptisée Mars One lance un appel farfelu mais bel et bien sérieux à tous les volontaires qui souhaiteraient découvrir la planète rouge dans un avenir lointain, soit en 2022. Les personnes intéressées sont conviées à soumettre leur candidature pour un aller simple vers Mars, d'où ils seront filmés dans un format bien connu, à savoir celui d'une téléréalité. l'annonce a été faite officiellement à New York lundi lors d'une conférence de presse.
Déjà 10 000 postulants

Le non-retour réduit considérablement le coût de la mission dont la première, avec quatre astronautes, est estimée à six milliards de dollars, ont expliqué sans sourcilier les responsables de Mars One. Tout le monde peut être candidat, la seule condition est d'avoir au moins 18 ans et de parler suffisamment bien anglais. Les principales qualités attendues des candidats sont "leur capacité d'adaptation, la ténacité, la créativité et la compréhension des autres", a souligné Norbert Kraft, le directeur médical de Mars One.

Les quatre premiers volontaires devraient se poser sur Mars en 2023 après un voyage de sept mois. Leur arrivée et leurs premiers pas pour tenter d'établir une colonie sur la planète rouge donnera lieu à une émission de téléréalité, a expliqué Bas Lansdorp, fondateur de Mars One lors de la conférence de presse. Mars One a déjà reçu "10 000 courriers électroniques de personnes venant de plus de cent différents pays qui sont intéressées pour cette mission", a-t-il dit. Au total, Mars One recherche 24 volontaires ou six groupes de quatre qui effectueront le trajet en aller simple à deux ans d'intervalle, le premier devant partir en 2022.
Un coup médiatique ?

Mars One compte sur la couverture médiatique du projet pour lever des fonds et en financer une bonne partie. "À la différence de la couverture télévisée des jeux Olympiques, Mars One entend maintenir l'intérêt des médias mondiaux durablement depuis la sélection des astronautes, leur entraînement, le lancement et l'arrivée sur Mars", a expliqué Bas Lansdorp. Ce projet fait de nombreux sceptiques, mais a néanmoins reçu le soutien du lauréat néerlandais du Nobel de physique en 1999, Gerard't Hooft, présent à la conférence de presse.

Jusqu'à présent il n'y a eu que des missions robotiques sur Mars, toutes menées avec succès par la Nasa, la dernière en date de 2,5 milliards de dollars étant celle de Curiosity qui s'est posé sur la planète rouge en août 2012. Le projet de Mars One fait face à de nombreux obstacles. Outre l'incapacité de revenir sur la Terre pour les astronautes, ces derniers devront vivre dans de petits habitats, trouver de l'eau, produire leur oxygène et cultiver leur propre nourriture. Or Mars est un grand désert dont l'atmosphère est surtout constituée de dioxyde de carbone et où la température moyenne est de - 63 degrés Celsius.

Les astronautes devront aussi subir des radiations cosmiques dangereuses pendant leur voyage. Enfin, il n'existe pas encore de fusée et de capsule pour transporter ces volontaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Ven 10 Mai - 0:50





84 KUSD collectés contre 6Milliards USD nécessaires...

Et déjà 80 000 candidatures

Donations: http://mars-one.com/en/donate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 1215
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 45
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Dim 12 Mai - 23:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Sam 18 Mai - 23:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Lun 27 Mai - 20:23

Fabricateur pas encore nano:
https://www.youtube.com/watch?v=yl6iRyBIpmo

Plein d'autres vidéos sur youtube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Lun 27 Mai - 20:59

oui j'avais lu un article la dessus! Ils expliquaient que ca pourrait faire des armes en grande quantité sur les terrains d'operations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mer 29 Mai - 10:52

http://www.atlantico.fr/atlantico-light/wifi-dangerosite-ondes-prouvee-etudiantes-lyceennes-cresson-739130.html


Wifi : la dangerosité des ondes prouvée par des étudiantes lycéennes sur... du cresson

Dans cette petite expérience, les graines de cresson exposées aux ondes Wifi ne se sont pas développées et ont même parfois muté !

Voilà une trouvaille qui leur a valu le prix du concours "Jeunes Chercheurs". Cinq lycéennes danoises ont prouvé à quelle point l'exposition au Wifi était nocive aux végétaux. L'idée est partie d'une expérience personnelle : "Nous pensions que les problèmes de concentration à l’école et parfois d’insomnie venaient du fait que nous dormions avec nos téléphones portables à côté de notre tête", raconte l'une d'elles.

Elles sont imaginé un protocole expérimental original et simple à la fois. Elles ont comparé la croissance de graines de cresson exposées au Wifi à celle de graines non exposées. Pendant douze jours 6 assiettes comportant des graines de cresson ont été placées à proximité d'ondes d'un routeur Wifi de la norme IEEE 802.11g. En guise de groupe "contrôle", 6 autres assiettes ont été isolées de toute forme de radiation.

Résultat : les graines de cresson exposées aux ondes Wifi ne se sont pas développées et ont même parfois muté ! Les graines protégées, de leur coté, ont germé tout à fait normalement.

De nombreux chercheurs du Royaume-Uni, de Suède et des Pays Bas se sont intéressés à cette expérience. "Dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges" raconte le professeur Olle Johansson de l’Institut Karolinska de Stockholm.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Mer 29 Mai - 10:52

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/05/28/des-hackers-chinois-ont-penetre-les-systemes-du-pentagone_3419929_651865.html#xtor=AL-32280516

Des hackers chinois ont pénétré les systèmes informatiques du Pentagone
Le Monde.fr | 28.05.2013 à 22h44 • Mis à jour le 29.05.2013 à 07h41



Selon des informations du Washington Post, confirmées par des responsables du Pentagone, des hackers chinois ont réussi à pénétrer des systèmes informatiques dans lesquels étaient stockés les plans de plusieurs armes américaines, dont des avions et des missiles.
Selon le quotidien américain, les pirates informatiques ont, entre autres, eu accès aux plans du système de missiles Patriot, du système de radar ultramoderne Aegis, du chasseur F-18 ou de l'hélicoptère Black Hawk. Le programme de développement du chasseur F-35, le plus coûteux de l'histoire du Pentagone, a également été consulté.

Le Pentagone, qui "prend la menace de l'espionnage et la sécurité informatiques très au sérieux", précise que ces intrusions n'ont toutefois entraîné aucune "érosion des capacités" militaires américaines. "Nous maintenons une confiance totale dans nos systèmes d'armes", a réagi son porte-parole, George Little.

Un rapport interne du Defense Science Board, un organisme de conseil regroupant des experts de la société civile et de l'administration, a confirmé que les systèmes qui ont été piratés contenaient notamment les plans de dizaines de systèmes d'armement militaires cruciaux.

Le document n'accuse pourtant pas ouvertement la Chine, se contentant de rappeler les récentes mises en garde adressées par Washington à Pékin dans ce dossier. Mais plusieurs hauts responsables interrogés par le Washington Post ont confirmé que cette attaque était une conséquence d'une vaste campagne d'espionnage chinois contre des industries de la défense et des agences du gouvernement américain.


CRAINTES AMÉRICAINES

En mars, des hauts responsables des services de renseignement ont multiplié devant le Sénat les avertissements sur la vulnérabilité de la nation au cyberespionnage, au cybercrime et à la destruction des réseaux informatiques, qu'ils soient le fait d'attaques menées par des Etats, des cyberterroristes ou des groupes de hackers criminels.

Le président Barack Obama lui-même avait affirmé que les Etats-Unis "[avaient] été très clairs avec les Chinois, en leur expliquant que [le pays] attend[ait] d'eux qu'ils respectent les conventions et les lois internationales."

Le piratage informatique et l'espionnage numérique se sont imposés ces derniers temps comme un sujet brûlant dans les relations déjà tendues entre Washington et Pékin. Le 20 février, l'administration Obama avait promis une réaction "vigoureuse" aux vols de secrets industriels par des entreprises ou des pays étrangers, dans un document cadre qui mentionnait de nombreux exemples de telles activités au profit d'entités chinoises.

Pékin s'était alors fermement défendu d'avoir mis sur pied une opération de grande envergure pour voler des secrets industriels, malgré l'identification par une société américaine de sécurité informatique d'un immeuble de la banlieue de Shanghaï depuis lequel ces attaques auraient été menées.

Le sujet sera, à coup sûr, évoqué lors de prochaine rencontre entre M. Obama et le président chinois Xi Jinping en Californie, au début du mois de juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   Dim 25 Aoû - 11:57

NANOTECHNOLOGIE Déjà dans l’Antiquité...
Les ouvriers de l’époque savaient fabriquer des composites contenant des nanoparticules. Et aujourd’hui les chercheurs s’inspirent de ces techniques ancestrales.
Suite sur: http://www.courrierinternational.com/article/2013/07/04/deja-dans-l-antiquite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quand la fiction rejoint la realité et vice versa   

Revenir en haut Aller en bas
 
quand la fiction rejoint la realité et vice versa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand la fiction rejoint la réalité...
» Vendanges Vice Versa 2009
» Vice Versa 2006 en succursales
» L'effet de la récession à Napa - Vice Versa
» Nabaztag => Karotz ... et vice versa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Hors jeu de rôle-
Sauter vers: