Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cathares et croisade albigeoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 20:31

http://www.payscathare.org/histoire-catharisme

La doctrine….

Le catharisme se développe dans la Chrétienté occidentale au XIIème siècle. Cette dissidence chrétienne médiévale réclame, comme d’autres mouvements de son temps, le retour au modèle d’Eglise primitive des premiers temps du Christianisme. Elle condamne l’Eglise romaine et sa hiérarchie au prétexte de ce qu’elles ne respecteraient pas l’idéal de vie et de pauvreté du Christ.
Sous des noms différents, des communautés de cathares sont attestées à travers toute l’Europe, mais c’est dans le Midi de la France et dans les cités du nord et du centre de l’Italie que le catharisme connaît l’accueil le plus favorable et le plus durable.

Aux yeux de l’Eglise romaine, les cathares représentaient un danger bien pire que les infidèles (juifs et musulmans), car, tout en étant chrétiens, ils interprétaient différemment les Ecritures et refusaient la doctrine des sept sacrements.
Leur croyance était basée sur l’existence de deux mondes, l’un bon et l’autre mauvais. Le premier, le monde invisible dont les créatures sont éternelles, résulte de la création de Dieu le Père ; le second, le monde visible et corruptible, est l’œuvre du Diable. Introduits dans des corps de chair fabriqués par le Diable, des anges déchus sont devenus les âmes des hommes et des femmes.
Pour les cathares, le christ est uniquement l’envoyé du Père venu porter le message du salut aux hommes. Il n’est pas comme chez les catholiques le rédempteur de tous les péchés. Du coup, les cathares ne conservent qu’un seul sacrement, celui du consolamentum (consolation) ou baptême d’imposition des mains pratiqué par le Christ, le seul à apporter le Salut.


Les évènements qui ont conduit à la disparition
des cathares du Midi…

Comme d’autres mouvements dissidents ou contestataires contemporains, « l’hérésie des bons hommes » condamnée par la Papauté, devient la cible des clercs catholiques, d’abord les cisterciens (le futur saint Bernard vient les combattre dans le Toulousain dès 1145), puis, au XIIIème siècle, des ordres mendiants (Dominicains et Franciscains).

Ne parvenant pas à les convaincre d’abandonner leurs croyances par le seul usage de la prédication, la papauté décide en 1209 de déclencher contre les cathares du Midi, la première croisade organisée en terre chrétienne contre les hérétiques et ceux qui les soutiennent. Ce sera la Croisade contre les Albigeois.
Le roi de France en 1209 ne veut pas se lancer dans l’aventure mais 300 000 barons et chevaliers du Nord, accompagnés de valets et d’hommes de main sont réunis à Lyon attirés par les richesses du Midi. Suite au siège de Carcassonne, Simon de Montfort est nommé chef de la croisade. Puis à partir de 1226, Louis VIII qui a succédé à Philippe-Auguste sur le trône de France s’engage dans la croisade.

Ce conflit dura vingt ans et provoqua la transformation de l’échiquier politique du midi de la France (avec le rattachement des sénéchaussées de Carcassonne et Beaucaire au domaine du Roi de France et la soumission au roi du comte Raymond VII de Toulouse).

En 1233, l’Eglise adopte une autre stratégie et met en place une nouvelle institution judiciaire confiée aux Dominicains : l’Inquisition. Les enquêtes menées tout au long du XIIIème siècle et au début du XIVème siècle par les inquisiteurs vont sérieusement réduire le nombre de cathares dans le Midi.
Véritable épilogue de la Croisade contre les Albigeois, la campagne militaire contre Montségur, siège de l’évêché cathare du toulousain marque un tournant dans la répression contre le catharisme. La reddition de la forteresse le 15 Mars 1244 se solde par la disparition du principal refuge de la hiérarchie cathare.
L’arrestation des parfaits Pierre et Jacques Authié en 1308 marque la fin de l’hérésie en Languedoc. Le bûcher du dernier parfait connu Guihlem Bélibaste en 1321 à Villerouge Termenès, château de l’archevêque de Narbonne, met un terme quasi définitif à l’histoire du catharisme dans le Midi.


Chronologie

1171Concile cathare à St Félix du Lauragais
1179 le concile du Latran III frappe d’hérésie les cathares
1208 15 janvier le prélat Pierre de Castelnau envoyé du Pape                  
         est assassiné. Appel du pape Innocent III à la croisade
1209 massacre de Béziers et prise de Carcassonne
1210 siège de Cabaret (Lastours), Minerve et Termes
1213 bataille de Muret. Mort de Pierre II, le roi d'Aragon
1218 Mort de Simon de Montfort au siège de Toulouse
1224 Amaury de Montfort, le fils de Simon, est défait et quitte le sud. Il
         lègue ses titres au roi de France
1229 traité de Meaux-Paris : Soumission de Raimond VII de Toulouse
1242 meurtre des inquisiteurs à Avignonet. Révolte avortée de Raimond
          VII de Toulouse
1244 chute de Montségur et bûcher le 16 mars
1255 fin de la lutte avec la prise de Quéribus
1321 mort sur le bûcher de Guilhem Bélibaste
1659 traité des Pyrénées : les forteresses royales perdent leur intérêt
         stratégique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 20:33

http://www.herodote.net/1208_a_1244-synthese-98.php

1208 à 1244La croisade contre les Albigeois

Au milieu du XIIe siècle, tandis que le Bassin parisien donne naissance à l'art gothique et qu'une foi catholique, ardente et profonde s'épanouit en Europe, le Midi toulousain est atteint par une hérésie religieuse tout aussi ardente, le catharisme.

Croisade et ruine du Midi

Saint Dominique de Guzman échoue à ramener les hérétiques à la foi catholique. Le pape Innocent III décide en désespoir de cause de recourir à la force.

Le légat pontifical tente de convaincre le comte Raimon VI de Toulouse de prendre la tête d'une expédition contre les cathares, aussi appelés «Albigeois».

Mais le comte de Toulouse, qui descend du fameux Raimon IV de Saint-Gilles, chef de la première croisade en Terre Sainte, refuse net de combattre ses propres sujets. Il s'ensuit une dispute, l'excommunication du comte, le départ du légat pontifical et de son escorte, enfin son assassinat ! Ce drame de trop entraîne le pape à lancer l'appel à la croisade sans oublier de canoniser son légat. L'expédition porte officiellement le nom d'«Affaire de la Paix et de la Foi» (en latin, negotium pacis et fidei).

C'est la première fois qu'une croisade est dirigée contre des gens qui se réclament du Christ. Mais cet aspect ne gêne pas les contemporains tant il est vrai que l'hérésie cathare ne saurait être tolérée.

Le roi Philippe Auguste préfère se tenir en réserve. En bon politique, il ne veut pas altérer son image dans une guerre contre des gens qui sont formellement ses sujets. Il désapprouve aussi l'intervention du pape dans une affaire intérieure à la France et le fait savoir. Mais il ne s'oppose pas à ce que l'abbé Guy des Vaux-de-Cernay démarche les seigneurs d'île-de-France.

L'expédition réunit un certain nombre de ces seigneurs ainsi que le comte de Toulouse, par opportunisme. Elle est placée sous le haut commandement de l'abbé Arnaud-Amalric, qui n'est autre que le chef du puissant ordre monastique de Cîteaux. Les opérations militaires débutent par le sac de Béziers et le massacre de sa population, le 22 juillet 1209.

Le jeune vicomte de la région, Raimon-Roger de Trencavel, se livre à la merci des vainqueurs pour obtenir la vie sauve de ses sujets.

Tandis que les principaux seigneurs choisissent de s'en retourner chez eux une fois achevée leur «quarantaine»(le service militaire de quarante jours auquel ils se sont engagés en se croisant), c'est un modeste seigneur d'île-de-France, Simon de Montfort, qui devient le chef militaire de l'expédition aux côtés du légat pontifical Arnauld-Amalric. Il dispose en tout et pour tout d'une trentaine de fidèles, récompensés par les terres des vaincus, et de quelques milliers de soldats.

Face à lui sont les hérétiques et, plus grave que tout, de nombreux seigneurs locaux qui entrent en résistance après avoir été dépossédés de leurs biens et avoir fait mine de se soumettre. On les appelle «faidits» ou «faydits», d'après un mot de la langue d'oc qui désigne des fuyards ou des dépossédés.

La guerre devient inexpiable. Bûchers et massacres se multiplient. Le paroxysme est atteint avec le siège de Lavaur, près de Castres. Les 80 défenseurs sont pendus et la dame de Lavaur, bonne catholique, livrée aux soudards avant d'être jetée dans un puits. Un bûcher reçoit les quatre cents Bonshommes et Bonnes femmes de la petite ville qui ont refusé de renier leur foi. C'est le plus grand bûcher de toute la croisade.

Simon de Montfort se tourne enfin contre Raimon VI, qui a abandonné et trahi ses vassaux et se retrouve isolé.

Le roi d'Aragon intervient

Le 17 avril 1211, le pape Innocent III «expose en proie»les terres du comte de Toulouse et les promet à qui les prendra. En novembre 1212, des Assises réunies à Pamiers à l'initiative de Simon de Montfort les attribuent par avance aux croisés du nord, sous la suzeraineté du roi de France, Philippe Auguste. Mais voilà que proteste le roi Pierre II d'Aragon, beau-frère du comte de Toulouse et suzerain traditionnel des vicomtés de Béziers et de Carcassonne.

Pierre II supporte mal l'intrusion de Simon de Montfort. Il lui reproche ses exactions qui meurtrissent autant les bons catholiques que les hérétiques. Il se propose d'éradiquer lui-même l'hérésie cathare et envoie une délégation à Rome plaider sa cause auprès du pape Innocent III qui l'a couronné en 1204 et auquel il a lui-même prêté hommage de vassalité.

Pierre II fait valoir sa glorieuse contribution à une autre croisade, contre les musulmans d'Espagne celle-là. Le 16 juillet 1212, n'a-t-il pas remporté à Las Navas de Tolosa une victoire qui a abattu à jamais la puissance musulmane d'Espagne ?

Innocent III n'est pas loin de se laisser convaincre. Mais les prélats du Midi, qui ont l'oreille du légat Arnaud-Amalric, ont le dernier mot . Ils doivent leur diocèse au bon vouloir de Simon de Montfort et ne veulent lâcher ni l'un ni l'autre. Le pape cède à leur plaidoyer et refuse in fine de restituer Pierre II dans ses droits légitimes sur ses terre du Midi.

Dépité, le roi d'Aragon, héros de la croisade contre les musulmans, rejoint son beau-frère Raimon VI dans la guerre contre le catholique Simon de Montfort. Il est malheureusement tué à la bataille de Muret le 12 septembre 1213.

La guerre s'enlise jusqu'à la mort de Simon de Montfort lui-même sous les murailles de Toulouse le 25 juin 1218. Les seigneurs méridionaux relèvent la tête. Sous la conduite des comtes de Toulouse, père et fils, les «deux Raymond», ils reprennent partout l'initiative. La croisade lancée dix ans plus tôt s'avère un cruel échec.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 20:34

http://his.nicolas.free.fr/Conflits/PageConflit.php?mnemo=CroisadeAlbigeois

15 janvier 1208 : Assassinat de Pierre de Castelnau, légat du Pape, par un écuyer du comte de Toulouse Raymond VI. Pretexte de la croisade contre les Albigeois.
Le pape Innocent III saisit l'occasion d'abbatre l'hérésie et prêche la croisade contre les Albigeois.

10 mars 1208 : Le Pape Innocent III prêche la croisade contre les Albigeois.
Philippe Auguste est prié de prendre la tête de la croisade, mais refuse (au demeurant, il a déjà suffisament à faire avec Jean sans Terre). Elle sera dirigée par le légat du pape Arnaud Amaury et le baron Simon de Montfort.

Abbatiale de Saint Gilles
Pour sauver son pouvoir et echapper à l'excommunication, Raymond VI fait sa soumission et s'humilie publiquement à Saint Gilles.

18 juin 1209 : Raymond VI de Toulouse se réconcilie avec l'Eglise.
Pour ne plus être inquiété, il va même jusqu'à se croiser.

Le vicomte de Béziers, Raymond-Roger Trancavel (neveu de Raymond VI) se retrouve attaqué par l'armée croisée. Il tente de parlementer mais est éconduit. L'armée croisée se dirige vers Béziers. Raymond-Roger y accoure, donne les ordres pour la mettre en défense, et part pour Carcassone lever une armée de secours.





Béziers, ville martyre









Haut de page L'étincelle La conquête


L'armée croisée vient mettre le siège devant Béziers. Le temps travaille contre elle : la ville est tout à fait capable de soutenir un long siège et, les soldats de l'armée croisée étant soumis au système féodal du service de 40 jours (au delà desquels ils sont déliés de toute obligation et peuvent rentrer chez eux), l'armée croisée est menacée de désintégration (et la croisade de fiasco) si la ville ne tombe pas rapidement.

Une ambassade, dirigée par l'évêque de Béziers, est envoyée par les croisés aux assiégés. Les croisés exigent que leur soient livrés 222 cathares de la ville, après quoi Bézier n'aurait plus rien à craindre. Les consuls refusent, d'accord avec la population. L'évêque offre alors aux « croyants sincères » de quitter la ville avec lui. La plupart, y compris des prêtres catholiques, refusent. Les habitants de Béziers font front face à ce qu'ils ont bien identifié comme une armée d'invasion venue du nord. De plus, les chances des croisés de prendre la ville sont insignifiantes...

Béziers - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de D. Martin
Tellement insignifiantes que des Bitterois ne résistent pas à l'envie de sortir narguer les croisés. Ils taillent en pièces un croisé isolé. Imprudemment exposés, ils font une echauffourée avec quelques valets d'armes croisés. Soudain conscients de leur imprudence, les Bitterois refluent vers les portes grandes ouvertes de la ville... les croisés sur les talons ! Tout ce beau monde s'engouffre par la porte.

Le drame est joué ! Les croisés tiennent une porte et pénètrent dans la ville. Le carnage va durer toute la journée. Toute la population sera massacrée, et la ville brûlée.

22 juillet 1209 : Prise de Béziers par les Croisés. Massacre de la totalité de la population, cathares et catholiques confondus.
La tradition veut que, alors qu'on lui demandait s'il fallait distinguer les catholiques des cathares, le légat du Pape aie répondu « Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens ». La véracité de l'anecdote est très controversée, mais réelle ou pas, elle résume bien l'état d'esprit de l'homme qui écrira au Pape :



"Les nôtres n'epargnant ni le rang, ni le sexe, ni l'âge, ont fait périr par l'épée environ 20.000 personnes et, après un énorme massacre des ennemis, toute la cité a été pillée et brûlée. La vengeance divine a fait merveille".



La tragédie de Béziers a terrorisé le Languedoc. Pour profiter au maximum de cet effet psychologique, les croisés annoncent que toutes les places qui oseront resister subiront le même sort que Béziers. Aussitôt villes et forteresses font leur soumission.

Les croisés ne rencontreront plus de résistance avant Carcassonne.

1er août 1209 : Les croisés mettent le siège devant Carcassonne.
La ville cedera par manque d'eau. Raymond-Roger Trancavel négocie la vie sauve pour toute la population qui doit quitter la ville en y abandonnant tout ses biens. Le vicomte sera le seul emprisonné. Il est jeté dans un cul de basse fosse où il mourra, et Simon de Montfort prend ses titres.

Site de Minerve - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de D. Martin
L'année suivante, les principales forteresses cathares tombent aux mains de Simon de Montfort.

25 juillet 1210 : Réddition de Minerve.
août 1210 : Prise de Termes.
Château de Termes
1210 : Prise de Puivert.
Raymond VI lui-même est attaqué. Il est battu à Castelnaudary.


17 avril 1211 : Le comte de Toulouse Raymond VI est excommunié par le pape Innocent III.
septembre 1211 : Bataille de Castelnaudary : Victoire de Simon de Montfort sur Raymond VI.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 20:52







carte de france sous philippe auguste
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a6/Map_France_1180-fr.svg

Carte des principales villes d'Occitanie avec mention de la date connue de l'existence d'une charte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 20:58





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 21:37



RAYMOND VII (1197 – 1249).


http://www.fgoccitanie.com/article-les-comtes-de-toulouse-raymond-vii-107219262.html



Premier sceau de Raimond II Trencavel, vicomte d'Albi, Béziers et Carcassonne, avant 1247.



http://www.mmdtkw.org/CRUS-Unit9Images.html



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mer 30 Juil - 23:09

http://www.earlyblazon.com/

section "croisades" et Albigensian Crusade / Croisade albigeoise / 1209-1244

il y a la liste et les blasons de tous les participants (des deux cotés)

*****************

http://www.earlyblazon.com/earlyblazon/events/beziers.htm

ici : siege et massacre de beziers

et meme chose pour carcassonne :
http://www.earlyblazon.com/earlyblazon/events/carcassonne1209.htm

**********

meme site sur la Gascogne  :

Gascogne Français

La Gascogne est le territoire qui s'étend des Pyrénées à la Garonne. La Gascogne tire son nom des Vascons (Basques ?) qui envahirent cette terre au milieu du VIème siècle.
La Gascogne fut incorporée au duché d'Aquitaine à partir de 1036. Les comtés et vicomtés de Béarn, Bigorre, Comminges, dans les Pyrenees et de Lomage, Armagnac, Astarac théoriquement vassaux du duc d'Aquitaine étaient en réalité plus ou moins sous contrôle soit de l'Aragon soit de Toulouse, leurs plus proches voisins.



*********************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Jeu 4 Sep - 16:12

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_la_croisade_des_Albigeois

CHRONOLOGIE de la CROISADE des ALBIGEOIS


La croisade des barons
1208
:
14 janvier : assassinat du légat du pape, Pierre de Castelnau par un écuyer de Raymond VI de Toulouse1.
10 mars : le pape Innocent III proclame la croisade contre les cathares2.
1209 :
printemps : les croisés se réunissent à Lyon.
18 juin : Raymond VI de Toulouse fait sa soumission et s'humilie à Saint-Gilles et rejoint la croisade.
22 juillet : prise de Béziers dont la population est massacrée1.
1er août : début du siège de Carcassonne (croisade des Albigeois)2.
Pierre II d'Aragon tente une médiation entre les croisés et le vicomte Trencavel, mais sans succès2.
15 août : Carcassonne capitule. Raymond-Roger Trencavel, vicomte de Carcassonne, de Béziers, d'Albi et du Razès, est emprisonné2.
fin août : élection de Simon IV de Montfort comme chef militaire de la croisade et nouveau vicomte de Carcassonne, Béziers, Albi et Razès.

***********************

La poursuite de la lutte

1209 :
septembre : prise de Fanjeaux.
septembre : les habitants de Castres prêtent l'hommage à Simon de Montfort.
Simon de Montfort prend Pamiers au comte de Foix.
les habitants d'Albi prêtent l'hommage à Simon de Montfort.
Prise de Preixan.
fin octobre : Simon de Montfort rencontre Pierre II d'Aragon, mais ne reçoit pas l'investiture officielle de son suzerain pour les vicomtés.
fin novembre/déb. décembre : prise de Puisserguier par Giraud de Pépieux. La garnison de Simon de Montfort est massacrée, et les chevaliers sont mutilés.
10 novembre : mort de Raymond-Roger Trencavel, toujours emprisonné.

1210 :
15 juin: début du siège de Minerve (Hérault, France).
22 juillet : prise de Minerve par Simon IV de Montfort.
1er août : début du siège de Termes (Aude, France).
22 novembre : prise de Termes par Simon IV de Montfort.

1211 :
le roi Pierre II d'Aragon tente de négocier la paix entre le comte de Toulouse, le légat Arnaud Amaury et Simon de Montfort.
avril : bataille de Montgey.
3 mai : prise de Lavaur par Simon IV de Montfort.

*********************************

La guerre contre Toulouse


1211 :
5 juin : Raimond II Trencavel (né en 1204, il a 7 ans !) cède tous ses droits sur Béziers et Carcassonne à Simon IV de Montfort (Croisade des Albigeois).
15 juin : Simon IV de Montfort défait Raymond VI de Toulouse devant Toulouse et entreprend le siège de la ville.
29 juin : Comprenant qu'il ne réussira pas à prendre Toulouse, Simon IV de Montfort lève le siège de la ville et va ravager le comté de Foix pendant huit jours2.
septembre : Simon IV de Montfort et Raymond VI de Toulouse s'affrontent à Castelnaudary. Après cette bataille, la guerre albigeoise passe dans sa phase politique. C'est vraiment la lutte du Nord contre le Midi.

1212 :
printemps : Simon IV Montfort fait la conquête de l'Albigeois et du Quercy qui s'étaient révoltés contre l'occupation des croisés.

Bataille de Muret
été : Simon de Montfort fait la conquête de l'Agenais.
25 juillet : prise de Pennes-en-Agenais par Simon IV de Montfort.
Montfort convoque les seigneurs de ses domaines à Pamiers et leur fait rédiger les statuts de Pamiers, une charte décrivant l'organisation militaire, civile et religieuse de ses états.

1213 :
21 janvier : Pierre II d'Aragon prend officiellement le comte Raymond VI de Toulouse sous sa protection.
15 janvier : le pape déclare la fin de la guerre contre les hérétiques.
12 septembre : Bataille de Muret : Victoire de Simon IV de Montfort contre le roi d'Aragon, Pierre II (qui fut tué, et son fils emprisonné, et élevé par les Templiers) et son beau-frère le comte Raymond VI de Toulouse.

1214 :
avril : le pape Innocent III décide la paix et demande aux belligérants d'attendre les résultats du concile de Latran qui décidera du sort de la région.
juin : Montfort prend Marmande et Casseneuil, et reprend le contrôle de l'Agenais

********************

Le Concile de Latran

1215 :
8 janvier : Le concile de Montpellier donne provisoirement les biens de Raymond VI de Toulouse à Simon IV de Montfort1.
11 novembre : Ouverture du quatrième concile du Latran1.
30 novembre : Clôture du quatrième concile du Latran1.
15 décembre : le pape Innocent III démet Raymond VI de Toulouse de ses biens et attribue le marquisat de Provence à Raymond VII de Toulouse, et le comté de Toulouse, les vicomtés de Carcassonne et de Béziers et le duché de Narbonne à Simon IV de Montfort1.
1216 :
7 mars : Simon IV de Montfort reçoit la soumission de Toulouse

****************************

L'insurrection occitane


1216 :
mai : Raymond VII, fils de Raymond VI de Toulouse, entre dans la ville de Beaucaire et assiège le château, tenu par Lambert de Limoux, un officier de Simon de Montfort1.
6 juin : Simon IV de Montfort assiège la ville de Beaucaire1.
mort du pape Innocent III1.
24 août : Simon accepte de lever le siège de Beaucaire, en échange de la vie sauve de sa garnison qui tient toujours le château1.

1217 :
été : Simon de Montfort combat Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois1.
13 septembre : Raymond VII entre dans la ville de Toulouse, qui se révolte et rebâtit ses fortifications1.
22 septembre : Guy de Montfort débute le siège de Toulouse. Simon de Montfort le rejoint1.

Prise de Marmande par le prince Louis en 1219 (Guilhem de Tudèle, Chanson de la croisade des Albigeois, début XIIIe s.)

1218 :
25 juin : Simon IV de Montfort est tué lors du siège de Toulouse qu'il tente de reprendre à Raymond VII de Toulouse.
25 juillet : Amaury VI de Montfort lève le siège de Toulouse et se replie sur Carcassonne.

et ça continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   Mar 9 Sep - 14:12

L'insurrection occitane

1218 :
25 juin : Simon IV de Montfort est tué lors du siège de Toulouse qu'il tente de reprendre à Raymond VII de Toulouse.
25 juillet : Amaury VI de Montfort lève le siège de Toulouse et se replie sur Carcassonne.

1219 :
2 juin : le prince héritier Louis de France rejoint Amaury VI de Montfort qui assiège Marmande.
début juin : prise et massacre de Marmande.
16 juin au 1er août : 3e siège de Toulouse, par le prince Louis de France et Amaury de Montfort.
début août : le prince Louis quitte le Comté de Toulouse .

1220 :
Raymond VII prend Lavaur et Puylarens.
juillet à février 1221 : 2e siège de Castelnaudary par Amaury de Montfort, sans succès.

1221 :
Raymond-Roger de Foix prend Minerve.
Prise de Montréal par Raymond VII de Toulouse.

1222 :
2 août : Mort de Raymond VI de Toulouse. Raymond VII lui succède.

1223 :
27 mars : mort de Raymond-Roger de Foix.
juin : Roger-Bernard II de Foix prend Mirepoix.
juillet : Concile de Sens qui essaie de conclure la croisade.
14 juillet : mort de Philippe II Auguste, roi de France.

1224 :
14 janvier : Amaury de Montfort quitte Carcassonne et rentre en Ile de France.
février : Amaury VI de Montfort cède ses droits en Occitanie au roi Louis VIII3.
3 juin : Devant une assemblé d'évêques siégeant à Montpellier, Raymond VII de Toulouse, Roger-Bernard II de Foix et Raimond II Trencavel font le serment de purger leurs territoires de l’hérésie et à restituer les biens spoliés au clergé.
25 août : Le pape Honorius III accepte le serment de Raymond VII, Roger Bernard II et de Raymond II Trencavel et les confirme dans leurs possessions.

1225 :
29 novembre  : début du concile de Bourges pour traiter de la question cathare.


*******************************

La croisade royale

1226 :
28 janvier : fin du concile de Bourges. Raymond VII, n'ayant pas satisfait aux conditions posées par le pape, est excommunié.
30 janvier : Louis VIII, roi de France, se croise contre les Albigeois.

28 mai : l'armée royale atteint Lyon.
6 juin : l'armée royale atteint Avignon, qui refuse d'ouvrir les portes.
10 juin : début du siège d'Avignon.
9 septembre : Avignon capitule.
automne : Carcassonne se révolte contre Trencavel et ouvre ses portes au roi Louis VIII3.
29 octobre : Louis VIII, arrive à Montpensier et tombe malade (disenterie).
8 novembre : Mort de Louis VIII.

1227 :
18 mars : mort du pape Honorius III et élection de Grégoire IX, neveu d'Innocent III.
avril : le concile de Narbonne confirme les excommunications des comtes de Toulouse, de Foix et de Comminges.
été : siège et prise de Labécède.

1228 :
été : Humbert de Beaujeu ravage les environs de Toulouse.
novembre : Soumission d'Olivier de Termes et Pons de Villeneuve.

1229 :
mars : conférence de Meaux.
12 avril : Traité de Paris :
Raymond VII fait pénitence devant Notre-Dame de Paris
Raymond VII donne sa fille Jeanne en mariage au frère du roi, Alphonse de Poitiers.

16 juin : soumission de Roger-Bernard II de Foix à Saint-Jean-de-Verges.
été : envoi d'ecclésiastiques en Occitanie chargés de combattre l'hérésie


*********************

Prolongement de la croisade


1231 :
25 décembre : Mort de Foulques, évêque de Toulouse

1232 : Organisation de la résistance cathare au concile de Montségur.

1233 :
20 avril : le pape Grégoire IX crée les tribunaux de l’Inquisition.


1240 :
août : Raymond Trencavel se révolte
7 septembre : Trencavel met le siège devant Carcassonne.
11 octobre : l'arrivée d'une armée commandée par des officiers royaux oblige Trencavel à lever le siège de Carcassonne.

1241 :
12 mars : Raymond VII doit renouveler à Montargis son serment de lutter contre les Cathares.
juillet : troisième siège de Montségur, par Raymond VII et sur ordre du roi de France. Le comte de Toulouse lèvera le siège sans avoir donné l'assaut3.1242 :
28 mai : massacre des inquisiteurs à Avignonet et deuxième excommunication de Raymond VII.

1243 :
mai : début du siège du château de Montségur3.
1244 :
1er mars : Raymond de Pereille et Pierre Roger de Mirepoix, qui dirigent la défense du château de Montségur, commencent à parlementer3.
16 mars : le château de Montségur capitule. 200 Cathares sont brûlés.

1247 : Soumission finale de Raymond Trencavel à Paris.

1249 :
27 septembre : Mort de Raymond VII. Son gendre Alphonse de France, comte de Poitiers, lui succède

1255 : Reddition de Quéribus, puis du Château de Niort dernières places fortes cathares3.

1271 :
21 août : mort d'Alphonse de France, comte de Poitiers et de Toulouse, suivi de celle de sa femme le 25 août. Les comtés de Toulouse et de Poitiers sont réunis à la Couronne.

1278 : 200 Cathares brûlés à Vérone et 200 autres à Sirmione.
1321 : Dernier bûcher de Cathares, Guillaume Bélibaste est brûlé à Villerouge Termenès.
1328 : Dernière persécution de Cathares : emmurement de 510 d'entre eux dans la grotte de Lombrives par Jacques Fournier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cathares et croisade albigeoise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cathares et croisade albigeoise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Croisade Albigeoise & Morée Franque] C'est reparti !
» La Croisade écarlate
» La Croisade Ecarlate
» Stratèges Cathares (Beziers) les 30 et 31 octobre 2010
» [1000pts - Partie amicale/collection] Louis IX en croisade !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Ars Magica-
Sauter vers: