Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 note d'intention

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1207
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: note d'intention   Mar 12 Mar - 13:07

Eclipse phase est vraiment un jeu novateur

Il m'a fait l'effet d'un petit séisme, que j'ai peu éprouvé dans ma vie de roliste : des jeux comme Donjeons et Dragons, Runequest et Vampire la mascarade m'ont pareillement impressionné : je peux les compter sur les doigts d'une main...

Je pense que Eclipse Phase sera beaucoup joué et pour les mêmes motifs que vampire la mascarade beaucoup trahi : les joueurs et les meneurs n'utiliseront dans la plupart des cas que l'écume des flots, le côté "cyberpunk de l'espace"

C'est à mon avis passer à côté de l'essence du jeu

Car Eclipse phase présente une cadre richissimme et novateur ou les aspects technologiques, sociaux, politiques, économiques et environnementaux sont finement et inextricablement liés

Le transhumanisme est une philosophie (certains diront un lobby) d'origine anglosaxone et imbriqué à la mouvance "libertarian", une sorte d'anarcocapitalisme ultralibéral anglosaxon

les thèses libertariennes, qui trouvent de formidables champs d'application dans le transhumanisme dessinent un monde effrayant, dystopique.
la mécanisation du monde et des relations entre les personnes, au contraire l'humanisation rampante des machines à même de remplacer vite les hommes dans un nombre de "process" considérables, l'hypermarchandisation provoquée par la convergence annoncée de grands domaines technologiques dessinent un avenir pessimiste pour l'humanité si elle réchappe aux menaces d'extinction qui deviendront une réalité quotidienne
Surtout le clivage entre une ultraélite technoévoluée ayant repoussé la maladie, la mort et la souffrance et le reste de la population, laissés pour compte du transhumanisme pourrait créer un clivage humain inconnu jusqu' à présent, une forme de ségrégation terrifiante et totalitaire entre des plus qu'humains minoritaires et des laissés pour comptes de la grande singularité

Si l'on a pas conscience de ces thématiques, quel que soit les réponses qu'on apporte d'ailleurs, on va passer à côté d'Eclipse Phase : ou jouera au mieux à un jeu de cyberespionnage vaguement horrifique.

Les enjeux et les légitimes frayeurs qu'engendrent la pensée transhumaniste ne sont pas réservées à une minorité de geeks amateurs de SF et de cyberpunk

Le directeur de l'université de la singularité (dans la silicon valley, en face du siège de google) qui forme l'élite aux thématiques transhumanistes est à présent directeur de la prospection de google
car les grands thèmes du transhumanisme sont les grandes parts de marché de demain
Une élite décisionnaire, impliquée dans les intérêts corporatifs a bien compris que la convergence de la nanotechnologie (déja présente à notre insi dans de nombreux biens de consommation), le génie génétique, les neurosciences et l’informatique généreront dans les prochaines années des "devices" (ou artefacts) qui submergeront les marchés
Nous avons déjà commencé notre basculement dans le transhumanisme : les progrès fulgurants de la robotique au japon, la venue imminente des premiers androïdes de plaisir et robots soldats sont un rêve ancien des mafias et grandes armées modernes. Le robot ouvrier suivra bien vite permettant aux grandes corporations de se passer d'employés (plus besoin de délocaliser) en remplaçant un grand nombre de postes par des employés modèles : des machines, des programmes
L'économie de marché fondée sur l'articulation production / consommation en sera chamboulée

Je ne donne que cet exemple, mais l'ensemble des activités humaines seront bientôt touchées

L'humain 2.0 annonçé par la singularité est assez effrayant : un esprit numérisé, pratiquement immortel dans un corps de synthèse : l'humain ne sera plus qu'un ersatz, un peu comme les réplicants de blade runner
Dans un monde parfaitement automatisé et procédural, la spiritualité, l'étique, l'affect, l'irrationnel seront des données parasites dans une supraéquation.
L'humain devenu une chimère technologique pourrait vouloir évacuer de cette équation toutes les données qui la parasitent, les hésitations, les émotions qui nous rendent humains

Quand nous passons nos soirées et dépensons notre temps de cerveau disponible sur facebook, des chercheurs, ingénieurs et commerciaux "technoprogressistes" inventent le monde qui sera dans nos marchés, dons dans nos vies dans quelques années, quelques décennies

Bien sur il existe d'autres écoles de pensées transhumainstes, comme en France matinées de doctrines sociales donc en désaccord avec la visions libertarian

Ils sont selon moi les "idiots utiles" de l'anarcocapitalisme : leurs réflexions sincères rendront désirables l'enfer de la réalité qui se déchainera dans nos écrans, puis directement dans notre tête

Pendant ce temps, les grands gourous du transhumanisme donnent des conférences pour l'élite corporatiste, arborant fièrement la bague de la singularité avec la même sacralité que l'anneau sigillaire d'un cardinal du vatican : une nouvelle religion technofétichiste est née

Longue vie à la Machine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 1207
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: note d'intention   Ven 22 Mar - 18:15

Eclipse Phase tel que je le perçois tourne autour de 4 thèmes principaux :

IDENTITE

Les PJs incarnent des transhumains. L’esprit est un programme numérique appelé l’EGO et qui peut envelopper un corps, le MORPHE de façon souvent temporaire. Les conséquences de ce premier postulat sont considérables.
Les corps sont en effet jetables, comme de simples vêtements ; ils peuvent être utilitaires, décoratifs, uniques ou au contraire jetables. Cela induit une formidable inégalité entre ceux qui peuvent s’offrir un ou plusieurs morphes de qualités, les « happy few » de la transhumanité et les autres, qui parfois se contentent d’une boite de conserve améliorée (les morphes synthétiques) faute de contacts ou de ressources.
Dans les cas les plus extrêmes, les egos ne possèdent pas leur morphe, se contentant de le louer en échange de travaux serviles à une hypercorp. Celles –ci sont responsables d’une nouvelle forme de servage, d’exploitation et de prolétarisation, le corps étant un bien de consommation comme les autres.
Enfin les plus démunis n’ont pas les moyens d’envelopper un morphe : ce sont des infomorphes, de simples programmes, des esprits fantômes qui hantent les corridors de la sphère numérique prêts à toutes les compromissions pour obtenir même fugitivement un corps
Si les morphes peuvent être améliorés, les EGOS qui sont de simples programmes le peuvent également. La convergence des sciences neurologiques et informatiques a permis d’agir sur la structure même de la psyché, c’est ce que l’on appelle la psychochirurgie. Celle – ci peut améliorer, mais elle peut aussi diminuer, brider les capacités mentales, les souvenirs d’un ego.
La science réhabilite donc les théories sur la métempsycose (réincarnation) en rendant possible (par le moyen de sauvegardes appelés FORKS) de survivre à son trépas en enveloppant un nouveau morphe d’une sauvegarde récente de l’EGO. L’egodiffusion permet même de voyager de façon casi instantanée entre les mondes en transmettant sous forme de données un fork qui sera enveloppé à son arrivée dans un morphe de substitution
Enfin l’utilisation massive de forks permet l’ubiquité biblique : il est en effet possible à plusieurs sauvegardes de coexister simultanément dans différents morphes. Les forks peuvent se scinder ou au contraire fusionner se qui permet de côtoyer des versions partielles voire modifiées de soi-même
Enfin, chaque personnage dispose d’un ange gardien, sorte de daemon socratique, une IA parfaitement adaptée et configurée aux besoins d’un ego et qui lui simplifie la vie. Cette muse finit par connaitre intimement son porteur qui parfois se décharge de pans entiers de son existence sur elle pour se réfugier dans une vie oisive ou virtuelle

REALITE

Comme dans les théories de Platon, le monde existe à un double niveau, physique et numérique.
Chaque transhumain, au moyen d’ENTOPTIQUES perçoit une réalité ajoutée (ou RA) qui lui présente directement dans la rétine et sans interface des données en surimpression de la perception physique. La RA n’est pas uniquement visuelle mais touche l’ensemble des perceptions et impressions. Inextricablement enchevêtrée à la réalité physique, le monde numérique est devenu parfois plus réel.
Les réalités virtuelles (RV) sont un cas extrême ou l’ego est projeté dans un environnement virtuel soumis à des lois spécifiques et qui peut être enfer ou paradis, souvent un mélange des deux. Le refuge dans ces « paradis artificiels » est comme le chant des sirènes : ensorceleur. Puisque la aussi les perceptions et impressions sont parfaitement simulées, la RV peut sembler préférables au monde réel pour de nombreux oubliés de la singularité
Il est bien sur possible d’enregistrer une partie des perceptions d’un ego. Ces vies virtuelles donnent lieu à de gigantesques commerces et trafics permettant aux toxicos d’un genre nouveau de se shooter aux souvenirs les plus grivois ou malsains d’un autre ego. Les pétales, ces terrifiantes nanodrogues agissent aussi sur les représentations du consommateur.
La réalité est donc elle aussi un bien de consommation, de coercition et d’aliénation rendant les particules numériques parfois plus réelles et désirables que les atomes physiques

COMMUNAUTE

Suite à la chute, l’humanité a du trouver un refuge dans les étoiles. Les hypercorps, ces héritières des corporations terrestres y étaient déjà implantées et elles ont par l’intermédiaire du consortium planétaire une énorme influence sur le système intérieur
Mais l’espace est devenu une nouvelle frontière, un gigantesque laboratoire pour paradigmes politiques, économiques ou sociaux alternatifs. Face à l’expansionnisme mercantile des hypercorps, de nombreuses communautés tentent de vitre paisiblement avec leur entourage et environnement tandis que d’autres, maladivement repliées sur elles –même entretiennent peu de contact avec l’extérieur.
Si le transhumanisme a fait rêver les technogrogressistes, il faut maintenant déchanter. Il n’est pas dans la condition humaine ou transhumaine de vivre paisiblement une utopie. La vie sera éternellement marquée par l’incomplétude. La singularité a fait briller de nouvelles espérances et a creusé le tombeau d’une partie de l’humanité soumise à la révolte des TITANS. Ce traumatisme, cette chute reste marqué dans l’inconscient collectif.
Il existe un certain nombre de conventions dont celle qui tourne autour des IA sources de terreurs terrifiantes. Quand elles ne sont pas bridées et enveloppent un morphe, ces machines ont rarement une apparence humaine. Au contraire, les morphes qui accueillent un ego sont souvent humanoïdes ; c’est moins une loi qu’un traumatisme collectif, une forme de méfiance atavique envers les machines.
C’est ainsi que les chimères génétiques (comme les basts ou croisements d’hommes chats) ont souvent des morphes humanoides. Les infolifes générales qui ont été acceptées dans la transhumanité, désireuses de faire oublier leur origine virtuelle adoptent de même préférentiellement des morphes très communs et rassurants.
Les menaces d’exinction concernent à présent l’humanité dans son ensemble. La science a rendu possible la création de menaces directes et à moindre cout pour le genre humain.
Nul n’est à l’abri d’une secte millénariste, repliée sur un satellite margellan et concevant dans un assembleur moléculaire débridé une souche létale pour l’humanité.
Peut –être l’humanité, sans le savoir est-elle déjà infectée par un virus létal d’un genre nouveau et condamnée sans le savoir vivant ce que les médecins nomment une « eclipse phase »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 1207
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: note d'intention   Ven 22 Mar - 20:53

Une petite note sur l'ambiance

La couverture présente Eclipse Phase comme "un jdr de transhumanité, d'horreur et de conspiration"

Dans la mesure ou le settinge officiel prévoit que les Pjs soient tous membres d'une organisation secrète FIREWALL, le thème conspirationniste semble évident

Seulement voila, si je n'interdis pas que certains PJs soient membres de Firewall, ce n'est pas l'approche de cette campagne : en effet, il vous est proposer d'être les représentants d'une communauté spatiale dont les caractéristiques (localisation, population, organisation politique, richesse, défense, rapport à la technologie, etc) seront déterminées collégialement par les joueurs

donc adieu Firewall, organisation finalement assez ininterressante qui ne sera qu'un élément du background.
Un peu comme dans les cités états Athéniennes, chaque communauté (et celle des Pjs en particulier) sera porteuse d'un modèle de vie spécifique, d'un contrat social, voire d'une utopie.

Sans vous forcer la main, je prévoie que cette communauté portera en partie des valeurs positives que les PJs auront du plaisir et pas uniquement de l’intérêt à défendre : c'est en ce sens que je m'éloigne du cynisme cyberpunk classique pour injecter une dose d'espoir qu'incarneront les persos.

Il ne s'agit pas de faire de la guimauve ou du manichéisme, mais d'apporter un touche lumineuse dans un cadre vite oppressant.

Dans ce sens, je m'éloignerai de l'horreur classique pour proposer une autre vision de l'horreur :
- les PJs sont les héros et non les victimes
- s'il le faut la campagne sera épique, les persos deviendront des icônes voire des légendes vivantes
- l'horreur n'est rien sans le merveilleux, un peu comme une toile que l'on peut dessiner en teintes contrastées: j'envisage donc un rapport en partie magnifié à la technologie, des scènes assez oniriques voire un certain mysticisme pan technologique
- les grands questionnements sont (cf post plus haut ) :
- l'identité : qui suis-je ?
- la réalité : qu'est ce qui est réel ?
- la communauté : comment construire un cadre commun de vie harmonieux ?
- l'humanité : l'étique, bien sur, mais au delà en quoi suis je plus humain qu'une chimère, un courtier ou une machine ?

Tout cela n'est bien sur qu'une proposition : cette chronique sera la votre, construite autour de vos choix, de vos envies et de vos créations ludiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 1207
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: note d'intention   Ven 12 Juil - 12:15

Après une vingtaine de parties d’Eclipse Phase, il était temps de faire un point d’étape
Cette campagne fut l’occasion –et le prétexte – de se documenter sur le transhumanisme.
Les réflexions – souvent béates – sont finalement assez décevantes. On nous promet certes un humain 2.0 amélioré, presque invulnérable, immortel et omniscient – mais l’absence de pensée véritablement critique sur les dangers du posthumanisme est criante.
Dans son version française, le mouvement nous promet une réflexion critique, humaniste et étique selon le célèbre adage « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »
J’ai l’impression que la montagne accouche d’une souris : nous allons vers le posthumain, mais doit-on s’en réjouir ou en pleurer ? sans doute un peu des deux
Le transhumanisme me parait de ce point de vue moins une étude qu’une croyance, parfois à la solde des intérêts mercantiles les plus évidents (dans sa version anglo-saxonne), parfois légèrement enrobée d’étique (version française), afin sans doute de cacher la vilaine saveur acidulée de notre avenir
En résumé, du scientisme, du technofétichisme plus qu’une étude critique sur les rapports entre l’homme et la technologie.

Cette dernière existe pourtant, mais il aura fallu la trouver chez des sociologues comme Baudrillard ou Jacques Ellul, sans aucun lien avec le transhumanisme.
On trouve cette idée chez Ellul (dans des ouvrages écrits il y a plus de 50 ans et d’une étrange modernité) que la science envahit le spectre complet des activités humaines, qu’elle tient à la recherche effrénée de la performance, qu’elle est le relais optimal du néolibéralisme et que finalement elle s’accorde assez mal avec la démocratie.
L’humanité s’est en quelque sorte engluée dans une toile scientiste, qui dépasse largement le cadre des objets techniques que nous utilisons et qu’au fil des ans, la convergence des disciplines tant espérée par le transhumanisme nous mécanise de plus en plus. Nous devenons une sorte de simple interface de la « grande machine » dont les rouages intégrant l’ensemble des activités humaines nous épuise physiquement et mentalement, nous déshumanise éthiquement et spirituellement, nous déculturise collectivement en changeant les individus et les citoyens en une masse amorphe de consommateurs et producteurs décérébrés

Cette idée pourtant devrait nous inquiéter que dans un monde soumis au profit et à son relais technique la performance, l’éthique et le spirituel, soit pour parler autrement le domaine de l’émotion et de l’irrationnel sont des données parasites.
Une hyperscience nécessite en retour une hyperétique : c’est une urgence ou l’homme risque de devenir un prédateur hypercérébral et reptilien dont toute donnée « empathique » aura été évacuée, soit un transhumain
Car c’est bien au niveau de l’empathie (soit la compassion chrétienne) qui est la contagion positive des émotions, joies et peines, une sorte de communauté de ressenti que se trouve l’issue. Si nous utilisons le relais technologique pour nos relations, celles – ci seront irrémédiablement altérées par ce média (comme on peut le voir avec facebook ou la notion d’amis ne recouvre pas le sens qu’on lui donne usuellement) et la psyché humaine sera altérée, réduite, brisée. A jamais esclave de nos outils nous serons comme le dieu Héphaistos, le forgeron divin obligés de nous déplacer sur nos propres béquilles, réduits dans nos talents et capacités et incapables de mener les taches les plus basiques sans l’aide des machines

Voilà le TITAN ; voilà le virus exsurgent ; au final ce sont moins mes lectures que les interactions entre les protagonistes du récit (et en particulier les PJs) qui ont orienté le fil de cette campagne d’Eclipse phase. Celle –ci n’est pas un technothriller froid et conceptuel mais bien une puissante réflexion sur les rapports entre l’homme, la science et son environnement ou les questions éthiques et spirituelles loin d’être les vestiges historiques d’une époque archaïque sont prépondérantes pour la survie de l’humanité.

A tous et  toutes, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: note d'intention   

Revenir en haut Aller en bas
 
note d'intention
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu de Rôle sur Death Note
» [Test] Kipatord (Démo) - Note: 80%
» Note au milieu
» petite note informative ! le Nabcast déraille un chouilla
» [A VENDRE] exhaust note

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Eclipse Phase-
Sauter vers: