Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Correspondances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Correspondances    Mer 18 Juin - 15:34

Seigneur Cadwallon de Gwynned,

La nouvelle de vos hauts faits d’arme nous est parvenu de la croix du Sud. Vous avez su ranimer la flamme de nos valeureux soldats et garnison et l’emporter sur des compagnies de sarrasins plus fraiches et nombreuses.

Je n’ignore rien des ombres qui vous entourent.

L’une de nos devises n’est elle pas « chaque flamme projette une ombre »

Et vous avez brillé, prince, brillé comme rarement flamme a brillé. Il était normal en retour que les ombres par vous projetées fussent immenses.

L pèlerinage en terre sainte ne se limite pas aux batailles pour la gloire du Christ ; c’est avant tout une quête intérieure ou chaqu’un cherche la rémission de ses péchés. J’imagine que vous vous tourmentez sur les carnages accomplis par nos armées sur le champ de bataille. Ne vous accablez pas trop ; il est courant que des innocents meurent pendant les grandes batailles et finalement Dieu sait reconnaitre les siens. L’exigence personnelle est une vertu. L’accablement et la mortification démesurée ne le sont que pour les moines.

Vous me rappelez grandement votre frère Maelgwn avec qui j’ai bataillé pendant la troisième croisade sous la bannière du grand roi au cœur de lion.
Si vous aviez vu ces cavalcades, ces assauts insensés contre des forces milles fois supérieures à nous en nombre : la proportion des Thermopyles.

Nous n’aspirions à rien d’autres qu’à la gloire. Votre frère a brillé de milles feux. Il m’a sauvé la vie bien souvent et m’a murmuré son Nom Secret ; je le considère donc un peu moi-même comme mon frère. Il a lui aussi projeté une grande ombre quand notre host embrasé a déchainé sa fureur sur d’innocentes bourgades. La guerre est cruelle chose et nous ne sommes que des hommes.

Votre frère a donc fait honneur a notre maison. Il portait le grand étendard du dragon que je lui avais remis en même temps que le titre de grand maître de cet ordre mystique.

Lorsque son corps brisé et agonisant a été mené à la bibliothèque Césarée aux soins du magistère Basilisk, j’ai voulu rendre hommage à Maelgwn et ai décidé que nul autre que lui n’arborerait ce terrible et magnifique gonfanon.

Mais votre venue change les choses et je vois bien que bon sang ne saurait mentir.

Vous devez le réaliser à présent, nous pensons que vous pouvez tirer votre frère du crépuscule ou ses prouesses martiales l’ont plongé.

Je ne puis revenir sur ma parole. Maelgwn est le grand maître de l’ordre ésotérique du dragon.
Cet ordre est bien plus qu’une compagnie de mercenaires. Un peu comme les hospitaliers, templiers et teutoniques c’est un ordre à la fois chevaleresque et mystique, la seule force guerrière sans doute qu’ait jamais compté l’ordre d’Hermes.
Dans la passé, l’ordre du dragon a affronté les mages païens et schismatiques qui défiaient l’unité des hermétistes et reculé les limes de notre influence aux frontières de la chrétienté.

C’est donc un ordre de chevalerie fort ancien tenu aux commandements des mages autant qu’ à l’honneur des chevaliers.

Il viendra un temps ou la présence de l’ordre sera de nouveau nécessaire à notre survie et je ne souhaite pas que celui-ci disparaisse à présent. Les ombres du passé peuvent encore frapper.

La menace viendra sans doute des mers. Le feu sera donc notre seul rempart et notre maison aura comme jadis un rôle crucial à jouer.

Je veux faire de vous le régent de l’ordre du dragon en attendant le réveil du grand dragon.
Je veux placer la croix du sud sous l’autorité de votre alliance, la renforcer afin qu’elle compte une centurie complète.

Votre neveu vous rejoindra bientôt. Si vous ne souhaitez être régent, je lui en confierai la tâche, en attendant le réveil de son père.

Enfin sachez que je souhaite prendre votre fille sous ma protection afin d’en faire mon aide de camp et achever sa formation. Nimue est très prometteuse et montre un talent mystique qui fera honneur à notre maison.

Recevez par cette missive mon amitié bienveillante. Puissent nos liens être aussi forts que ceux qui m’unissaient à votre frère.

FIREBORN !

Primus Lionel I de la maison Flambeau
Fils de Tarquin l’ancien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 18 Juin - 16:13

Ma chère enfant,

Je vous remercie pour les nouvelles que vous voulez bien m’apporter.

Votre sœur est en chemin pour Saint –Jean d’acre afin de rencontrer le jeune princesse Sybille de la maison royale de Lusignan.

Notre maison court en effet un grand péril. Votre père en effet accorde volontiers sa protection à des hérétiques présentes sur nos terres : les cathares.

Ceux-ci ne peuvent décemment être appelés bons chrétiens. Ils conspuent l’autorité du pape et pratiquent un unique sacrement de leur cru, le consolamentum.

Dans leur vision gnostique de la religion, ce monde est voué à la perdition et Dieu est par essence inaccessible. Ils pensent que les anges ont chuté par une sorte de trou dans le ciel, la perturbation et que certains corps, véritables vêtements de chair maintiennent ces anges prisonniers. Ces parfaits en hérésie pratiquent l’abstinence extrême, sont végétariens, non violents et tenus à la vérité dans tous leurs propos. Ils lisent l’évangile en occitan et ont leur propre clergé avec un évêque à leur tête.
Cette hérésie trouve un grand succès dans nos régions et notre maison, très ambiguë les soutient en partie.

Je me suis rendue à la maison mère Ballaquim et je me rends compte que les liens tissés entre les jerbitons et les cathares sont profonds.

Mon rôle au sein de l’Eglise me permet de deviner aisément que notre bon Pape Innocent va bientôt sévir contre cette hérésie qui menace l’unité de l’Eglise chrétienne.

Les austères seigneurs du nord, trop heureux de marcher contre les joyeux troubadours du sud ne seront que trop heureux de prendre la croix au nom du Saint Père.

Notre maison risque d’être entrainée dans cette tourmente, et avec elle les intérêts et alliances qui nous avons passé avec les seigneurs et dames d’oc qui par coupable complaisance soutiennent à leur tour les cathares

Il importe de trancher cette branche corrompue avant qu’elle n’entraine avec elle la chute de l’arbre jerbiton.

Notre maison a des intérêts trop considérables en terre sainte pour voire ceux-ci menacés par des querelles théologiques instrumentalisées par le roi de France.

Notre pape semble ivre de croisades et si la quatrième ne donne pas ses fruits, alors le ressentiment des francs les tournera vers les croisades.

Je souhaite affermir nos liens avec la maison de Lusignan. Celle-ci semble frappée par une étrange malédiction et votre sœur aura pour tâche de tisser des liens durables, par l’hymen s’il le faut.

J’ai grand plaisir de voir que vous bataillez et batifolez en terre sainte. Vous cumulez les vertus martiales des plus grands guerriers et la beauté séraphique de notre inspiratrice Aliénor d’Aquitaine.

Vous êtes une dame de haut rang et lignage, promise à un mariage qui apportera prestige et influence à notre maison.

Quand votre père m’a répudiée, j’ai trouvée refuge dans les ordres et maintenant je suis sans doute plus puissante que lui en tant qu’abbesse.

Je suis sure que vous saurez trouver un bon parti qui garantira nos intérêts et vous permettra par ailleurs et en privé d’aimer d’amour courtois un preux chevalier.

Je suis par ailleurs fort curieuse d’entendre vos conseils et avis sur les cathares et plus généralement les affaires des Jerbitons, qui vous le savez sont liées au monde profane. Dans notre vision, seule la grâce importe et les vulgaires qui savent nous plaire ont autant de mérite que les mages perclus dans leur bibliothèque.
Je prie pour que l’ordre d’hermes ne perde pas son crédit auprès de l’eglise sans lequel nous ne saurions subsister longtemps
Vous êtes l’espoir et l’avenir de notre maison.

Avec mon affection et mes prières,

Votre mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 18 Juin - 17:15

Lettre secrète de la confrérie des égarés à Ancelin

Chère frère
Désespérément, nous attendons la venue du joyau.
Nous pensons que tu en es certainement le gardien, tout comme tu veilles sur le sommeil des 3.
Nous cherchons à réconcilier les 3 fils d’Abraham.
Kitab, Sepher et Missels ne font qu’un.
Les espions de Dandolo sont à l’œuvre. Le vieillard convoite votre salle des cartes, dont la splendeur, sans équivalent dans les 7 mers est parvenue à ses oreilles.
Il a corrompu et acquis à sa cause le conseil des guildes qui vous trahira le moment venu.
Il cherche le mythique emplacement de l’île des bienheureux, dont les cités sont d’or pur et qui ne connaissent ni la vieillesse, ni la maladie, ni la souffrance.
La présence des francs en terre sainte n’est qu’éphémère et bientôt les fils d’Ismaël marcheront sur Césarée.
Alors les sicaires frapperont de nouveau, comme ils le firent jadis à l’époque des zélotes en se révoltant contre Hérode, l’envoyé de César.

Dandollo se trompe. Nulle carte n’indique le pays des bienheureux. Car le royaume est ici et maintenant.
Il appartient à chaqu’un de purifier son cœur et son âme pour chercher en lui la Nouvelle Sion et bâtir un monde meilleur.

A Rome, bientôt marcheront les frères mendiants, et dans leur sillage le Tribunal de Dieu.
A Bagdad, les prédications des uleimas vont étouffer la splendeur de la maison de la sagesse.
Et parmi le premier peuple du Livre, les Nephilims dirigeront les communautés sous la protection des puissants.
Les voix des mages d’orient et d’occident vont s’arrêter.
Les merveilles du monde et les dragons qui les gardent seront perdues.
Fées et démons ne seront plus qu’un souvenir.
Alors la conscience de Dieu elle-même vacillera quand les hommes prendront conscience de même.
Il ne restera plus qu’un monde vierge de toute splendeur, de toute ombre, de toute lumière, comme vide et absent.

La voix des égarés sera oubliée.
A moins que ne naisse le nouveau joyau.

Recherche en ton cœur, tu es sans doute le porteur de la Gemme étoilée, du Diamant chromatique, du Rubis draconique, du saphir céruléen, de l’émeraude végétale.

Nous remettons ne présent cette offrande au temple de Neptune, milles pesants d’or fruit de nos athanors afin que soit préservé le Secret.

Fais en bon usage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 18 Juin - 21:29

courrier envoyé a Nimue.

fy mhlentyn annwyl,
maith yn ôl nad wyf wedi clywed oddi wrthych. Yr wyf yn gobeithio nad ydych yn rhy menes caled bywyd ein ffrind annwyl gigfran. Yma yn y Tir Sanctaidd, y byd mor rhyfedd. Rwy'n siŵr eich bodd. Os nad yw'r ffordd mor beryglus, byddwn i'n hoffi gweld chi ...

yn y cartref, llosgi llosgiadau,
yn y cartref yn gorwedd yn drysor
drysor ddisglair,
a fydd yn canolbwyntio ar y gwynt.


Mae'r cartref da iawn Primus FLAMBEAU, Lionel
eisiau i fynd â chi o dan ei adain. y gallwch ymddiried ynddo ei fod yn ffrind eich ewythr.

Yr wyf yn cusanu fy annwyl i chi.
Eich tad.

Spoiler:
 

(au Meneur: Nimue ne sait pas encore que je me suis reconcilié avec mon frere. Elle n'a donc aucune raison de faire confiance a Lionel. Sous le foyer de ma forge, il y a un restant de butin. ma fille suit plutot l'enseignement de la maison Bjornaer, elle aura beaucoup de mal a suivre la discipline flambeau si tu estimes qu'elle est deja avec eux.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 18 Juin - 22:16

Primus Lionel,

c'est un honneur que vous me faites en envisageant que je sois capable d'etre regent de cet ordre mythique. Je n'ai ni les qualités politiques, ni les talents de meneur que possedaient mon frere, mais je ferais de mon mieux pour aider diriger cet ordre, aider mon neveu, jusqu'a ce qu'enfin mon frere puisse sortir du crepuscule.

J'accepte aussi l'autorité sur la croix du sud, comment ne pas accepter les honneurs que vous me faites aujourd'hui Primus Lionel.

Ne vous inquietez pas Primus Lionel, lorsque le moment d'user de la force de facon immodérée vous ne regretterez pas d'avoir le molosse noir dans vos rangs.

Allez dans le souffle du dragon,
votre eternel serviteur,
Cadwallon de Gwynedd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Ven 20 Juin - 16:44

Chers amis,

Je ne saurai jamais rembourser la dette contractée à votre encontre lorsque vous m’avez permis de rembourser ma dette envers les océans et de reprendre la mer.

Apprenez donc que sitôt ma malédiction levée –grâce vous en soit rendue – je suis retourné à Venise.

Le doge Dandolo y fait batir une gigantesque flotte, une véritable armada invincible. Les voiles frappées d’une croix pourpre en indiquent clairement la fonction : les croisades. A l’appel de notre bon pape Innocent III, des armées innombrables se dirigent vers Venise pour embarquer vers la Terre Sainte et Saint Jean d’Acre.
Une nouvelle, rapportée par les courtisans du Sérénissime m’inquiète cependant. On dit que de nombreux émissaires d’Al Asif ont été perçus au Plais du doge et que Venise négocie sur deux fronts, avec les chrétiens d’une part et avec le propre frère du défunt Saladin d’autre part.

Mais laissons la politique et revenons à l’objet de cette missive : j’ai fait affréter une rapide galère que j’ai baptisée l’Ambroisie : le nom ne vous semblera pas pris au hasard.

Avec les nombreuses copies des cartes que j’ai pu consulter à la bibliothèque de Césarée et que j’ai emmené avec moi, j’ai franchi les colonnes d’Hercules, qui débouchent sur l’atlantique que les anciens nommaient Pontos.

J’ai donc décidé de pratiquer une libation en l’honneur de l’océan et une étrange lueur a attiré mon regard.
Une étoile mordorée attirait mes pas, sans doute Vénus que l’on nomme encore l’étoile du matin et celle-ci a brillé toute la nuit.
D’étranges monstres marins cernaient mon pavillon qui semblaient roder dans les profondeurs de l’océan et d’une taille gigantesque.
Comme les silhouettes cernaient l’Ambroisie, nous résolûmes à calmer le faim des prédateurs par un sacrifice et après avoir tiré à la courte paille offrîmes un marin à l’appétit vorace des monstres.

Ce sacrifice dut leur plaire car les monstres se contentèrent de suivre le sillage de notre navire.

L’aube approchant, nous approchâmes de terribles récifs. Des oiseaux de mers avaient maculé de leur fiente les rochers et de gigantesques crabes pourpres grouillaient parmi les carcasses des Léviathans déchiquetées. Une odeur épouvantable régnait dans l’air.

Une inscription grecque nous exhortait à laisser toute arme ou à succomber pendant la traversée.
Mes marins durent donc se départir de leurs lames franques et sarrasines et c’est comme nu que nous franchîmes l’estuaire.

Au delà, la mer était calme comme de l’huile et l’eau bleue comme du turquoise était envahie de poissons multicolores et merveilleux.

Nous les péchâmes et fîmes bombance. Mal nous prit, les convives se tordirent vite de vies souffrances et 5 marins périrent.

Le soleil s’était levé haut dans le ciel et la nuit approchant nous vîmes les contreforts de 7 îles escarpées dans le lointain, de véritables apparitions veinées de jaspe et d’opale et surmontées d’une végétation luxuriante et étrange.
Nous amarrâmes dans une petite crique paradisiaque et j’envoyai une chaloupe en expédition.

Le temps parut long. Au bout de cinq jours et comme mes marins ne revenaient pas, je pris moi-même une chaloupe et m’élançai sur le rivage.
Je franchis la forêt qui brillait comme de l’émeraude et parvint devant une construction incroyable d’or le plus pur. Une cité provenant de l’antique civilisation atlantique et qui semblait en partie abandonnée.

Des silhouettes gigantesques quoi que bien élancées et d’une grande beauté semblaient festoyer.
Je me rendis compte avec horreur que ces mystérieux géants consommaient la chair des marins disparus.

Saisi de frayeur, je rebroussai chemin et revins au navire. J’avais l’impression d’avoir tous les démons de l’enfer à mes trousses.
Nous quittâmes les étranges archipels et comme nous rejoignons le large, une terrifiante tempête s’abattit sur nous.

Pendant 3 jours et 3 nuit nous dûmes lutter contre les éléments déchainés et ce n’est qu’ à l’aube du quatrième jour que notre esquif fut rejeter sur une côte de sable fin. Nous rencontrâmes une communauté de nubiens à la peau noire comme l’ébène qui nous offrit le gite et l’hospitalité.

Après une semaine, les survivants de l’expédition repartirent pour Venise, sauf mon second qui s’était énamouré de la fille du sorcier et qui avait souhaité demeurer dans cette communauté.

J’envoie cette missive de Venise pour vous convier, mes chers mais à une nouvelle expédition vers les îles des bienheureux.


Les légendes disaient vrais !

Les cartes de notre bibliothèque mènent à d’étranges mers. Je vous dirai avoir vu d’étranges inscriptions sur les murailles d’or de cette cité qui me conduisent à penser que celle-ci a sans doute été érigée par de puissants mages et qu’il s’agit probablement des vestiges d’une antique civilisation, peut – être l’Atlantide ?

Je suppose que les géants, je les ai appelés Lestrigeon par référence à l’Odyssée sont des anciens serviteurs affranchis de leurs maîtres et retournés à un état de vie proche de la nature

Voulez-vous faire partie de cette nouvelle expédition ?

Vous avez votre place à bord de l’ambroisie ; celle-ci n’attend que de valeureux explorateurs, des mages intrépides que rien n’effraie.

Avec toute mon amitié

Virgile, capitaine de l’Ambroisie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Crypto-apestalménos   Sam 21 Juin - 6:50

A la confrérie des égarés

Chèrs frères
Neptune vous remercie pour votre immense don. Nous en ferons bon usage.
Et vos renseignement sur Dandollo, sont entre de bonnes mains.
Il doit être trompé : le vrai trésor de la bibliothèque n'est pas ses cartes, mais quelque chose de bien plus subtile, un trésor qui nous a été dérobé. Mais nous savons qui et où. La coupe sacrée de la Cène , source de de jouvence et bie d'autres vertu. J'ai bien compris vos angoisses. L'esprit venu d'au delà de Cathay et des mers m'a averti aussi.
Et je vais délaisser mes travaux pour explorer une autre voie.
Mais je crains fort de pas être à la hauteur de la tâche.
Veiller sur le sommeil des 3 est aisé.
Mais je suis faible et bien jeune.
Faire surgir le Joyau est complexe, même si je l'ai déjà vu.
Rassembler et aller sur le chemin de la réunion est ardu.
Je sais composer les essences naturelles et les recomposer à volonté.
Mais là c'est une Alchimie intérieure. J'ai vu la puissance de la flamme, la pureté de la lumière, la grâce du verbe et l'essence Divine.
Je commence mon exploration, une Alchimie de transformation sur moi même.
Je vais puiser des ressource profondes et rares.

Le temps presse
Recevez mes hommage et ceux de Taclabta, dont je suis engagé à assurer sa sécurité.
Que Dieu vous garde.


Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Jeu 26 Juin - 11:27

Dame Ambroise,

La maison Jerbiton se distingue des autres maisons de l’ordre par son rapport au monde profane et au monde sacré.
A la différence des autres mages, parfois reclus dans leur laboratoire et qui limitent leur seule fréquentation à leur familier, à leur apprenti et à quelques condisciples, nous considérons que les non magiciens ont une grande importance.
L’ouverture vers le monde profane est donc indispensable.
Que ferait l’ordre sans la protection des Seigneurs et la bienveillance de l’Eglise ?

Nous ne sommes que quelques poignées et nous ne pouvons rivaliser en force avec la chevalerie et en sagesse avec la très Sainte Eglise.

Entre toutes les maisons, c’est le devoir et le privilège de la maison Jerbiton de veiller que nous bénéficions de la mansuétude des puissants, Clergé et Noblesse qui dirigent ce monde féodal.

Il existe 2 branches principales dans notre maison, aux intérêts parfois contradictoire qui un peu à la façon des guelfes et des Gibelins se disputent sur la question du clergé ou de la noblesse.

Pour certains, notre effort devrait en premier nous rapprocher de la noblesse. Pour d’autres, c’est le clergé qui devrait attirer notre attention.

Il existe aussi une autre facette, c’est notre activité de mécénat auprès des artistes, et notre implication dans le mouvement des troubadours en particulier. Pour Jerbiton lui-même, notre divin fondateur, la magie est un art et tout art participe du pouvoir du Créateur en amenant de nouvelles formes dans le monde.

La magie pour nous est donc le grand art ou plutôt l’art invisible. Et c’est aussi une façon de réconcilier la branche aristocratique et ecclésiastique de notre maison.

Mais il existe un troisième pouvoir, ascendant que nous avons trop longtemps négligé : c’est le pouvoir du denier. Ne voit-on pas les marchands, en particulier ne méditerranée et dans le mer du nord à un moindre niveau imposer leurs conditions aux princes et aux prélats.

Il n’est pas besoin d’être prophète pour comprendre que dans le futur, les bourgeois seront une force avec laquelle il faudra composer.

Il nous appartient de nous rallier leurs bonnes grâces comme nous l’avons fait avec le clergé et la noblesse.

C’est la que vous intervenez. Ce préambule a pour fonction de vous expliquer dans quel contexte nous avons pris notre décision.

La famille Dandollo, dont l’ancien est doge de Venise incarne entre toutes les lignées de marchands cette nouvelle puissance.

Avec votre très pieuse mère, nous avons rencontré cet énigmatique personnage, instigateur de la quatrième croisade, au rôle trouble vis-à-vis des chrétiens, des byzantins et des sarrasins.

J’ai une très bonne nouvelle à vous annoncer : vous êtes fiancée, non au doge lui-même, mais à son neveu Domenico Dandolo qui est lui-même un personnage considérable puisqu’il gère une gigantesque flotte marchande, une sorte d’empire doré sur la méditerranée. Son influence va jusqu’ à l’ifrika au sud et les Varègues au nord.

Vous devez vous réjouir que ce mariage permettra d’accroitre encore l’influence de notre maison et de trouver des financements que nous ne soupçonnions pas jusqu’ à présent.

Vous pourrez encore, même si ça n’a en soi aucune importance trouver un certain agrément à la fréquentation de votre futur époux que l’on dit bel esprit et bien apprêté de sa personne, même s’il est un peu plus âgé que vous.

Nous prions au succès de ce mariage.
Que la maison Jerbiton brille toujours parmi les puissants comme une étoile dans un ciel nocturne dégagé.

Avec mon amitié,

Prima Donnatella de la maison Jerbiton
Missive envoyée de l’alliance de Bellaquim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Jeu 26 Juin - 15:38

Magister,

Vous ne pouvez imaginer à quel point mon abdication comme magister et votre venue à cette fonction sont pour moi une délivrance.

Vous me donnez l’occasion d’être délivré d’un poids terrible et de vous transmettre, en même temps que la gestion de cette alliance un terrible secret.

De fait, un vrai miracle a été accompli : l’alliance de Césarée revit et connait un nouveau printemps.

Grace vous en soit rendue, ainsi qu’ à Ambroise, dont le nom est un curieux écho du mien ainsi qu’au vaillant Cadwallon.

Nous autres tremere sommes porteurs d’un terrible secret, un vrai fardeau que je souhaite partager avec vous.

Attention, cependant, comme toutes les gnoses, la connaissance peut être dangereuse.

L’essence du monde est dans le changement. On ne peut que retarder l’inéluctable. Quand on tente d’entraver le mouvement, quelque chose s’empare de nous qui insidieusement nous dévore.

Nos divins fondateurs sont partis dans le crépuscule. La rumeur prétend que Dame Merinitia serait devenue une authentique fae et que Tydalus règnerait sur des terres proches de l’enfer. Qui sait ?

Mais Tremere, le fondateur de ma maison souhaitait de toute son âme échapper au crépuscule.

Les mages peuvent prolonger leur existence et acquérir une puissance mystique incroyable, mais le crépuscule frappe même les plus augustes, les plus sages. Nul ne peut y échapper éternellement.

Tremere sans doute aspirait à un peu plus qu’une longue vie. L’immortalité était sa quête. On murmure que dans l’alliance de Coeris, nichée dans une vallée sombre des Carpates, il se serait livré à la nécromancie et aurait eu commerce avec des morts.

Il semble que sa quête ait en partie abouti. De fait, j’ai la casi certitude qu’il n’est pas mort, du moins pas tout à fait et qu’il hante ce monde telle une âme en peine, se sustentant de virtue afin de prolonger son existence.

Le rituel de préservation est un secret honteux. Il n’est pas sans conséquence, puisque l’âme finit par se nécroser et ne plus ressentir les peines et les passions pour ne plus devenir qu’un pur esprit reptilien et prédateur.

C’est afin de lutter contre cette malédiction que je suis venu à Césarée il y a prêt de 2 siècles.

Je n’ai reçu les grimoires qui la composent que par un pacte assez abominable avec Absalom l’un des antiques gardiens de la bibliothèque d’Alexandrie, que vous avez affronté je crois il y a peu.

La nature absolument abominable de certains écrits nous a conduit Anastase et moi-même à les recopier en les cryptant, ce qui explique qu’ils sont à présent incompréhensibles.

Pendant deux cents ans, j’ai constitué un formidable trésor livresque, une des plus grandes bibliothèques de l’ordre et de la chrétienté et d’une certaine façon, je me suis tant attaché à la préservation de ce savoir que j’en suis devenu le gardien, le dragon, le cerbère, le fossoyeur.

J’ai continué au moyen de cet incroyable trésor ésotérique mes propres expérimentations, dans le but de guérir ma maison de la malédiction qui pèse sur elle.

J’ai créé comme un écho du rituel de préservation, que j’ai appelé le rituel de stase.

J’ai conjuré de nombreux morts. Le cloaque de Césarée est envahi des mânes de ces anciens habitants ; certains sont le fruit de mes abominables expériences.

Au fil des ans, 5 augustes mages sont parvenus à Césarée que guettait le crépuscule final.

Je n’ai pu les en guérir, mais au moyen du rituel de la stase, je les ai plongé dans un état proche de la mort et dont nul ne peut les tirer. Ce sont les 5 reclus, dont vous avez senti la présence.

S’ils sont éveillés, les reclus connaitront la lente agonie du crépuscule final et partiront vers les Terres Etranges, que l’on nomme encore les Lointains Rivages, et dont nul ne revient vraiment.

Je vous transmets la clef. Recevez par cette missive le rituel de stase, fruit de mes recherches, mon plus grand échec sans doute.

J’ai plus de trois cents ans. Je suis infiniment las. Plus que tout, j’ai le sentiment d’avoir échoué et de n’être pas parvenu au fruit de ma quête malgré mon obstination, mon talent, mon abnégation.

Celle-ci a fini par occuper tout mon esprit.

Mais il faut que je me prépare, car le moment est venu pour moi de vous dire au revoir et de quitter ce monde.

J’ai failli et je ne le comprend que trop tard. La seule immortalité qui est donnée à l’homme est l’enfantement. Il nous est donné de survire en donnant la vie et en aimant notre progéniture qui est à la fois nous et autre.

Je part seul dans le crépuscule. Nul fils ne chantera mon départ. Ma lignée s’achève avec moi.

J’ai donc totalement failli.

Ancelin, tu connais maintenant le secret. J’aimerais te serrer contre moi, comme un fils spirituel et te transmettre ce qui me reste de force afin que tu mènes Césarée vers de nouveaux horizons.

Tu seras un bien meilleur magistère que moi.

Va, mon fils.

Basilisk de la maison Tremere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Correspondances    Jeu 26 Juin - 19:23

Admin a écrit:
Dame Ambroise,
...............
Il n’est pas besoin d’être prophète pour comprendre que dans le futur, les bourgeois seront une force avec laquelle il faudra composer.

J’ai une très bonne nouvelle à vous annoncer : vous êtes fiancée, non au doge lui-même, mais à son neveu Domenico Dandolo qui est lui-même un personnage considérable puisqu’il gère une gigantesque flotte marchande, une sorte d’empire doré sur la méditerranée. Son influence va jusqu’ à l’ifrika au sud et les Varègues au nord.

Vous devez vous réjouir que ce mariage permettra d’accroitre encore l’influence de notre maison et de trouver des financements que nous ne soupçonnions pas jusqu’  à présent.
......
Prima Donnatella de la maison Jerbiton
Missive envoyée de l’alliance de Bellaquim

Prima Donatella,

Je suis honorée d’avoir été choisie par Vous et notre Maison pour cette alliance avec un prince de la nouvelle puissance montante que sont les marchands et les bourgeois. Comme vous l’écrivez, l’empire doré des Dandollo sera un allié précieux pour notre Maison Jerbiton.

En ces temps troubles les Tribunaux de Constantinople et de Rome se déchirent, et le Tribunal du Levant de par l’Alliance d’Acre est sous protection de la Maison Lusignan. M’est avis que Venise sera amenée à resplendir encore plus et à rayonner sur la Mediterranée dans ce siècle qui commence. Les Croisades laisseront les maisons nobles désargentées… Alors les Couronnés seront tributaires des marchands et de leurs navires, et des routes reliant les royaumes. L’on dit que l’Empire du Levant a été fondé par des marchands ; et bien que divisé, il reste puissant, et il en faut peut pour qu’il soit de nouveau réunifié…

Alors, si offrir mon nom et mon titre à un prince marchand sert ma Maison, j’en suis doublement heureuse et espère ne point décevoir la confiance que vous placez en ma personne.

Si ma présence est nécessaire à Venise, alors je viendrai, comme il sied à une Jerbiton. Mais que mon futur époux sache qu’il est également le bienvenu dans la cité marchande de Césarée, et qu’il choisisse selon sa convenance.

Avec tous mes respects,
Ambroise, Baronne de Marsans, Bibliothèque de Césarée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Invité
Invité



MessageSujet: A basilisk...   Ven 27 Juin - 1:28

Merci à vous Magister.
Merci pour votre persistance et votre accumulation de savoirs.
Merci pour votre recherche ininterrompue sur la voie de la Vie.
Je suis intimement persuadé que le Crépuscule ne l'est que pour ceux qui regrettent ce qu'ils perdent. Pour moi c'est une Aube, un espoir d'un Jour nouveau. Un Rivage différent, peut-être un autre monde, peut-être un autre chemin vers la Divinité.
Vous n'avez pas failli : sans vous il n'y aurait rien ici.
Vous n'êtes pas responsable de ce que Tremere a fait.
Nul n'est parfait et la voie que nous suivons passe parfois à l'ombre. J'espère juste que le Cloaque n'est pas trop rempli Wink
Le résultat de vos études est impressionnant. Et m'inspire. Merci.
Mais j'ai aussi compris que la chair n'est pas la seule voie de l'immortalité : ne sont vraiment morts que ceux que l'on a oublié. Et je ferai en sorte que l'Histoire ne vous oublie pas.

Je ne cherche pas à être meilleur. C'est orgueil. Juste bon me suffit.
Mais nous aurons besoin de toutes nos forces dans ce futur qui approche trop vite. Peut-être nous reverrons nous. Les chemins du temps ne sont pas linéaires, comme la trame d'une tapisserie, mais courbes comme les courants dans un maelstrom.

Bon voyage à vous et que la Divinité nous garde tous [en le serrant dans mes bras].
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Mar 15 Juil - 1:06

un courrier envoyé a la discretion de Cadwallon.

Chevalier de Moissac,
Nous sommes des combattants alors je vous parlerais avec la franchise d'un compagnon d'armes.
Je sais ce qui vous a lié un temps avec une dame qui est cher a mon coeur, non pas comme elle l'a ete pour vous mais comme une fille l'est au coeur d'un pere. Je sais combien vous avez du souffrir et je sais combien vous devez toujours souffrir. En verité il n'y a aucun feu plus vivace que celui de l'amour veritable. J'ai entendu dire que vous avez refusé bien des choses sur les conseils d'un confesseur.
Je vous parlerais sans detours, croyez vous que dieu, notre pere a tous, puisse prendre ombrage de l'amour que vous pourriez porter a une de ses creatures? en aimant Ambroise justement, vous aimez Dieu du plus pur des amours. Alberic, elle a besoin de vous... Je sais que vous n'etes pas versé dans les choses des mages, mais j'ai du aller la chercher dans ce que nous appelons le crepuscule... un sombre sommeil sans aube... voulez vous vraiment condamner vos jeunes ames a des matin sans aubes? le courage d'un homme parfois est d'etre capable de dire "non je fais fausse route". L'amour n'a que faire des titres, il depasse les differences... Sans vous Ambroisera s'enfermera dans une carapace dure et froide, elle ne vibrera plus, elle n'existera plus et cette flamme que vous aimiez chez elle s'eteindra. Elle se bat pour vous, elle refuse les larmes et le chagrin pour vous.
Faire oeuvre de dieu ne signifie pas forcement se battre pour lui. Je sais que vous ne me connaissez pas et pourtant je connais bien ce que vous vivez aujourd'hui. Il est une chose que j'ai decouverte, plus forte, plus intense, plus precieuse que l'or ou les pierreries... c'est l'amour... venez donc dans ma verrerie a l'occasion. J'ai un vitrail a offrir a votre ordre. J'en ai un pour vous aussi.
Je ne suis qu'un vieil homme qui ne pense qu'au bien etre de deux jeunes gens, sans tenir compte de la politique ou des alliances. a trop se focaliser sur tout ca, le monde court a sa perte.
prenez votre temps venez quand vous voulez. Je vous y attendrais jusqu'a la fin de l'ete.
Maitre Cadwallon
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 30 Juil - 15:22

Nous Abû al-`Abbâs an-Nasir li-Dîn Allah Ahmad ben al-Hasan al-Mustadhi, 34éme calife, descendant direct d’Abbas, oncle du prophète, commandeur de tous les croyants, proclamons la fatwa suivante :


Ils ont versé notre sang. Ils ont blessé notre chair.
Nous leur avons offert le lait et le miel, le gite et le couvert.
Ils ont tué le fils bien aimé, la lumière de notre cœur.
Ils ne connaitront plus la paix en terre d’islam.
Ils vivront dans la peur.
Ils craindront notre courroux, notre juste vengeance.
Honni soit leur Nom.
Honni soit le ventre qui leur a donné naissance.
Honni soit la terre que foulent leurs pieds.
L’ordre d’Hermès ne pourra plus trouver refuge en terre d’Islam.
Ils ont 30 jours pour quitter à jamais leur alliance.
Passé ce délai, ceux qui ne seront pas partis seront proclamés rebelles à l’autorité du calife.
Partout dans le monde, les croyants devront leur lancer des pierres, les couvrir de crachats, les harceler de coups de bâtons.
S’ils persistent, alors tout croyant pourra les passer par le fil de sa lame. Ce ne sera pas un meurtre.
Ce sera un devoir.
Car tel est notre commandement, notre volonté et notre ordre.


Au Nom d’Allah, très grand, juste et miséricordieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Mer 30 Juil - 16:30

Chère Ambroise,

On ne peut contempler trop longtemps le soleil. Son éclat finit par nous brûler et nous aveugler.
Cadet de la famille de Moissac, et afin de ne pas faire ombrage à mon frère ainé, je fus destiné assez logiquement aux ordres. Mais un certain talent pour les arts guerriers, lié à un esprit aventureux décidèrent père à me confier aux soins des hospitaliers.
Jamais je ne devais regretter cette décision. Je trouvai dans la compagnie de Saint-Jean une nouvelle famille, unie par l’amour de Dieu.
Loin de renoncer aux vertus guerrières et aristocratiques, j’y mêlai celles des moines et prononçai les vœux.
Etrange alliance du prêtre et du guerrier, dont l’équilibre me parut vite fragile.
Je vous avouerai que mon ascendance et mon tempérament naturel me poussèrent vite à exceller dans les prouesses martiales plus que dans les oraisons mortifères.
Je me sentais plein de vie et de fougue et ne pouvais imaginer que je devrais renoncer à la joie et aux chants en franchissant l’enceinte de l’hospice.
Le prieur Henri devint vite un second père, austère et plein de sainteté mais aimant. Il détourna bien vite la propension naturelle à la fureur guerrière, à la fréquentation des lieux de vie, aux pastourelles et ritournelles qui avaient bercé mon enfance.
Votre venue a illuminé l’hospice. Je croix que vous étiez attendue. Pour moi, ce fut comme la revanche de la vie sur les ordres. J’avais plaisir en votre compagnie et en votre discussion. Votre simple présence m’était joie et lumière.
Il ne faut pas se leurrer : ces signes pour un prêtre sont annonciateurs du malheur.
Puis vous avez été mariée, sans que l’on vous consulte il me semble à un illustre et noble seigneur vénitien.

Comment vous blâmer ? Et de quelles espérances illusoires m’étais-je bercé.
Je ne vous mentirais pas : un moment, j’avais songé renoncer au tabard noir et à la croix blanche.
Mon âme torturée souffrait un vif martyr. En cet instant, j’eusse aimé mourir au combat, au service de mon ordre.

C’est le moment ou la foi peut être d’un vif secours. Henri sut trouver les mots. Ils sut apaiser mon âme par des prières. Pour la première fois de ma vie, il alluma la flamme d’une dévotion sincère et absolue.
Il me fit comprendre que je n’avais pas à renoncer à vous. Mais que je vous en aimerai milles fois plus, d’une flamme non plus terrestre, mais céleste.
En vérité, je ne vous aime pas ; je vous adore.
Je suis incapable de contempler trop longtemps votre éclat insoutenable.
Je suis indigne de vous adresser des poèmes et des chants. En revanche, dans mes prières, votre nom est toujours prononcé avec crainte et dévotion.
Je suis indigne de caresser votre ombre, de fouler le sol qu’ont touché vos pieds.
Je suis indigne d’avoir quelque espérance à votre égard, ni même de mériter votre considération.
Je me sens comme ce derviche sarrasin qui craint tellement Dieu, qu’il se sait en retour indigne de la considération du seigneur.
Vous êtes un Haute Dame ; je ne suis qu’un cadet, un vassal.
Vous êtes le trobat, vous chantez la fine amor. Je ne suis qu’un moine, une ombre, personne.
Vous êtes célèbre, glorieuse. Je n’aspire à présent qu’à servir dans l’ombre et à la compagnie des rats dans une cellule austère.

Je croyais cela.
Jusqu’ à l’appel des croisades albigeoises par le Saint Père.
Quelque chose s’est brisé en moi. Le prêtre contre le chevalier.
La catholique contre le protecteur des gentils.
Le croisé contre le révolté.

Le sang ne saurait mentir.
Mon père m’a appelé pour l’aider à soutenir l’assaut des croisés du pays d’oil.
Nous sommes vassaux du comte de Toulouse et du vicomte de Trincatel.
Nous ne pouvons les laisser seuls en cette terrible détresse, en cet immense péril.
Le guerrier, trop longtemps assoupi par les psaumes s’est éveillé.

J’ai demandé le congé à Henri. Il me l’a refusé. Pire, il me fera chasser de l’ordre si je trahis la confiance du Saint père.

Je ne puis faillir à mon sang.
Je partirai pour le pays d’oc.
Je combattrai les seigneurs croisés ;
Et je défendrai la terre qui m’a vu naître et que je chéris encore après toutes ses années.
Je ne dois faire honte à Henri ; aussi je porterai un heaume qui masquera mes traits et dont je ne me départirais en aucune circonstance.

Aussi, il est fort possible que nous nous rencontrions en terre albigeoise, que nous bataillons ensemble.

J’ai grand plaisir de constater que vous prenez aussi le parti des gentils et que vous ne saurez accepter les massacres à venir sans vous dresser face à l’envahisseur, même si celui-ci est béni par le Saint Siège.

En cet instant, je suis heureux. Moi qui suis indigne de vous connaitre comme un homme connait une femme, je pourrai pour le moins combattre à vos côtés, combattre pour vous.

En mon âme, vous incarnez pleinement le pays d’oc comme une déesse antique incarne certainement son idole.

Et puisque à présent, il m’est impossible de vous révérer spirituellement, n’étant plus en odeur de sainteté, vous permettrez pour le moins que je vous offre mon épée et ma vie, comme un guerrier à sa Dame, comme un vassal à Sa Suzeraine.


A votre service jusqu' à mon dernier souffle,

Chevalier Albéric de Moissac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Lun 4 Aoû - 12:58

La mort l’emportera

Vous pensez sans doute l’avoir emporter de nouveau sur moi à la croix du sud.
La destruction infâme de mon familier m’a exilé dans le terre des ombres que l’on nomme amenti ou aralou en langue sacrée.
Apprenez que cette victoire sonne votre glas.
J’ai vu milles printemps, milles hivers.
Mon père portait la couronne de la haute et de la basse khémi
Notre empire était gigantesque. Il faut sans doute le premier à vraiment mériter ce nom.
Nous avons courbé l’échine de centaines de peuples et de tribus, grace à la suprématie de nos lames et de notre magie.

Mon alliée est la mort. C’est une alliée puissante. Tous finissent par s’incliner devant elle et rejoindre ses suppliants.

Vous rejoindrez vous aussi l’empire des ombres tôt ou tard.
Vous perdrez vos familiers, vos amis, vos ennemis même avec la certitude que ceux-ci ont rejoint les rangs de la gigantesque armée que vous avez entrevu.

Vous aussi vous connaîtrez le baiser des vers et la caresse du caveau.

In fine, aucune victoire n’est possible contre la grande faucheuse.

Préparez-vous ; votre temps est compté.

Absalom, de la lignée royale de Khémi
Maître de la vie et de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Lun 4 Aoû - 13:27



J’ai fait ce rêve étrange et pénétrant d’une croix d’émeraude.

Une tempête se prépare, incontrôlable et  irrépressible.

C’est l’orage de la foi.

Ce souffle a déjà consumé les idoles des païens, des hérétiques, des mécréants.

Nulle victoire n’est possible contre ce souffle, ce brasier, qui s’empare des consciences et des âmes et pousse les hommes par myriades à rejoindre l’armée des croyants.

S’il n’existait qu’une vision !

Las ! Les religions s’affrontent et leur choc sera comme un cataclysme.

Je crois que l’humanité, ivre de psaumes et de cantiques, inconsciente des forces qui la meuvent, aveuglée, cette humanité donc foulera tout ce qui n’est pas La Vision.

Nous devons donc embrasser cette vision, nous courber devant le Signe ou nous serons détruits.

Nous avons longtemps obtenu le respect et la crainte des prêtres et des guerriers.

Ces temps sont révolus. Nous ne sommes que quelques poignées, quelques gouttes d’eau dans l’océan.

Il viendra un temps ou nous devrons nous cacher. Les limiers de Dieu, les molosses de la foi nous traquerons et nous exterminerons.

Ils dresseront milles buchers ; ils supplicieront nos chairs ; ils briseront nos esprits.

Les marques de la magie seront des signes infamants.

Il n’ y aura plus que Dieu.

Mais ce sera déjà son crépuscule. Son triomphe sonnera son glas.

Quand l’homme a découvert qu’il pouvait se passer des idoles, ce fut le triomphe di Dieu unique.

Quand l’homme découvrira, qu’il peut sa passer même de Dieu, ce sera son triomphe.

Mais le culte de l’Homme emmèera à son tour celui du Néant, quand l’humanité désabusée découvrira qu’elle peut ne rien adorer.

Celui qui adore le néant devra comparaitre devant ce dernier au jour de sa mort.

Nous devons donc faire triompher le Croix Etoilée, la foi des hermétistes.

Nous devons accueillir le Seigneur sincèrement en notre poitrine, afin que notre magie se teinte et que d’hermétiste, elle devienne théurgiste.

La grande Œuvre est certainement cela : l’alliance de la foi et du verbe.

Nous pouvons sanctifier la magie, la bénir en nous ralliant au sceptre du pécheur en obéissant à ses commandements.

L’Eglise d’Hermes, telle est son nom.

Au sein même de notre organisation, nous propagerons cette lumière et dissiperons les doutes et le mensonge afin d’unifier ce ce qui est aujourd’hui disparate, éclat.

Le Secret a été perdu, sans doute dans le schisme.

Nous avons vocation à l’universalité. Notre glorieux dessein est de parler pour l’ensemble des magiciens du cosmos.

Nous deviendrons un empire. Nous aurons nos légions et nos sicaires, notre administration et nos sujets.

Nous deviendrons nos ennemis, afin qu’en retour ils deviennent comme nous.

Qui sait, in fine, peut être n’aurons-nous plus besoin de la foi.

Nous sommes l’Atanor, le Reflet, l’Ombre, semblable au Monde, en perpétuelle mutation nous-même.

Telle est la voie ; tel est le chemin

Longue vie aux combattants sur le chemin de la guerre hermétiste !


Papesse Jeanne
Porteuse de l’anneau de Bonisagus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Correspondances    Lun 4 Aoû - 19:14




Lettre de Abdallah ibn Abu Bakr, grand Cadix de la fraternité de Suleiman, Sahib de Jerusalem.

Nobles mages francs,

Votre message, enchâssé dans un poignard de cuivre a été remis au Calife Al Nasir, grand commandeur de tous les croyants d’orient et d’occident.

Le calife a bien compris votre contrition et vos regrets. La mort de son bien aimé fils Ismail ne peut vous être imputée directement.

En conséquence, le miséricordieux guide de tous les croyants a décidé de rappeler les feydaviers d’Alamuth chargés de vous tuer.

A cela, il faut ajouter que le vieux de la montagne a plaidé pour vous à Bagdad, la cité de la paix.
Il a mis son front dans la poussière et a supplié que ces hashashins ne vous tuent pas.

Bien qu’Isamélien, bien que nizarite, bien que chiite, la parole de Mustafah a été entendue de notre bien aimé calife.

Votre vie est épargnée.

De plus, la fatwa du calife est adoucie. Les mages de l’ordre d’hermes se verront offrir la possibilité de la conversion à la vrai religion, telle qu’elle a été reçue par notre prophète.

S’ils le font, les hermétistes seront tolérés en terre d’islam, mais logiquement frappés de dhimitude à mon égard et devant me payer un impôt magique.

Qui plus est, le calife m’a demandé de prolonger le jihad par un jihad philosophique et métaphysique.

Il semble évident qu’entre nos deux traditions, celle d’Hermes et celle de Suleiman, l’une est dans l’erreur.

Nous pensons quand a nous que Suleiman est le vrai tenant du logos et de la vérité et que vos traditions hermétiques sont au mieux falsifiées.

Nous souhaitons nous aussi réunifier la magie sous un seul sceau, celui de Suleiman.

Je ne souhaite pas pour autant déclarer le jihad magique

Je ne souhaite pas que de jeunes mages par milliers, et leurs suivants par myriades s’entretuent pour une querelle magique entre anciens.

Selon les anciennes coutumes rumi, se devraient être aux maîtres et aux sahirs de s’affronter pour éviter que les jeunes ne s’entretuent, eux qui sont l’avenir, eux qui sont la vie.

J’ai entendu l’existence d’une papesse, censée parler pour l’ordre d’hermes. En tant que grand cadix, je suis son équivalent.

Par la présente missive, je la défi en duel mystique, en ordalie, en disputatio, en certamen selon vos coutumes.

Comme il semble évident qu’un homme ne saurait affronter une faible femme, la papesse devra désigner son champion.

Quand à moi, je ne me déroberai pas et affronterai honorablement mon adversaire désigné par la papesse.

La vérité nous départagera, car selon Héraclite, jamais la fausseté et le mensonge n’ont pu par l’affrontement l’emporter.

J’aimerais que votre bibliothèque accueille le certamen.

Outre que j’ai toute confiance dans ses mages, vu l’accueil qui a été offert à l’une des notre, exilée de la maison de sagesse et à présent pardonnée, je ne doute pas que votre magister veillera à l’honneur et à l’équité de ce duel.

Il n’a d’autres but que d’éviter la mort d’une multitude en désignant –par la volonté d’Allah – qui de nos deux traditions est conforme à la vérité et à la foi en Dieu.

Par Allah, tout puissant et miséricordieux.

Il n’ y a de Dieu que Dieu !

Abdallah, porteur de l’anneau de Suleiman, premier mage d’orient, béni par le calife.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Jeu 7 Aoû - 20:14

lettre au seigneur Alberic de Moissac.

Seigneur Alberic,
j'espere que la guerre vous epargne vous et les votre. J'aimerais demander votre aide afin de faire passer un message au seigneur Artemi. Un message de la plus haute importance.

Mon cher Artemi,
comment vous portez vous? J'espere que la guerre vous epargne. n'hesitez pas a m'ecrire si votre coeur en ressent le besoin. Depuis votre passage dans la bibliotheque les choses ont bien changé... nous avons rencontré notre bonne papesse Jeanne. En realité, c'est Clothilde qui est venue a la bibliotheque pour nous annoncer que le tribunal du levant passait sous le controle de celui de Rome. Le Magistere et moi avons beaucoup discuté et apres avoir pesé le pour et le contre nous avons fini par accepter... Oh bien sur ce n'etait pas le choix le plus parfait mais nous avons choisi... le moindre mal. En realité il n'y a pas de moindre mal mais nous n'avons pas eu le choix. Pour le moment. La papesse Jeanne cherche tant bien que mal a mouler l'ordre d'Hermes dans la chretienté. Le Magistere et moi avons l'intuition que ce ne sera en rien une solution. Vous rappelez vous de la terrible histoire du mage Absalom? Vous savez le mage terrible de la croix du sud. Figurez vous qu'il avait ensorcelé tout le monde a la croix du sud et qu'il avait deplacé la forteresse dans le monde des morts. Finalement nous nous sommes battu et nous avons reussi a faire revenir la forteresse sur ce monde, enfin plus ou moins... c'est aujourd'hui une regio magique cachée.

portez vous bien chevaliers!
C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Missive très très très secrète   Ven 8 Aoû - 4:16

Lettre au très sage Abdallah ibn Abu Bakr, que Dieu le garde [en arabe... donc Dieu=Allah... et lisible uniquement par son destinataire - merci Hervé]
...salamalekhum...

Je reconnais dans vos paroles la sagesse du très haut.

Nous vous en sommes très reconnaissant, car tous ces mages sont là pour construire et non détruire.

En tant que Magister de la Bibliothèque de Césarée, j'accueillerai comme il se doit tout mage porteur d'un message de paix et cherchant le savoir ou la sagesse.

Je dois néanmoins vous informer que la maitresse de la maison mercuriale de Rome ne représente qu'une partie des mages de l'ordre d'Hermès.

Je refuse pour ma part à m'engager dans de tels affrontements, aussi nobles fussent-ils. Dieu reconnaitra les mérites de chacun le jour du jugement dernier.

Je comprends votre désir d'unification de la Magie. Mais sachez qu'un tel désir est partagé par de très nombreux collèges de mages, qu'ils soient hermétistes, de suleiman, kabbalistes... Malheureusement chaque collège veut rassembler sous sa propre sagesse et sa bienveillance, les autres mages. Cela ne peut qu'entraîner de multiples luttes sans merci. Je crains que l'issue de telles compétitions aussi binaires en apparence, n'engendre de grands troubles par des résultats qui ne seront pas binaires...

Le moment est pourtant bien à l'union sacrée afin de défendre le nom de Dieu dans la bouche de tous les Hommes et êtres de la création. Car le Mal œuvre constamment à pousser les frères contres les frères, les sœurs contre les sœurs, à scinder les familles et faire s'affronter ceux qui sont parents. L'œuvre de Dieu est chaque jour en péril et nous devons la protéger, quelques soient les symboles portés sur nos poitrines.

Pour l'heure, je sollicite de votre part l'autorisation de me rendre, très discrètement comme il se doit pour ne pas troubler, à Mossoul, pour aller dans les ruines de Ninive. Je souhaite y trouver quelque information à propos d'un être maléfique, dont le nom est trop impie pour être seulement prononcé, que Dieu m'en garde. Ce fléau très ancien, que Dieu le châtie, rode aujourd'hui dans les déserts de l'Arabie Petrae. Par deux fois nous avons dû l'affronter. Nous prions pour que Dieu tout puissant nous permette de continuer à préserver les terres des croyants d'un telle noirceur.
J'espère aussi pouvoir rencontrer dans la vieille mosquée, le très docte Abu Ikma Farouk Al Calim ben Yusuf ben Zouber Al-Mawsilî pour écouter ses paroles sages et justes.

Que Dieu, le miséricordieux, nous protège et nous guide.

Ancelin, magister de la Bibliothèque de Césarée, vassal de la maison mercuriale de Rome, détenteur de la sagesse de la table d'émeraude, confrère des invisibles, grand maître des feux et cuivres.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Correspondances    Ven 8 Aoû - 16:23

stan a écrit:
lettre au seigneur Alberic de Moissac.

Seigneur Alberic,
j'espere que la guerre vous epargne vous et les votre. J'aimerais demander votre aide afin de faire passer un message au seigneur Artemi. Un message de la plus haute importance.

Mon cher Artemi,
comment vous portez vous? J'espere que la guerre vous epargne. n'hesitez pas a m'ecrire si votre coeur en ressent le besoin. Depuis votre passage dans la bibliotheque les choses ont bien changé... nous avons rencontré notre bonne papesse Jeanne. En realité, c'est Clothilde qui est venue a la bibliotheque pour nous annoncer que le tribunal du levant passait sous le controle de celui de Rome. Le Magistere et moi avons beaucoup discuté et apres avoir pesé le pour et le contre nous avons fini par accepter... Oh bien sur ce n'etait pas le choix le plus parfait mais nous avons choisi... le moindre mal. En realité il n'y a pas de moindre mal mais nous n'avons pas eu le choix. Pour le moment. La papesse Jeanne cherche tant bien que mal a mouler l'ordre d'Hermes dans la chretienté. Le Magistere et moi avons l'intuition que ce ne sera en rien une solution. Vous rappelez vous de la terrible histoire du mage Absalom? Vous savez le mage terrible de la croix du sud. Figurez vous qu'il avait ensorcelé tout le monde a la croix du sud et qu'il avait deplacé la forteresse dans le monde des morts. Finalement nous nous sommes battu et nous avons reussi a faire revenir la forteresse sur ce monde, enfin plus ou moins... c'est aujourd'hui une regio magique cachée.

portez vous bien chevaliers!
C.

Il est une Dame que j'adore
son doux nom est Gascogne.
Oripeau m'est la Fin'Amor
Linceul me sera la chanson...


(message codé; code est une grille d'un ouvrage de la bibliotheque de césarée, indiqué dans un songe : la bible, nouveau testament, st jean.)

Seigneur Cadwallon,

c'est avec joie que j'ai reçu de vos nouvelles : preuve que vous etes en vie encore...
vous avez choisi la vassalité de Rome, et je respecte votre choix, ou plutot, la necessité de ce choix. et vous remercie de m'avoir offert le privilege et le luxe de l'abstention.
mefiez-vous, car le lien de vassalité est rompu facilement, notamment en cas de félonie. je pense que la Maison Mercuriale ne rompera jamais ce serment. mais pourra, au besoin, et selon ses propres interets, intriguer et pousser Césarée à devenir félonne...

quant aux mages, aussi terribles soit-ils, rappelez-vous qu'eux et nous ne sommes que des hommes.
un mage ancien et puissant, privé de sa magie, n'est qu'un homme faible et senile...
je vous demande de crypter tout message : les missives peuvent facilement etre interceptées, et les missives magiques peuvent l'etre magiquement. vous pouvez les adresser directement au castel de Mazerolles (il est suffisamment loin en terres Gasconnes et attire peu l'attention).

il est une demande que je voudrais vous adressez, et qui résulte de mes recherches empiriques sur le fer froid. je pense qu'il est possible de le distiller, en liqueur poisseuse (poison pour enduire lames, fleches...), ou bien en eau de vie (boisson à ingerer, pour soi ou pour un autre). j'ai pu, avec la limaille et une eau de vie, concocter une sorte de breuvage indigeste, sorte de rouille; mais je suis certaine que le Magistere pourra faire mieux.
il n'est nulle possibilité, selon moi, de contrer l'effet du fer froid, mais il n'y en a nul besoin : sa force reside en sa capacité d'absorber et d'annihiler la magie. c'est cela que nous pouvons utiliser, si l'on passe outre la repulsion et le dégout inné pour le fer froid.

je suis heureux que vous ayez finalement opté pour la discretion de la Croix du Sud. vivre cachés devient vite une seconde nature... l'on s'y habitue...

que Dieu vous garde, vous et Maitre Ancelin, et les votres.
priez pour nous, pauvres pecheurs...

avec tout mon respect et mon affection,
Artemi


ps
je vous joins fleurs sechées et epis de blé dorés : ils sont de Tarascon. pouvez-vous les remettre, je vous prie, à l'Enmuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Ven 8 Aoû - 19:28

le message ecrit est ordinaire mais lorsqu'on y le regarde a travers un petit morceau de verre de la verrerie on y voit ce message.

Ma chere Ambroise,
nous avons bien conscience que notre "alliance" avec Rome est fragile. C'est meme pour cette raison que nous avons fait ce choix. Pour le moment, faisons le gros dos, attendons que des alliers plus fameux apparaissent. Nous n'avons de toute facon pas le pouvoir de nous opposer a qui que ce soit. Nous sommes trois, quel espoir fou pourrions nous nourrir... Il faut de la mesure, du doigté, de la politique... Je ne crois pas que Rome ait un interet particulier a nous voir comme felon. Mais de la meme facon qu'un seigneur peut voir son vassal comme felon, le vassal peut considerer que son seigneur ne remplit pas ses obligations. La vassalité est une arme a double tranchant.

Pour le moment, Rome nous envoie des compagnons que je vais former afin de proteger les mages chretiens en terre sainte. Une force qui sera le parfait opposé de ce qu'on fait les quaesitors.

Nous sommes aussi de discrets conseillers de la papesse et meme si l'adage veut que l'on garde ses ennemis proches de soit, il n'y a pas de doutes qu'on puisse tirer des avantages de cette place avantageuse.

Je ne vois pas l'ordre disparaitre, je le vois simplement rejoindre la communauté des hommes mais pour cela les mages doivent apprendre a ne plus se prendre pour ce qu'ils ne sont pas, un genre d'elite choisit par la magie. Mage ne doit etre qu'une occupation au meme titre que charcutier ou fossoyeur.

Vous avez raison nous ne sommes que des hommes. Mais ca j'espere que vous le saviez depuis longtemps... Bien qu'en tant que noble et mage j'imagine que votre esprit a du etre un nombre incalculable de fois influencé par de tels mots. C'est un peu ce que vous reprochait ce cher Ancelin... Lui qui est un homme du peuple, il lui est parfois difficile de comprendre le bain dans lequel certains heritiers evoluent.

toutefois, meme si ce ne sont que des hommes, il est important de ne pas oublier la puissance qu'ils generent. D'ailleurs j'espere que vos experiences de fer froid ne vous tournent pas la tete. en utilisant le fer froid vous luttez contre ceux qui sont de la meme nature que vous. Ne vous perdez pas. Je sais que deja vous voulez vivre caché parmi les hommes, cachant a la vue de tous votre don. Si ce don est une honte pour vous, eteignez la flamme, coupez la virtue.

Pourquoi je vous dis cela? parce que ce que vous me demandez de faire est affreux. en ce moment, Ancelin et moi nous experimentons mais nous avons la certitude que le fer froid n'annule pas la magie (autant eteindre le soleil ou faire couler les rivieres de bas en haut.) mais la modifie. En mon nom propre, je ne peux dire qu'une chose, vos propositions me degoutent et l'usage de telles substances fait fremir. Ce n'est pas parce que nos ennemis sont des betes que nous devons nous comporter comme tel! vous vous perdez monseigneur... c'est l'esprit qu'il faut fortifier et pas le corps. Je ne vous aiderais pas dans vos recherches, pas cette fois.

nous avons utilisés le sortilege d'Absolom pour en faire une region, un havre. Ce n'est plus la croix du sud c'est un endroit ou des refugiés pourront se cacher le temps de venir en terre franque.

Prier? a quoi bon... Je ne prie plus. L'eglise ne conduit a rien de bon.

Le Dragon C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Ven 22 Aoû - 18:46

Mon cher Artemi,
que devenez vous? nous n'avons plus de vos nouvelles. J'ai ouie dire que les combats etaient particulierement rudes.

J'espere que ce conflit ne durera pas. Bien sur les conflits sont toujours politiques, mais celui ci en particulier...

que le dragon veille sur vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Correspondances    Sam 23 Aoû - 23:48

Cher Seigneur Cadwallon, (lettre codée)

je vous écris en ce jour ensoleillé de juillet de l'an de grâce 1209. Béziers est tombé il y a quelques jours de cela, le 22 juillet...

rappelez vous cette date comme le jour le plus chaud de tout l'été, où le soleil brulant projetait des ombres les plus denses;

comme le jour de mon plus grand bonheur que d'avoir été le fils dont il avait toujours revé, pour mon Pere Lobo le Comte de Gascogne;

comme le jour de bonheur absolu de mon Pere d'avoir connu son ultime bataille, et d'avoir mené 500 hommes qui ont terrassé 10 000 assiegeants soit 1/3 des croisés sous les murs de la cité provençale, et de perir par l'épée Joyeuse du Roy Philippe;

comme le jour où mon souhait de partager mon nom et ma vie avec l'homme que j'aime fut réalisé, du moins en tant que promesse et esperance;
et le jour où Dieu m'a repris ce qu'il m'a offert, aussitot;

comme le jour où j'ai connu la rage et la haine;

comme le jour où les hurlements des femmes et des enfants massacrés couvraient les rales des blessés qu'on achevait;

comme le jour où les ruelles de la ville étaient pavées de corps demembrés, ou encore tressotants de nos soeurs et enfants cloutés par les lances sur les portes et les seuils de leurs propres demeures;

comme le jour où les buchers remplacerent les chandelles à la tombée de la nuit;

comme le jour où le soleil s'est voilé de tristesse, et où les fumées acres ont amené une nuit bien sombre;

comme le jour où les poissons d'Orb (le fleuve qui coule aux murailles de Beziers) furent gavés et que les flots coulerent pourpres et ocres;

comme le jour où le parfum de lavande fut lié à celui de la chaire brûlée et de la poix acre;

comme le jour où la parole d'un eveque de la sainte eglise a perdu pour moi sa valeur, car meme l'eglise fut pillée et saccagée, et les refugiés y brulés, massacrés, jusqu'au dernier, passés par les armes;

comme le jour où j'ai renié ma vassalité au Roy Philippe, pour m'avoir ravi et mon pere en armant un vavasseur de la lame sainte de Rois, et pour m'avoir privé d'un avenir dans le bonheur et la quetude;

comme le jour de ma premiere bataille, de ma premiere victoire et defaite à la fois;

comme le jour de l'assassinat d'une partie de l'ame occitane, et du massacre de nos cadets;

comme le jour de la victoire de la Maison mercuriale sur le Tribunal Provençal;

comme le jour où la Maison Jerbiton fut assassinée et privée d'un des deux heritages de notre Fondateur;

comme le jour le plus ensoleillé de cet été... et comme son jour le plus sombre.

ce n'est qu'un début, Seigneur Cadwallon, ce n'etait que le premier des buchers....


que Dieu ait pitié de nos ames !
que ceux qui le peuvent encore, prient pour nous, pauvres pecheurs ....

A.M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Correspondances    Dim 24 Aoû - 11:25

lettre codée bien evidemment

Mon enfant,

je ressens beaucoup de tristesse a votre égard. Je savais ce qui vous arriverais, la guerre n'est jamais juste et n'apporte que desolation et tristesse. Je ne sais quoi vous dire, je ne vous ferais pas la morale, quelle morale y aurait il a faire? vous vous etes battue vous avez vu l'horreur. Rappelez vous simplement que dans une guerre il n'y a ni bon ni mauvais. Rappelez vous aussi que Dieu n'y est pour rien dans cette guerre, c'est une guerre d'hommes faites par des hommes pour de sombres pretextes.
je n'aurai qu'un conseil faites attention a ne pas sombrer, conservez ce panache qui vous animait, il vous protegera. Revenez nous vites, vous en avez assez vu.

le dragon vous garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Correspondances    Dim 24 Aoû - 18:09

encore un courrier codé

Cher Seigneur Cadwallon, Cher Magistère Ancelin,

Je ne puis que vous remercier pour votre soutien. Je ne sais toujours pas ce qu'est la guerre...

Je ne sais pas si toutes les guerres se ressemblent, autrement que par les cadavres qui jonchent les ruelles ou se balancent sur les branches des arbres, autrement que par quelques sanglots des femmes, autrement que par ce regard étonné et empli d'innocente surprise des enfants, autrement que par cette lumière aveuglante qui tombe du ciel sur les lames et les heaumes étincelants...

je ne sais pas ce qu'est la guerre, mais je sais ce qu'est une boucherie.
Beziers.
Les croisés qualifient ce siège de "massacre", et nous, nous le nommons "grand masèl" (grande boucherie en occitan).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_B%C3%A9ziers

ce n'est pas une guerre. pas une coisade. c'est une boucherie infâme, laissée faire par un Roy infâme et félon. Oui, Roy Philippe a laissé ses proches vavasseurs occire sa propre famille et son propre sang ! Car Raymond VI de Toulouse a pour Mère la propre sœur du Roy de France Louis VII, Constance de France...


Seigneur Cadwallon, je me suis battue, mais Dieu m'a offert non seulement les gouffres, mais aussi les cimes du bonheur.
J'ai pu combler mon Père de bonheur en lui étant fils et héritier de la lignée de Gasconne. J'ai pu lui offrir une mort digne d'un grand seigneur qu'il était, à cheval et lors d'un combat. Dieu lui fit grâce d’être terrassé par une lame sainte, l'épée de son Roy et suzerain (bien qu'elle ait été tenue en d'autres mains que celles du Roy...)
J'ai pu combattre aux cotés du Seigneur Albéric, mon vassal et suzerain à la fois. Oui, j'ai eu la grâce de Dieu que de protéger l'homme que j'aime et d'en être protégée. Il m'a sauvé la vie, tout comme je lui ai sauvé la sienne. Bien que j'ai échoué de le préserver des blessures. Et bien qu'il m'ait doublement sauvé...

Il m'a été donné en cette guerre de connaitre le bonheur absolu.
Mais l'absolu n'est point pour nous les hommes, mortels et ignorants, vaniteux et avides, aveugles et sourds aux avertissements de Dieu.
Nous ne pouvons qu'effleurer ces quelques instants de bonheur... mais ne pouvons les retenir de nos mains impures. Car nous en sommes indignes !

oui, nous sommes indignes de connaitre les félicités éternelles ici-bas... nous ne pouvons qu'y aspirer, les espérer,  tout comme nous ne pouvons qu’espérer le Royaume céleste...

Mais trêve de complaintes ! Bien que je sache pertinemment la vanité et la futilité que cela représente au regard de l’Eternité qui nous attend, je m'accroche à la vie. Ou plutôt, celle qui a survécu et qui reste encore en ce monde, celle qui sera à jamais préservée par l'affection absolue de l'homme devenu Fils de Dieu ici-bas, celle-là s'accroche à la vie. Et à l'épée, qu'elle soit lame de fer ou pointe acérée de plume.

La Maison Mercuriale a vaincu le Tribunal de Provence. Ballaquim changera sous peu de maître officiellement, et sera vassale de l'Alliance de Rome. Ma propre Mère sera Prima de ma Maison. Le Dogme triomphe...

la Lumière de la Foi faite Dogme brille et consume. Et les ombres grandissent et s'intensifient.
L'on parle de plus en plus de la création proche des Tribunaux Ecclésiastiques exceptionnels... L'on murmure de plus en plus que là où le prêche et la conversion par la parole échoue, là où la conversion par le glaive échoue, régnera la conversion par la terreur. Y compris au sein même de la cité de l’héritier de l’Apôtre Pierre...

Les Maisons nobles de Provence sont décapitées, mortes en sursis. Nous sommes des nobles faydits. Mais l'on peut nous déposséder des terres, jamais l'on ne nous dépossédera de nos noms et notre sang, ni de notre histoire et nos chansons, ni de notre âme !

La guerre commence, pour l'Absolu. ou l'Absolutisme, le pouvoir sur la matière et l'esprit en ce monde. une guerre entre les couronnes, qu'elles soient royales, impériales ou tiares.

Nous, les Mages, ne survivrons que dans l'anonymat, ou bien en se ralliant à un pouvoir montant, à condition de discerner le pouvoir qui lui succédera, et changer à temps de suzeraineté.
Nous ne sommes pas Dieu, ni même des saints, ni des êtres sages ou immortels ou empli d'une puissance... Non, nous ne sommes que des hommes, semblables en tous points à eux, si ce n'est que nous avons le don de voir les Aubes et les Crépuscules avec plus d’éclat !

Je suis heureuse que vous ayez rallié la Maison Mercuriale. Tout comme tant d'autres Tribunaux et alliances, vous avez su rallier l'Empire qui flamboie. Et qui grandira encore, bien que les germes de son déclin soient déjà en son sein.
Mais serons-nous seulement encore là pour assister à son déclin ?... j'en doute. Mais c'est ce déclin que nous léguons à nos enfants...

C'est pour cela que nous pouvons et nous nous devons continuer à nous battre.

et aussi pour la beauté du Geste et du Verbe... Pour la pureté du Mouvement et du Souffle...

pour honorer ceux qui sont tombés et ceux qui ne peuvent plus prendre les armes. pour qu'ils continuent de combattre et de vivre en nous, en nos actes et nos pensées, nos chansons et nos prières...

pardonnez-moi, je m’égare encore.

Je reste encore en Pays Occitan. j'essayerai de rejoindre Carcassonne, ce petit Castel où s'est retranché Roger-Raymond.
J'essayerai aussi, si Dieu le veut, de rencontrer un certain Dominique de Guzman, un prêcheur castillan approchant quatre décennies, qui suit cette Croisade de très près. l'on dit de lui qu'il trouve échos dans certains cœurs rongés par l’hérésie... ou que sa vision du Dogme pourrait absorber la recherche de la pureté originelle et du dépouillement des Bons Chrétiens.

J'ai hâte d'entendre de vos nouvelles,
avec toute mon affection,
AM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Correspondances    

Revenir en haut Aller en bas
 
Correspondances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Ars Magica-
Sauter vers: