Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Revendicaterres et bioconservateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Revendicaterres et bioconservateurs   Mer 26 Avr - 16:00

Eclipse Phase est un jeu fabuleux par bien des aspects. L’auteur Rob Boyle montre une incroyable virtuosité en sollicitant des connaissances incroyables relatives à l’astronomie, à la colonisation spatiale, au transhumanisme, à la sociologie, politique, anarchie.

Ainsi les conséquences sociales concrètes d’un régime politique donné, les implications des découvertes scientifiques sur le quotidien des transhumains, la capacité pour des colons spatiaux de s’adapter à des environnements hostiles, tous ces points donc sont décrits avec minutie, avec une cohérence rare, avec une vue d’ensemble exceptionnelle.


Il n’est pas questions de porter ombrage à ce jeu fabuleux, mais sur d’autres questions, Rob Boyle montre une naïveté exceptionnelle, une vrai candeur liée à ces convictions anarchistes et transhumanistes.

J’ai montré ailleurs que l’on pouvait décrire le rapport entre l’homme et la technologie de façon bien plus grinçante (et à mon avis réaliste) en créant mon propre jeu sur le transhumanisme. C’est en puisant dans les écrits de philosophes et de sociologues comme Gunther Anders, Hans Ionas, Martin Heidegger, Jacques Ellul, Ivan Illitch que l’on trouve une description sérieuse des dangers que l’ultratechnologie fait peser sur la condition humaine. A ceux qui ne souhaitent se reporter à ces auteurs, je leur propose la lecture de AION, le jeu de rôle transhumaniste amateur qui est le fruit de ces cogitations.

Il n’est pas question ici de recréer AION dans le cadre d’une campagne d’Eclipse Phase. Les 2 jeux sont parfaitement disjoints et complémentaires puisqu’ils partent de prérequis philosophiques parfois opposés.

Pourtant, en refusant d’envisager les arguments parfois légitimes des techosceptiques autrement que de façon caricaturale, Rob Boyle ferme un nombre de possibilités ludiques fabuleuses.

Je viens d’achever la lecture de Sunward et de Rimward. Le système solaire est partitionné entre 2 groupes : le consortium qui émule un modèle ultracapitaliste et l’alliance autonomiste qui malgré de grandes disparités décrit les milles déclinaisons du modèle anarchiste.

On a donc une opposition entre des libéraux (plutôt de droite politiquement) et des libertaires (plutôt de gauche).

La jonction entre les 2 est Extropia, la cité ruche anarco capitaliste, fief des libéraux libertaires.

Il me semble évident que ces 2 paradigmes (le libéral et le libertaire) loin de s’opposer sont complètement intriqués et sont la déclinaison d'un même idéal de liberté rapporté dans un cas au champ économique, dans le second au champ social.

Je renvoie à l’ensemble de l’œuvre de Jean-Claude Michea pour illustrer cette idée extrêmement urticante, à savoir que les dérégulateurs économiques et sociaux communient dans un même amour de la science, du progrès, de l’avenir, de l’individu roi que l’on oppose de façon parfois caricaturale aux tenants de l’autorité, de la tradition, de la famille, de la religion, de la culture dominante, du passé, de l’irrationnel.

L’ensemble du jeu Eclipse Phase se tient dans cette nasse. Il n’est pas question de faire l’apologie des « odieux réactionnaires », mais peut-on croire seulement que la question de la religion (pour ne prendre que cet exemple) aura été évacuée en 2100 ?

Ne peut-on imaginer que le besoin de spiritualité est inscrit au cœur de notre humanité et que la religion est un des moyens de combler cette soif existentielle qui situe l’homme dans une totalité qui le contient et qui impose des limites la ou le paradigme libéral/libertaire suppose l’illimité, le refus de bornes, de normes, de limites.

Construire un homme maître et possesseur de la nature et de lui-même, c’est refuser d’envisager sa responsabilité métaphysique. Nous ne possédons pas le monde, nous le recevons pour le transmettre à notre tour.

Ainsi, lorsqu’il envisage le recours aux anciens paradigmes religieux, étiques, spirituels, Rob Boyle reste allusif et méprisant. Les mélancoliques lunaires, les odieux fascistes joviens et quelques groupes margellans régressifs sont les seuls tenants de cette idée que l’ensemble du patrimoine dématérialisé humain ne mérite pas d’être jeté avec les débris des titans, mais que la sans doute se cache un espoir, un remède, un « pharmakon (à la fois antidote et poison donc) qui permettra à l’humanité d’éviter l’extinction.

La différence entre les titans et les prométhéens, ces sortes de divinités technologiques se tient la : d’un côté l’hubrys, l’illimité, de l’autre l’étique, l’empathie, l’attachement à des normes seules à même de modérer, de réguler, d’éviter le nihilisme déjà ressenti par Nietzsche au XIXème siècle.

C’est afin d’éviter la disruption technologique (décrite avec tant de précision par Bernard Stiegler), la schizophrénie digitale que l’humanité doit recomposer, associer les opposés : le passé et l’avenir, l’individu et la collectivité, la liberté et la contrainte, la société ouverte et fermée, l’identité et l’altérité.

C’est dans la reconstitution de ce maillage qu’apparait au delà du corps (le morphe) et de l’esprit (l’ego), l’âme qui relie les 2 précédents, fait de nous un être trinitaire et capable d’intériorité et d’affects.

Bien plus qu’un transhumain en somme assoiffé d’illimités, de désirs et d’augmentations : un être autonome, qui s’est donné dans un cadre social son propre cadre de fonctionnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Mer 26 Avr - 22:04

Merci beaucoup d'avoir partagé tes reflexions. Je vais tenter d'apporter ma pierre a l'edifice, je n'ai pas ton bagage philosophique alors ce n'est qu'une simple experience de pensée mais de mon point de vue de conteur d'histoire, j'arrive au meme constat.

L'idée que parce que l'homme devient machine ou qu'il aurait acces à l'espace, dans le cas du jeu les deux s'additionnent, il serait totalement débarrassé des questionnements qui le hante depuis qu'il a pris conscience de son existence me semble un peu tiré par les cheveux. Bien au contraire des questions sur l'identité pourrait émerger, avec peut etre des reponses désagréables.

D'un point de vue narratif, et sur ce plan on rejoint un peu les sciences humaines, il me semble plus interessant de reflechir à l'evolution des croyances et des paradigmes plutot que de les balayer d'un revers de la main.

Considérer que parce qu'il n'a plus peur de la mort, l'homme ne croit plus en dieu me semble parfaitement reducteur, la peur de la mort n'est qu'un des elements auquel repond la religion, on pourrait ajouter à ca un code moral, c'est souvent la premiere des philosophies à laquelle on est confronté, il me semble donc plus qu'improbable que du jour au lendemain (c'est le cas dans le jeu) toutes ces croyances disparaissent.

De la meme facon, si on decouvrait d'autres traces de vie sur terre, les gens croyants feraient evoluer la representation de "leur" dieu mais ils ne cesseraient pas de croire. Le bouddhisme a deja un peu cette approche avec les différentes reincarnations de bouddha.

la fusion homme machine devrait apporter son lot de reflexion alors qu'elles sont réduites a leur portion congrue. Or ce que montre tres bien Dan Simmons dans Hyperion, pour comparer prendre une autre oeuvre de fiction, c'est que le besoin de croire en quelque chose, le besoin de repere est essentiel, on ne se battit pas ex-nihilo.

Mais cette vision est peu binaire n'est elle pas propre a l'anarchie la plus combative?

On pourrait d'ailleurs reflechir a une société hyper anarchiste comme il la décrit. A quoi ressemblerait une société ou ma liberté n'a pour limite que la liberté d'un autre à y répondre? Une société sans regles en somme? Il est amusant de voir comme ces reflexions font échos aux mouvements politiques actuels ou chacun veut son systeme, est son propre dieu et ne cherche que son contentement. Il est amusant quand meme qu'il méprise autant les anciens paradigmes alors que les titans ont tout de dieux.

Dans une telle dynamique, la société de Rob Boyle aurait du mal a s'etendre dans l'espace, je pense meme qu'elle aurait du mal a aller dans l'espace. Chez lui tout semble matériel mais je vois mal comment la science qui semble le remede a tout pourrait se contruire de facon conceptuelle. Avant la theorie, avant le calcul,  il y a l'experience de pensée, la prise en compte spirituelle d'une phénomene. De plus cette soif illimitée d'autosatisfaction me semble diametralement opposée aux mecanismes qui conduisent aux grandes avancées (que ce soit une guerre entre un bloc et un autre ou volonté de donner a une société quelque chose)

Toute la difficulté du jeu, c'est de savoir quoi garder et quoi jeter. La science y arrive tres bien en recyclant ses idées mais pour le reste? C'est vraiment une question interessante.

Enfin d'un point de vue plus personnel, je regrette que la culture n'est pas une plus grande place dans ce jeu. Je ne m'etonnes pas que les arts aient disparus puisque la transcendance a disparu du jeu. Il ne reste que les hyper artistes mais que reste il de l'ame et de l'animalité de la creation? Les tableaux ne sont que des trophées qui n'ont de valeur que parce qu'ils viennent de la terre par exemple.

bref, je ne sais pas si je fais avancer le débat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Mer 26 Avr - 22:50

J'ecoutais une conférence sur l'atome. Il m'est venu une idée. Et si les transhumains ne pouvait plus acceder au niveau de pensée metaphysique en renoncant a leur corps. Apres tout, la pensée on ne sait pas ou elle nait, est ce emergeant? est ce un sens? Lorsque les esprits ont été scanné, la pensée, la dimension métaphysique n'a t'elle pas été laissé en route? si oui, serait il possible de voir ré émerger quelque chose?

bon  ca dit pas grand chose, c'est une idée comme ca.

je vous la met la:

https://www.youtube.com/watch?v=o6DuM-ENS-E c'est autour des 20 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Dim 30 Avr - 10:55

Sexualité dans Eclipse Phase

Encore une fois, je ne souhaite pas porter ombrage à Rob Boyle, auteur du merveilleux Eclipse Phase, anarchiste et transhumaniste (je suis moi-même un peu anarchiste au sens Proudhonien), mais la question de la sexualité est à peine ébauchée et il y a la une formidable naïveté de l’auteur qui n’a pas vu les conséquences considérables qu’avaient cette question sur la survie même de la (trans)humanité.

En préambule et afin de se détendre, parlon un peu de pratiques sexuelles.

La théorie du genre qui était une conviction controversée au 21ème siècle est devenue une réalité objective grâce au transhumanisme.
Un personnage se définit sexuellement selon 3 paramètres disjoints et variables :
Le sexe du morphe
Le genre de l’ego
L’orientation sexuelle de l’ego

Concernant le premier point, le sexe de l’ego, les choix d’enveloppes ne le limitent nullement à masculin et féminin.
Il faut ajouter à ces 2 possibilités les plurisexués (dont les transexuelles et les hermaphrodites) et les asexués (très en vogue dans les milieux hypercorporatistes pour des motifs d’efficience et de performance).

Tout comme on change facilement d’ego donc de genre, l’ego est lui-même soumis à une variabilité voire à des opérations de psycochirurgie. Entre l’homosexualité et l’hétérosexualité strictes, il y a tout un spectre de flexibilité et de bisexualité occasionnelle ou non.

De même la dissociation entre le corps (le morphe) et l’esprit (l’ego) ont des conséquences primordiales.
Les hédonistes qui visent avant tout à une expérience physique s’attacheront au morphe et seront peu regardants sur l’ego.
Les amoureux platoniques les plus romantiques et désincarnés s’attacheront à un ou plusieurs egos (pluri amoureux) et la question du morphe sera secondaire par rapport à l’identité du / des partenaires.

Parlons maintenant de procréation.

Selon Schopenhauer, la sexualité et la romance sont des ruses du vivant afin d’assurer « la volonté de puissance » du vivant qui veut sa perpétuation par la procréation.

Je veux montrer brièvement qu’en menaçant le désir et la capacité de procréation des transhumains, celle-ci court un risque d’extinction au moins aussi dangereux bien que moins violent d’extinction que la menace des Titans !

Voyons un fait simple qui semble avoir parfaitement échappé à Rob Boyle :

En 2100, à cause de la chute et des changements de morphes, la grande majorité de la transhumanité ne possède plus son patrimoine génétique.
Génétiquement (je ne parle pas des synthétiques bien sur mais principalement des biomorphes)), les morphes n’ont aucun lien génétique avec l’ego de leur porteur.

De nombreux transhumains ont du abandonner leur corps dans des conditions épouvantables sur Terre pendant le chute pour s’egodiffuser en catastrophe.
Les hypercorps (dans le système intérieur) et les collectifs de genehackers (aux confins du système) fournissent des biomorphes optimisés génétiquement, parfois de série, parfois singularisés, mais constitués parfaitement indépendamment du patrimoine génétique de leur porteur (le corps a été perdu depuis longtemps)
Cela implique qu’un biomorphe féminin qui tomberait enceinte enfanterait un bébé qui n’aurait aucune connexion génétique avec ses géniteurs.
C’est un point important : les enfants ne sont pas créés ; ils sont achetés dans les milieux hypercapitaliste dans des banques génétiques, puis fabriqués.
Le clonage neural permet aux transhumains de se perpétuer en créant des egos donc des esprits d’eux-mêmes. Cela ajouté à l’immortalité des egos (sauvegardes, piles corticales) rend psychiquement et spirituellement la question de la procréation parfois secondaire, souvent impossible. On n’enfante pas, on fabrique :

Il faut exclure de ces considérations les « odieux bioconservateurs » souvent attachés à des corps (morphes basiques) qui peuvent aimer, enfanter, mourir comme le faisaient jadis les humains.

Pour l’hyperélite et les rares chanceux qui ont pu conserver leur corps, voire le cloner physiquement, il est possible d’avoir des enfants.
En 2100, les futures mères de l’hyperélite ne veulent plus souffrir pendant 9 mois. Il y a donc 2 solutions pour avoir des enfants :
L’ecto génèse consiste à laisser le développement de l’enfant dans un utérus artificiel un peu comme dans le roman « le meilleur des mondes »
C’est souvent décevant pour le développement affectif de l’enfant.
L’hyperélite préfère alors recourir à des prestations de mères porteuses bioconservatrices ou à des morphes spécifiques (les génitrices) sortes de poules pondeuses améliorées génétiquement et optimisées pour porter des enfants.

Les gamètes sont soit sélectionnées soit améliorées génétiquement afin de pourvoir le futur enfant du patrimoine génétique le plus optimisé aux fonctions qui sont envisagées pour lui

Le problème du clonage d’ego c’est qu’il apauvrit la diversité génétique et psychique des générations à venir, ce qui les rend vulnérables à un virus optimisé qui fera tomber la transhumanité comme un château de carte. Vous avez dit exsurgent ?
En effet, avec les méthodes de clonage neural et physique, il y a un appauvrissement, une uniformisation du vivant qui est aux antipodes de la vie qui se perpétue dans le changement et non dans l’identique. Une forme de maladie, de virus en sorte qui consiste au déploiement du même.

Je finis ce document en laissant au lecteur la possibilité d’imaginer de façon sensée l’éducation orwellienne des enfants en 2100 et leur capacité de parvenir à un développement psychique cohérent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Dim 7 Mai - 18:15

La république jovienne

Voici un court texte sur la république jovienne, principalement tiré de RIMWARD.

Quand j’ai vu des méchants catho intégristes sur une des illustrations du chapitre, j’ai eu un a priori négatif (c’est tellement facile de taper sur les « catho » de nos jours ; les imaginer en ennemis du genre humain en 2100 m’a d’abord semblé risible).
Cette impression s’est vite estompée et la lecture du chapitre sur Jupiter est en tout point passionnante. Les joviens sont prévus pour être des antagonistes parfaits dans une campagne d’EP. Parfois surnommés la « junte fasciste » ils sont les repoussoirs absolus des autonomistes.
Et pourtant, Rob Boyle qui ne peut être suspecté de complaisance envers les régimes autoritaires (il est notoirement anarchiste) a réussi une petite merveille de pondération et de subtilité, tout en finesse en expliquant « de l’intérieur » le paradigme de la jeune république jovienne.

Une première ébauche :

Les joviens sont une anomalie dans le système extérieur principalement régi par des régimes anarchistes et décentralisés. Leur hostilité (réciproque) envers la république techno socialiste Titanienne (une des lunes de Saturnes) est légendaire. Les 2 plus puissantes flottes du système extérieur s’observent avec défiance et hostilité, dans des manœuvres de bluff et d’intimidation toujours plus osées. Le général Montcalm (flotte titanienne) et son vis-à-vis jovien le général Mendoza comptent parmi les plus grands stratèges de l’histoire de l’humanité. Ils entretiennent des rapports ambigus d’émulation et de rivalité.

La population jovienne est recluse dans les monstrueux cylindres Reagan qui la protègent contre le rayonnement létal de la géante gazeuse au prix d’un confinement absolu, joint à une paranoïa rampante envers le « monde extérieur ». En raison d’une idéologie bioconservatrice extrême, les majorité des habitants sont des « basiques » sans sauvegarde et pile corticale, avec un accès limité à l’hypertechnologie (le traumatisme de la chute est très vivace, entretenu par un discours religieux millénariste et eschatologique). De fait, la population est maintenu dans un labeur stakhanoviste et productiviste avec des moyens technologiques limités. Pas d’assembleurs moléculaires, de muses pour le commun. Un accès à la toile sommaire et sévèrement encadré, via des ectos principalement.

Pourtant, tout est en trompe l’œil : l’élite militaire, scientifique et politique de Jupiter recourt discrètement et via des accréditations octroyées par la police politique à des améliorations parfois de meilleurs qualités que celles que l’on trouve dans le système intérieur. Le concile de bioétique et l’Église Catholiques verrouillent toute utilisation de technologie dangereuse pour la population et ferment les yeux concernant les nantis du régime, tenus à la discrétion.

L’Église.

L’Église catholique, sur le modèle de l’opus dei est l’église d’état de la république. Elle fabrique le consentement par la propagande et maintient la cohésion sociale. De nombreux citoyens sont des fermiers hydroponiques ou des néo prolétaires qui sont pétris de sentiment religieux et assistent à tous les offices religieux, écoutent les diatribes enflammées des prêtres, vont se confesser.
Le Saint office ne brule plus comme jadis mais peut prononcer des pénitences, voire des excommunications qui entrainent un ostracisme social complet.

Certains cylindres Reagan abritent dans la moiteur des gigantesques sarcophages confinés des communautés entières de moines vivant dans les règles rigides de leur ordre (les dominicains sont les plus représentés). Les jésuites font ce qu’ils savent faire le mieux : conseiller, former, intriguer, espionner, parfois en dehors du système jovien. Quand aux franciscains, ils tentent sans succès de pondérer la sévérité de leurs frères mendiants.
L’Eglise a aussi la gestion des archives papiers, un système archaïque mais incroyablement efficace de confinement de l’information.
Il faut noter que le Saint Siège, sur le modèle du Vatican possède un gigantesque et somptueux habitat en orbite autour de Ganymède. Le trône de Saint Pierre est vacant, mais il y a un sacré collège de cardinaux, des évêques et abbés.

Le sénat :
Officiellement, la république est un sénat. Les citoyens (considérés comme tels par l’Eglise et l’armée) peuvent élire des représentants sur une liste prététerminée. Dans les faits, celle liste est proposée par le conseil de sécurité qui tire véritablement les ficelles et ne propose que des hommes de pailles qui voteront sans faillir les décrets qui leurs seront proposés.

Gouverneurs :
Nommés par le sénat et approuvés par le conseil de sécurité, les gouverneurs sont des autocrates brutaux et corrompus, ambitieux et serviles qui appliquent avec brutalité dans chaque habitat les décrets du sénat et les préconisations du conseil de sécurité.

Libertés :
Les cylindres Reagan sont une vrai prison. Les citoyens ne peuvent sans motif valable quitter leur habitat et en aucun cas le territoire de la république.
La toile locale est incroyablement pauvre ; elle relaie en boucles les messages officiels et les prèches du clergé.
Les infolifes et surévolués sont des objets. Ils ne sont pas considérés comme des êtres sentients et ne peuvent jamais être citoyens. Les visiteurs sont sévèrement cloisonnés. La presse (on se sert encore de papier numérique !) est contrôlée. La peine de mort est un des principaux points d’achoppement avec le reste de la transhumanité. Les condamnée à mort sont tués par ignition dans un bassin de plasma sans sauvegarde ni pile corticale. La mort est définitive.
Les emprisonnements sont physiques uniquement ; un nombre considérable de cylindres Reagan sont des lieux de détention, d’interrogatoire, d’exécution.

De façon très surprenante, Jupiter dispose d’un service de renseignement très efficace et élitiste. L’Acquila regroupe l’élite des espions joviens. Ils interviennent aussi bien sur le contre espionnage (police politique) qui sur le renseignement extérieur (espionnage). Ils bénéficient de morphes et d’équipements fabuleux.

L’institut de l’héritage terrestre cache sous ce curieux nom les plus hauts scientifiques joviens. Ils mènent dans des complexes confinés et secrets des recherches de très grande qualité dans le but de doter l’armée d’une avancée technologique, ce que l’on nomme la suprématie.

L’institut de sécurité financière bat sa propre monnaie le dollar jovien qui bénéficie grâce à Solaris d’une parfaire parité avec le crédit utilisé dans le système intérieur. L’économie bien que cloisonné est de type capitaliste et les rapports commerciaux sont très troubles avec le consortium (il est vrai que les Titaniens de Saturne) sont des ennemis communs. Les lobbyistes du consortium veillent à l’équilibre de la terreur en aidant économiquement et militairement la république jovienne.

Bien que centralisé et autoritaire, des sensibilités politiques peuvent parfois s’exprimer entre les expansionnistes (militaristes et belliqueux), les déterministes (des technophobes isolationnistes), les revedicaterres (sous l’influence de l’Eglise qui veulent faire refleurir le berceau de l’humanité et y envoyer des communautés de missionnaires), les réformistes (qui veulent assouplir les contraintes qui pèsent sur la population). Il faut mentionner les nombreuses cellules de résistants et de dissidents qui reçoivent des darkcasts en provenance des habitats anarchistes.

Conclusion :

La république est née d’une fusion entre les communautés nord américaines et sud américaines qui ont exclus de leur zone d’influence les autres groupes internationaux (russes et chinois). Caricaturalement, on peut y voir un mélange des juntes telles que le régime de Pinochet et du pire maccarthisme américain. Pourtant les réflexions technosceptiques des joviens ne sont pas toutes ridicules. Il est certain que la république a pu juguler la progression des Titans en confinant les libertés et les technologies a une partie limitée de la population. De la même façon l’Eglise comprend outre les dogmatiques et intégristes de nombreux théologiens et mystiques qui ont secrètement œuvré à la préservation du patrimoine spirituel de l’humanité jugé souvent obsolescent partout ailleurs. Le régime est autoritaire et applique strictement la peine de mort, mais il est redoutable et efficace. On ne peut à la fois craindre et mépriser son ennemi. C’est sans doute l’erreur des autonomistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Dim 7 Mai - 20:29

Un petit lien amusant, comme un écho à cette nouvelle campagne EP :

http://www.begeek.fr/dapres-stephen-hawking-reste-100-ans-a-vivre-238890

Une ch'tite vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=cLg9P3zeqwo

Un petit débat :
https://www.youtube.com/watch?v=O0XVfOIyd2U

La genèse des TITANS :
https://www.youtube.com/watch?v=Ka5V4O1RXIw

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Jeu 25 Mai - 11:12

Réputation dans Eclipse Phase :

3 principaux modèles économiques sont proposés dans EP :

Economie traditionnelle : c’est une économie de type néo capitaliste ultralibérale ayant cours principalement dans le système intérieur sous l’égide du consortium planétaire et des hypercorps.
Elle consiste en la production, distribution et consommation de biens marchands capitalisables et de bien immatériels brevetés au format propriétaire.
Héritière du néo libéralisme qui a dévasté écologiquement et socialement la terre, elle réduit toute réalité à un « consommable » ayant une valeur marchande.
Les mafias sont une émanation directe de l’économie traditionnelle.
La junte jovienne pratique exclusivement l’économie traditionnelle et frappe sa propre monnaie.

Nouvelle économie :
Basée sur la réputation et la « monnaie sociale », elle privilégie les biens immatériels en favorisant le modèle collaboratif et open source, le libre accès à des assembleurs moléculaire « débridés ».
Elle est favorisée dans les milieux anarchistes et autonomistes, principalement dans le système extérieur. La nouvelle économie est jugée parfois illégale dans le système intérieur et ses pratiquants sont tenus à la discrétion.

Economie de transition :
Cette économie hybride mêle le modèle capitaliste et l’économie sociale. La confédération de l’étoile du matin, extropia ou la cyber démocratie titanienne sont des exemples.


Je voudrais revenir plus longuement sur l’économie de réputation. Je pense que la limiter à l’open source et aux financements collaboratifs, c’est passer complètement à côté du formidable potentiel de cette économie.

En 1925, le neveu et disciple du grand sociologue Durkheim, Marcel Mauss sort un petit essai promis à un retentissement phénoménal : « l’essai sur le don ».

Dans cet ouvrage, Mauss montre que les sociétés dites « premières » tels les amérindiens ou les habitants de Polynésie s’adonnent à une économie non marchande fondée sur le don et basée sur le triptyque suivant : « donner, recevoir, rendre ».
Mauss va beaucoup plus loin : nos propres sociétés sont originellement des sociétés non marchandes, des communautés basées sur le don.
L’avènement du capitalisme a limé ses échanges primordiaux et les a remplacé par la relation contractuelle utilitariste, marchande.
Dans l’héritage de Mauss, Alain Caillé et le mouvement convivialiste (terme emprunté à Ivan Illitch) montrent que même dans une société hyper marchande, l’économie du don subsiste dans les classes populaires, sous forme de solidarités et d’entraides ;

Cette économie « convivialiste » loin d’être une utopie futuriste a prédominé dans les premières communautés.

Je veux montrer ici que cette économie est avant tout l’économie de la réputation d’Eclipse Phase.

Dans son ouvrage « Du Capital », Marx met en garde contre le « fétichisme de la marchandise » qui est un des pré requis du capitalisme.
Il voit dans les communautés premières, un « proto communisme » qui oppose communautés de l’être et sociétés capitalistes de l’avoir (thèse reprise abondamment par Francis Cousin du disciple de Marx).
Le modèle de la communauté (le groupe pré existe aux individus) est ainsi opposé au modèle de la société (les groupes ne sont sont que des agrégats d’individus, régis par leur égoïsme et intérêt)
Les sociétés de l’avoir, de l’accaparement peuvent donc être opposées aux communautés de l’adonnement, de l’être, basées sur la reconnaissance de l’autre non comme un moyen mais comme une fin.
On trouve chez les convivialistes une critique implacable de l’utilitarisme à la base de la pensée marchande.
Kant lui-même nous préconisait de considérer l’autre comme une fin et non comme un moyen (fondement de la morale).
Lorsque l’autre est instrumentalisé, dans la pensée marchande utilitariste, il n’est plus qu’un moyen, qu’un outil dans la satisfaction égoïste des intérêts et désirs individuels.

Au contraire, dans la communauté socialiste ou anarchiste, il y a considération de l’autre pour ce qu’il est et non pour ce qu’il apporte.
La communauté élémentaire, la famille en est un exemple flagrant. On considère les membres de sa famille pour ce qu’ils sont, on est en théorie très loin d’une relation contractuelle utilitariste (qui pourrait abaisser le mariage par exemple à un simple forme de prostitution légale).
Pour Heidegger, l’amitié consiste à aimer l’autre « pour le simple fait qu’il existe » et non pour les avantages qu’il peut nous apporter.
L’économie de la réputation est exactement cela. Elle consiste en la reconnaissance sociale de l’autre en dehors de tout cadre contractuel. Elle est basée sur le don.

Mais celui qui donne doit pouvoir rendre à la communauté ce qu’il a reçu. C’est pour cela, que l’économie du don est liée à la possibilité de rendre. Ainsi, celui qui se contenterait de « capter » les faveurs et les services dans un rapport égoïste et narcissique à la communauté verrait son prestige social grandement diminuer. A terme, il pourrait être ostracisé ou exclus de la communauté.

On le voit, l’économie du don repose sur un sens altruiste, un respect de la communauté.

Rousseau, dans le discours et les fondements de l’inégalité avait perçu que la bonne disposition originelle des hommes était pervertie par l’accaparement. Le soucis de soi était remplacé par l’égoïsme. Le soucis des autres par la rivalité.

La souveraineté de la communauté dans le cadre d’une démocratie directe permet de recréer « artificiellement » cette solidarité perdue. Voila pourquoi les démocraties représentatives privilégient souvent les intérêts marchands des plus riches et se changent en plutocraties et oligarchies. Cela avait bien été perçu par Aristote dans « la politique ».

Comme ces notions sont un peu abstraites, je voudrais prendre un exemple, celui du foot.
Souvent voit-on une équipe médiocre gagner un championnat, et au contraire, une équipe de « stars » se comporter piteusement sur le terrain et perdre toutes les rencontres malgré la qualité individuelle de chaque joueur.
La différence entre les 2 équipes est que la première est dans une économie du don. Elle joue collectif, les joueurs savent faire des passes (donner), recevoir le ballon (recevoir) et le restituer (rendre).
Au contraire, les équipes nombrilistes, agrégat de milliardaires odieux et imbus d’eux-même jouent « perso ». Les joueurs veulent faire l’exploit et ne savent pas transmettre le ballon. C’est un exemple parfait d’économie utilitariste ou chacun essaie de faire l’exploit mais n’a pas le sens du collectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1210
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   Jeu 25 Mai - 11:19

un petite vidéo pur aller plus loin :

https://www.youtube.com/watch?v=-_bLwIzYJhA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revendicaterres et bioconservateurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revendicaterres et bioconservateurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Eclipse Phase-
Sauter vers: