Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Balthazar de Ribière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
plm78

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 08/01/2015
Age : 31
Localisation : yvelines

MessageSujet: Balthazar de Ribière    Dim 3 Mai - 23:46



En revenant du récital j’apercevais à la fenêtre la lueur du feu crépitant dans l’âtre du petit salon. Ma douce et belle Chloé m’accueilli avec tout l’amour et la retenu du a l’étiquette ainsi que mon fils Louis dont la candeur enfantine se souciait peu des restrictions sentimentales de notre noble classe. La soirée avait été juste, précise, je fus la touche final du diné d’un baron a l’oreille juste appréciant mes œuvres et les son de mon instrument peu apprécié en ces temps par quelque langues rétrogrades accrochés à la coutume de la vièle. Cela faisait cinq années que je travaillais cet outil musical nouveau et l’acharnement, la maitrise, la minutie m’offraient une qualité de jeu incomparable grâce à un touché et une sensibilité transpirant dans mon maniement de l’archet et la tenu de mes notes.
L’automne bien avancé ma compagne rajouta du bois sur le feu et comme tous les soirs avant que la nourrisse ne couche le chérubin j’allais commencer à jouer un morceau totalement improvisé, lançant des arpèges puis magnifiant le tout par des gammes. Certain soir utilisant des gammes plus exotiques offertes par la diversité qui régnait près du port, d’autres soirs plus simple, plus sobre, évitant les quartes et les quintes dissonantes aux oreilles d’un passé révolu. Mais ce soir là, exactement au début de la première note, le tonnerre gronda à l’unisson précisément au moment ou la mèche de mon archet frotta la corde du violon. La sensation de l’instant m’emporta dans un morceau ou les passages atoniques bas succédaient aux notes stridulantes, saccadées, virulentes. Les yeux fermés concentré sur l’émotion effroyable de l’œuvre calé sur la mesure du grondement extérieur il fallut un cri épouvantable de mes deux spectateurs pour me réveillé de ma turpitude musicale. Mais mon corps ne pouvait s’arrêter. Je vis ma femme et mon fils mourir dans des spasmes et des convulsions, éclaboussés par les effusions du carmin sortant de leurs oreilles. Mes larmes coulaient mais la musique continuait. Je n’étais plus maitre de moi, la musique avait réveillé le démon. Mon violon se teintai de leurs sang et dans les flammes de l’âtre attisé par le récital démonique une silhouette riait au éclat et appréciait la scène . Puis le feu vacillât et s’éteignit dans une implosion d’air. Mon corps me fut rendu mais la violence de la représentation m’avait épuisé, je sombrais dans l’épuisement.
Au réveil la demeure était silencieuse, tout le monde avait péris. Je m’enfuyais avec l’argent du coffre familial et mon violon pour refaire ma vie ailleurs sous un autre nom. Rien ne serai plus pareil. On m’arrêta quelques jours plus tard et m’emprisonna. La veille du jugement on me fit sortir de la prison et j’atterri dans une société secrète appréciant mon don particulier. L’ordre d’Orphée. A leur solde je m’acquittais de missions d’assassinat qui me permirent de maitriser cet art. Au fil du temps je tuais plus adroitement et j’arrivais par le biais du vibrato de mon bras à contrôler la qualité de la souffrance imposée. Ma vie n’était plus la même, seule restai l’amour. L’amour de la musique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plm78

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 08/01/2015
Age : 31
Localisation : yvelines

MessageSujet: Re: Balthazar de Ribière    Ven 29 Mai - 21:50

Le soleil se lève sur l’horizon en un demi cerle  doré dardant ses rayons sur la mer calme de l’aube. La nuit a été éprouvante autant physiquement que psychiquement et le souvenir de toutes ces ame perdu me hantera toute ma vie. Isidore, Enriqué, Fidèle, Moustafa, Chloé, Louis et même sœur Anne. Je me laisse aller à la mélancolie me baladant sur les quais du port d’Alicante baignés par la chaleur matinale et le calme précédant  la reprise de l’expulsion des protestants. L’essence du maitre a trouvé la grâce de la gémellité, le chat blanc s’en est allé et il ne reste que mon ombre errant au milieu des cordages, des tonneaux et des navires.  Mon violon dans  le dos, lourd du poids de mes regrets et ma peine inextinguible.
Puis, soudain, un cri enfantin déchire la douceur du petit jour me soulevant le cœur, m’extirpant de ma langueur et muant mes jambes flasques en une course pressante. La voie s’amplifiante au détour d’un bâtiment me dévoilant une jonc a demi coulé par la frénésie de l’exode. Me ruant sur l’embarcation en ruine je monte sur le pont démâté et commence a dégager un tas de bois d’où la voie parait provenir. Autant avec ardeur les planches amoncelé un petit bras poilus fini par surgir et agripper mon bras me faisant sursauter et reculer. La chose fini par se dégager d’elle-même et m’offre à découvrir se que j’ai déjà vu dans les livres d’explorations, un spécimen exotique au visage emplis de malignité déformé par un large sourire gesticulant et dansant pour montrer sa joie. Le ouistiti me voyant rire aux éclats fini par me sauter sur l’épaule et un bon d’une rapidité et d’une dextérité incroyable. Ma tristesse était partie pour laisser place au rire. C’est décidé, tu t’appellera Risisti. A cette instant le son d’une flute au loin m’interpella. Une mélodie aux sonorité dissonante et au tempo désordonné qui pour le commun des mortel n’eu été qu’un vacarme indescriptible fut pour moi un message claire des Orphiste m’exhortant a une nouvelle mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Balthazar de Ribière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imprévus au Manoir Oblivion [RP Xyméréj, Balthazar, autres]
» Une nouvelle statue sur la place du Temple de Balthazar!
» La planête de Balthazar Picsou ( LEGELEURDECOEUR )
» Warhammer JDR : pour Sigmar ! ... ou pas ?
» THE SCORPION KING / Le roi scorpion (Jakks pacific) 2002

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Mage renaissance-
Sauter vers: