Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mar 5 Nov - 23:26

« Thamar, tu n’es pas l’enfant né de mon ventre ni de la semence de celui qui tu te plais à nommer ton Père ».

Une jeune trollesse agenouillée dans la posture de soumission devant l’idole opulente de la divinité callipyge du panthéon des Ténèbres tourna respectueusement sa tête en direction du chuchotement. Ses yeux étaient recouverts d’un bandeau rehaussé de fines plaques de plomb aux runes entrelacées. La vieille Prêtresse de Xiola Umbar senti les battements de cœur de la novice et son apprentie s’emballer. Elle s’approcha et passa doucement sa main replète aux longs ongles crochus sur la joue de la jeune trollesse. Puis se tourna vers un vieux troll qui l’accompagnait : « Seigneur Ulugbek, maintenant et seulement maintenant tu peux révéler son passé à l’enfant devenu adulte et ôter le voile de ses yeux afin qu’elle puisse contempler les Ténèbres protectrices de Kyger Lithor ».

L’adorateur d’Argan Argar et arpenteur des routes des ténèbres superficielles, à la peau ridée comme une vielle pomme et dont l’une des défenses jaunies était rehaussée de plomb ciselé et acéré s’assit solennellement et trempa ses lèvres dans la coupe de vin épais et liquoreux lui tendue rituellement par la novice.

« Il y a quatorze cycles de cela, j’arpentais les terres de Dagori Inkarth et les royaumes de la surface avoisinants avec ma caravane. Je rentrais d’un long voyage dans les terres de la Passe du Dragon. A la lisière du Royaume de Tarsh notre caravane fit une macabre et triste découverte : un charnier de nos sœurs et frères des routes d’Argan Argar. »

« Une puanteur nauséabonde et malsaine régnait en ce lieu. Les scolopendres géantes gisaient éventrées et leur chaire pourrissait au soleil, les selles et les nasses étaient fracassées sur le sol et les biens pillés et détruits, les idoles des dieux des Ténèbres profanées… Nous trouvâmes des dizaines de trollinets suppliciés sauvagement. Et des corps occis et rongés par les malédictions des quelques guerriers de Zorak Zoran. Et des cadavres abominables de ceux qui avaient perpétré ce massacre : des Broos. »

« Nous pensions d’abord à quelques brigands Broos, que la malchance a fait croiser le route d’une honnête caravane. Mais leurs armes abandonnées sur ces lieux, de facture Lunar et de qualités inégales, la bannière à l’effigie d’un cheval cornu que nous trouvames dans l’estomac d’un guerrier troll, ainsi que ce morceau de riche étoffe, nous firent plutôt penser à un puissant seigneur Broo de Dorastor escorté par sa garde. »

« Nous priâmes Kyger Lithor décidâmes de prendre les corps des nôtres avec nous, lorsque nous entendîmes un gémissement plaintif. Je m’approchai vers un cadavre d’un trollinet empalé sur une lance que je crus voir bouger. Je me retournai, et vis un bébé troll qui se tortillait dans ses langes. Je le pris d’abord pour un trollinet, tellement il était maigrichon et sale. Et ses yeux suintaient la maladie et la corruption. Mais ses défenses étaient pointues et ivoirines, ses langes étaient d’une riche étoffe bordée de fourrure mâchouillée et, choses inouïe pour un trollinet qui ne se mangent point entre eux, cet enfant avait dévoré le bras et les entrailles du trollinet qui l’avait protégé de son corps. »

« Alors je t’ai prise avec moi et t’ai confiée à Dame Yugutlar, ma demi sœur et prêtresse de Xiola Umbar. Et elle s’est occupée de toi, t’a soigné, t’a élevée comme une mère trollesse aimante. Et cette nuit sous le voile de Xenta et dans le giron de Kyger Lithor, mon enfant, tu deviens adulte et Initiée. Alors je te rends ton passé et prie notre Mère sombre que tu sois une femelle honorée et féconde ».

Le vieux troll déposa un paquet près de la jeune Initiée agenouillé et la tapota affectueusement sur l’épaule.

«  Et Xiola Umbar te rend tes yeux afin que tu appréhendes la douceur de Nakala avec tout ton être » rajouta Prêtresse Yugultar dénouant le bandeau de la jeune trollesse.



* * *


C’est ainsi que j’ai recouvré ma vue et mon passé. J’ai trouvé en mon cœur la haine envers cette abomination que sont les Broos et le Chaos qui les créa. Et le ressentiment envers l’empire Lunar, belliqueux et corrompu par le Chaos.

De mon clan il ne me restait que peu de choses.

Mon amulette de Mère Sombre callipyge, portant la rune des ténèbres primordiales de Nakala, et dans laquelle je sentis la compassion de Xiola Umbar. Je le fis monter en collier de perles d’ossements du trollinet qui m’avait sauvé la vie.

Je n’ai jamais oublié que je fus sauvée grâce au sacrifice d’un trollinet et c’est surement pour cette raison que j’éprouve de l’affection pour ces êtres chétifs qui payent dans leur chaire et leur esprit la malédiction de Kyger Lithor…

Un grimoire de cuisine de contrées diverses, aussi bien mostali, aldriani, uz et humaines, et d’époques diverses. Il était annoté par plusieurs écritures et sur supports variés.

Un bout d’étoffe chamarrée de ceux qui je haïssais et qui fut purifié et scellé en médaillon entre deux lamelles de verre soufflé.

Une parure d’ambre noir finement ouvragée. Peut-être même l’œuvre d’un artisan uz de mon clan défunt.

C’est ainsi que je suis devenue suivante de Xiola Umbar, sa prêtresse et son enfant. Je me suis consacrée alors à guérir ceux qui étaient blessés et souffrants. Et comme le temple de nos frères dans les ténèbres était proche, j’ai côtoyé ainsi tous les guerriers de Zorak Zoran de mon village.

Maintenant, à 25 ans passés, je suis la plus jeune Grande Prêtresse honorifique du Temple de Xiola Umbar au village Uz d’Ishqin Yshratidan.
Ma demeure est le temple de Xiola Umbar.
Ma famille sont ses servants et adorateurs.
Je n’ai encore jamais participé aux Fêtes de Fertilité de Kyger Lithor. Certes, certains jeunes guerriers ont bien tenté de me courtiser. Mais peut-être que je suis trop exigeante, et, comme en rient mes sœurs du temple, un Seigneur Runique Uzuz a peu de chances de passer par notre village...
Peut-être que mon statut de prêtresse et mon travail de soigneuse ne me laissent pas de temps ni de place dans ma vie pour refonder mon clan et m’occuper non plus d’une multitude mais de quelques uns…
Peut-être, qu’ayant côtoyé le Chaos de si près lorsque j’étais enfant au point de demeurer aveugle durant 14 ans, j’ai simplement peur d’avoir été corrompue et de ne pouvoir engendrer que des trollinets chétifs et difformes…

Enfin, je n’ai jamais participé autrement que comme cuisinière. Et je sais que je suis une bonne cuisinière ! Et à chaque festin que je prépare, je perpétue la tradition de mon clan disparu par les recettes me laissées en héritage.

Le voyage dans les Montagnes du Bois de Pierre était ma première vraie excursion dans la terre des hommes. J’étais certes déjà sortie à la surface pour chasser, ou chercher des plantes médicinales et autres épices. Mais c’était de nuit et j’avais soigneusement évité la présence des hommes et des autres peuples. Rien que l’idée de croiser des étrangers me faisait trembler comme un trollinet fautif dans un temple de Zorak Zoran… J’avoue : j’étais une jeune trollesse peureuse.  

Et puis il y a eu cet humain-devenu-frère-des-Uz, qui sentait le vent glacé des montagnes. Il me ficela de cordages tel un rôti et me hissa sur une falaise des Montagnes du Bois de Pierre, sous le regard aveuglant de Yelm et le souffle indompté d’Orlanth.

Et je fus grisée de tant de lumière dans les flots invisibles des vents.
Je couinai ma terreur et suppliai leur clémence, me sentant sur le point d’être empalée sur les pics acérés des montagnes.

Mais au lieu de me bruler les yeux, Yelm m’offrit la vision de nouvelles couleurs, glorieuses et éclatantes, saturées de la lumière de ses exploits. Au lieu de m’aplatir contre les rochers comme une galette d’aldriani, Orlanth m’entoura de nouveaux parfums et libera mon souffle de la peur de l’inconnu…

Je retournai dans les ténèbres douces de Dagori Inkarth, car je devais témoigner de la corruption du Chaos qu’apportent les Lunars, et des exploits guerriers de nos Seigneurs de la Mort, et des alliances passées entre les Races Anciennes et les jeunes Humains.

Je sais que je quitterai encore mon village d’Ishqin Yshratidan. Et que j’y reviendrai pour le quitter encore. Je sais que je verrai des contrées inconnues, effrayantes et merveilleuses. Et que les battements de mon cœur ne seront pas suffisants ni  pour compter le nombre de ceux qui sont enfants ténébreux ou lumineux de Nakala, ni pour mesurer l’étendue des terres de Glorantha.

Mais je vivrai jusqu’à ce que Kyger Lithor me rappelle à elle et me dévore. Et de toutes mes forces je chercherai le remède qui guérira Korasting de la malédiction du Chaos, et à travers elle tout mon peuple.

Je voudrais tant ressembler à Xiola Umbar ! Etre comme elle, douce et protectrice, ne rejetant ni les faibles ni les difformes, accueillant et les ténèbres et la lumière, glorifiant la vie et purifiant par la mort ce qui a été souillé par le Chaos…

Je porte cet enfant Uzuz dans mes bras, et nos cœurs battent à l’unisson. Son parfum est celui de Xentha la nuit réchauffée par l’étreinte de Yelm devenu Soleil Noir Basko. Ou peut-être est-ce le parfum d’un fils du soleil assoupi et qu’une fille de la nuit couvre d’un manteau protecteur...

Je l’ai nommé Yskan-Behruz.

« Behruz » est dérivé de la rune de la chance : cette enfant trollesse a eu de la chance tout comme moi d’être trouvée. Et elle portera chance à notre peuple, j’en suis certaine.
Les consonances « Yskan » me font penser à l’enfant de Yelm que j’ai rencontré, à la rune que cette enfant porte de naissance, à sa peau blanche de troll albinos. Cette rune est proche de celle de la protection des ténèbres, et pourtant elle porte intrinsèquement une vigueur que je sens lumineuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Lun 2 Déc - 18:47

(après la partie avec Melkior dans les Marécages)

***************************************************************************



* * *

De retour à la Nouvelle Opar.

Je n’ai pas vu le temps passer et nous y arrivâmes en pleins préparatifs pour les fêtes de Kygar Lithor. Seigneur Erlik repartit à Dagori Inkart. Moi, seule prêtresse de Xiola Umbar présente en ville, je restai à la Nouvelle Opar.

Le Petit Bocuztor fut fermé pour les non-Uz, les salles étant réaménagées pour les festivités. Nous y célébrâmes encore quatre unions d’Uz (il y a toujours un empressement à se marier la veille des fêtes de fertilité, car c’est de bon présage pour la descendance à venir). Autant dire que je fus constamment sollicitée pour bénédictions, massages fertilisants, soins de beauté des jeunes et moins jeunes coquettes…

Ma tête fut rapidement emplie de ragots et d’inquiétudes, ma bouche prodiguait des conseils. Et mes mains ne cessaient de broyer des bulbes et racines, de mélanger des crèmes, de pétrir des chaires généreuses des matrones, de huiler les muscles des prêtres d’Argan Argar des trois grandes caravanes présentes en cette villes et de guerriers de leurs escortes.

J’en profitai pour mettre en application quelques techniques de massages que m’avait appris Dame Yllona, une prêtresse d’Uléria (nous nous fournissions chez le même herboriste et avons fini par sympathiser), qui rencontrèrent un succès certain. Sur certains points, je trouvais bon nombre de ressemblances entre nos déesses… Mais une fois de plus, j’étais trop fatiguée pour m’occuper de moi (car en plus des préparatifs, j’avais tous les trollinets de la ville qui tournaient dans mes jupons). Et pour dire vrai, aucun male Uz présent en ville ne m’a fait chavirer au point de l’inviter aux festivités. Non, aucun Uz…

La veille de la Grande Nuit, l’enclave Uz fut fermée. Des guerriers qui n’y prenaient pas part montaient la garde, bien que de fort mauvaise humeur. Les trollinet furent chassés pour la durée des festivités et ils se cachèrent dans les ruines. Un jeûne rituel fut déclaré. Autant dire que la tension était palpable…

Je n’en pouvais plus et avais de plus en plus du mal à camoufler ma fatigue et ma mauvaise humeur qui en découlait. J’en fis part à Yllona. Elle m’a tout simplement proposé ses services. Je déclinai poliment. Mais l’idée était excellente… Surtout que la vision d’une certaine personne flottait en image rémanente devant mes yeux de plus en plus souvent.

J’allai me recueillir au temple d’Uléria le soir des festivités, espérant que Kygar Lithor me pardonnera cette petite infidélité. Lorsqu’en partant je me retournai sur l’idole, je vis ses traits changés ; alors j’ai su quel serait mon masque de Binahfsha.

* * *

(Matinée, cuisines du Palais, discussion entre servantes)

_ Elle est encore là… Et le Seigneur Fils du Soleil m’envoie auprès du Temple dire qu’il est souffrant !
_ Pourvue que le Seigneur Invictus n’envoie pas de soigneur…
_ Alors ? Tu l’as vue ? Comment est-elle ?
_ Attends, laisse-moi reprendre le souffle… Oui, je l’ai vue !...
_ Raconte !
_ … tu vois l’idole d’Uléria ?
_ Bien sûr, et ?
_ C’est elle ! J’en suis certaine !
_ ???
_ Grande. Une peau olivâtre au hale parfait. Les cheveux d’un noir d’onyx tombant aux chevilles… Une robe de soie d’un bleu presque noir, brodée de fils sombre et or. Plus simple, mais plus belle que celle de la Lunar de l’autre soir.
_ Aaah….
_ …les hanches pleines, la taille souple… Et les seins ! Dignes d’une Grande Prêtresse d’Uléria, au moins. Si ce n’est de la Déesse elle-même…
_ Oooh…
_ Et ce n’est pas tout ! Ambre laisse cette jeune femme la caresser, douce comme un chaton domestiqué !
_ Ambre ? Celle qui nous feule dessus si l’on ne se pousse pas assez vite sur son passage ?

* * *

Je quittai Seigneur Iscandre comme une véritable Trollion. Pressentant que le masque de Binahfsha ne durerait pas, je rassemblai mes affaires et filai discrètement, protégée par le manteau de Xenta.

Les festivités étaient terminées. Je me mêlai aux trollinets, attroupés devant le Petit Bocuztor, et me faufilai discrètement, enjambant des corps endormis des Uz, ivres, épuisés, repus, jusqu’à mon alcôve. Elle me parut tout à coup froide et vide…

Ou bien cet abattement était-il le contrecoup de l’euphorie des fêtes de Kygar Lithor ?

* * *

Je sentis une main sur mon épaule. Un vieil Uz à une peau fripée comme une pomme desséchée me répéta « Apporte-moi à boire, petite ».

Cela faisait longtemps que personne ne m’avait appelé ainsi. Ses yeux aussi sombres que le Puits Sans Fond me jaugèrent, me disséquèrent, jusqu’au moindre repli de mon esprit. « J’accepte de te prendre à mon service », me dit-il.
« Merci, Shaman », m’entendis-je lui répondre.

* * *

Je quittai Nouvelle Opar à l’aube. Un rayon oblique du soleil renaissant caressa mes cheveux défaits et chatouilla la nuque. Je me suis souvenue que j’avais oublié le ruban qui les attachait dans les appartements du Fils du Soleil. Mais déjà l’étincellement du dôme du Temple de Yelmalio disparut derrière une colline.

Les Ténèbres du Plateau des Ombres m’attendaient et m’appelaient…










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mar 3 Déc - 18:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mer 4 Déc - 17:09

Dialogue devant le Puits

- Épanche ta soif
Enfant hagarde.
- C’est le Puits sans Fond
Qui me regarde.

- Où est donc ton Clan
Enfant perdue ?
- Les corbeaux festoient
Sur ma tribu…

- Tes entrailles se tordent
Inassouvies.
- ô Kygar Lithor
Au corps meurtri,

Ton ventre est stérile…
- Approche et bois
Aux mamelles vides
De Nakala



*****************


Écoute
C’est ton cœur qui bat
Le rythme au tambour

Ta route
Serpente là-bas
Elle est sans retour

Ton cri
Un gémissement
Happé dans la nuit

Débris
Gouttes de diamant
Sombrent dans le Puits

Colère
Est l’ombre de Yelm
Uni à la Mort

Tes terres
Sont des cendres blêmes
Calcinées à l’or

Maudit
Est le ventre flasque
De tes filles et sœurs

On dit
Le dernier des masques
Est celui du cœur


************

Et le Plateau des Ombres
Engloutit tout mon être
Lorsque la Lande Grise
Pulsa contre mon cœur

Dans chaque bruissement
Les voix de mes ancêtres
Du Pays des Merveilles
Intangibles lueurs

Vous dites « les Enfers »
C’est ma Terre Promise
Celle où je n’ai pu naitre
Mais qui m’accueillera

Dans ses plaines brulées
Et dans ses cendres grises
Je boirai la Ténèbres
Le lait de Nakala
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mer 4 Déc - 22:23

MON UZ A MOI

http://www.youtube.com/watch?v=EUKDCK0pG9o

Il joue avec sa hache
Il danse avec la mort
Il croque ses ennemis laches
Adeptes de Nissalor
Les hymnes qu’il me chante
Louant kygar Lithor
C’est comme les bonbons menthe
Sapoudrés de pépites d’or
Je m´raconte des histoires
En écoutant sa voix
C´est pas vrai ces histoires
Mais moi j´y crois.

Mon Uz à moi
Il me parle des Tenebres
Et quand elle brillent dans ses yeux
J’pourrais y passer la nuit
Il me parle d’Uléria
Quand il casse des vertebres
Et il me suit où je veux
Tellement il croit tout c’que j’dis
Tellement il croit tout c’que j’dis
Oh oui
Mon Uz à moi

Sa façon d’etre à moi
Aux Fetes d’Union Croissante
Bouquet d’Mee Vorala
De racines apetissantes
Cette danse de Jakaboom
Qu’il m’ joué deux cent fois
Broo farçi aux loukoums
Enfin ça ressemble à tout ça
J’me raconte des histoires
Des contes de Binahfsha
C’est pas vrai ces histoires
Mais moi j’y crois

************************

version originale :

Mon mec à moi
Patricia Kaas

Il joue avec mon cœur
Il triche avec ma vie
Il dit des mots menteurs
Et moi je crois tout c´qu´il dit
Les chansons qu´il me chante
Les rêves qu´il fait pour deux
C´est comme les bonbons menthe
Ça fait du bien quand il pleut
Je m´raconte des histoires
En écoutant sa voix
C´est pas vrai ces histoires
Mais moi j´y crois.

Mon mec à moi
Il me parle d´aventures
Et quand elles brillent dans ses yeux
J´pourrais y passer la nuit
Il parle d´amour
Comme il parle des voitures
Et moi j´l´suis où il veut
Tellement je crois tout c´qu´il m´dit
Tellement je crois tout c´qu´il m´dit
Oh oui
Mon mec à moi

Sa façon d´être à moi
Sans jamais dire je t´aime
C´est rien qu´du cinéma
Mais c´est du pareil au même
Ce film en noir et blanc
Qu´il m´a joué deux cents fois
C´est Gabin et Morgan
Enfin ça ressemble à tout ça
J´m´raconte des histoires
Des scénarios chinois
C´est pas vrai ces histoires
Mais moi j´y crois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mer 4 Déc - 23:29

MADEMOISELLE EST UNE UZ

http://www.youtube.com/watch?v=hDm3KL_nzOs



Y’en a qui cassent l’minerais au fond des labyrinthes
Y’en a qui cherchent Britos de Jrustela à Pent
Y’en a qui font la noce du coté d’la Terre Sainte
Et y’en a meme
Qui traversent la Passe au pas de legionnaire
Et y’en a qui ne peuvent plus traverser les mers
Y’en a qui vendent du Broo au fond de leurs tavernes

Mademoiselle chante le blues
Soyez pas trop jalouses
Filles de la Lune Rouge
Mademoiselle est une Uz

Y’en a vingt heures par jour qui invoquent des machines
Y’en a qui font la cour masculine feminine
Y’en a qui lechent les bottes comme une pierre saline
Et y’en a meme
Qui se battent en duel avec des artefacts
Mais Mercenaire Lunar n’est las Epée d’Humakt
Faut pas croire que l’talent se resume à un pacte

Mademoiselle chante le blues
Soyez pas trop jalouses
Filles de la Lune Rouge
Mademoiselle est une Uz

Y’en a qui font marchant, sorcier de Fronela
Y’en a qui ont tout dit quand ils prient Uleria
Y’en a qui sont vieilles filles du coté d’Péloria
Et y’en a meme
Qui jouent femmes liberées sur les bateax Lunars
Qui pensent que leurs prieres vont jusqu’à Dayzatar
Qui adorent Nissalor sans voir le charognard

Mademoiselle chante le blues
Soyez pas trop jalouses
Filles de la Lune Rouge
Mademoiselle est une Uz



********************************
version originale :

Mademoiselle chante le blues
by Patricia Kaas

Y´en a qui élèvent des gosses au fond des hlm
Y´en a qui roulent leurs bosses du Brésil en Ukraine
Y´en a qui font la noce du côté d´Angoulême
Et y´en a même qui militent dans la rue avec tracts et banderoles
Et y´en a qui en peuvent plus de jouer les sex symbols
Y´en a qui vendent l´amour au fond de leur bagnole

Mademoiselle chante le blues
Soyez pas trop jalouses
Mademoiselle boit du rouge
Mademoiselle chante le blues

Y´en a huit heures par jour qui tapent sur des machines
Y´en a qui font la cour masculine féminine
Y´en a qui lèchent les bottes comme on lèche des vitrines
Et y´en a même qui font du cinéma, qu´on appellent Marilyn
Mais Marilyn Dubois s´ra jamais Norma Jean
Faut pas croire que l´talent c´est tout c´qu´on s´imagine

Elle a du gospel dans la voix et elle y croit

Y´en a qui s´font bonne sœur, avocat, pharmacienne
Y´en a qui ont tout dit quand elles ont dit je t´aime
Y´en a qui sont vieilles filles du côté d´Angoulême
Y´en a même qui jouent femmes libérées
Petit joint et gardénal qui mélangent vie en rose et image d´Epinal
Qui veulent se faire du bien sans jamais s´faire du mal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Jeu 5 Déc - 17:59

comme un gout de Gbaji-Gbaji

http://www.youtube.com/watch?v=OC2R5fvJsxo

Alors ouais j'me la raconte
ouais-ouais j’aime les contes
nan-nan c'est pas l’Empire qui m'a dictée mes codes
on m'a dit qu’t’aimais le rythme voilà l’tambour
sortez les briquets place à Jacaboom et Bombobobom

Y a comme un gout de haine quand je marche dans la Passe
y a comme un gout de gène quand on charge les carcasses
y a comme un gout d'aigreur chez les Anciennes Races
y a comme un gout d’horreur chez les Trolls qui grimacent

me demande pas c'qui les pousse à casser du Lunar
j'suis pas l’oracle j'suis qu'une jeune Uz qui s’marre
moi j'suis qu'une trolesse
me demande pas si j’suis d’l’Ambigu moi
j’ai que le rythme
mais je l'embrase
je le mate car je l'embrasse

y a comme un gout de Lune Rouge là
comme une toile d’Arachné Solara
comme un rire d’Zorak Zoran pendant l'entracte
y a comme un gout de Fast Broo chez les momes
comme un gout de Gbaji-Gbaji qui empoisonne

********************************

L’original
La Boulette DIAM’S

Alors ouais, j'me la raconte, ouais, ouais, je déconne
Nan, nan, c'est pas l'école qui m'a dicté mes codes
On m'a dit qu't'aimais le rap, voilà de la boulette
Sortez les briquets, il fait trop dark dans nos têtes

Alors ouais, j'me la raconte, ouais, ouais, je déconne
Nan, nan, c'est pas l'école qui m'a dicté mes codes
On m'a dit qu't'aimais le rap, voilà de la boulette
Sortez les briquets, sortez les briquets

Y a comme un goût de haine quand je marche dans ma ville
Y a comme un goût de gêne quand je parle de ma vie
Y a comme un goût d'aigreur chez les jeunes de l'an deux-mille
Y a comme un goût d'erreur quand je vois le taux de suicide
Me demande pas ce qui les pousse à casser des vitrines
J'suis pas la mairie, j'suis qu'une artiste en dev'nir moi
J'suis qu'une boulette
Me demande pas si j'ai le bac
J'ai que le rap mais je l'embarque
Je l'embrase, je le mate
Car je l'embrasse

Y a comme un goût d'attentat
Comme un goût de Bertrand Cantat,
Comme un goût d'anthrax pendant l'entracte
Y a comme un goût de fouleck-fouleck chez les mômes
Comme un goût de boulette-boulette sur les ondes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Ven 6 Déc - 20:43


J’aime le Broo en sauce, et le Lunar ;
J’aime les contes de Xiola Umbar,
Le sourire du trollinet confiant ;
De Dagori Inkart lacs et étangs.

J’aime marcher sur le sable blanc or
De nuit dans la baie de Coralintor ;
Vagues salées qui caressent ma peau
Comme les mains de quelque dieu des flots.

Mais c’est le soleil qui me manque, l’aube,
Dont il couvre le ciel, comme de robes
De rosée éphémère, et ses doigts habiles
Dessinent l’horizon aux courbes nubiles.

Des mains intangibles douce chaleur
Parcourant le corps jusqu’au cœur
Ruisselant de lumière dans ma nuit,
J’ai bu mon ivresse à ce puits.

Comme un sorcier fou mêlant or et plomb,
Mes boucles d’onyx et ses cheveux blonds.
Ne te moque pas, Uléria, de mes
Masques maladroits par peur de l’aimer.

Il a la gloire à ses pieds, et les femmes,
Simples servantes ou riches courtisanes,
Et le vin à flots, velours et soieries,
Dayzatar en personne lui sourit…

Je l’ai désiré et l’ai eu par ruse ;
Peu importe si c’est lui, mon Uzuz…
Ce fut un conte merveilleux, fantasque…
Qui reconnaitrait Trollion sous son masque ?

Mais cette nui est partie, et j’ai fui
N’emportant que son souvenir étreint.
Qu’aux silences d’ombre et aux chants de pluie
Murmure tout bas mon cœur endormi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mar 10 Déc - 23:56

Légende Uz

(Inspiré d’un conte italien retranscrit par GUDULE)

Il était si beau
Cet homme, que la Mort
Quitta son tombeau
Pour enlacer son corps.

Elle se para
Du voile de la nuit.
L’homme soupira,
Mourut et la suivit.

Elle est possessive,
La Faucheuse, et vorace :
Caresses lascives,
Ses baisers sont de glace.

Mais l’Amie en deuil
Ne s’en consola pas :
Aux portails noirs frappa
Et franchit le seuil.

La porte s’ouvrit.
_ Que veux-tu, intruse ?
_ L’homme que tu pris.
_ Et si je refuse ?

Qu’as-tu à m’offrir
Si l’on fait un échange ?
_ Mon collier de saphirs
Et de rubans oranges…

_ Nenni ! J’ai la nuit
Etoilée pour parure !
Si tu n’as rien, fuis…
_ Prends ma chevelure …

Mais la Mort ôta
Le voile des cheveux,
Et l’ombre tomba
Noire, tout autour d’eux.

_ Je n’ai que faire des mèches
Couleur de miel ou paille ;
Un paillasson bien rêche
Pour mes pieds ? Un chandail ?

_ Et ma peau ? Veloutée
Comme une rose elle est…
_ La mienne a la beauté
Du givre ciselé.

_ Que puis-je t-offrir ?!
Mes yeux ? Lèvres ? Moi-même ?
_ Je veux ton amour même
Pour m’y rafraichir.

Il est plus pur qu’une onde
A l’aube du printemps.
Offre-le-moi. Le monde
Des vivants sera sien.

_ Mais je ne lai plus.
Je le lui ai donné.
_ Je te l’ai rendu,
Mon Amie bien aimée,

Dit l’homme attristé.
_ Lequel de vous deux l’a ?
Fit la Mort irritée.
_ C’est bien toi ! _ Non, c’est toi !

_ Puisqu’il en est ainsi,
Battez-vous, je l’exige,
Mettez fin au litige.
Le vaincu reste ici.

Mais point de combat
Entre amants enlacés :
Le duel se mua
En duo. Agacée

La Mort mit fin au jeu
De dupe. _ Détalez !
Leur dit-elle, et je
Vous chasse à tout jamais !

Leurs pas s’éloignant,
Heureux, main dans la main,
La question leur parvint,
Comme un écho lointain :

_ Pour avoir vaincu
La Mort que je suis,
Fillette, qui es-tu ?
_ L’on me nomme la Vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   Mer 15 Jan - 16:35

http://www.youtube.com/watch?v=WfD8Dnh2xho

ANTILUNAR

Tu chasses tout l’hiver pour les impôts lunars
Tu masques ton visage comme un acteur de foire
Tu marches tel un esclave dans les rues de Pavis
Les légionnaires te toisent comme un tas d’immondices
Tu voudrais dialoguer sans courber ton échine
Impossible d’avancer car les Broos te piétinent
Tu voudrais redonner les yeux à la justice
La liberté aux Orlanthis qui la chérissent

Antilunar, tu perds ton sang-froid.
Repense à toutes ces années de sévices.
Antilunar, bientôt tes moult sacrifices
Feront cracher les dents
A Cassius et les siens


*********************

TRUST, Antisocial

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro.
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas.
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle.
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balles.
Tu voudrais donner des yeux à la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang-froid.
Repense à toutes ces années de service.
Antisocial, bientôt les années de sévices,
Enfin, le temps perdu qu'on ne rattrape plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thamar, Pretresse Uz de Xiola Umbar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pretresse de Valaya
» [acceptée] pretresse perle
» [RP] Bureau de la Grande Pretresse des Minis
» Site hhl d'une pretresse
» [fini][kielran][eldar] baron et pretresse sur corne d'Isha + esc de chasseurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Runequest-
Sauter vers: