Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cadwallon, Prince de Gwynedd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 17 Juin - 11:41

de fontevraud à la terre sainte, je n'avais pas compris combien la flamme triomphante, l'eclat majestueux du monde, passait par la lumiere des vitraux...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 17 Juin - 14:55

j'ai en moi des lambeaux de souvenirs faits de misere, de coups d'epee, de chemin ne menant nul part. il y a des os poudreux semés sur ma route. A la pointe de mon reve, on fourbit les armes et les etalons sauvages frappent des sabots... Et ouis il y a ces yeux de lumiere... Je m'enfonce dans ces yeux la, jusqu'a la source des larmes, jusqu'a la souce des cecités qui gangrenent nos eblouissements... Dans les nuées de la nuit, piégé dans mes cauchemars, je suivais ce dragon multicolore, tantot 1 tantot multitude... Et j'ai finis par comprendre... cet oeil que je suivais, ce n'etait que le vitrail d'une eglise, ces ecailles, les eclats de verre, le dragon de vitrail... la lumiere... la flamme triomphante...

Ce reve emaillé de couleurs etait recurent depuis quelques temps. Enfin je comprenais sa portée. Je regardais ce dragon d'or se separer en une multitude de dragons de toutes les couleurs.

La lumiere est une flamme Cadwallon... Une flamme magnifique, triomphante. Tu dois la comprendre. Pour guider, pour briller...

Je ne cherche pas a briller Mere. Je laisse cela aux autres.

Qu'importe si tu aides quelqu'un qui finit par briller, tu brilleras toi aussi! Je percois tes discussions avec cette jeune dame Ambroise. Pourquoi vouloir l'empecher de briller?

Parce que ce monde n'est pas un monde de lumiere...

Cadwallon... La lumiere est partout. Meme en pleine nuit il y a de la lumiere. Comment veux tu comprendre la lumiere si tu n'y crois pas? comment comprendre la flamme si tu ne crois pas en la lumiere? Comment affronter les tenebres et sortir victorieux sans croire en cette lumiere? Cadwallon... tu sais qu'il y a la lumiere. Tu l'as apercu sinon tu serais resté le tueur que tu avais ete. Retrouve cette lumiere qui se cache en toi... Alors seulement tu pourras te risquer a affronter les flammes du crepuscule et ta connaissance de la Flamme s'arretera la.

La lumiere... La lumiere est partout...

Oui Cadwallon la lumiere est partout. Tu reves de couleur, de vitraux. Des joyaux scintillants grace a la lumiere. Qu'est ce qui donne sa valeur a une pierre? c'est son eclat. C'est grace a la lumiere que les croyants sont touchés par la piété. Ressent la lumiere! ressent son pouvoir! ressent l'eclat! Dans les tenebres tu traces un chemin de lumiere pour toi et pour les autres! Traces ce chemin de lumiere! ton propre chemin. Plus que l'eclat du soleil, plus que la douceur de la lune, plus que le chatoiement des pierres, plus que la douceur de la chandelle, la lumiere c'est l'espoir, c'est la vie. Tel le dragon de tes reves, brille et prends toutes les couleurs. pare toi d'or, d'argent, de rouge, de bleu, de vert, de blanc, de jaune et de toutes les couleurs. Parle au coeur des hommes.

Oui... Parler au coeur des hommes. La lumiere, l'eclat, le chemin. Rien ne parle plus au coeur des hommes, les riches comme les vilains, que l'eclat eternel des vitraux. La multitude des couleurs, c'est la multitude des coeurs, la multitudes des langues et des espoirs. Et pourtant, l'eclat simple d'un rayon de soleil dans un morceau de verre... Je crois que j'ai compris Mère... La lumiere, le courage, l'espoir... c'est cette chose qui entoure cette chere dame Ambroise... Une lumiere que je percevais sans me l'expliquer. Je comprends a présent pourquoi les gens la suive. Je ne suis pas un leader, les gens ne me suivent pas. Mais comme le vitrier n'est pas le pretre, je peux forger la lumiere... oui forger la lumiere... le vitrier forge la lumiere comme le forgeron forge l'acier.

C'est bien Cadwallon... tu as compris quel chemin suivre. Maintenant va. Trouve Nivard de Chassepierre. Il est a Saint Jean d'Acre. c'est un de tes freres. Il t'initiera... Par avec le cadeau de la flamme triomphante et travaille dur mon fils. Tu dois comprendre la lumiere pour comprendre pleinement la flamme.

Je me reveillais doucement. Un eclat doré scintillait autour de mon avant bras. Un troisieme bracelet. Un magnifique dessin etincelant. Je regardais ma chambre, plongée dans la penombre. Je regardais ces braises familieres avec le sentiment qu'aujourd'hui cet eclat rougeoyant ne me suffisait plus. J'etouffais soudain dans cette forge qui avait ete mon repaire. J'avais la sensation a cet instant precis qu'aucune forge ne me serait acceuillante. j'avais besoin d'autre chose. Je sortais de la forge et je courrais jusqu'a la tour. Je regardais le soleil se lever sur la mer. Quel splendeur! comment avais je pu rester aveugle a tout cela aussi longtemps! la lumiere... comme l'origine de la vie. Sans perdre de temps je preparais mes affaires. Je devais voir Nivard de Chassepierre. Je sellais mon cheval direction Saint Jean d'Acre.

Je demandais conseil aupres d'Evrard pour mon chemin. J'etais aller saluer Ancelin avant mon depart. Savoir si il avait besoin que je lui ramene quoique ce soit de Saint Jean d'Acre. Je saluais dame Ambroise, je percu cet eclat d'or et je cru voir l'espace d'un instant mon avant bras scintiller. Je partais avec une caravane. Quelques heurs avec des brigands... Etrange comme la vue d'un chevalier noir avec un heaume cornu les decourage... surtout quand celui ci fait sortir des flammes de ses yeux...

J'arrivais a Saint Jean d'Acre quelques jours plus tard. Je me mis en quete de Nivard. On m'indiqua rapidement son atelier. Je voyais le chantier d'une cathedrale magnifique s'elever deja au milieu des ruines et des maisons encore noircies du feu de la conquete. C'etait il y a 10 a peine... Je trouvais finalement l'atelier de Nivard de Chassepierre. L'endroit etait rustique, couvert de poussiere de verre. Une fine pellicule multicolore recouvrait tout. Je descendais de cheval. Un jeune homme roux vint a ma rencontre.

" qu'ess vous voulez ch'valier"

"je voudrais voir Nivard de Chassepierre. Je suis Cadwallon de Gwynedd"

"attendez la je vais le prevenir!"

le gamin passa la porte. Je le vis revenir quelques instants plus tard. Il me fit un geste de la main.

"entrez don' m'sieur!"

Je penetrais la cabane de planches. Le plus grand desordre y regnait. on trouvais des plans de partout, des croquis, des morceaux de verre. Des pots avec des poudres et un tout petit atanor. Dans un coin un homme de mon age environ etait penché sur une petite table de bois brut.

"entre donc, molosse... Elle m'a prevenu de ta visite."

L'homme se tourna vers moi. Il avait un visage large et affirmé. des cheveux blonds, presque angeliques, donnaient a sa tete un eclat etrange. Comme si ses cheveux etaient fait de lumiere pure. Il se leva. Il etait grand et puissant.

"Il parait que tu veux comprendre la lumiere... je veux juste verifier quelque chose..."

Il se jeta sur moi et en l'espace d'un instant il leva sur moi une epee. je le poussais de toute mes forces. Il passa a travers le mur de planche. Son grand corps musclé roula sur le sol poussiereux. je sortais pour aller a sa rencontre mais lorsque je sortais il etait deja debout. Je voyais son corps musclé. Cet homme etait un chevalier. Il savait combattre et avec talent. Un peu trop impulsif peut etre... Il attaqua a nouveau. sans faire attention a sa garde... dommage. je lui donnais un puissant coup dans le ventre. Il se plia en deux. Il fut prit de tresaillements. Inquiet je me penchais sur lui. Il riait.

" ahah j'ai entendu tellement de choses a votre sujet... je voulais savoir si c'etait vrai. je dois etre rouillé"

Je l'aidais a se relever. Il me sourit. Avec ses cheveux dorés dans les yeux il ressemblait a un enfant qui venait de se chamailler. Et pourtant ses yeux etaient clairs comme delavés par ces années passées a chercher la lumiere parfaite.

"bien rentrons. Je sais pourquoi vous etes la. Elle m'a tout expliqué. Je vous enseignerais tout ce que je sais. Vous etes un mage et un forgeron de talent. Rien de ce que je vous expliquerais ne devrait vous paraitre compliqué. Mais l'art du vitrail ne reside pas uniquement dans le tour de main. Il y a autre chose... de plus profond. Parviendrez vous a le comprendre? je l'espere. Je ne vous epargnerais rien cependant."

" c'est parfait maitre Nivard. je ne cherche pas de traitement de faveur."

le lendemain, je me retrouvais a nettoyer les morceaux de verre, a recurer les athanors. Je voyais le maitre Nivard agencer ses morceaux de verre selon un dessin qu'il avait lui meme dessiner. Les semaines passerent. A force de recurer les resultats des experiences du Maitre, je finissais par comprendre quels poudres melanger avec quel verre pour obtenir tel ou tel couleur. J'aimais recuperer des petits morceaux de verre et les regarder briller a travers le soleil et la lune. a travers les chandelles et les brasiers. J'impregnais mon ame entiere de ces eclats afin de les restituer. Un jour Maitre Nivard se decida a m'apprendre le dessin. Dieu... que c'etait dur. "laissez votre ame s'exprimer" me disait le Maitre... J'avais passé ma vie a hurler la rage et la colere... Et puis un jour, je vis une petite fille. La vue de cette enfant me rappela une anecdote avec Nimue... Et le dessin me vint naturellement. les jours suivants, le Maitre m'enseigna l'usage des outils. Je passais plusieurs semaines a m'entrainer a tailler, a polir, a plomber. Enfin le Maitre fini par m'apprendre comment melanger les poudres, et les intuitions que j'avais eu au debut de mon apprentissage, ces intuitions qui s'etaient muries, se revelerent a ce moment la.

" voila bientot un an que tu es la Cadwallon. Pour etre honnete je n'ai plus grand chose a t'apprendre. Je n'ai jamais eu d'eleve aussi rapide... tu vas devoir te lancer dans ton oeuvre de maitre."

"je ne suis pas pres Nivard. J'ai encore tant a apprendre."

"On n'a jamais fini d'apprendre Cadwallon! il est idiot celui qui pense le contraire. Mais il est tant pour toi de construire ton propre chemin de lumiere. rester ici avec moi ne t'apportera rien de plus. tu es mage, pas moi. nos chemins ne peuvent pas etre les memes, mais ils peuvent se cotoyer. Ne doute pas, il faut l'eternité pour comprendre la lumiere, mais on peut l'effleurer et c'est ce que tu as fait. Demain tu te lanceras dans ton oeuvre ou tu partiras mon ami.

Alors le lendemain je me lancais dans mon travail. Je regardais le soleil. Ses eclats... Et derriere ses eclats je vis le dragon. Le dragon d'or. Je le vis se muer en une multitude de dragons de toutes les couleurs. Comme si chaque rayon du soleil devenait un dragon. Et je les vis tous descendre du ciel et se diriger vers moi. Penetrant mon coeur, mes yeux, mon ame. Explosion de lumiere. Déferlement de plomb en fusion. Le dessin se fait. les arabesques de metal en fusion coulent. les eclats se forment. Les melanges de poudre et de verre. Me revienne en tete tous les eclats, tous les melanges subtiles que j'avais imaginé. Les couleurs intenses m'enfievrent. l'impression de sculpter la lumiere pure. Mon avant bras scintille d'or. la magie coule dans mes veines et se repend sur le verre, dans le plomb. Illumine le chemin. Oui! je repense a la croix du sud, aux combats justes menés pour le bien. L'espoir ranimé! Et enfin le chemin d'or qui se dessine pour moi, qui s'incruste dans mon regard. Lorsqu'enfin je ressors de ce travail je suis fourbu... se dresse devant moi, le doux sourire de la Mère... ou celui de ma fille... Une femme au regard bon qui ramene l'esperance, un chemin d'or, comme une aube et le dragon discret qui veille.

Nivard pose sa main sur mon epaule.

"Mon ami... tu es un maitre pas de doute. continu ainsi, n'arretes jamais de chercher. Celui qui s'arrete, c'est celui qui meurt."

"prends ceci Nivard."

je tends une bague d'etain avec un minuscule dragon de verre rouge.

"prend la. Mes ancetres ont participé a fonder l'ordre du dragon esoterique... Je souhaite a mon tour creer un ordre. Mais pas de ceux qui detruisent, de ceux qui construisent. prend la. devient le premier membre. tu m'as appris ton art, alors ce n'est pas grand chose... J'espere juste que nous pourrons voir un nouveau jour se lever. De la meme facon que le soleil se leve avec beaucoup de promesses, cherchons nous aussi un chemin de lumiere."

Je repartais vers Cesarée. Mes amis me manquaient. Je laissais derriere moi un frere. Comme rassasié de lumiere, je partais sans regret, avec l'envie de retrouver Césarée. Le retour fut simple. Je pensais a ce present que j'avais fais a Nivard dans une fievre lumineuse... n'etait ce pas la folie? Peut etre pas finalement... un ordre qui n'existerais pas pour ses membres mais par ses membres, peu importe la religion ou la vassalité. un ordre de lumiere? la lumiere existe je le sais maintenant. Et avec elle l'espoir de jours meilleurs.

J'arrivais a Césarée apres cette longue année. ravis de retrouver ces murs, ces livres, ces excentriques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: De profondis   Mer 18 Juin - 4:52

Un curieux tome était posé sur ton lit.
Une vielle couverture en bois et tissu, fermée par un lien de cuir.
A l'intérieur se trouvait une multitude de feuillés, papyrus ou vélins, de tailles différentes.
Certains étaient pliés et emboités les uns dans les autres, d'autres seuls.
Tous étaient couverts d'une écriture fine et régulière qui remplissait toutes les pages.
Pas d'enluminures, ni de lettrines, ou de calligraphie gothique. Une écriture simple.
Une sorte de compilation de textes traduits et rassemblés, classés cependant.
Tous traitaient des mélanges liés au verre.
Une kyrielle de substances était passée en revue, avec usages, préparations. Des plus ordinaires aux plus extraordinaires.
Une palette de couleurs incroyables.
Et de propriétés des mélanges pour faire des verres minces, ou résistants, ou transparents...
Les sources étaient soigneusement inscrites en début de chaque texte.

Une petite tablette d'argile était posée dessus, portant un texte court :
"J'espère que ces quelques pages pourront t'aider.
Elle m'a dit que cela t'intéressera.
A.n"
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Jeu 19 Juin - 13:08

pieger la lumiere dans ses mains... en capter les nuances... dans ce miel incandescent. La multitude des couleurs, toujours, toujours et encore recommencer pour trouver la teinte parfaite. la douceur, l'intensité, telles des flammes multicolores qui rechauffent l'ame.  poudre de cobalt, de cuivre, de fer ou de magnesi noire. les melanger pour en obtenir les nuances les plus fines et enfin regarder la lumiere briller a travers. tous ces eclats de verre, comme tant d'ecailles d'un dragon de lumiere...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Dim 22 Juin - 16:18

J'etais la. Dans cette cathedrale de lumiere. les vitraux projetaient leurs couleurs magnifiques sur les pierres blanches. Les fleurs et les lierres decoraient les murs usés. Jamais mon ame ne s'etait senti aussi apaisée. Je voyais presque au dela du transept ce chemin de lumiere qui s'ouvrait devant moi. Je n'avais qu'a faire un pas. remonter la nef, passer les portes de la cathedrale, guidé par l'eclat des vitraux et m'engager sur mon propre chemin de lumiere et d'or. Je m'avancais, foulant les pierres antiques usées par les pas de quelques prieurs invisibles, quand j'entendis un grondement dans une chapelle. Cette chapelle etait plongé dans l'ombre. Comme si la lumiere des joyaux ne pouvait penetrer cet endroit. Je m'arretais et regardais dans la direction de la chapelle. Et c'est la que je les aient vu... deux yeux comme deux flammes... Deux rubis incandescent qui rependaient leur lumiere sanglante ... J'entendis un grognement, puis un eclat mauvais... Le molosse, il etait la tout pres. Pas encore terrassé... Le chemin de lumiere devraient attendre encore un peu...

Je me reveillais en sursaut. la lueur de la forge teintait la piece de pourpre. On aurait dit que cet endroit venait d'etre repeint au sang... Mal a l'aise, je decidais de monter sur le toit de la bibliotheque. Je passais beaucoup de temps ici... Comment avais je pu passer a coté de la lumiere aussi longtemps? presque 60 ans dans le noir. Il m'aurait suffit de relever la tete. Je voyais en contrebas les gens de la ville, fourbu malgré l'heure matinale... lever la tete... voir la lumiere... En redescendant dans la bibliotheque je me rendais compte combien elle etait sombre. Il fallait faire quelque chose. Apporter la lumiere dans cet endroit, comme un symbole. la lumiere sur le savoir... Je descendais dans la forge, je recuperais quelques cartons, ma plume et je m'installais dans les jardins. la forge continuerais de tourner, Zulvan etait un garcon intelligent qui n'avait pas eu a forcer son talent.

La journée etait avancé. je travaillais a quelques motifs floraux et marins quand on vint me chercher. C'etait un des gamins des rues qui etait a l'ecole des copistes. Je me levais agacé de devoir quitter mes travaux. Passant la porte de la bibliotheque je vis 6 chevaliers. D'abord surpris, je vis enfin leurs armes.

"Alors Prince de Gwynedd! c'est comme ca que vous autres maudits gallois faites l'hospitalité? les rumeurs sur votre radinerie sont donc fondé!"
Celui qui venait de parler etait de haute stature. Sur son bouclier il portait ses armes, une epee d'argent sur un fond rouge.

"Peut etre que l'hospitalité galloise n'est pas faite pour les valets des abbayes!" dis je alors avant d'eclater de rire. "Descend donc de cheval, vielle carne!"

les hommes descendirent de cheval, retirerent leurs heaumes. nous nous donnames l'accolade. Quelles belles retrouvailles!

Celui qui avait parlé etait Alan comte de Broherec et de Vannes. Un seigneur du sud de la bretagne. Il etait grand et bien battit, c'etait un chevalier d'exception mais un mage mediocre. Ce chevalier solaire semblait toujours attirer les regards. Depuis qu'une abbaye s'etait installé pret de ses terres, il avait subit de nombreux revers de fortune ce qui lui valait de nombreuses railleries lui qui n'etait qu'a peine chretien.
Il y avait aussi avec lui ce cher Yves du Guesclin Comte de Longueville. Ce petit homme etait aussi habile que fort, et bien qu'il fut laid, il etait toujours entouré des plus belles dames. Nous nous sommes longtemps disputé le titre de dogue noir, jusqu'a ce que nous decidions qu'il pouvait y avoir un chien noir de chaque coté de la mer.
toujours en retrait j'apercevais le lion bleu de l'invincible Kerdiou de Penhoet un seigneur du nord. Cet homme etait sans doute ni le plus beau, ni le plus fort mais rien ne pouvait le tuer. Nous l'avions vu atteind de fievre, le bras transpercé d'une fleche et continuer a se battre comme un lion. Il etait taiseux mais c'etait un ami de confiance.
Sampson de Cornouailles arborait toujours ses armes a tete de sanglier. Son pere avait fait la guerre avec Guillaume. Sampson de Cornouailles etait le plus vieux d'entre nous. Voyageur, il avait parcouru toute l'europe.
Neill de Man quant a lui n'avait de noble que le titre. Issu d'une famille de conquerant brutaux, regnant sur une ile minuscule, il etait comme un brasier qu'on ne pouvait eteindre. Du sang feerique coulait dans ses veines disait on. Il etait grand et adroit et sa magie semblait bruler d'un feu etrange.

Que de vieux visages et de barbes longues... Nous nous etions connus lorsque nous avions 20 ans. A l'epoque des dragons... a l'epoque des guerres flambeau. Nous constituions la fine fleur des flambeaux du nord. Rien que des petits seigneurs pret a se lance dans la fureur de la guerre! Il y avait aussi un jeune homme avec eux. Un jeune homme qui se tenait en retrait. Je le regardais intensement. C'est Alan qui cassa le silence.

"approche mon garcon! notre vieil ami Neithon de Trefynwy est decédé il y a 3 ans d'une maladie. Voici son fils... Arbogast."

"Arbogast?"

"ma mere est franque monseigneur"

le garcon parlait d'une voix assurée. Je retrouvais en lui le regard decidé de son pere mais aussi ce calme impenetrable, comme le silence avant la tempete. J'avais toujours ete tres proche de Neithon, nous etions tous les deux gallois. Lui du sud et moi du nord mais nous etions forcement plus proche l'un de l'autre. Je me pris aussitot de sympathie pour ce garcon.

"entrez donc mes amis. vous devez avoir hate de vous regaler. Je vais demander au Magistere si il peut vous preparer un petit quelque chose."


la curiosité me tiraillait. Une fois restauré je ne pus m'empecher de questionner mes amis.
"vous etes bien loin de votre pays mes amis! que faites vous donc ici?"

"le depart de ton neveu a fait grand bruit au pays. une force de compagnons l'accompagnait. Lorsque nous avons su ou tu te cachais depuis toutes ces années, nous sommes venu te rejoindre." dit Alan.

venait il pour se battre? apres tout ce temps?

"Ne fais pas cette tete Cadwallon. Nous ne venons pas nous battre. Ou plutot nous venons nous battre pour toi." dit Alan.

"lorsque tu es parti, nous avons compris que nous etions devenu fou. Ton frere a bien essayé de nous garder pret de lui mais il fut appeler en terre sainte et nous ne l'avons pas suivi. Quant aux deux autres dragons... eh bien tu connais notre opinions sur eux." dit Yves

"Eh oui Cadwallon, le temps a fait son oeuvre chez nous aussi. Je vois a ton regard que tu sembles apaisé. Nous avons tous vieillit. Nous regrettons tous ce que nous avons fait mais la vie a continué son court." dit Sampson

"Bref nous voulons lutter avec toi encore un peu. Nous avons entendu ce que tu as fait dans le desert. tu ne t'attireras pas tous les honneurs! crois moi!" dit Neill

je les regardais, leurs visages fatigués, leurs regards decidés, leurs mains assurés, et la flamme qui brillait a nouveau entre nous.
"Mes amis, je ne lutte plus que pour les plus faibles, je ne me bats ni pour la gloire, ni pour les richesses. Aujourd'hui je suis plus mage que chevalier. Je suis heureux de vous retrouver mais je n'aspire plus a la guerre."

"Mais la guerre sera bientot la et tu le sais." c'etait Sampson qui parlait. "Nous sommes comme toi. Mais l'appel de la flamme qui nous unis est bien plus forte. Nous nous reposerons quand nous n'aurons plus de combat a mener. Nous serons de tous tes combats comme nous l'avons ete par le passé. peu importe les richesses, peu importe la gloire, c'est le pacte de flammes que nous avons fait qui nous unis a jamais. Dans cette vie et dans le crepuscule."

Tous ces visages durs qui n'aspiraient qu'a la paix et au calme. Des visages decidés a se battre pour leur paix.

Je sortais d'une boite que je gardais pres de moi, 6 anneaux d'etain hornés d'un petit dragon rouge.
"Prenez ces anneaux mes amis. comme un pacte que nous renouvelons. Mais cette fois ce ne sera pas un pacte de destructions, de conquetes et de richesses. Il n'y a que des grands coeurs autour de cette table."

Je deposais un anneau devant chacun de mes amis. Lorsque j'arrivais au niveau d'Arbogast, il me restait un anneau dans la main. Je le regardais.

"Neithon a souhaité que tu deviennes son maitre." dit Yves.

"Vraiment?" dis je, "mais toi mon garcon, veux tu que je sois ton maitre? tu n'as pas envie de recevoir un autre enseignement?"

"mon pere en a decidé ainsi. Il parlait beaucoup de vous. Par vous, je retrouverais peut etre un peu de lui."

"bien alors je garde cet anneau et je te le donnerais plus tard. quand tu seras pret." dis je avec un sourire complice.

" tache de ne pas le tuer tout de suite" railla Alan.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Dim 22 Juin - 16:40

Mes amis resterent quelques jours a la bibliotheque. Certains parcourant la forge, d'autres la bibliotheque, d'autres flanant dans le jardin. Enfin ils vinrent prendre congés.

"Nous allons nous rendre a la croix du sud." dit Yves.

"je pourrais demander aux autres mages de vous integrer a l'alliance."

"trop de flambeaux, une lumiere trop vive, et votre bibliotheque attirera trop les regards. nous ne voulons pas t'attirer d'ennuis." Yves me regardait etrangement.

"qu'y a t'il mon ami?"

" tu as tellement changé... J'espere que lutter a tes cotés pour une noble cause me racheterons..."

"j'en suis sur Yves, le rachat est a la porté de tous. Si tu doutes regarde cette bague, tu retrouveras le chemin de lumiere." dis je

"le chemin de lumiere?..." me repondit il surprit.

"oui je vous parlerais de tous une autre fois. Faites attention a mon neveu. Vous pouvez faire confiance a son sergent c'est un homme solide et loyal. J'espere vous revoir bientot."

Mes amis se mirent en route, etincelant dans le soleil. Je restais seul avec Arbogat.

"alors mon garcon, que veux tu que je t'enseigne? la magie? le combat?" dis je avec le plus large sourire que je pouvais faire.

" Monseigneur, je ne suis pas mage, je n'ai pas eu le don... et pere ayant une santé fragile depuis votre depart, il n'a pas put m'apprendre l'art du combat. Je ne sais rien faire monseigneur."

je lisais un desarroi total sur le visage d'Arbogast. La tristesse et presque les larmes. Je posais ma main doucement sur son epaule.

"Appelle moi Cad, tu es le fils de Neithon, tu es comme un fils pour moi. Ce n'est pas grave de ne pas savoir. Bon sang ne saurait mentir. Je t'apprendrais tout ce qu'il y a a t'apprendre. Tu pourras aller a la bibliotheque et parler aux autres mages. Ce sont tous des etres d'exceptions qui pourrons t'apprendre un grand nombre de choses. Bien au travail maintenant. As tu deja pensé a la lumiere mon garcon..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Dim 22 Juin - 18:33

"part! maintenant attaque."
je parais l'attaque d'Arbogast. Il tombe et roule dans la poussiere. Je l'aide a se relever.

" ta main est trop tendu, elle doit etre plus souple..."

je le vois grimacer a travers ses meches de cheveux en bataille...

"Maitre je n'arriverais jamais a rien... pourquoi faut il se battre?"

Je cligne des yeux, surpris. "eh bien... eh bien... je ne sais pas. n'est ce pas le desir de chaque garcon, de chaque homme?"

"moi je pense qu'on a pas besoin de se battre dans la vie. Qu'on peut eviter la violence le plus possible. Vous etes un colosse vous pouvez vous battre et etre presque toujours sur de remporter le combat. Moi je ne suis pas comme vous."

je posais mon arme. "et que veux tu que je t'apprennes alors?"

"eh bien je ne sais pas... vous faites de si jolies choses... pourquoi absolument m'apprendre a detruire?"

"eh bien d'accord. je vais t'apprendre la verrerie et la forge. Je t'apprendrais tout! mais par contre en souvenir de ton pere laisse moi t'apprendre les rudiments du combat. le monde est dangereux il faut savoir se defendre. Allez reprend ton arme mon garcon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Lun 23 Juin - 15:09

du cobalt pour les bleus, du cuivre pour les rouges, de l'antimoine pour les jaunes, du fer pour les verts... seulement quatre couleurs... Faut il 4 couleurs intenses ou une multitude de couleurs? Il faut quelque chose d'unique pour la bibliotheque. Lorsque la lumiere passe a travers les vitraux elle se charge d'une symbolique, d'un pouvoir... Comme un message caché dans la lumiere... Tu vois Arbogast on peut sculpter la lumiere... par les couleurs, les emotions... Le verre est une matiere magnifique... Magique a bien des niveaux... Venu de la terre, au contact du feu il devient liquide... une eau incandescente... par l'air il prend forme... et devient des eclats de lumiere et d'eau solidifiés. N'oublie pas que tout ceci n'est qu'alchimie... un simple savoir que l'on peut partager. Ce qui fait la difference entre les vitraux de St Denis et ceux de Chartres ce ne sont ni les couleurs, ni la clarté du verre, c'est l'emotion des hommes qui ont soufflé ce verre pour en faire un message de dieu.

Nous devons suivre ce chemin, pour faire parler la magie, faire parler dieu aussi... ce qui compte c'est moins de melanger les couleurs que d'imaginer la couleur, se laisser porter par la magie, par le reve, par la flamme. Ce monde devient un monde de technicien mais ce n'est pas la technique qui eleve l'homme, c'est l'esprit. Nous autre magiciens nous savons mieux que quiconque que le monde est une illusion, la projection d'une image dont on ne sait pas d'ou viens la lumiere. L'esprit lui est la seule chose qui dure. On ne piege pas la lumiere, on peut la diriger, la sculpter mais on ne peut pas la pieger.

le tour de main est accessoire... la dexterité s'acquiert, le travail s'affine... Mais ce n'est pas ce qui fait un grand artisan. Ceux qui passe leur vie a chercher la perfection dans le geste passent a coté de l'essentiel. Connais tu la legende du Golem? c'est Ancelin qui me l'a raconté. Eh bien ceux qui ne pense qu'a leur adresse sont des golems, ils ne pensent pas ils font. Il faut sentir, ressentir, eprouver, lorsque l'on sculpte la lumiere. Il en est de meme de la forge ou du combat. Les grands bretteurs existent, les grand combattants, les heros combattent avec leur coeur.

ce sera la seule lecon que je pourrai te donner. la seule qui vaudra pour tout. Pour tout le reste ouvre tes yeux, ouvre ton coeur et ton esprit, et les choses viendront a toi de facon simple, evidente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 24 Juin - 15:23

chaque soir j'arpentais cette cathedrale de lumiere. Je regardais la lumiere a travers les vitraux que je revais. les nuances, les couleurs, la vie etincellante... Les reves se teintaient parfois d'ocre, parfois de rouge intense. Parfois encore d'un bleu si profond... un bleu dont sont fait les reves. C'etait comme si je voyais la magie en couleurs... le rouge intense de l'ignem, le bleu profond de l'aquam, le jaune insaissisable de l'auram, les bruns puissants du terram... et puis... le vert leger de l'herbam, l'ambre de l'animal, le rose du corpus... et les couleurs capricieuses des autres domaines... l'indigo de l'imaginem, le grenade du mentem et plus tenus que tous les autres le violet du vim... Chaque soir je voyais ces couleurs et chaque soir je voyais les nuances apparaitres... Le doré des lumieres, le cuivre des forets, les nuances de l'esprit...

Mais chaque soir... alors que j'arpentais la cathedrale en direction de la porte... chaque pas que je faisais vers le chemin de lumiere... je sentais ces yeux embrasés se poser sur moi... Je sentais l'ombre grandir, les vitraux cessaient de briller et chaque soir se dessinait un peu plus le monstre qui se cachait dans les tenebres.

Finalement un soir, je prenais mon courage a deux mains et j'avancais vers le chemin de lumiere. Cette fois je ne me retournerais pas.

"Crois tu pouvoir prendre ce chemin? Tu m'appartiens!" tonitrua une voix depuis les ombres.

Je continuais a avancer.

"TU M'APPARTIENS"

je sentis la chose sortir des ombres et avant que j'eu fini de me retourner l'enorme chien etait sur moi. Plaquant ses pattes sur mes epaules il me projetta a terre. L'ecume coulait de ses babines, ses crocs denudés brillaient mechamment. A la lumiere des vitraux, ce chien de l'enfer etait encore plus terrifiant. Comme une gravure infernale. Son pelage noir prenait parfois des teintes ecarlates. Ses yeux pareils a deux rubis semblaient capables de lancer des flammes.

" tu m'appartiens Cadwallon de Gwynedd. Tu es le chien noir."

"je ne le suis plus!" dis je " je suis libre, j'ai choisi mon propre chemin et c'est un chemin de lumiere"

Je frappais la creature a la tete. Elle roula et se remit rapidement sur ses pattes. Sautant pour attaquer, tous crocs dehors je l'evitais. Nouvelle attaque. Le ballet dur et je m'epuise alors que la creature semble redoubler de puissance. Nouvelle attaque, je suis trop lent. Je n'ai plus qu'a mettre mon bras devant mon visage. Je sens ses crocs se planter dans mon bras. Le sang chaud coule a gros bouillon mais ce n'est que le debut. La creature rendue folle par le sang me projette au sol a nouveau. Elle me mort en different endroit. Avide de sang, la creature semble prete a se devorer elle meme. Elle presse sur ma cage thoracique. Ses babines s'approchent de mon visage. je tente de maintenir la bete a distance mais mes forces m'abandonnent.

"il n'y aura pas d'autres chemin pour toi, Ducwn!"

La bete attaque. je n'ai plus la force de lutter mais je tente de la repousser. A cet instant, un eclat noir surgit et attaque. soulagé quelques instants je vois alors deux chiens s'opposer. La bete ecarlate fait face a un puissant dogue noir. Je reconnais ce chien... La creature l'attaque mais de toute sa puissance, le chien la saisit au cou et la fait valser dans les airs. La creature penaude s'eloigne...

Le chien s'est avancé alors vers moi. De la grandeur se degagait de ce chien gigantesque. Comme un guerrier des anciens temps. Je n'arrivais pas a croire ce que je voyais...

"Gelert?"

alors je ressenti ce que je n'avais plus ressenti depuis des années... le lien avec un familier... comme une voix dans mon esprit

" Oui...J'ai senti un changement chez toi... Je me suis dis qu'il etait peut etre temps que je revienne vers toi Cad."

Gelert avait ete mon famillier pendant des années... Je me rappelle encore de son depart...

C'etait il y a de nombreuses années maintenant. Nous venions de piller un village. Tout etait en flammes. Des flammes que j'avais allumé moi meme... Il y avait la une femme... je m'approchais d'elle... je caressais ses joues, ses cheveux... je sentais la peur en elle... je prenais son menton dans mes doigts gantés de fer... elle me regarde, elle me supplie... ses yeux sont pleins de larmes... Je lui sourie... je sors mon poignard...

C'est a ce moment que Gelert m'a attaqué.

"tu mors la main qui te nourrit sale cabot!"

"quel monstre genre de monstre est tu devenu Cadwallon! tu n'es qu'une bete assoiffée de sang!"

"je vais te remettre a ta place sale mâtin!"

Je m'approchais de lui, oubliant la femme. d'un coup de pied je frappais son coté. Mais Gelert n'etais pas un chien ordinaire... Il avait en lui tout l'esprit du guerrier... Comme un guerrier celte d'autrefois. La contre attaque fut terrible. Il me fit rouler par terre, dechira mon bras.

"retiens cette lecon Cadwallon de Gwynedd. Tu n'es rien de plus qu'une bete. le destin des betes c'est d'etre seule. Tu n'es pas un guerrier, tu n'es rien."

Et je vis Gelert ce jour la partir dans l'eclat des flammes.

Je ne croyais pas ce que je voyais il etait la devant moi.

"mais comment ..."

"Le lien n'a jamais ete brisé Cadwallon. J'ai parcouru beaucoup de distance, j'ai servi de nombreux maitres pour te retrouver. Je suis venu constater ce que je ressentais... Tu as l'air d'avoir changé."

"oui... je ne suis plus celui que tu as laissé"

"A moi de le constater. Je vois encore que d'anciens demons t'habites. Tu me sembles encore tres fragile. Le lien que nous avions n'a pas ete brisé mais il faudra le retisser. Ce sera long."

Alors je vis Gelert s'eloigner. Prendre le chemin de lumiere.

"je ne serais jamais loin."

"viens a la bibliotheque."

"c'est entendu..."

Je me reveillais en sursaut. Pres de moi une presence... un nouveau cauchemar? non... un presence sereine, assurée. Deux yeux verts dans la nuit. Je ne sais comment mais Gelert etait entré dans la bibliotheque. Il etait venu jusqu'ici. J'approchais ma main. Il posa sa patte dedans. Puis il alla se coucher devant la forge.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 24 Juin - 19:12

Quelle etrange periode... Je ne pensais pas que le passé ressurgirais aussi loin de ma maison... l'arrivée de Rhys, les chevaliers du dragon... Et puis Arbogast et maintenant Gelert... le monde se concentrait autour de moi. Alors que la guerre etait imminente.

"Maitre?"

"je t'en pris Arbogast ne m'appelle pas Maitre..."

"Pardon Cadwallon. Vous semblez si soucieux ces temps ci."

"Eh bien oui. Beaucoup de forces sont en mouvement ces temps ci. J'ai peur qu'elles ne nous soient pas favorable..."

Arbogast fit la grimace.

" Et toi mon garcon? es tu heureux ici?"

Il regarda par la fenetre, comme pour y trouver la reponse

"je pense oui..."

"tu n'en es pas sur?"

" a vrai dire non. Depuis que je suis ici, je lis beaucoup. Vous m'apprenez les alliages, la forge, le verre... Je suis meilleur combattant qu'en arrivant. Et pourtant... j'ai l'impression de ne pas etre a ma place ici. Vous etes tous des mages. Quelle peut etre ma place au milieu de vous? comment vous rendre fier Cadwallon? Mon pere parlait de vous avec une telle deference."

"Je comprends ton desarroi mon garcon. mais par ta curiosité tu me rends fier. Depuis le debut tu es plus qu'un apprenti tu es un assistant. Tu n'attends pas que je te donne les reponses, tu poses les questions apres avoir cherché toi meme les reponses. Il y a du courage chez toi. Ne perd pas espoir, ne perd pas cette flamme que t'as donné ton pere... c'est peut etre une braise mal eteinte dans les cendres."

"dans les cendres? je ne vous comprends pas la..."

Je ne repondis que par un sourire enigmatique.

"Bien alors, et ces experiences sur les couleurs? tu as vu ce qu'Ancelin nous a donné? et ce grenade que tu voulais faire? fais moi voir ca..."

indubitablement, ce garcon comprenait la lumiere et ces nuances... La couleur n'etait pas parfaite mais on y decelait deja un eclat intense... Oui, ce garcon avait du potentiel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 24 Juin - 19:44

"Tu as vieilli Cadwallon..."

Je me tournais vers le grand chien allongé devant le creuset ou je faisais fondre le verre.

"tu trouves? j'ai pris un Elixir il y a peu pourtant."

dis je negligement.

" tu peux boire tous les elixir que tu veux, le regard ne trompe pas. Est ce la lumiere? ou la lassitude qui delave tes yeux?"

Je regardais a nouveau le chien.

" Il y a longtemps que la jeunesse nous a quitté n'est ce pas? "

Gelert soupira...

" tu te rappelles de la premiere fois ou nous nous sommes rencontré? " dis je pensivement...

c'etait il y a longtemps... Dans le raffut de la guerre, dans les flammes du combat. Quelle guerre etait ce deja? Une guerre de seigneurs ou expedition flambeau? Je me souviens encore de ce chateau ravagé par les incendies. Je marchais dans les rues transformées en riviere de sang. Je l'ai vu. Ce petit chien s'avancer dans le sang. Son pelage noir teinté de sang. Il ressemblait a un petit demon. Il avancait en me regardant. Devant moi il se mis a aboyer. Je l'attrapais et le soulevait par la peau du dos. Il jappait ce petit bagareur. Ce jour la, sans le savoir, je venais de rencontrer mon plus fidele compagnon pour les 10 ans a venir.

Les années passerent et Gelert devint rapidement un immense dogue. Il me precedait, il m'accompagnait partout. Partout ou il y avait la guerre. Et puis un jour Gelert fut blesser serieusement. Apres avoir fait rendre gorge a celui qui l'avait blessé je m'approchais de lui. Soulevant son corps blessé je m'eloignais du combat. Ce soir la, j'ai puisé plus que de raison dans ma magie pour le soigner. C'est exsangue que je m'ecroulais. "tant que vivra l'homme, la bete vivra"...

"merci..."

je me reveillais en sursaut. qui venait de parler? Je regardais partout.

"je me sens changé..."

cette voix elle etait dans ma tete. C'etait la voix assuré et net d'un combattant pas de doute. Et puis mon regard tomba vers Gelert. Je voyais des liens se tisser entre lui et moi. Un fil d'or tres fin...

"je pense que j'ai fais de toi mon familier. Te voila relié a la magie, relié a moi."

" je suis fier d'etre relié a toi Cadwallon de Gwynedd. tu es un bon combattant. Le chien est le symbole du guerrier, je suis fier de servir un maitre tel que toi."

Nous pansames nos blessures ensembles. Et une fois retabli nous nous remimes en route. Les années passerent vite. Nos liens se renforcerent. Une tapisserie de fils d'or, d'argent et de cuivre se tissait. Le chevalier noir et son dogue de l'enfer. Et puis la tapisserie commenca a bruler. Assoiffé de guerre et de sang, je ne fus bientot plus le combattant que j'etais auparavant. C'etait l'epoque des 4 dragons... une epoque de destruction. Mais Gelert lui restait l'esprit du guerrier. Et finalement la tapisserie prit feu... ne laissant qu'un fin fil d'or... parce que nous avions partagé la meme agonie, que nous avions partagé la meme magie, ce fil d'or ne devait jamais disparaitre. Et pourtant...

"qu'as tu fais pendant toutes ces années?"

"j'ai tenté de revenir a l'etat sauvage, mais la magie qui coulait en moi m'en empecha. J'ai servi quelques maitres. J'ai tenté de brisé ce fil d'or qui me retenait a toi. Et puis finalement j'ai trouvé un maitre. Un marin genois. un mage. Nous avons beaucoup voyagé. Je t'ai cru mort. C'est ce qui se disait. Et puis un jour j'ai senti le fil d'or tinter. J'ai eu l'intuition que tu n'etais plus le meme..."

"comment serions nous les memes apres toutes ces années?"

"oui comment... Et si nous allions manger? tu sais t'entourer Cadwallon! cet Ancelin, il sait faire a manger! et il ne lesine pas sur les portions!"

Je vis le chien se lever et partir en direction de la cuisine. Pas de doute c'etait toujours l'esprit du guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Jeu 26 Juin - 16:49

C'etait une nuit sans lumiere. Je n'osais plus me rendre a la cathedrale de lumiere de mes reves. La presence de ce chien ne m'effrayait pas, c'etait ce qu'il representait qui m'effrayait... Dans les tenebres de mes reves, j'etais seul.

"les tenebres Cadwallon... il y a longtemps qu'elles n'ont plus habité tes reves."

la Mère se tenait pres de moi. leger eclat dans les tenebres, a peine brillante, telle une fragrance lumineuse...

"Mere... je sens les tenebres se rapprocher. Que faire?"

"tu dois d'abord finir ta quete de la flamme Cadwallon... Il te reste encore une flamme a affronter avant d'etre pret a embrasser les flammes de tout ton etre."

"Je le sais Mère... mais ces flammes..."

Je baissais la tete, mon corps affaissé, comme ecrasé par un poids trop lourd.

"personne n'a dit que ce serait simple Cadwallon. Mais tu m'as a tes cotés."

La mere lanca un regard sur l'épée qui etait deposé a mes cotés. Je regardais l'epée qui flamboyait doucement de la meme flamme douce que la Mère.

"l'épée de Flambeau lui meme..." murmurai je.

"oui. Depuis Flambeau, j'ai connu plusieurs porteurs, plusieurs formes. Pour certains je suis l'epouse, pour d'autres l'amante, pour toi la mere... Chacun trouve dans les flammes ce qu'il cherche. C'est aussi ca le message des flammes. chacun peut y trouver son propre message, son propre chemin de lumiere. une expression qui t'es coutumiere a présent. Mes flammes, ma forme s'adapte au porteur. Immense falchion pour Flambeau, longue épée pour d'autres et puis tu m'as dessiné. Dans tes espoirs, dans tes flammes. Tu affronteras la destruction, les flammes infernales et je sais que tu en triomphera car en verit tu as deja triomphé de ces flammes. S'y baigner et reussir a s'en detacher c'est deja la plus grande des victoires."

" et si je n'y arrive pas malgré tout?"

"comment pourrais tu ne pas y arriver? tu es le dragon! Je te le dis, c'est toi qui me dessine, c'est toi qui me forge. Je suis la clef vers ton chemin de lumiere... ou vers un chemin de lumiere quelqu'il soit. Si tu echoues tu retomberas dans les tenebres mais il y a temps de choses qui dependent de toi maintenant tu ne peux plus echouer. Ton disciple Arbogast, ton neveu Rhys dont le pere mourra bientot..."

"et puis tu n'es pas seul!" Gelert s'etait approché de nous discretement. Dans les reves, il lui arrivait de prendre l'apparence d'un guerrier celte. Un geant aux cheveux clairs. Le corps puissant forgé dans le creuset des batailles. Toujours ce regard d'acier. "je t'aiderais comme je l'ai fais par le passé. Je veux pouvoir faire mon jugement par moi meme."

"oui..."

" et oui Cadwallon, tu ne pensais pas que tout se reglerait aussi vite. Nous ne sommes reliés que pas un lien tres fin, je ne suis pas encore ton familier."

"Mais tu es la pourtant Gelert" dit la Mère. "je suis heureuse de te revoir."

Alors dans les tenebres, entouré de ces amis d'autrefois, le soleil se leva sur une lande verdoyante. Comme un nouvel espoir.

"Cadwallon tu portes la Flamme a tes cotés depuis tant d'années. tu n'echouera pas. le fils des flammes ne peut pas echouer. pas maintenant. Lorsque tu auras vaincu cette creature de flammes infernales, alors il ne restera plus que l'ultime flamme. Mais ce chemin sera un chemin solitaire. Tu devras trouver les reponses seul."

Le soleil se levait sur Césarée. j'entendais le chahut des marins sur le port. Je me levais avec l'envie de capter ces premiers rayons de soleil dans quelques eclats de verre.L'emplacement de la bibliotheque permettrait un magnifique spectacle, le soleil passant d'un vitrail a l'autre. Peut etre les etapes de la formation du mage... ou des histoires fantastiques...

Et Ambroise et Ancelin. Et Arbogast et Rhys. lutter contre les tenebres ce n'est pas seulement se creer un chemin de lumiere c'est aussi aider ce qui sont proches a nos coeurs et les faire avancer sur leur propre chemin de lumiere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Jeu 26 Juin - 20:09



A Nivard de Chassepierre, Alan comte de Broherec, Yves du Guesclin Comte de Longueville, Kerdiou de Penhoet, Sampson de Cornouailles, Neill de Man


Il est temps pour moi de vous expliquer le sens de ces anneaux. Vous le savez il y avait autrefois l'ordre du dragon esoterique. Un ordre de chevalerie hermetique. Cet ordre a laissé une trace sanglante dans l'histoire. Aujourd'hui, alors que la guerre menace, que la croisade sera bientot lancé et que Constantinople menace de s'ecrouler, plus que jamais donc, la violence menace d'enflammer notre epoque. Nous qui sommes des chevaliers, nous ne pouvons pas rester insensible. Nous ne pouvons pas laisser la violence se repandre au nom d'un dieu que nous prions aussi sous pretexte que ces croisades servent leurs interets politiques. Je ne sais encore ce que desir le primus Lionel mais d'ors et deja je vous propose a tous de fonder l'ordre du dragon secret. Un ordre de mage, de savants mais aussi de chevaliers, afin de traquer l'ignorance, le complot,afin de proteger les plus faibles. Vous avez chacun 5 anneaux. libre a vous de les donner. Notre ordre est secret mais nous agissons en pleine lumiere, nous ne sommes pas des manipulateurs ni des intrigants. nous ne cherchons pas le pouvoir nous ne voulons que la justice et le savoir pour tous. Nous cherchons un chemin de lumiere.

je vous propose un fonctionnement que Yves tu aurais appelé democratos je crois. Il n'y a pas de grand maitre, pas d'incroyable secret ou de mysterieurs tresors. Restons loin de ce que sont devenus les templiers. Le seul tresor que nous avons c'est notre ideal. 5 anneaux, comme 5 flammes a distribuer.

Cadwallon de Gwynedd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Ven 27 Juin - 12:43

"Arbogast j'ai quelque chose pour toi!"

Je posais un enorme ouvrage sur sa table de travail.

"Bientot la guerre sera la. Je devrais y prendre part. Je sais que tu detestes le combat, alors prend ce livre, il contient tout mes secrets de forge et de verrerie. C'est l'heritage que je te donne. Il reste des pages a la fin pour que tu puisses y mettre tes propres secrets. Je ne veux ni ne peux negliger ton apprentissage. Et je refuse de t'emmener avec moi dans les batailles..."

Arbogast leva la tete de sa table. Il me tendit quelque chose emballer dans un tissu.

" J'ai moi aussi quelque chose pour vous..."

J'ouvrais le paquet et decouvrais une splendide broche representant un dragon.

"Je veux etre votre ecuyer Cadwallon. Etre chevalier est mon devoir. On peut faire la guerre sans l'aimer. Peut combattre en dernier lieu. J'ai vu tant de choses depuis que je suis la... Vous et les chevaliers m'avez inspiré. Mon pere aurait voulu que je sois chevalier."

je regardais la tete blonde du garcon. Un peu vieux pour devenir ecuyer... Mais qu'importe. Je posais ma main sur son epaule.

"ton pere serait fier de toi, comme je suis fier de toi a cet instant. Viens nous allons forger des armes pour toi. Dans un bel acier de Damas! En principe tu ne devrais pas encore porter l'épée mais nous allons faire une exception! Nous ferons ton adoubement a la croix du sud devant les chevaliers! Il te faut aussi une cote de mailles neuve! et un heaume, un vrai heaume pas ces casseroles normandes que s'obstinaient a porter ton pere! Il te faut une lance aussi! et une banniere... je vais mettre une des filles Farakian a cet ouvrage."

La joie rayonnait a cet instant dans la forge. Dans le chahut de la forge et la chaleur de creuset, un jeune et un vieux chevalier travaillaient de concert.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Sam 28 Juin - 12:14

comment arpenter le chemin de lumiere quand sa vie n'est faite que de coups et de fureur. l'eternel mâtin, le dogue devoué... une fois tué on en change. Il n'y a pas de chemin de lumiere pour un chien de guerre, juste un chemin de fureur et de sang...
l'expression brutale de l'acier et de la folie a la place des belles phrases et des jolis mots de ceux qui parlent et negocient. un ordre ou une meute? la sagesse ou la lassitude? les vieux chiens fatigués s'installent pres du feu et on les laisse mourir sans les regarder.

J'aimerais n'avoir jamais quitté ma forge. Je ne voulais pas de ces combats, de ces negociations, de cette alliance. Je ne veux plus etre ce molosse bien dressé. Je ne veux plus servir personne. Je ne veux plus de guerre. Je veux juste retrouver le vent frais d'Ynys Llanddwynn, la foret de Gwyrrd, les rochers blancs de Ty Cadafael... Assez de tumulte, assez de desert, assez d'intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Dim 29 Juin - 1:48

"Maitre vous parlez encore seul..."

"Oui pardonne moi Arbogast... Mais approche... regarde... regarde la lumiere... regarde le verre, ces couleurs... le verre n'est rien mon garcon... la lumiere elle est tout... la lumiere que l'on peut forger... les emotions mon garcon... ce sont les couleurs de la vie, les lumieres de l'ame... Il n'est point besoin de verre... Il ne suffit que de sa propre lumiere... saisir les couleurs et les chatoiments du chemin de lumiere que nous suivons... Regarde mon garcon... regarde ce vert... et ce bleu d'azur... ce ne sont que des emotions cristalisées... la magie fait le reste..."

Je vis Arbogast baisser la tete...

" c'est un chemin sur lequel je ne peux pas vous suivre Maitre Cadwallon..."

"J'affronterais les flammes de l'enfer... j'ecraserais le chien... et je raviverais la flamme prometheenne. Je ferais de toi un mage Arbogast! j'en fais le serment."

le garcon me regarda un instant ne sachant si j'etais en proie a quelques delires...

"je vous crois maitre."

Il se remit au travail. Devant tant de confiance, je prenais soudainement confiance que pendant ces semaines je l'avais completement negligé. A l'avenir il ne me quitterait plus. les vitraux attendraient, j'avais un chevalier a adouber.

Les emotions... ces couleurs etincelantes, comme si le verre chantait grace a la lumiere... oui la clef est la... tout pres... le tresor va enfin se reveler au dragon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Lun 30 Juin - 15:26

Il n’avait suffit de presque rien… un hasard… plutôt une révélation. Car oui c’était bien une revelation qui s’était imposée a moi. Alors que j’etais loin de tout, loin des forges, loin des poudres… j’ai vu le verre changer… J’ai vu ses teintes se renforcer… Etait ce l’emotion des gens venues prier qui leur donnait cet eclat ? ou la ferveur du maitre verrier ? Ou peut être l’echo des deux… A cet instant la matiere n’était plus rien, il n’y avait que lumiere, eclat, emotions. Et c’est la que la clef m’est apparu. Le verre n’était qu’un eclat de magie piegé qui revivait grace a la lumiere. Serait il possible de créer des nouvelles couleurs grace a la magie…

Je m’enfermais de longues semaines dans mon laboratoire avant de trouver la solution. Bien sur la magie était simple a utiliser pour moi… je pouvais modifier sans force les verres déjà colorés. Faisant passer un bleu du rouge au vert. Mais l’eclat n’était pas plus intense… Alors quoi… Bien sur ! si la magie est le moyen il manque encore la ferveur… comme un chanteur, la magie n’est que la voie, mais la beauté du chant ne s’exprime que dans la ferveur, dans l’emotion.

Je saisissais cet eclat de verre rouge. Un rouge profond presque noir. Je le serrais dans mes mains. Je pensais a mon enfant si loin, cet enfant qui me manquait tant… Le rouge a commencé a s’eclaircir puis a briller… Briller d’un eclat rouge intense. Je serrais ce morceau de verre avec l’impression qu’il allait être porté a la fusion. Je lachais le verre. Etait ce un echec ? le solution n’était pas si lointainte… j’en était sur.

Le lendemain Arbogast tenait un morceau de verre rouge etincellant. Il était rouge de passion, rouge d’amour, il diffusait sa lueur partout dans la cour.

« Maitre c’est une merveille que vous avez crée la ! »

Etait ce possible… le verre avait bien changé de couleur grace a la puissance de l’emotion… De la meme facon que la magie change en fonction des emotions, la magie pouvait être utilisée comme un minuscule ciseau afin de sculpter la lumiere et l’emotion. Ce reve de magie multicolore prenait son sens…

J’allais donc au creuset afin de comprendre un peu plus cette technique… Je prenais avec ma canne un peu de verre clair. Avec la main assurée du maitre je faisais tourner ce verre, je soufflais dans ma canne, attentif a la magie… a ce que la magie allait pouvoir faire… Je ne serais plus qu’un vecteur, une baguette… Je m’attendais a voir surgir des ocres, des jaunes, des orangers, mais ce n’est pas l’ignem qui a surgit a ce moment… Alors que je me faisais vecteur de cette magie je vis le verre se teinter d’amethyste… un violet si profond… presque vivant. Il etincelait dans la forge… Je restais a le regarder au bout de ma canne… Comme si le verre et la magie me revelait leurs derniers secrets… Alors que le verre durcissait, le violet se faisait plus mineral… je sortais de l’atelier pour contempler ce violet, a travers cette boule amethyste, je voyais les vents de la magie, les energies, le virtue lui-même… je tombais a genoux, le globe heurta le sol, brisant cette orbe de magie…

« Maitre ? que se passe t’il ? »

« rien… le monde vient de naitre… »

Je regardais dans mes mains ces eclats…

« Maitre ? c’est de l’amethyste ? »

« non c’est du verre… »

Alors une petite troupe se rassembla autour de moi… « du verre violet ! quel composant pouvait donc faire cela ? » pouvait on entendre. « c’est un cobalt de perse ou de l’amethyste calciné sans doute » disait on aussi…

« l’amethyste est la couleur de l’initiation dit on … » chevrota une voix pres de moi. C’était un vieil homme aux yeux si clairs qu’ils semblaient delavés… « j’ai senti le soufflage… je ne suis pas magicien mais a mon age on finit par sentir les choses differement… je crois que te voila initié a une technique revelé par la matiere et la magie elles memes… l’amant de deux femmes qui ont fini par s’entendre… » Le vieux homme prit un eclat dans une de ces mains caleuses et noueuses… Il posa l’eclat sur son œil et comme voyant ce que j’avais vu precedement, il parti en riant.

La nuit suivante je retentais de multiples soufflages… Ignem, Aquam, Auram, Terram… Dieu… Diable… Lorsque le soleil se leva, je venais de finir mon vitrail… que j’aurai aimé que la nuit ne se finisse jamais pour que notre danse sensuelle ne s’arrete pas… mais avec le soleil, je devais liberer la lumiere piégée dans ces vitraux… quelle nuit… par moment j’avais eu l’impression qu’une femme sarrasine dansait pres de moi… J’avais l’impression qu’elle m’avait guidé a plusieurs reprises… Elle était partie aux premiers heures du matin, lorsque j’avais commencé a sertir ces eclats de verres… Un oiseau… voila a quoi elle me faisait penser… a un de ces oiseaux elegants que l’on voyait au bord de l’eau… Le soleil s’eleva et vint frapper le vitrail liberant les secrets de la nuit qu’avait piégé le verre… j’ai vu les azurs souffler… puis ce fut au tour des rouges de bruler… les bleus profonds et calmes precederent les verts qui semblaient s’animer dans le vent… L’or eclatant… Chaque plume de l’oiseau, d’une couleur… J’eu l’espace d’un instant, l’impression que l’oiseau battait des ailes, puis le soleil se hissa au dessus des ruines de la ville et fini de rependre les eclats du vitrail…

Je vis une femme passer en contrebas… elle allait vers le port… Son regard croisa le mien… Je reconnu ces yeux… c’était elle qui m’avait accompagné de ses danses toute la nuit. Je pris le vitrail et je couru vers elle.

« Pardonnez moi ! »

Elle se retourna avec l’elegance d’une princesse… ses longs cheveux noirs en cascade ondulant a chacun de ses mouvements… Elle posa ses immenses yeux d’ambre sur moi.

« J’ai quelque chose pour vous remercier. »

Sans dire un mot elle parut comprendre… Je lui tendais le vitrail, fine feuille de cristal entre mes grosses mains. Elle la saisie de ses doigts fins et sans peine elle la souleva. Elle la placa dans le soleil et son visage s’eclaira de toutes les couleurs… Elle me sourit et me rendit la plaque.

« merci » murmura t’elle.

Je restais la… la laissant partir… ca aurait été comme tenter d’emprisonner la lumiere entre ses mains… s’eu été folie… je retournais a l’atelier de verrerie. Arbogast s’avanca vers moi.

« Cadwallon ou etes vous parti si vite ? »

« je suis allez remercier quelqu’un… »

En me retournant sur le chemin je vis qu’elle n’était plus la… le soleil brillait un peu plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Lun 30 Juin - 15:58

Les semaines se suivirent. Il suffisait d’insuffler l’emotion, de faire couler la magie dans le verre pour la pieger en partie et rendre le verre unique. « au debut était le verbe… » lorsque le souffle se transforme en mot, le verre se tinte… et les eclats de couleurs brillent de milles emotions. Mais cette technique ne restait accessible que pour les mages… Je voyais Arbogast faire de son mieux pour faire des couleurs uniques et toujours il semblait insatisfait… Il était devenu un maitre verrier de talent mais cela ne lui suffisait pas…

Un jour en reve je revis mon frere. « la flamme prometheenne… souffler sur les braises de la magie… ». Ce serait la un combat a mener dans le futur. Nous approchions de la pentecote et ce jour devait être celui de l’adoubement d’Arbogast. Dans le secret je lui preparais un cadeau… que je cachais dans une petite boite. Nous lui avions forgé épée en acier de damas, bouclier et armure enchantée. Mais ce cadeau lui plairait beaucoup plus que ces instruments de combat.

Avec les semaines Arbogast était devenu un combattant correct mais il n’avait pas encore comprit que le vrai combattant était celui qui se battait en dernier recours. Nous nous mimes en route une semaine avant la pentecote. Le chemin était calme, le voyage agreable. Nous avons beaucoup parlé sur le chemin, Arbogast m’exposait ses theories sur la forge, sur le verre… Pas de doute, il ferait un grand chevalier et un grand mage si on pouvait reveiller le don en lui. Si le don nous l’avions tous en nous apres tout ?

Alors que nous apercevions la croix du sud dans le lointain je fis tourner ma monture. Nous continuames une journée encore avant d’arriver devant une montagne.



« que faisons nous la ? » demanda Arbogast.

« tu ne vas pas seulement devenir chevalier aujourd’hui… tu vas rejoindre un ordre particulier. Un ordre secret. C’est la que se cache notre « forteresse »

En s’approchant de la montagne, une ouverture se revela dans la paroi. L’endroit était immense et frais. Eclairé par des percés dans les flancs de la montagne. L’endroit semblait immense et ressemblait a une cathedrale naturelle. Des pilliers de pierre soutenaient la voute. Les chevaliers etaient tous la. Un grand dragon de verre rouge était au fond de la salle.



« Demain tu seras adoubé mais ce soir tu dois passer la nuit avec Dieu et savoir si en ton cœur tu te sens prêt a devenir chevalier. »

Je le conduisais a l’oratoire de pierre brute qu’avait taillé mes compagnons. Il était magnifique bien qu’en pierre brute. Tout dans cet endroit était denuement et simplicité. Pas de metaux riches, pas de pierres precieuses, la pierre et la lumiere uniquement. Cet endroit semblait venir d’un autre temps.

La nuit passa dans le recueillement. Arbogast plongé dans ses prieres, nous autres dans les notres. Et puis le matin venu, la ceremonie eu lieu.

« par le dragon et par dieu, Arbogast, fils de Neithon de Tefynwy, te voila chevalier. Que ton cœur reste pur, ton ame valeureuse et ton bras solide. »

J’aidais Arbogast a se relever. Je lui donnais son épée. Il était enfin chevalier. Je senti la fierté dans son regard. Chaque chevalier passa avec un présent pour lui. Il recu notamment de Sampson la banniere a trois tete de loup de sa famille. Puis de fut mon tour.

« je suis fier de toi Arbogast. Nul chevalier n’aurait esperé meilleur ecuyer et nul maitre n’aura esperé avoir un meilleur apprenti. Ta formation n’est pas fini, est sot celui qui croit ne plus avoir besoin d’apprendre… Voici mon présent pour toi… »

Je lui tendis la boite. Arbogast ouvrit la boite et decouvra une poudre améthyste. Il releva la tete, une lueur dans le regard.

« maitre ! comment vous remercier ? »

« en ce jour il n’y a pas de maitre, nous sommes tous chevalier. Je sais que tu sauras user avec talent de cette poudre de virtue. »

S’en suivit un banquet agreable. Puis apres 3 jours nous nous separerent.

« Arbogast j’ai quelque chose pour toi encore. »

Je lui tendis l’anneau avec le dragon rouge.

J’etais parti avec un apprenti, un ecuyer, je revenais avec un chevalier. Que le temps passait vite…






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Lun 30 Juin - 16:26

que d'eclats... il est maintenant venu le temps de contempler l'abime... Faire une derniere oeuvre avant d'affronter le crepuscule...


ce ne sera pas la cathedrale de lumiere... mais presque... les flammes de la destruction ne peuvent rien contre la lumiere...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mar 1 Juil - 23:41

c'etait comme une priere au soleil... un souffle infime dans le verre, une poignée de poudre et on voyait la couleur se former... des eclats intenses... a chaque heure de la journée sa couleur... du rouge le plus intense au violet le plus profond, chaque rayon de soleil frappait le verre selon son heure, faisant vivre la couleur. Et pourtant il manquait LA couleur... dans l'atelier inondé de couleurs, il manquait cette couleur qui danserait tout au long de la journée... les melanges n'y faisait rien...  comme tant de choses, le hasard et le tatonement serait les seuls moyens de progresser...

Que ce soit a l'atelier ou la verrerie nous travaillions d'arrache pied... Arbogast le pauvre garcon se donnait sans compter. Un soir que j'etais en train de chercher des reponses a la bibliotheque, il se lanca dans une experience... En revenant je trouvais le laboratoire envahi d'une fumée sombre et acre, le pauvre Arbogast endormi, presque mort, sur l'etabli et dans le creuset je voyais une etrange substance... Je faisais sortir Arbogast, je chassais la fumée et je m'approchais de ce creuset. ce que je vis me sidera... Il y avait une bulle de verre d'une couleur jamais vu... Je passais la nuit a la contempler... ses bleus, ses pourpres, selon les angles et les sources la couleur n'etait jamais la meme... Au petit matin, je montais sur le toit... le bleu se teinta d'azur aux premiers heures et se devint un bleu etincelant et profond a midi... quelle merveille! Lorsque Arbogast me rejoint, j'etais toujours dans la contemplation de ce joyau de verre!

"Cadwallon... excusez moi pour..."

"Comment as tu fais cette merveille mon garcon! dis le moi je t'en conjure!"

"... Cette merveille? J'ai laissé la poudre de virtue que vous m'avez donné dans le creuset..."

Le virtue allié a la flamme donnait donc cette teinte... la teinte des reves... la voila la couleur qui allait faire echo avec toutes les prieres, avec toutes les esperances! A cet instant, je pouvais sentir le verre fremir a chaque emotion, se faire l'echo de la lumiere, comme un filtre... Vibrer, presque vivre... Si ce n'etait pas la quintescense du verre alors que serait elle... c'etait la matiere de la cathedrale de lumiere de mes reves...

je descendais a mon creuset pour tenter de transformer cette demi sphere en autre chose... Je rallumais le creuset doucement... la magie coulant partout... le long de la canne, dans le creuset, dans les flammes, dans mon souffle... alliance de la magie, du feu et de l'air... je soufflais doucement... doucement... la demi sphere se transforma bientot en un belle bulle puis en un disque...

Je voyais les eclats du reve a peine entamés par le feu... l'emotion me submergeait et c'est a ce moment qu'explosa le disque... le verre vola dans tous les sens... Dans une grande detonation je fus jeté a terre... la vibration... l'emotion etait trop forte... mon coté me faisait mal... je sombrais doucement dans l'inconscience...


Je me reveillais dans cette cathedrale de lumiere que j'avais revé... Ce bleu partout... vibrait... chantait... oui il chantait la vie, la mort, le courage et tant de choses encore... Quelle splendeur... J'arpentais les allées de la nef quand j'entendis un grognement.

"alors tu reviens! Tu as tenté de fuir dans la lumiere... mais tu ne peux pas m'echapper..."

Le molosse ecarlate s'avancait devant moi... La lumiere se tamisait comme happée par l'ignoble mâtin...

" je ne t'appartiens plus. Je ne suis plus celui que j'ai ete aujourd'hui. J'en ai la certitude aujourd'hui. Le chemin de la redemption est long mais tu ne m'empecheras plus d'aller plus avant sur mon chemin de lumiere." dis je alors.

"il n'y a pas de chemin de lumiere pour toi Dwcwn! tu es la guerre, tu es le sang, tu es l'attrocité! tu as vibré a Constantinople pendant que la ville brulait... tu as ete un des dragons, tu le resteras toujours! tu etais meme le plus cruel! le dragon rouge..."

c'est alors que Gelert surgit attaquant le molosse. Il le mordit au cou mais le molosse lui donna un coup de patte si puissant que Gelert alla rouler dans la cathedrale. Gelert attaqua de nouveau mais le molosse sanglant le mordit au coté et Gelert roula a nouveau...

"assez! tu veux te battre avec moi!"

Le molosse regarda Gelert avec dedain... "ce n'est qu'un chien apres tout..."

Il sauta sur moi, plaqua ses deux pattes sur mes epaules et me fit chuter. Il commenca a me mordre la main, puis le bras. Je le frappais de toute mes forces a la face et aux cotés. Dans un effort je le faisais partir. Le chien roula, je me relevais. Le chien attaqua de nouveau. Une rapide esquive et je le frappais dans le coté. Nouvelle attaque, un coup de pied il alla s'ecraser sur un mur... Plus je me battais et plus le chien semblait redoubler de rage et de fureur... Je m'epuisais... le sang coulait noir de mes plaies...

la lumiere se faisait toujours plus intense sous la cathedrale de lumiere... le verre semblait vibrer de l'echo de cette bataille perdue... le molosse aurait raison de moi... Je tombais sur un genou... une flaque se formait autour de moi... le sang coulait a gros bouillon d'une epaule... N'irai je pas plus loin sur mon chemin de lumiere?... et mon enfant... ou etait elle... etait elle heureuse... avait elle encore besoin de moi?... Le chien attaqua, me projeta... je tombais... dans l'echo de cette furie... j'entendis le verre se fendre... je me sentais brisé... le chien s'approcha de moi... le sang coulant des crocs...

" tu es a moi... je vais en finir avec cette part de toi... ne sens tu pas l'aube de nouvelles guerres? et cette terre sainte qui ne demande qu'a etre souillé? j'ai senti les chiens de ta meute... rappelle les... detrempez le sable du desert de sang!"

" Detruis moi et je jure devant dieu que tu ne nuiras plus! la lumiere ne peut pas triompher des tenebres! LE CHEMIN DE LUMIERE BRILLE POUR CHACUN "

sans m'en rendre compte je venais de me relever, serrant la gorge du chien entre mes mains...

" TU NE ME VOLERAS PAS LA LUMIERE!" dis je dans un cri!

le verre explosa, se transformant en une pluie bleue et tranchante. Je sentais les fines lames se planter en moi... La lumiere rentrait par les arcades... Une lumiere d'or, une lumiere si intense qu'on aurait dit que 1000 soleils brillaient.

"Je ne suis plus celui que tu as connu! crois moi! les flammes des enfers ne me font plus peur! car ce ne sont pas les flammes qui sont infernales."

Je me sentais bruler comme jamais, d'incroyables flammes parcourait mon corps. Comme si le feu qui couvait venait d'etre reveillé.

" tu t'en es pris au dragon une fois de trop... tu vas devoir le payer!"

Je sentis la presence de la Mère pres de moi... J'ouvrais la main et je la senti mettre dans mon poing une longue lame de verre bleue et tranchante.

"ton heure est arrivé chien des enfers. Maintenant meurs!"

Je me lancais de toutes mes forces vers ce chien gigantesque! Il bondit vers moi et plante ses crocs dans mon avant bras pendant que je transperce son flanc avec ma lame de reve. Le degageant de mon bras, je le fais voler a travers la nef. Un nouvel assaut debute mais le chien est serieusement blessé. Je ne sens plus la douleur, je ne suis plus que la flamme de lumiere...

j'entends une voix douce murmurer " vibre... tu es la flamme de lumiere contre laquelle on ne peut rien, tu es le dragon, le protecteur, tu es LA flamme"

je sens mes veines se teinter du bleu des vitraux... le chien attaque de nouveau, je l'esquive et d'un geste je le transperce a nouveau. Il tombe lourdement au sol. Il meurt...

"tu m'as donc vaincu... tu as vraiment changé... tu seras le chien a jamais... le passé ne pourra jamais etre effacé..."

"tu as raison chien de l'enfer, le passé ne sera jamais effacé, mais le rachat existe. j'en suis la preuve. Retourne dans les tenebres, je n'ai plus peur d'aucune flamme car je sais qui je suis et ce que je vaux. Le chemin de lumiere s'ouvre devant moi!"

je laissais le chien mourir sur les dalles couvertes d'eclats bleus. Les grandes portes de ma cathedrale de lumiere venaient de s'ouvrir et le grand chemin de lumiere s'ouvrait devant moi. Un chemin encore semé d'embuches. Il restait une flamme, la derniere, celle que je devrais trouver seul. La flamme de prométhée. Je regardais l'epee de verre bleu...

" cette flamme ultime, je la trouverais pour toi Arbogast. Toi le fils que je n'ai pas eu, toi le fils de celui qui comprit avant tout les autres... Je dois tant a ton pere... Par cette flamme je jure de faire de toi mon fils magique. "

Je cru voir l'espace d'un instant dans la lumiere le visage de Neithon le pere d'Arbogast...

"Neithon... tu peux etre fier de ton fils."

dans un dernier rale sanglant le chien dit

" tu jures, tu fais des promesses... mais je ne suis que le reflet de ton ame... je finirais par revenir... et cette fois tu ne triompheras pas! plus grande est la lumiere, plus grandes sont les ombres..."

je partais le coeur leger vers le chemin de lumiere. Se dessinait sur mon avant bras le quatrieme bracelet de flammes. Des flammes rouges et puissantes comme un feu de foret. Ce n'est pas la flamme qui est mauvaise, c'est celui qui l'utilise... Je passais les grandes portes...


Je me reveillais en sursaut... Autour de moi Arbogast bien sur mais aussi Evrard et Ancelin...

"ah que faites vous la donc!"

"Cadwallon nous vous avons cru dans le crepuscule! quelle effrayante explosion!"

" ce n'etait rien..." dis je en arrachant un morceau de verre long comme un poignard de mon coté "rien de mechant... regardez ces eclats! n'est ce pas la perfection? de la pure magie! et c'est a Arbogast qu'on le doit. Mon garcon je crois que tu es assez bon pour devenir le dirigeant de la fabrique qu'en dis tu?"

"oh Cadwallon... je... je..."

"ne prends pas ta decision tout de suite..." lui dis avec un grand sourire paternel. "rien ne presse, je suis la." Je posais la main sur lui. Comme pour lui transmettre ce que j'avais vu et ressenti. Je regardais et je voyais posé tout pres de moi, cette épée de verre bleu... "les cauchemars sont derriere nous Arbogast..."

Dans ce bleu se nichait nos espoirs et nos craintes, nos projets et nos deceptions... la lame pour detruire le cauchemar, l'aiguille pour assembler le reve...

Quelques jours plus tard nous apportions deux oeuvres... Une scene marine au nouveau Baron de Marsan et une vision libre du Saint Sépulcre pour les hospitaliers. Les mois qui suivraient seraient destiné a la bibliotheque... Il fallait se recentrer apres toute cette violence... Exorciser Constantinople en recreant une cathedrale de lumiere...



Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
Se divise et demeure entière
Ainsi que l'amour maternel
Je t'adore, Soleil ! Tu mets dans l'air des roses,
Des flammes dans la source, un dieu dans le buisson !
Tu prends un arbre obscur et tu l'apothéoses !
Ô Soleil ! toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu'elles sont !
!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mer 2 Juil - 0:06

C'etait comme une nouvelle naissance, une nouvelle aube... L'absolution que je m'offrais. la vie plus libre, plus fort. L'espoir, voila ce que je me donnais. Toutes ces années a se torturer et enfin en finir. en finir... non, car le chemin est tortueux et le chien avait raison, je suis le seul responsable de ce que j'etais devenu. Mais je suis aussi responsable de mon salut.

tout etait retenu dans un reve en bleu... le bleu quand je suis la flamme... le verre quand je suis l'acier... Ce soleil sur Césarée... je senti Gelert tout pres de moi...

" je suis heureux pour toi Cadwallon..."

je me tournais vers lui, dans la lueur du matin, dans ces eclats de lumieres hallucinés, je crus voir un guerrier celte pres de moi...

"tu l'as merité. Je suis heureux d'avoir pressenti ton changement... Je suis heureux d'etre a tes cotés."

" tu ne veux toujours pas me dire qui t'as blessé l'autre nuit?"

"Qu'y a t'il a dire? J'ai defendu ma place..." Gelert regarda vers l'ocean. "Nous sommes vieux a present... et pourtant nous allons vivre encore longtemps. Nous allons nous battre a nouveau. Nous sommes fait pour cela mais fait attention cette fois. Je ne veux pas te perdre une nouvelle fois... Cette fois je briserais le lien d'or entre nous..."

"promet moi quelque chose Gelert... si je devais devenir celui que j'ai ete... souffle ma flamme... Je sais que tu en as le pouvoir. Pas ici... mais dans les reves tu le peux."

Je me tournais vers le chien noir et dans le soleil eblouissant je vis le guerrier celte. Il etait la coiffé d'acier. les cheveux noirs, les yeux de glace et d'acier, la mine severe et juste. Se degageait de lui toute la grandeur des temps anciens. Avait il lutté contre les romains? s'etait il battu avec Artus?... une telle pensée etait heretique mais tant pis. Gelert etait tellement plus qu'un chien.

" je te le promet Cadwallon... cela nous detruira tous les deux mais peut etre que dans le crepuscule une nouvelle vie nous attendra..."

je regardais ces yeux tristes et durs... les miens etaient ils de la sorte? le sang pouvait quitter les mains mais pouvait il se detacher du regard... l'espace d'un instant je me crus a Gwynedd... etrange vibration, etrange serment...

... et puis le tintement de la forge et la vibration du verre...

" tu viens, nous avons une longue journée qui nous attend! "

"je prefere flemmarder au soleil..."

Je me tournais vers Gelert pensant le voir presque humain. Il sembla lire dans mes pensées...

"je ne suis qu'un chien..."

et il s'endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Mer 2 Juil - 0:30

Il avait suffit de quelques lopins de terre... quelques baraques et nous etions deja imposé comme une petite guilde. Zulvan etait en charge de la forge. Il s'etait montré pietre apprenti pour le verre mais son temperament en faisant un formidable forgeron. l'atelier de verrerie etait encore petit jusqu'a ce qu'un ancien apprenti de Nivard de Chassepierre arrive, il s'appelait Thuribe de Gent et venait des flandres. Il s'etait imposé comme le contremaitre acceptant de se mettre a mon service et a celui d'Arbogast. Rapidement la fabrique a prit de l'importance. Tout le monde pouvait venir travailler a la fabrique. Zulvan et Thuribe avaient convenu d'une regle, il ne fallait jamais reveler les secrets de fabrication de l'atelier.

Detaché des problemes du quotidien, Arbogast et moi avons commencé a etablir des plans... des plans delirants tel un verrarium, un dome de verre contenant toutes les nuances de couleurs... et meme une fois une cathedrale de verre... la cathedrale de lumiere...

Lors d'un voyage de Thuribe a Saint Jean d'Acre je lui fis envoyer 6 vitraux pour l'ordre de Saint Lazare.

[a venir le plan des installations]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Jeu 3 Juil - 20:36

Voila les plans de la verrerie de Césarée. c'est assez imposant oui...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Jeu 3 Juil - 21:34

que de sueur, que d'or et que de travail depensé pour cet atelier. Mais je suis sur que cet atelier fera parler de lui. Le travail appelle toujours la misere... L'espoir de donner un peu de travail a ces gens est une bonne chose. Des armeniens, des byzantins, des sarrasins, des francs... Une sorte de tour de babel de verre en somme... Je ne fais pas ca pour l'or loin de la. Je me fiche de l'or, j'ai vecu plus longtemps sans qu'avec. je n'espere rien sinon que cet atelier permettra d'apporter le renom sur Zulvan et Arbogast. Qui sait peut etre que cet endroit aidera les peuples a se comprendre... J'aime cet atelier. Je m'y sens bien, presque mieux qu'a la bibliotheque... Au milieu de ces gens simples je suis a mon aise. Pas besoin de parader, pas besoin de prendre garde a ce qu'on dit... au fond de moi je ne suis qu'un artisan... Qu'ils se battent pour l'or et les titres... je n'aime rien tant que la lumiere et le verre, ce sont la mon or et mes pierreries... Et je les defendrais.

Le frere Otvard est venu regarder mes vitraux... il est venu d'Acre expres. Je crois que c'est Nivard qui lui a parlé de l'atelier. Nivard est venu lui aussi, il a ete impressionné. Je pense que le frere Otvard a ete impressionné lui aussi... tant par les aciers que par les vitraux a vrai dire. Tant que cet atelier sera reconnu il ne craindra rien. je devrais peut etre inviter quelques mahometans a visiter notre echoppe.. J'en parlerais a Ancelin a l'occasion. J'ai besoin de livres parce que je suis un mage mais je suis plutot un homme de matiere... Dans cet atelier je suis heureux. Heureux comme jamais. Avec presque un fils. Il ne manque que Nimue...

Bien. Il faut que je travaille sur les vitraux de la bibliotheque. Un monument de lumiere et de savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   Ven 4 Juil - 23:39

se pouvait il qu'un homme se lasse du calme et de la paix? j'avais cherché a fuir la guerre et les combats, je voulais m'abriter des travers du sort... et pourtant aujourd'hui, me revienne en tete les aventures du passé... Je dois le confesser avec un peu de honte je regrette l'epoque ou je me contentais de me battre... l'époque ou les intrigues n'avaient pas de prises sur moi...

Je me revois enfiler ce heaume noir... lever mon epee... sentir la vie affluer dans mes veines... Il y a une chose dont je n'ai jamais osé parler a Ambroise, c'est ce sentiment d'etre pleinement vivant pendant les combats... L'impression que le monde ralenti, que chaque seconde est une minute que chaque minute est une heure... parer et attaquer. attaquer de nouveau. encore et encore... Remonter sur son cheval pour un dernier assaut...

Je me rappelle ce premier combat. L'armée flambeau bien alignée. a bien y reflechir aujourd'hui, ce n'etait qu'une escouade... et pourtant... Se dresser sur son cheval, lancer un assaut. Le premier... tomber et se relever. la morsure de l'acier, les lames qui s'entrechoquent... oublier pourquoi on est la...

Y a t'il un moment ou on se sent plus vivant dans l'existence? terrible aveu... apres avoir cherché aussi longtemps la paix, apres l'avoir trouvé, vouloir la guerre... Ou l'aventure? mon sang bouillonne dans cette bibliotheque... il caille sur les etablis de la verrerie... Ce n'est pas de ce bois que je suis fais... Je ne suis ni le verre, ni la silice... je suis le feu... et parfois le feu reprend meme quand on le croit éteint...

Je l'ai ressenti cette flamme a la croix du sud... j'ai ressenti l'excitation a Constantinople... Il faudra reprendre le combat... Je suis né pour cela... je suis né de cela... La guerre, la plus vieille occupation de l'homme... a une epoque ou l'honneur et la force disparaisse au profit de la fourberie et des armes sophistiquées, le chevalier noir peut encore tirer son épée. J'etais un chevalier avant meme que la plus part de ceux qui se presentent comme des combattants soient nés. L'aventure... sentir le vent, tirer l'acier, goutter le sang... oui... il y a encore de la force dans ce poing et le monde est encore vaste! fuir les titres, fuir les obligations, fuir l'obsequiosité des marchands, la soumission des servants.

Enfin! n'y a t'il plus aucune dignité dans ce monde? Richard etait une brute dit on... Il avait le courage de ses choix. Je veux vivre encore des aventures avant de devenir vieux. Je veux reveiller le phenix qui loge dans mon épée. Raviver les flammes... non plus pour le chaos et la destruction, mais pour le panache et l'aventure... Un Gwynedd qui meurt dans son lit? on n'aurait jamais vu cela...

Je sais qu'ils viendront bientot... Les 4 dragons seront bientot reunis. serait ce la derniere aventure? peut etre... Il n'y a jamais eu qu'un seul dragon...

et quelle importance finalement! L'aventure et le combat une derniere fois... au fond que sais-je du raffinement, des dorures, de l'artifice et du mensonge? Moi qui suis né dans une terre désolée et ai grandi a ciel ouvert. La langue subtile, la langue du sophiste ne peuvent rien quand chante la grande épée...

Accourez et venir mourir, chiens! j'étais un homme avant d’être un mage.



que l'on sonne une derniere fois mon arrivée, qu'on prie une ultime fois en me voyant, que ma banniere claque au vent pour la derniere bataille. La peur je l'ai trop frequentée maintenant je connais le chemin. Ma seule compagne fut l'aventure pendant toute ces années...

Ma mie me revoici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cadwallon, Prince de Gwynedd   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cadwallon, Prince de Gwynedd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cadwallon.
» Livre de base + supplément Cadwallon à vendre
» Campagne Cadwallon
» Cadwallon
» Cadwallon ou la cité des voleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Ars Magica-
Sauter vers: