Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MALLEUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Mar 24 Sep - 21:44

comme Olivier m'a dit qu'il mettra en place un espace "confessions", voici la première confession en avant première de Soeur Béatrice :


*********************


Bénissez-moi, mon père, car j’ai péché.

J’ai désiré un homme. Pas seulement par amitié ou amour fraternel…

Ce soir-là, je m’étais légèrement assoupie dans mon bain. Et lorsque je me réveillai, je grelotais de froid. C’était l’hiver, mon Père, et la chaleur ne tient que trop peu par ces grands froids. Je sortis de la baignoire et marchai jusqu’à la porte. Mais le froid vif me saisit et je m’écroulai à terre, m’enveloppant en vain dans ma chemise mouillée dans laquelle je m’étais baignée. Alerté par le bruit de ma chute, ou par mes appels, le familier qui est à mon service accourut et me couvrit avec sa cape.

Afin de ne pas m’offenser de son regard, alors que j’étais nue sous ma chemise mouillée qui me collait à la peau comme un voile glacial de neige, il avait fermé les yeux. J’ai été touchée par tant de pureté dans ce geste à tel point que me rappelais la parabole de NSJC qui partagea son habit avec un nécessiteux… Et  la lui contai.

Et je me rappelai aussi l’enseignement de Matthieu 5:29-30, Christ dit : «Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne».

Mais les yeux, les mains et les pieds ne peuvent pas commettre de péchés par eux-mêmes. Le péché commence dans l’esprit des gens. Et c’est plus pour moi que je citai les Saintes Ecritures, que pour celui qui prenait soin de moi dans ce bas monde.

Mais ma voix tremblait de froid, car je n’arrivais pas à me réchauffer. Ce n’est point de chaleur matérielle que j’avais besoin, mais d’affection fraternelle. Le commandement de JCNS est de nous aimer les uns les autres comme nous l’aimons Lui.

Et alors je lui demandai « Serrez-moi dans vos bras ». Et je me blottis dans cette étreinte chaste.

Et involontairement mes lèvres ont murmuré le Cantique des cantiques :
1:2 Qu'il me baise des baisers de sa bouche!
Car ton amour vaut mieux que le vin,
1:3 Tes parfums ont une odeur suave;
Ton nom est un parfum qui se répand;
C'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.

Et je m’aperçus qu’autant le geste et l’intension de mon Familier étaient purs et généreux, autant mon corps était faible face à la tentation de l’adversaire.

Car oui, je l’ai désiré en cet instant. Je l’ai désiré au point de manquer d’air.

Je souhaitai que le voile des tissus soit intangible et vaporeux comme la brune et que son souffle que je sentais sur ma nuque pénètre chaque pore de ma peau.

Je souhaitai que ses doigts glissent sur ma peau comme des ailes d’un ange et y inscrivent les douces paroles que Salomon adressait à sa Reine :
4:1 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle!
Tes yeux sont des colombes,
Derrière ton voile. […]
4:3 Tes lèvres sont comme un fil cramoisi,
Et ta bouche est charmante;
Ta joue est comme une moitié de grenade,
Derrière ton voile.

Mais NSJC, qu’Il en soit Loué, m’accorda suffisamment de forces pour ne pas succomber à l’adversaire et à la tentation diabolique de la luxure : sentant le vertige me prendre, je me dégageai et le priai de se retirer.

Je restai seule dans la pièce. Seule la lumière vacillante de la bougie illuminait faiblement le crucifix au dessus du prie-Dieu sculpté. Je restai seule. Et pourtant je sentais sa présence. Je m’approchai de la porte et y pressai les paumes de mes mains, caressant chaque nodule du bois comme s’il s’agissait de … Non, je chassai cette pensée. J’essayai de chasser ces pensées impures, indignes de ma chasteté et ma piété, moi, servante de NSCJ !

Et pourtant,
3:1 Sur ma couche, pendant les nuits,
J'ai cherché celui que mon cœur aime;
Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé...
3:2 Je me lèverai, et je ferai le tour de la ville,
Dans les rues et sur les places;
Je chercherai celui que mon cœur aime...
Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé.


J’ai péché, mon père. J’ai péché en intension, par faiblesse.

Mea culpa, mon père. J’en demande pardon à Dieu, et à vous, mon père, pénitence et absolution.


*******************


Sculpteur Petrus, Le Cantique des Cantiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Admin
Admin
avatar

Messages : 1215
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 45
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: MALLEUS    Mer 25 Sep - 19:31

CONFESSIONNAL



jenny ayant pris un peu d'avance, et pour ce qui le souhaitent, je vous propose de poster une confession de votre personnage.

Cette confession est une faute chrétienne, un tourment source de culpabilité pour le personnage. dans l'idéal, elle doit impliquer d'autres personnages (non joueurs) à la discrétion du joueur

L'idée est de donner de la profondeur, du pathos à vos persos ainsi que des amorces de relationnels forts envers des pnjs; il vous permettra aussi de cerner la personnalité, les failles de vos persos

enfin, le directeur de conscience (autre nom du MJ) vous octroiera gracieusement un point de paraclet pour avoir délié votre âme d'un fardeau

Deinde ego te absolvo a peccatis tuis, in nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.

Passio Dómini nostri Jesu Christi, mérita beátæ Maríæ Vírginis, et ómnium Sanctórum, quidquid boni féceris, et mali sustinúeris, sint tibi in remissiónem peccatórum, augméntum grátiæ, et præmium vitæ ætérnæ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: MALLEUS    Mer 25 Sep - 19:34

De quoi devrais je me confesser? D'etre un homme? De vivre et d'esperer? J'ai usé de violence au nom de l'eglise, mais peut on faire la difference entre la violence faite au nom de l'eglise et la violence ordinaire? la violence reste la violence et les consequences sont toujours funestes. Devrais je me confesser de mon incroyance? comment croire en un Pere qui abandonne ses enfants! et si je fais erreur alors Dieu me pardonnera car il comprendra que je ne suis qu'un imbecile qui ne comprends rien a ses merveilleux desseins. Jesus disait "rien de ce qui vient de l'exterieur n'est mauvais pour vous" alors pourquoi l'eglise aujourd'hui, pourtant si prompte a citer les ouvrages des apotres, n'applique t'elle pas ce precepte? Pour les indiens de la nouvelle Espagne, pour la terreur qui a regné en Espagne il y a peu, et pour celle qui regne dans ce saint empire qui n'a de saint que le nom. Je ne me confesse pas, car le seul peché que j'ai commis c'est d'etre un homme, qui vit, qui ressent la colere, le desir, l'envie, la faim. Un homme qui aime parfois s'enivrer et qui a frequenté les catins, autrefois. Je ne suis pas un homme bon, je ne suis pas un homme pieux, je prefere agir plutot que de me mortifier dans les eglises et les odeurs d'encens, je prefere aider mes contemporains pour qu'ils sortent de ce marais boueux de croyances et de superstitions qui les enferme dans la paysannerie et la sauvagerie la plus totale. Penser par soi meme, ouvrir les esprits et alleger les ames, voila le role que devrait tenir l'eglise au lieu d'imposer, peur, superstition, inculture, mortification et chatiment. Je sais qu'en disant cela je suis presque un heretique, et alors? qu'il m'excommunie j'irai chercher mon paradis ailleurs le temps de ma vie terrestre et si Dieu existe, je ne doute pas qu'il soit misericordieux, car comment un etre mauvais aurait pu creer toutes les merveilles de ce monde. Je ne suis coupable de rien sinon d'etre un homme qui pense par lui meme. Et si Dieu ne pardonne pas, alors esperons que nous soyons voisins en Enfer pour en discuter!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: MALLEUS    Sam 28 Sep - 19:59

Ainsi donc le diable a t'il voulu prendre mon pere a sa table! Me voila a present Baron Gerwulf Von Maakhen. Je me suis encore un peu eloigné de l'ordre teutonique. Je ne porte guere plus que le symbole de la croix noire a l'epaule pour montrer mon ancienne adhesion a l'ordre. Quel espece d'homme etait donc mon pere? Il a accumulé richesses et tresors tout au long de sa vie mais lorsque j'ai parcouru nos terres qui ne sont pourtant pas immenses, je n'ai vu que dangers, misere et famine. J'ai lu dans le regard de ces gens la tristesse et la haine qu'il portait a la noblesse. Quelle noblesse y a t'il a piller ses propres terres? Les choses ne peuvent pas rester ainsi. De mon sejour en ville j'ai pu trouver quelques ouvrages imprimés que j'ai pu m'offrir pour quelques couronnes! quelle merveille cette imprimerie! J'ai lu des oeuvres d'auteurs etrangers, Thomas More, Erasme et Machiavel. Je n'ai pas vraiment aimé ce que disait ce Machiavel mais More m'a beaucoup interessé. Je veux faire de mes terres cette "utopia". J'ai aussi trouvé un ouvrage magnifiquement illustré de Leonardo da Vinci. Je suis sur que du tresor accumulé par mon pere je peux faire de grande chose. J'ai ouïe dire qu'en Pologne certains savants etaient maltraités, ils trouveront asile a Sthalturmingen. Je suis sur que je pourrais trouver une machine a imprimer a Danzig, je ferais de ma ville un centre de culture. Et je reconstruirais l'eglise. Dieu a l'eglise, l'Homme a la ville. Mais encore un voyage a faire pour l'inquisition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: MALLEUS    Dim 29 Sep - 12:50


Il tenait entre ses mains l’hostie immaculée. Face à l’autel dominé par l’imposant crucifix de vermeille, il se pencha et, les lèvres à quelques millimètres de l’hostie, murmura en détachant chaque syllabe les paroles consacrées : « HOC EST ENIM CORPUS MEUM ».
A cet instant, il n’était plus Foulques de Montmorency, ni même un prêtre dominicain. Il était un « Alter Christus » reproduisant de manière non sanglante le sacrifice admirable de la Croix. En prononçant ces mots hérités du Christ lui-même et par le pouvoir que lui conférait son ordination, s’opérait le plus sublime des miracles : le transformation du pain qui devenait physiquement et spirituellement le Corps du Christ. Tandis que le cérémoniaire, à genoux derrière lui, soulevait le bas de sa lourde chasuble brodée d’or, Foulques éleva cérémonieusement le Très Saint Sacrement. De lourd nuages d’encens montaient jusqu’aux voutes de l’église. Et derrière lui, la foule des fidèles, à genoux, inclinait la tête devant la toute-puissance divine.

La messe terminée, le dominicain se retira dans sa cellule, prétextant un nouveau jeûne pour s’épargner le fardeau d’un repas avec ses frères. Depuis son retour de Westphalie, il s’était renfermé sur lui-même, recherchant avec plus de zèle encore la solitude et l’intimité avec Dieu. Il était assis devant la petite table de bois blanc qui lui tenait lieu de bureau. A sa droite, plusieurs parchemins soigneusement roulés. Il s’agissait de son rapport. Foulques venait à peine de l’achever. Il fallait qu’il dépose son fardeau. Il était inconcevable que l’Eglise, maîtresse de Sagesse et de Vérité, tolère les agissements dont il avait eu connaissance. Son rapport était incendiaire. Il y décrivait par le menu les déviances théologiques, les hérésies, les propos sacrilèges, les rites sataniques et toutes les abominations qu’il avait constatées. Le rapport comportait 3 addendum – 3 lettres où il dénonçait et demandait l’arrestation de Gerwulf Von Maakhen, de Soeur Beatrice de Habsbourg…et du Cardinal Marcello Carafa . Motifs : hérésie, luxure, scepticisme, conception d'un enfant en dépit de la règle de chasteté, rupture de la discipline ecclésiastique, accointance avec le démon etc. Les accusations étaient d’une gravité extrême. Il posa un regard affligé sur les parchemins. Il devait faire son devoir…Dans deux jours, il serait reçu en audience par le Cardinal Inquisiteur en personne…

Il se réveilla en sursaut. Son vêtement de laine trempé de sueur collait à son corps décharné. Toujours le même cauchemar. Caraffa était amené au bucher et tandis que les flammes dévoraient le vieillard, ce dernier hurlait le nom de son filleul. En larmes, Foulques se jeta au pied de l’imposant crucifix qui faisait face à sa couche. Il se rappelait les paroles dures que ses compagnons de voyage avaient prononcées contre lui : orgueil, cruauté....
_ Seigneur, aidez moi à accomplir votre volonté.
Mais le Seigneur se tût.
Orgueil ? N’avaient-ils donc pas compris qu’il n’avait d’autres certitudes que les Vérités de la Foi enseignées par les apôtres, les pères de l’Eglise, les papes et les saints. Ne comprenaient-ils pas que le plus bel acte d’humilité était de se soumettre aux lumières de la Révélation et que l’orgueil consistait justement à agir et à penser en fonction de ses propres opinions.
Cruauté ? Ne voyaient-ils pas que la violence le répugnait, et que verser le sang lui était infâme. Mais son devoir était d’empêcher les âmes de se perdre et il ne devait pas faiblir. Le Christ lui-même n’avait-il pas utilisé un fouet pour chasser les marchands hors du temple.

Il tourna la tête vers son bureau. Dans l’obscurité il distinguait les rouleaux de parchemins, lourds de menaces et de conséquences. Puis son regard revint sur l’image du Sauveur crucifié. Seul le Seigneur saurait lui dire ce qui était juste. Alors serrant un plus fort le cilice d’acier qui lui déchirait la cuisse, il débuta la récitation de son Chapelet. Il avait 2 jours avant de rencontrer le Cardinal Inquisiteur…et il ne doutait pas que d’ici là le Seigneur lui aurait fait part de Sa volonté. Après cela, il demanderait à quitter la Sainte Inquisition et il rejoindrait la Grande Chartreuse où, conformément à la règle cartusienne, il disparaitrait pour toujours aux yeux du monde et des hommes. Alors pourrait commencer son tête-à-tête avec Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Lun 30 Sep - 0:12

la luxure quand tu nous prends !











les confessions viendront par la suite ......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Jeu 3 Oct - 16:39



Confession 2



Bénissez-moi, mon père, car j’ai péché.

J’ai péché par orgueil. J’ai enfreint la volonté de NSJC.

Car mon sang de Dame de ce monde a parlé, mon sang de lignée impériale chrétienne d’Occident. Car je me suis crue plus forte que… que… que je ne le dois être.

Le vent soufflait si fort cette nuit, s’engouffrant entre les pics des montagnes, leur arrachant leurs manteaux de neige et les recouvrant de nouvelle pelisses. Le blizzard nous aveuglait comme autant de nuées de mouches blanches du démon Belzebuth nous mordant la peau. Et le chariot a basculé. Dans le ravin. Dans le gouffre noir sans vie…

Et j’ai croisé le regard limpide d’effroi du Familier qui était à mon service.

Un regard clair comme un éclat de ciel bleu. Lumineux comme le bleu d’un lac de montagne cerclé de glaces éternelles. Profond comme ce bleu des cathédrales où les chœurs des anges peints chantent la Gloire de NSJC.

Alors je l’agrippai par le bras et tirai. Je priai pour que NSJC me donne la force de le sauver de la mort certaine.

Mais le Seigneur m’envoya une vision : Il souhaitait le rappeler à Lui.

Mais mon cœur s’était révolté ! Si jeune… Si tôt… Je ne me résignais pas à desserrer mes doigts. En cet instant, je me suis rappelé que j’étais née Habsbourg. Que ceux de mon sang régnaient sur ces terres par la volonté de NSJC. Que je me devais protéger ceux qui avaient fait serment de me servir.

Que je ne pouvais laisser un tel regard s’abimer dans le gouffre de la nuit éternelle…

Si je m’en repens ?... Vous souhaitez savoir si je m’en repens d’avoir sauvé cette vie et de prolonger son séjour en ce monde ?
Ou bien si je me repens d’avoir désobéi à Sa Volonté en cet instant ?

Mais qui suis-je pour discuter Sa Volonté ?
Peut-être que je m’étais trompée dans l’interprétation de la vision et que Lui souhaitait que je sauve cette vie, même au péril de la mienne (à plus de sens que je ne puis dire). Après tout, était-ce peut-être une épreuve : risquerais-je ma vie pour en sauver une autre ?...

Je m’en repens d’avoir agi en Dame du monde, en souveraine, et non en sœur vouée à NSJC. Pour cela oui, je m’en repens.

Mea culpa, mon père. J’en demande pardon à Dieu, et à vous, mon père, pénitence et absolution.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Jeu 3 Oct - 17:55

Confession 3



Bénissez-moi, mon père, car j’ai péché.

J’ai cru retrouver pour quelques jours les habits de ma vie passée. Mais, alors que la soie et le velours couvraient de nouveau mes épaules, c’est des souvenirs qui me sont venus recouvrir mon âme perdue.

Je me suis rappelée de ma jeunesse.

Du château de Laufenbourg et des jardins où les fleurs et les papillons rivalisaient de couleurs en été... Des lourdes tapisseries sur les murs qui nous contaient les hauts faits d’armes de notre famille… Des portraits sur les murs que nous regardions avec fierté et admiration…

Des bals somptueux auxquels il m’était encore interdit d’assister officiellement, mais où je me faufilais à l’abri d’un masque de velours et ayant empreinte les robes de mes sœurs ainées… De l’air saturé de fumée des bougies, de vapeurs des vins et d’un enchevêtrement de parfums capiteux, dont une seule goutte dans le creux du cou faisait pencher plus que de convenance la tête des cavaliers désireux de chuchoter une confidence à l’oreille des dames et des demoiselles…

Les chasses d’automne où les cors déchiraient la brume matinale et faisaient aboyer les chiens… De l’écume recouvrant les flancs des chevaux après une course effrénée à travers bois…


J’avais presque oublié que la dentelle de soie était si douce au toucher…Comme la caresse d’une main… Que le drapé de velours joue de ses teintes à la lumières de la cheminée… Comme si le pinceau d’un peintre enluminait chacun des mouvements… Que les écharpes de gaze brodées d’or effleurent les épaules comme une cascade de pétales parfumés de fleurs et de baisers…


Je regarde ma robe simple de moniale, tout de noir de deuil de ce monde et de blanc de pureté céleste. Ou bien est-ce le blanc du linceul et le noir des regrets… Elle est si simple. Tout parait si simple lorsque je la revêts, ce bouclier de la Foi…

Mais je ne puis m’empêcher de penser que le Seigneur a créé ce monde beau, afin de célébrer Sa Gloire. Est-ce un péché que de vouloir rendre grâce au Seigneur en parant le corps qu’Il nous a donné – et qui est à Son image – de quelque soierie ?...

Vanité que tout cela, vous avez raison, mon père. Vanité.

Mea culpa, mon père. J’en demande pardon à Dieu, et à vous, mon père, pénitence et absolution.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Jeu 3 Oct - 18:07

BRUEGEL




DURER


















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: MALLEUS    Jeu 3 Oct - 18:30

Confession 4 : Prière.



Seigneur Dieu Tout Puissant  et Miséricordieux !

Je ne puis chasser cette image de mon esprit : nous remontons le fleuve infernal dont l’estuaire est encadré de deux portes. L’une mène vers le monde des vivants, vers le monde aimé et béni du Seigneur. La seconde mène vers le simulacre de l’œuvre de Dieu, un monde de la perdition où chaque aube est empoisonnée par l’Etoile de l’Aube portant le nom de l’ange déchu.

Et la nef de la damnation nous mène non pas vers la lumière de NSJC, mais vers le simulacre et le mensonge de l’Adversaire…

Et lorsque je me réveille sur les rives du Rhin, c’est l’Etoile du déchu qui m’accueille…

J’y discerne un message de NSJC, message qui est notre Sainte Inquisition meme : nous sommes ici afin de soigner les ames de ceux qui ont été attirés par le malin en son monde. Afin de les sauver des griffes du Diable. Afin qu’ils puissent rejoindre le vrai Royaume de Dieu.

Car nous avons été envoyés ici par Lui, par notre Seigneur ! Nous sommes ici pour accomplir Sa Volonté ! Nos âmes ont été jugées suffisamment pures et fortes pour résister aux tentations de l’Adversaire…

Alors accordez-moi la force, Seigneur, d’arpenter ce sentier d’épines que vous m’avez accordé jusqu’au bout !
Accordez-moi la grâce de Vous servir par chacun de mes gestes et Vous glorifier par chaque souffle !

Et mon enfant qui m’a été pris, peut-être il n’est pas en ce monde, mais dans le vrai Royaume de Dieu… Et s’il est ici, dans ce monde damné, alors je dois le retrouver et le sauver. Car il n’est point enfant du Diable. Mais celui d’un homme et d’une femme de Dieu.

Accordez-moi le salut, Seigneur, car pour Vous mon âme brule, comme mille buchers de passion, mais dont la flamme reste invisible aux yeux profanes…

Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Admin
Admin
avatar

Messages : 1215
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 45
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: MALLEUS    Mer 9 Oct - 21:11

Voila, le petit cycle de Malleus est fini depuis hier soir (en solo avec Jenny) et aura donc consisté en 6 parties (le chiffre de la bête!)

ça sera pour moi un excellent souvenir avec une apothéose sur la dernière partie (Sœur Beatrix finissant sur le bucher)

j'ai pu valider que le concept d'horreur religieuse fonctionne parfaitement et que le système de malleus -sorte d'engin de torture qui maintient les joueurs sur le fil de la lame- tourne bien

A tous et toutes, un grand merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MALLEUS    

Revenir en haut Aller en bas
 
MALLEUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ORDO MALLEUS
» Malleus Maleficarum
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.
» [Battle] Tyranides Vs Ordo Malleus (10/06/2008)
» L'Ordo Malleus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Présentation-
Sauter vers: