Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mar 5 Mai - 19:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mar 5 Mai - 23:12




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mar 5 Mai - 23:16


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mer 6 Mai - 8:15


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mer 6 Mai - 19:42








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mer 6 Mai - 19:46



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mer 6 Mai - 20:04









Dernière édition par Zachary le Mer 6 Mai - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mer 6 Mai - 20:04











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Jeu 7 Mai - 8:22

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Jeu 7 Mai - 19:36


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Jeu 7 Mai - 21:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Ven 8 Mai - 12:47


Lord Thomas Howard, en l'an 1512









Son épouse, Lady Catriona Howard, née Catriona MacLeod de Lewis


Dernière édition par Zachary le Dim 10 Mai - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Ven 8 Mai - 17:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Sam 9 Mai - 11:39


William Grocyn, 1499. Chancelier d'Oxford, Grand Maître de l'Ordre d'Hermès.






Dernière édition par Zachary le Dim 10 Mai - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Dim 10 Mai - 11:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Mar 19 Mai - 19:03




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Lun 1 Juin - 23:28

Valkyrja, la lame des brumes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   Dim 7 Juin - 12:36

1528, dans un petit manoir près de Calais, en France occupée.

Personnages :
Lord Thomas Howard – Duc de Norfolk et ambassadeur du Roi
Lucia la Castillane – Bâtarde Habsbourg
Serena – Espionne

SERENA : Mademoiselle, vous avez un visiteur.

LUCIA, Visiblement enceinte : Un visiteur ? Notre retraite n’est-elle pas secrète ? N’est-ce point-là la promesse que vous me fîtes lorsque vous vîntes à moi, il y a de cela quatre mois? N’aviez-vous point promis que nul ne saurait où je suis et que ma honte et mon déshonneur seraient cachés, sous le prétexte que je me retirai de la Cour de l’ennemi de mon neveu ?

SERENA : Si Mademoiselle et je vous assure, cette promesse est aussi vraie qu’au premier jour. Nulle âme ne sait où vous êtes et votre condition jamais n’atteignit les oreilles de la Cour. Tous pensent que la politique vous a fait quitter la présence du Roy et tous savent que vous reviendrez. Aujourd’hui, c’est mon maître qui vous rend visite, celui même qui orchestra votre retraite.

LUCIA : Votre maître ? Faîtes-le entrer alors !

SERENA : Tout de suite, Mademoiselle.

Serena s’en va et c’est alors Lord Howard qui entre.

LUCIA, surprise : Lord Howard ? Est-ce vous donc à qui je dois mon temps en ce lieu ? J’aurais dû m’en douter, car qui d’autre que vous m’extraderait en France conquise.

LORD HOWARD, après s’être incliné respectueusement : De cela je suis coupable, Mademoiselle Lucia. Et de bien d’autres choses. J’espère que le séjour fut à votre convenance ? Je m’excuse d’ores et déjà pour le secret et l’absence de faste dont vous avez souffert, mais vite et sans éveiller les soupçons nous dûmes agir.

LUCIA : Ne vous excusez pas, je vous en prie. Vous avez sauvé mon honneur et ma réputation, alors que vous auriez pu et que vous auriez été en droit de me laisser subir cette humiliation. Je vous dois plus que la vie.

LORD HOWARD : Vous dîtes cela à présent, mais bientôt vous me maudirez de tout votre être.

LUCIA : Vous maudire, Lord Howard ?

LORD HOWARD : Je vous en supplie, nommez moi Thomas. Ou mieux encore, appelez-moi William. Nous ne sommes pas à la Cour, les faux-semblants ne sont guère de mise ici.

LUCIA : William ? Vous m’intriguez. Et vous avez, avec doigté je vous l’accorde, échappé à ma question. Vous apprendrez, Lord Howard, ou plutôt William, que je ne suis point de celles qui lâchent leur proie avec aisance. Pourquoi donc devrais-je vous maudire ?

LORD HOWARD : Asseyez-vous, je vous en prie. Je viens à vous avec une confession, une confession de toute ma culpabilité, mais je n’attends pas de vous le pardon ou la miséricorde. Je ne saurais rien demander de vous.

LUCIA : Je vous écoute.

LORD HOWARD : Tel Faust, qui damna son âme et pactisa avec le diable en personne, je fis un contrat de chair et de sang avec un être qui nous dépasse, un être dont les demandes sont cruelles et dont le règne est terrifiant. Je voudrais penser que je n’eus que peu de choix, car sans ce pacte, je serais resté prisonnier pour des éons dans un autre monde et jamais je ne vous aurais revue, mais ce serait être parjure que de prétendre cela. La vérité est que j’avais le choix et que je pris une faveur, en échange d’une faveur à venir. Une faveur qui devait me coûter tout ce qui était le plus cher à mes yeux, une faveur qui me pousserait à la folie ou à la mort, selon. Cette faveur, vous touche vous.

LORD HOWARD, après s’être assis à son tour : Ce ne fut point moi, qui il y a de cela six lunes vous visita. Celui qui vint à vous n’était point de ce monde, même s’il portait mes traits. Vous êtes mage également, je le sais. Vous savez de quoi je parle.

LUCIA : Vous parlez de mon enfant.

LORD HOWARD : Cet enfant n’est ni mon fils, ni ma fille. Cet enfant est le fruit du pacte que je passai avec une force supérieure. Cette force supérieure, elle me l’a promis, viendra le prendre à sa naissance.

LUCIA, après un très long silence, s’exprime avec froideur : Cet enfant, jusque ce jour je l’aimais plus que tout au monde, malgré l’humiliation, malgré le déshonneur, malgré les tourments à venir, car cet enfant était le nôtre. Mais ce jour j’apprends que jamais il ne fut vôtre et que jamais nous ne nous connûmes intimement. Je donnai mon cœur à un être immonde, à un démon en pensant que c’était vous. Que me suis-je fourvoyée. Et vous attendîtes, des mois et des mois, me laissant dans l’ignorance heureuse et stupide d’une femme prête à devenir mère d’un diable. Ne suis-je que cela pour vous, un ventre rond pour vos pactes, à pour accueillir des engeances terribles ?

LORD HOWARD : Je mérite votre courroux. Je mérite votre mépris. Je mérite votre haine. Mais ne vous détestez pas vous-même et ne détestez pas l’enfant. Ne me détestez que moi.

LUCIA : Est-ce cela que vous voulez ? Que je vous déteste ? Cela vous donnerait encore du pouvoir sur moi, car c’est de cela qu’il s’agit, n’est-ce pas ? De pouvoir ? Et si je vous donnais mon indifférence à la place ? Que je vous pardonnais et vous disais juste de partir, en paix ? Ne serait-ce pas la chose la plus cruelle que je pourrais vous faire ?

LORD HOWARD : Ce serait pire que votre haine, oui.

LUCIA : Pourquoi ? Vous me devez bien la vérité, en ce jour. Longtemps nous avons joué, longtemps nous avons été des enfants, vous et moi, mais vous m’avez volé votre dignité. Je veux donc vous voir à nu également, rampant dans la vérité.

LORD HOWARD : Je vous aime, Lucia.

LUCIA : Vous m’aimez ? A quel point ?

LORD HOWARD : Je connus dans ma vie la peur et la terreur. Plusieurs fois fus-je jugé, à deux doigts d’être décapité où brûlé vif. Je me battis contre des êtres immondes, incroyablement dangereux, à la magie propre à m’écraser en un instant. Je connais la peur et la terreur, intimement. Pourtant, jamais n’eus-je aussi peur que de franchir cette porte et de me présenter à vous. Vos regards acérés m’écorche vif plus douloureusement que ne pourrait le faire le plus habile des inquisiteurs ; vos sourires cruels lacèrent mon corps et m’entaillent plus profondément que la lame d’un bourreau ; lorsque par mégarde vos doigts incandescents touchent ma peau celle-ci s’embrase tant et si bien que le plus ardent des buchés paraitrait de glace en comparaison ; lorsque votre parfum empoisonné m’atteint je suffoque dans un délice terrible ; quand je sens fugacement la caresse acide de votre chevelure mon cœur est défiguré. Et pourtant, de toutes les infernales tortures que vous m’infligez, votre absence est de loin celle qui me fait le plus souffrir et les pires tourments que je puis vivre ne sont rien, face à la peur de ne jamais vous revoir. Vous avez une emprise sur mon âme, une emprise dont vous ne sauriez imaginer la force. Je renierais mon roi, je renierais mes terres et mes titres, je renierais mon ordre et ma cabale, ma magie et Dieu lui-même si vous me le demandiez. Si vous m’ordonniez de me tuer sur le champ, c’est sans hésitation que je m’exécuterai.

LUCIA : Tuez-vous sur le champ.

Lord Howard dégaine sa lame et est sur le point de se transpercer la gorge.

LUCIA : Non ! Arrêtez.

LORD HOWARD : Je vous en supplie Lucia, laissez-moi mourir pour vous. Vivre avec votre indifférence serait mille fois plus cruel. Si vous m’avez un jour aimé, un jour apprécié, laissez-moi payer de ma vie. Serena ne vous chasserait pas, j’y ai veillé. Ma fortune serait votre. Ma mort ne vous nuirait point. Dispensez-là comme il vous sied.

LUCIA : Vous ne mourrez pas ce jour, William. Je ne vous pardonne pas. Peut-être même que je ne vous pardonnerai jamais. Je ne puis, cependant, malgré ma rage et ma fureur, vous être indifférente. Je ne sais point si je vous hais ou si je vous aime, mais je ne saurais vous faire quitter cette vie, cette pièce ou cette emprise que j’ai pour vous. Je veux vous voir souffrir, pour moi, mais je veux également souffrir. Je ne sais ce que je ferai de l’enfant ce jour, mais s’il n’est pas le vôtre, il n’est pas le mien. S’il est le vôtre, alors il est le mien, peu importe qu’il soit en ce monde ou dans un autre.

Lucia se lève et prend l’arme des mains de Lord Howard.

LUCIA : Mettez genoux à terre, Lord Howard. Reniez votre ordre, reniez votre roi, reniez votre titre, reniez vos terres.

LORD HOWARD, genou à terre : Je renie l’ordre des humanistes, je renie Henry VIII, je renie mon titre de Duc, de comte et de mage, je renie mes terres, je renie ma femme et ma descendance.

LUCIA, adoubant Lord Howard : William, connu sous le nom de Lord Thomas Howard, moi, Lucia, je vous rends votre foi, je vous rends vos titres, je vous rends vos terres, je vous rends votre femme et votre sang et je vous rends votre humanité. Mais je ne vous rends point votre amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lord Thomas Howard, Ambassadeur à la Cour de France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lord Thomas ? Evidemment je le connais ...
» The lord Inquisitor
» La Cour Bubonique du Frère Bassik aux Six Pustules, dit " le Purulent"
» Syl-Iriah de Raging Heroes peinte par Thomas David
» Demande de cour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Mage renaissance-
Sauter vers: