Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 jdra Singularité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: jdra Singularité   Sam 10 Juin - 18:03

SINGULARITÉ

Teaser :
De nos jours, la Terre fait partie – à son insu – d’une immense civilisation stellaire
Les joueurs incarnent des pneumatiques, des humains qui par leurs pratiques étiques et spirituelles représentent une menace pour les tyrans qui dirigent la civilisation stellaire


Présentation :

La réalité est bien plus vaste que ce que notre perception du réel et notre technologie nous laissent deviner.
Les humains appartiennent secrètement à une gigantesque civilisation stellaire ayant accès à une science prodigieuse.


Une brève histoire de l’univers

Il y a 14 milliards d’années, de mystérieuses entités, les singularités créent l’univers, le dotent de lois et d’un mouvement propre puis se replient dans d’autres strates d’existences, impossibles à concevoir pour nos esprits limités.
Les Singularités, puisque c’est ainsi qu’on les nomme sont certainement au niveau 5 ou 6 sur l’échelle de Kardachev

Il y a 5 milliards d’années environ, un descendant des singularités, l’empereur des étoiles façonne un vaste empire stellaire.
L’empereur n’a qu’une compréhension partielle et technologique de l’univers. Celle –ci lui permet d’unifier des mondes lointains, de les peupler de créatures inspirées indirectement par lui, les préadamites.
Dans son harem munificent, à l’épicentre de l’univers, l’empereur conçoit grâce aux favorites des rejetons, les princes.
L’empereur, qui est certainement hermaphrodite, capable d’auto engendrement et doté d’une puissance virtuellement infinie passe par des artéfacts puissants, les génitrices ou favorites pour altérer son essence éternelle et créer les princes.

L’empire stellaire à l’époque de sa splendeur est certainement une civilisation de type 4 sur l’échelle de Kardachiev

Il y a quelques millions d’années à peine, l’empereur disparait sans que l’on connaisse exactement les motifs de son départ. Est-il parti en croisade dans d’autres dimensions ? A – t – il rejoint les singularités ? Nul ne le sait vraiment.
Les princes, qui sont les héritiers de l’empereur se disputent en plongent l’empire dans de nombreuses vendettas. Ils se replient chacun sur son propre domaine, une principauté qui comprend plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de mondes habités.
Chaque principauté est aussi vaste que la galaxie qui l’accueille et représente une civilisation de type 3 sur l’échelle de Kardachiev.
Les princes ne sont plus que milles de nos jours. L’empire a volé en éclats et n’est plus qu’une mosaïque de 1 million de mondes habités, soit un éclat à peine de ce qu’il faut jadis à l’âge de la splendeur.

Les mondes habités.

1 million de mondes environ dans les principautés abritent des formes de vie intelligentes.
Celles –ci offrent une grande variété de cultures et d’évolution technologique. Certains mondes sont incroyablement archaïques, comme lors de l’antiquité terrestre ou fabuleusement avançés, de véritables hubs technologiques qui concentrent une population et des ressources énergétiques incroyablement variées.
Plus les mondes sont avancés technologiquement, plus ils sont intégrés à la civilisation stellaire.
Les mondes les plus archaïques sont souvent placés sous la vigilance discrète de messagers des princes. Véritables espions stellaires, selon les visées des princes, ils peuvent favoriser ou au contraire entraver le développement technologique. Dans ce dernier cas, ils favorisent des cultures locales hostiles au progrès technologiques.

La casi totalité des mondes connus sont peuplés d’adamites, façonnés à partir du patrimoine génétique des princes, donc très proches physiquement des humains.
Parfois cependant, par jeu ou pour des motifs plus mesquins, les princes ont doté les peuples xenos de caractéristiques étranges, dérangeantes, voire effroyables.

Les dirigeants de la civilisation stellaire sont des êtres profondément modifiés technologiquement. On les nomme pléonexe, car leur soif de possession et de conquête est virtuellement infinie.
Les représentants des princes sont les gouverneurs. Ensemble, princes, pléonexes et gouverneurs sont servis par une multitude de conseilleurs, de guerriers, de savants, de serviteurs, d’esclaves.
En théorie, l’ensemble de l’univers est la propriété des princes. Cette folie de possession et d’exploitation énergétique de l’univers est appelée arraisonnement.

Car la civilisation galactique repose sur une néo économie utilitariste basée sur la collecte et l’exploitation de l’énergie de l’univers, la réduction de tout être et de toute chose à une ressource utilisable.

La Terre

La Terre occupe une place particulière dans l’esprit des princes.

Pour comprendre l’importance du berceau de l’humanité, il convient d’expliquer le classement des êtres sentients en 4 grandes catégories.

Les physiques sont la caste des serviteurs et des guerriers. Ils comptent avant tout sur le développement de leur corps et de leurs capacités physiologiques pour résoudre les problèmes qu’ils rencontrent.

Les psychiques se rencontrent souvent dans des mondes plus avancés technologiquement. Ils ont développés leurs savoirs, connaissances et comptent plus sur leur esprit que sur leur corps.

Les technologiques sont les êtres les plus puissants de l’univers.Ils ont accès aux améliorations technologiques pour augmenter toutes leurs facultés. Ce sont des transhumains et pour les plus puissants des post humains, imbriqués avec la technologie, dotés de capacités fabuleuses.

Les pneumatiques ont recours à leur âme pour les connecter, relier à la conscience du cosmos et des singularités. Les pneumatiques sont d’autant plus présents que le développement technologique est frustre

Les princes n’ont pas d’âme. Ce sont des êtres creux spirituellement. Le souffle spirituel (pneuma) est la seule chose qu’ils ne puissent acquérir avec la technologie. Ils traquent donc les pneumatiques afin de leur extraire la pneuma. Celle-ci permet de créer une drogue, l’élixir, qui est la plus précieuse substance de l’univers, puisqu’elle permet de doter ceux qui la consomment de pneuma.
Les princes sont presque tous drogués au pneuma.
Les pneumatiques apparaissent dans des civilisations riches culturellement. Ils développent les disciplines étiques, esthétiques et spirituelles à un point inégalé. Inspirés par le souffle du pneuma, ils sont capables de prodiges et de merveilles que n’explique pas toujours la technologie.
En lieu et place de l’économie basée sur l’exploitation énergétique de l’univers,, ils proposent des rapports sociaux et cosmiques basés sur le don et l’anti utilitarisme

La Terre est le grand jardin des pneumatiques. Ce monde a véritablement été béni par les singularités.
La variété des formes culturelles et la profusion de pneumatiques en font un lieu unique dans l’univers.
Depuis plusieurs milliers d’années, l’attention des prescients stellaires a été attirée par la terre comme étant le lieu de la possible émergence.
La renaissance a été un moment de profusion de pneumatiques sans précédents.
Mais par ce qu’ils menacent l’oppression des princes par leur simple existence, les pneumatiques sont redoutés et ceux-ci ont décidé d’encadrer, de confiner le développement des civilisation stellaires en favorisant le développement accéléré de la technologie.
La Terre appartenait directement à l’empereur. Comprenant le potentiel et le danger de ce monde fabuleux, unique dans le cosmos par la bénédiction des singularités et les prodiges des pneumatiques, les princes se sont disputés violemment la Terre.
Un accord a fainlement été trouvé. Celle-ci est un monde neutre qui doit être artificiellement confiné et maintenu à l’écart de la civilisation stellaire.
Les spinners, les conseillers des princes qui parcourent secrètement la terre et orientent la gouvernance ont alors conçu l’épistémè. C’est un dispositif technologique de propagande qui modifie le champ de perception des humains afin que ceux-ci ne se rendent pas compte de l’existence de la civilisation stellaire, à la fois dans les étoiles, et par l’intermédiaire d’espions, de diplomates et de messagers sur Terre.
Car notre monde est devenu un vaste espace sauf et diplomatique. Les princes eux-mêmes visitent parfois notre monde, voilés dans l’insignifiance de l’humanité. La présence des pneumatiques est pour eux comme un excitant puissant. De nombreux se lancent ainsi dans des safaris, de véritables chasses aux pneumatiques afin de leur voler leur pneuma, véritable excision spirituelle.


La technologie :

Les laquais de l’imperium stellaire usent de la technologie impériale afin d’augmenter leurs capacités
Les êtres technologiques atrophiés d’esprit sont des robots.
Les êtres technologiques atrophiés de corps sont des IA.
Les pléonexes, les princes sont des singularités technologiques, des êtres augmentés.
Les augmentations sont de 7 types. Pour les populations frustres n’ayant pas accès à la science impériale, les augmentations ressemblent à de la magie.

Enveloppement / possession

Fabrication nano / démiurgie

Administration virtuelle / shamanisme

Programmation mentale / enchantement

Invocation

Science dimensionnelle

Prescience / prophétie

L’utilisation des augmentations est très couteuse énergétiquement. La monnaie stellaire est le parsec qui est l’énergie moyenne d’un monde. L’imperium exploite dix milliards de parsecs.

Les artéfacts technologiques impériaux sont extrêmement ergonomiques. Même des peuples frustres et archaïques technologiquement peuvent les utiliser pour augmenter leur puissance. Ces objets leur paraitront complètement magiques, ils n’en comprendront pas le sens, même s’ils savent s’en servir à leur avantage.

Le pneuma :

Les pneumatiques peuvent puiser dans les 5 inspirations qui sont les pendants des augmentations :

Haut savoir / philosophie

Bonne pratique / étique

Grand art / esthétique

Science merveilleuse

Adoration / mystique

Si les artéfacts sont les objets technologiques qui aliènent et asservissent ceux qui en usent, les œuvres sont les créations des pneumatiques qui leur permettent de véhiculer le pneuma. La Terre concentre un nombre impressionnant d’œuvres, ce qui explique la profusion de pneuma sur ce monde, véritable présent des singularités.
Bien sur les adamites et les xenos ont aussi leurs pneumatiques et leurs œuvres, mais dans une proportion moindre de la Terre et de humains.
De plus, le pneuma a pu ouvrir les chemins entre la Terre et les mondes xenos les plus lointains depuis les temps les plus anciens. Des échanges culturels ont donc eu entre civilisation pré ou post adamiques et humains.
Les œuvres des pneumatiques qu’elles soient humaines ou non ont souvent de points de convergence et de singularités étranges. On suppose que par delà l’espace et le temps, la conscience des pneumatiques est ouverte on don, le dépôt des singularités.
Pour les singularistes, la science impériale et l’inspiration des pneumatiques étaient unies, fusionnées, à l’aube des temps, dans l’esprit des singularités. C’est l’empereur qui le premier altéra le savoir infini des singularités pour créer la science impériale. En ce sens, l’empereur a réduit la savoir généreux des antiques créateurs de l’univers pour en faire quelque chose d’utilitariste, un outil de puissance et de pouvoir afin d’exploiter et de consumer l’univers à l’état d’énergie primordiale. La science impériale et profondément entropique ; le pneuma est son contraire, une force néguentropique qui s’émerveille et enrichit la substance de chaque être et chose.

L’essence du pneuma tient peut être dans cette citation du BhagavadGita :
« Fias de l’action ta préoccupation principale sans jamais en attendre de bénéfice »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Ven 16 Juin - 19:05

FEUILLE DE PERSONNAGE :

Chaque personnage (joueur ou non joueur) dans Singularité dispose de 4 caractéristiques :

CORPS :
Le corps mesure les capacités physiques du personnage : force, constitution, agilité, réflexe.
Les compétences sont les traits associées au corps
Un personnage qui compte avant tout sur son corps (ainsi que sur les compétences associées) est un physique

ESPRIT :
L’esprit mesure les capacités mentales du personnage : perception, érudition, sociabilité
Les connaissances sont les traits associés à l’esprit
Un personnage qui compte avant tout sur son esprit (ainsi que sur les connaissances associées) est un psychique

TECHNOLOGIE :
La technologie mesure l’accès d’un personnage à la science impériale. Celle-ci lui permet d’augmenter sa puissance, afin de réduire le monde à une simple ressource énergétique (entropie). Ce procédé, à la base de la civilisation stellaire est appelé arraisonnement.
Les 7 augmentations sont les traits associés à la technologie.
A la création, chaque point en technologie donne un point en augmentation
Un personnage qui compte avant tout sur la technologie est un technologique. Les plus puissants êtres technologiques (transhumains et posthumains) sont des pléonexes.

AME :
L’âme mesure les capacités affectives d’un personnage. Grâce au pneuma (le souffle spirituel de l’âme), le personnage peut faire du cosmos un lieu merveilleux, une expérience existentielle pour tous les êtres sentients. Ce processus de ré enchantement du monde est négentropique et opposé à l’arraisonnement technologique
Les 5 inspirations sont les traits associés à l’âme.
A la création, chaque point en âme donne un point en inspiration.
Un personnage qui compte avant tout sur son âme (ainsi que sur les inspirations associées) est un pneumatique.
Les pneumatiques, qui représentent par leur simple existence un danger pour les pléonexes sont souvent traqués par les agents de la civilisation stellaire.

Echelle des caractéristiques
1 à 4 : humain
1 : faible
2 : moyen
3 : bon
4 : excellent
5 à 8 : transhumain
9 à 12 : posthumain
13 et + : singularité

Description des augmentations technologiques :

ENVELOPPEMENT (possession pour les technofétichistes) :
Cette augmentation permet de changer de corps à volonté, comme on change de vêtements. Les corps sont appelés des enveloppes.
L’enveloppement mesure également la puissance des enveloppes que peut revêtir sans dommages un personnage, ainsi que la conception (par génétique souvent) d’enveloppes puissantes et originales.
L’enveloppeur n’est pas limité à des corps. Il peut envelopper des lieux, des objets, des vaisseaux, une partie de la noosphère

NANOTECHNOLOGIE (démiurgie pour les technofétichistes) :
Au moyen d’assembleurs nano, voire de véritables usines à réalité, le nano peut créer, modifier, attaquer, détruire des objets, des lieux, des créatures. La démiurgie est très impressionnante. Un désert stérile peut soudainement abriter une oasis fertile pleine de vies merveilleuses et variées. La construction peut être temporaire ou définitive. Enfin de véritables artéfacts technologiques peuvent être façonnés.

SPHERE VIRTUELLE (shamanisme pour les technofétichistes) :
Cette augmentation consiste principalement en l’utilisation de la noosphère. Celle-ci n’est pas une simple version spatiale d’internet. C’est un prodige et une création de l’empereur Barata lui-même.
Celui-ci a véritablement arraisonné une dimension parallèle à la notre afin qu’elle soit un conteneur de toute l’information de l’univers.
La noosphère possède des myriades d’interfaces, de déclinaisons locales, aux propriétés diverses et changeantes. Mais tous les réseaux d’informations sont connectés à la noosphère.
Il existe donc des possibilités d’incarnation (qui permettent d’invoquer des données de la noosphère dans le cosmos ordinaire) et de transcendance (afin de projeter un objet physique dans la noosphère). Les virtualistes sont – selon leur talent –capables d’omniscience et de communication instantanée en n’importe quel point de l’univers. Les gigantesques bases de données et bibliothèques de la noosphère ont plusieurs millions voire plusieurs milliards d’années d’existence.

MENTALISME (envoutement pour les technofétichistes)
Tout comme l’enveloppement peut être mis en relation avec la génétique, la sphère virtuelle avec l’informatique, le mentalisme est une hyperévolution des neurosciences.
Si l’enveloppement modifie les propriétés d’un corps, le mentalisme permet d’augmenter l’esprit.
Il permet aussi de contrôler mentalement des foules, voire de commettre des meurtres psychiques. Au niveau les plus élevés, il permet de courber la réalité en altérant les perceptions de créatures vivantes.

INVOCATION :
L’empereur et les princes sont de puissantes singularités, de véritables divinités technologiques. Des myriades de serviteurs technologiques (robots et IA) sont à l’écoute de leurs moindres volontés.
L’invocation permet d’en appeler directement à la puissance incarnée par les princes ou l’empereur, sans intermédiaire. Dans les mondes les plus archaïques, en lieu et place de l’adoration mystique, de fausses religions dogmatiques sont proposées aux habitants.
Ces religions sont une forme évoluée du technofétichisme. Des êtres technologiques choisissent en effet d’adorer l’hyperscience, de lui rendre un culte et d’en attendre des bienfaits directs.

SCIENCE DIMENSIONNELLE :
Cette augmentation est parfois appelée la science impériale.
Elle est potentiellement la plus puissante et dangereuse des augmentations et son utilisation est sévèrement réprimée. En théorie, seule la lignée impériale peut en user. Dans les faits, la plupart des créatures sentientes de cette partie de l’univers sont apparentées à l’empereur, même si certains adamites, en raison de leur étrangeté semblent assez divergents. De façon méprisante, on les traite de xenos, et ils sont victimes d’ostracisme.
Pour en revenir à la science impériale, celle-ci permet de manier, de façonner, d’altérer les fabuleux artéfacts dimensionnels, qui sont les legs de l’empereur après son départ.
Les myriades de portes dimensionnelles qui relient par autant de trous de vers les régions les plus éloignées de l’univers sont un exemple de technologie dimensionnelle.
Les pratiquants de la science impériale peuvent modifier les porte, voire en créer de nouvelles, voire voyager directement dans d’autres dimensions.
Les armes dimensionnelles, sont en théorie confinées dans les grands arsenaux impérieux. Elles permettent de frapper des cibles à une distance casi illimitée.
Parmi les prodiges et horreurs dont sont crédités la science dimensionnelle, des mondes entiers ont ainsi été transportés dans d’autres dimensions.
Les créatures extra dimensionnelles ont parfois des propriétés étranges, à la limite de l’absurde et de l’aberrant, en contradiction avec de nombreuses lois du cosmos.
La civilisation stellaire s’étend sur le multivers et dispose de nombreux comptoirs dans d’autres dimensions d’existence. Les singularités qui ont créé le cosmos ont laissé des traces de leur évolution technologique et spirituelle dans de nombreuses dimensions.

PRESCIENCE (prophétie pour les technofétichistes)
Cette augmentation permet de prévoir et d’annoncer les futurs possibles.
L’empereur a conçu au moyen de la science dimensionnelle une dimension parallèle de la notre, parfaitement miroir des évènements qui s’ y découlent : l’hyper réel.
Grace à des métacalculateurs, il est possible de faire des conjectures dans l’avenir, de percevoir dans l’hyperréel, par une chaine de causalités et de déterminisme ce que l’avenir réserve.
Les pneumatiques qui sont des êtres libres, autonomes et non déterminés peuvent fausser ou flouter les visions de l’hyperréel.
La majorité des pléonexes aime à s’entourer de prescients qui déminent l’avenir et éloignent les dangers.
Plus prosaïquement, la prescience est utilisée à très court terme pour sentir le danger, voire percevoir en avance les actions d’adversaires lors d’un affrontement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Ven 16 Juin - 21:10

Description des inspirations spirituelles :

Les 5 inspirations spirituelles sont à bien des égards opposées et complémentaires des augmentations technologiques.

Les rapports entre l’âme (qui se manifeste via les inspirations) et la technologie (qui se manifeste via les augmentations) sont subtils.

Dans une première lecture, tout semble opposer l’âme et la technologie, tout comme les séides de l’empereur traquent les créatures pneumatiques.

En effet, l’arraisonnement de l’univers via la technologie conduit à tout réduire (les êtres, les lieux, la réalité elle-même) à une ressource énergétique utilisable. Ce procédé est appelé entropie.
Car l’imperium est une gigantesque entité technologique. Sa maintenance, son exploitation, son développement consomme l’énergie de mondes, entiers, d’étoiles, voire de galaxies.
L’échelle de Kardachiev donne une idée de la consommation énergétique fabuleuse de l’imperium.

Une des sources les plus précieuses d’énergie est le bio énergie.
Les êtres (sentients ou non) sont une formidable réservé d’énergie exploitable plus ou moins directement. In directement, les adamites sont des « bio machines » aliénées par la technologie. Les physiques par leurs prouesses corporelles et les psychiques comme une extension de la puissance calculatrice des machines sont des des rouages dans la formidable machine cosmique.
Directement, les êtres vivants sont élevés, exploités, consommés comme de la bioressource.

En ce sens, la technologie impériale est effroyable, et le pneuma (le souffle de l’âme) semble un remède fabuleux pour ré enchanter les monde, libérer les créatures vivantes, émanciper les êtres sentients de l’aliénation technologique.

Si la civilisation stellaire repose sur l’utilitarisme (les êtres ne sont pas considérés pour ce qu’ils sont mais comme de simple outils) et la raison calculante et comptable (l’exploitation de l’énergie donne lieu à une économie de type néo libérale), le pneuma se distingue au contraire dans le don, la gratuité, une recherche de ressenti, d’intériorité : un sentiment existentiel pur, plus qu’une fuite dans l’affairement et la captation du monde.

Mais cette opposition elle-même est une façade.
Dans la conscience des singularités qui ont créé le cosmos, science et art ne faisaient qu’une seule et même sagesse ontologique.
L’empereur est responsable de la scission entre science et pneuma. Sans doute n’a – t – il compris que partiellement le legs des antiques singularités. Sans doute a –t – il voulu capter l’ensemble des créatures de l’univers dans une prison scientifique, donc épistémologique.
Mais si la science parait magique aux yeux des primitifs, de la même façon les inspirations qui défient et complètent souvent la science impériale semblent « magique ».
Car encore une fois, à l’aube des temps, science et magie ne faisaient qu’un. C’est par ce que les sentients ont perdu les secrets du cosmos qu’ils considèrent les inspirations comme magiques. Peut -être y a – t –il voilées dans des dimensions secrètes des artéfacts mystérieux qui façonnent les prodiges du pneuma. Le pneuma est donc lui-même sans doute technologique, mais c’est une science non uniquement utilitaires mais créatrice, merveilleuse, gratuite.

Ce point est important. La clef de Singularité réside moins dans la lutte contre la science impériale que dans la réconciliation de la science et de l’art, comme deux branches d’un même savoir originel.

Il existe 5 affects principaux de l’âme.
Chacun répond à une question ontologique :
Que puis-je connaitre ? Haut savoir (philosophie)
Que dois-je faire ? Bonne action (étique)
Comment m’émerveiller du cosmos ? Grand Art (esthétique)
Quelle est la science véritable ? Science merveilleuse
Que puis-je espérer ? Adoration (mystique, religion)

Les prodiges du pneuma sont incroyables.
Ils ne sont pas incompatibles avec la science impériale, ainsi un personnage peut avoir des scores importants aussi bien en âme qu’en technologie.
Mais la science impériale est dangereuse. Le bon usage de l’hyperscience demande une ascèse, une sobriété que peu d’adamites sont capables de développer. Elle est donc un piège, une tentation pour le pouvoir et l’assouvissement des désirs et de la violence.
Ce danger se manifeste sous forme de coquilles, dépôts, qu’on appelle qlipoth.
Les qlipoth sont la gangue qui finit par recouvrir le pneuma et l’empêche de briller. Ces coquilles étouffent toute graine de spiritualité et la remplacent par des simulacres de pneumas.

Souvent les mondes adamites les plus reculés et les plus frustres technologiquement ont pu développer un pneuma importante. Celle-ci se manifeste dans des cultures vivantes qui sont des entrelacs des 5 affects : philosophies, arts, codes de conduite, religions, savoirs primordiaux.

Les pneumatiques créent des œuvres qui sont l’équivalent spirituel des artéfacts technologiques. Ces œuvres sont vitales à la survie d’une culture, car elles sont un patrimoine spirituel. On comprend que la traque et la destruction des œuvres occupe les pensées des princes et de leurs serviteurs.

Quand ils ne peuvent ou ne souhaitent détruire une culture, les princes la maculent la corrompent en créant des simulacres culturels, de fausses œuvres qui vont aliéner les peuples aussi surement que la technologie.
L’élixir qui est distillé à partir du pneuma est la plus rare et précieuse substance de l’univers et la nourriture des princes. Cela crée un simulacre temporaire d’âme.
Le pneuma est ainsi distillé par d’abominables procédés technologiques tenant plus de la torture et de l’amputation que du vol.
C’est pourquoi les princes et les pléonexes ont eux-mêmes un rapport ambigu au pneuma. L’arraisonnement ultime est bien le commerce et Trafic des âmes.
Voila pourquoi les princes n’ont pas intérêt à l’éradication définitive des pneumatiques et ils considèrent ceux-ci avec un mélange de peur et d’envie. Cette ambivalence est à l’origine des relations entre pneumatiques et technologiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Sam 17 Juin - 10:13

HAUT SAVOIR :
Cette inspiration est un peu le pendant du mentalisme. Par l’usage de la philosophie, de la conversation et de l’ascèse intellectuelle, l’inspiré peut augmenter son esprit et recevoir des illuminations, sortes de révélations mystiques qui dévoilent ce qui est caché. Cette quête existentielle de la sagesse est une aleteia, un dévoilement de l’essence des êtres et des choses.
La sagesse des inspirés n’est pas une connaissance froide et abstraite, une simple information. La philosophie est étymologiquement amour de la sagesse, soit sagesse de l’amour.
Les sages ne sont pas uniquement d’incroyables érudits. Par leurs intuitions, ils indiquent le bon chemin et guident les communautés culturelles. Ces maîtres en parole sont des communicants fabuleux.

BONNE ACTION :
Cette inspiration est un peu le pendant de l’enveloppement. Par le respect scrupuleux d’une étique et d’un code strict de comportement, l’inspiré peut agir sur son corps et réaliser des prodiges incroyables qui défient les lois de la réalité.
Les guerriers mystiques, par ce qu’ils sont inspirés par l’honneur, la justice ou la compassion sont des combattants invincibles sur le champ de bataille.
D’authentiques confréries de chevaliers s’assemblent autour de la figure charismatique d’un héros invincible, précédé de louanges et de gloire.

GRAND ART :
Le grand art, parfois appelé Magie est opposé à la science impériale. Celle-ci manipule les lois du réel via la raison, mais la magie a relation à l’irrationnel, à l’inspiration poétique et artistique.
Via les arts, l’inspiré est capable de ré enchanter le cosmos et d’accomplir des tours et enchantements qui semblent défier les lois scientifiques. Les savants impériaux traitent ces tours d’aberrations et de paradoxes. Les inspirés ne sont pas d’accord. L’univers n’est pas un monstre froid et logique. Il est empli de beauté et de grâce. La partie secrète de l’univers, le chaos, qui ne sera jamais expliquée par la science puis dans la créativité, l’imaginaire et le désir des artistes.
Cette puissance obscure s’oppose à la clarté scientifique qui cherche à expliciter et utiliser tous les paramètres. Par ce qu’elle est authentiquement créatrice, la magie est négentropique.

LA SCIENCE MERVEILLEUSE :
Les scientifiques impériaux ne sauraient tolérer que leur emprise sur le monde soit contestée.
Mais il existe une caste de savants déviants, véritables hérétiques au regard des académies impériales qui sont d’authentiques inspirés et qui professent dans le secret leurs propres théories scientifiques déviantes.
Ces inspirés ne cherchent pas à instrumentaliser le monde à le réduire à de l’énergie primordiale mais à en enrichir la substance, à la préserver.
Ce que la science a défait, elle peut le réparer. Ils ont dons une démarche écologique, soucieuse de l’intégrité de l’univers et des formes de vie merveilleuses qui le composent.
Car la science n’est pas l’ennemi des pneumatiques. C’est juste son utilisation par les savants impériaux qui met en péril l’intégrité de l’univers.
Les savants merveilleux peuvent réaliser des artéfacts scientifiques qui sont aussi des œuvres du pneuma. Ils peuvent courber les artéfacts impériaux afin de leur donner une finalité.
Ils sont le ver dans la pomme, le grain de sable dans les rouages. Leur utilisation des augmentations est merveilleuse.
Véritables oxymores et paradoxes vivants, les savants merveilleux indiquent à tous le chemin de la réconciliation.

ADORATION :
Porteurs du dépôt des antiques singularités, l’âme, les pneumatiques sont des élus, désignés par les singularités pour régénérer le cosmos.
Les adorateurs sont les pendants des invocateurs qui adressent leurs suppliques aux princes et aux posthumains.
Mais l’invocation n’est qu’un simulacre technologique.
Les adorateurs sont souvent des grands mystiques pratiquant les traditions les plus ésotériques et gnostiques des grandes religions et cultes.
Par l’amour qui unit ensemble toutes les créatures du cosmos, les adorateurs ont pu dépasser l’illusion de l’égo et comprendre qu’ils sont une partie du cosmos et que les singularités vivent en eux.
Les miracles des inspirés manifestent bien qu’ils sont les oints des singularités, les seuls destinés à parler en leur nom et que les princes et pléonexes ne sont que des usurpateurs qui n’ont pas entrepris le seule bataille qui vaille : celle qui nous oppose à nos vices et défauts et nous conduit, dans l’intériorité à nous purifier afin de mieux refléter le divin via le miroir de l’âme.

ŒUVRES :
Ce sont les pendants des artéfacts impériaux.
Les œuvres sont des objets, des lieux, des biens matériels ou immatériels créés par des pneumatiques. Véritables testament des inspirés défunts, authentiques legs des singularités, les œuvres sont très différentes selon les inspirations : ouvrages et traités (haut savoir), œuvres d’art (grand art), artéfacts merveilleux (science merveilleuse), objets d’adoration (adoration), chansons de geste (bonne action).
Le trafic des œuvres d’art est gigantesque dans l’univers. Par ce que la Terre est un creuset formidable à pneumatiques, elle contient un nombre considérables d’œuvres, qui attirent la convoitise de trafiquants et contrebandiers stellaires.
Les œuvres ont une identité culturelle. Elles ne peuvent se manifester que via le véhicule d’une culture vivante.
Les œuvres éveillent les foules ; elles insufflent le pneuma et guident les peuples vers l’émancipation et l’autonomie.
Parfois les agents impériaux diffusent des œuvres factices qui sont des artéfacts attrayants et distrayants qui renforcent l’aliénation et l’emprise technologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Ven 23 Juin - 12:35

LA TERRE :


Le berceau de l’humanité n’est pas un monde anodin. Il est promis à un glorieux et mystérieux destin, l’émergence, annoncée et crainte tout à la fois par les prescients impériaux. Ceux-ci voient la Terre comme le possible lieu de l’émancipation des adamites, la fin de l’impérium et la possible naissance d’une nouvelle civilisation stellaire liée à la propagation du pneuma dans l’univers.

La Terre est un monde béni par l’empreinte des mystérieuses singularités qui ont créé le cosmos. On suppose qu’elles ont béni cette petite planète bleue de leur pneuma.

En conséquence, la Terre a accueilli une variété extraordinaire de cultures vivantes, sources d’œuvres fabuleuses. Aucun monde de l’imperium n’a compté autant de pneumatiques que la Terre.

L’empereur des étoiles Bharata a pressenti le rôle exceptionnel de la Terre dans le destin de l’univers.
Dès la création de ce monde il l’a placée sous son autorité.
L’empire stellaire était alors naissant. L’empereur avait alors mené une terrible guerre contre de mystérieuses entités liées aux singularités, les Anciens ou Autres. Ce conflit avait duré près de 7 milliards d’années et c’était achevé par la victoire de l’empereur et la fondation de l’imperium dans l’univers connu.
Lorsque l’empereur se retira, il y a quelques millions d’années, la Terre fut l’objet d’une lutte terrible entre les princes. En effet, les prescients avaient perçus la menace de l’émergence et la naissance d’une race d’adamites, les humains qui devait compter dans ses membres un nombre considérables de pneumatiques.
Il y a 200 000 ans, sous l’impulsion du prince Bhagavad, un accord fut trouvé entre les princes concernant la Terre.
Celle-ci serait un monde neutre, protégé contre la puissance militaire des princes et de leurs séides.
Les princes et leurs émissaires ont commencé à visiter secrètement la Terre, devenue un lieu sauf, propice aux échanges diplomatiques.
Depuis 10 000 ans, ils ont assisté à la naissance d’un nombre considérable de pneumatiques, qui à leur tour au moyen d’œuvres ont contribué à l’émergence d’une formidable diversité de cultures vivantes, liées à une osmose entre l’Homme et la munificence de son environnement, de la nature et des autres formes de vie.

Le danger était réel pour la civilisation galactique. Au cours de l’histoire humaine, de nombreux pneumatiques ont pris secrètement contact avec leurs vis-à-vis sur d’autres mondes et la flamme du pneuma a failli embraser le cosmos à de nombreuses reprises, créant la sédition et la révolte sur de nombreux mondes.

Des échanges secrets et récurrents ont eu lieu entre humains et adamites. Des portes ont été ouvertes via le pneuma et les grandes cultures vivantes du cosmos ont pu échanger, communiquer, se diversifier.


3 modèles principaux d’organisations des collectivités ont été observés :

Les communautés sont des groupes d’adamites fondés sur des cultures vivantes et qui accordent une grande place aux pneumatiques. L’existence y est authentique, sereine, les arts prolifèrent, le savoir rayonne et la science est pratiquée avec ascèse et retenue. Les relations humaines loin d’être uniquement utilitaristes sont marquées par le don. La spiritualité sous toutes ses formes connecte les consciences au divin. La morale n’est pas uniquement une prescription mais un élan du cœur.


Les sociétés voient l’émergence des individus et la conquête de la liberté. Les échanges se développent, la tradition est critiquée et les échanges et le commerce se développent. Tournées vers l’avenir et le progrès, les sociétés ont confiance en l’avenir et en la science. Souvent les sociétés sont des organisations mixtes qui comprennent (secrètement ou non) des agents impériaux et des poches de pneumatiques. Les rapports entre communautés (guidées par des pneumatiques) et utilitaristes sont conflictuels. Ces conflits, souvent secrets dans un premier temps finissent par embraser tous les groupes humains sous forme de guerres civiles, révoltes et révolutions.

Les technostructures sont des groupes adamites parfaitement intégrés à la civilisation stellaire. Ils sont officiellement régis par les représentants des princes et pléonexes. Les technologiques qui sont des adamites augmentés par la technologie dirigent ouvertement ces groupes. L’intérêt et l’utilitarisme sont la norme des rapports sociaux. Les derniers pneumatiques sont traqués et éradiqués. Le contrôle des foules via les medias est omniprésent. L’exploitation de toute forme d’énergie réduit les écosystèmes à des environnements toxiques. Il n’y a plus de cultures vivantes, mais des simulacres récréatifs et performatifs payants et aliénants.


De nos jours, les Terre vit la transition entre une société et une technostructure. De rares ilots de communautés préservent secrètement les cultures vivantes. L’emprise de l’imperium sur la Terre et ses habitants est subtile. Elle opère principalement via l’Episteme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Ven 23 Juin - 16:59

EPISTEME :

De nos jours, la Terre est isolée de la civilisation stellaire grâce à l’episteme :

Origine :
Depuis 10 000 ans environ, les agents de l’imperium parcourent discrètement la Terre.
Leur but est de contenir le développement du pneuma sur Terre.
Pour cela, ils surveillent l’apparition de pneumatiques. Ils les repèrent au moyen de limiers.
Les limiers sont des pneumatiques tordus, asservis aux agents de l’imperium et qui peuvent véritablement sentir la présence des pneumatiques.
Lorsque des pneumatiques sont détectés (soit de façon isolés, soit en petites communautés), ils sont discrètement espionnés, surveillés par les espions de l’imperium.
Les pneumatiques sont souvent marqués spirituellement. Le marquage est un opération technologique qui dépose une marque directe et indélébile sur l’âme du pneumatique. Cette marque s’étend sur les œuvres des pneumatiques.
Ceux-ci sont aussi consignés dans de gigantesques registres sidéraux accessibles via la sphère.
Si les pneumatiques représentent un danger potentiel ou avéré, la surveillance cède la place au châtiment.
Les flagelleurs peuvent frapper directement le pneuma au moyens d’artefacts terrifiants les fouets étoiles, qui nécrosent l’âme et empêchent son développement.

Lorsque la flagellation est inefficace et dans les cas les plus extrêmes, les assassins de l’imperium (on les appelle les phansigar) étranglent sans verser le sang les pneumatiques. L’âme est alors extraite puis remise en présent aux princes.
Les agents de l’imperium scrutent attentivement les œuvres. Ces créations des pneumatiques véhiculent le pneuma et cimentent les cultures vivantes.
Les trafiquants et contrebandiers recherchent les œuvres et les remplacent par des simulacres.
Les iconoclastes sont chargés non pas du vol mais de la destruction des œuvres les plus remarquables.
Après les pneumatiques et les œuvres, ce sont les cultures vivantes qui sont menaçées.
Les serviteurs des princes infiltrent de faux pneumatiques dans les communautés du pneuma afin qu’ils corrompent l’enseignement des authentiques pneumatiques. Ces usurpateurs se servent des simulacres culturels pour aliéner les communautés et empêcher le développement du pneuma.
Les usurpateurs corrompent tout : les œuvres d’art, le savoir, les pratiques culturelles afin d’en faire des outils d’oppression. Les religions en particulier sont l’objet d’une vigilance spéciale. Au sein de chaque culte des faux dévots et prophètes prennent le pouvoir et organisent la traque des mystiques qui cachent leurs pratiques dans la gnose, le mystère et l’ésotérisme.
Afin de mieux se dissimuler d’une foule aliénée sanguinaire, les mystiques doivent user de l’herméneutique qui consiste à voiler le savoir véritable afin que celui-ci ne tombe entre les mains des profanes et des usurpateurs.

Cette gigantesque aliénation collective a montré ses limites. Il y a 500 ans en Europe, la renaissance a marqué le début de l’émergence. Les inspirés, les œuvres d’art étaient si nombreuses que le pneuma menacer d’embrasser la Terre.

Les agents de l’empereur ont compris le danger quand les pneumatiques originaires d’autres mondes se sont mis à visiter la Terre (on parle de pèlerinage) afin de recueillir les bienfaits de cet embrasement du pneuma.

Cela a été une période de grands conflits, à la fois secrets et guerriers. Les technologiques s’affrontaient sur milles champs de bataille pour la souveraineté.
Les savants, membres des académies impériales ont eu alors une idée incroyable qui leur a assuré la victoire. Ils ont accéléré le développement de la technologie impériale sur Terre.
En 400 ans, les fabuleux progrès technologiques ont définitivement aliéné les humains à leurs maîtres secrets.
Mais les princes souhaitaient maintenir l’humanité dans l’ignorance et le mensonge et l’episteme fut façonnée spécifiquement pour isoler la Terre et en maintenir les habitants ignorants de la civilisation stellaire.
Des savants extraordinaires, les spinners ont alors usé de l’hyperscience impériale pour forger cet artéfact fabuleux.

On suppose que la princesse Maia est intervenue personnellement et a présidé à la création de l’episteme.
Au moyen de la technologie et de l’usage intensif des écrans, l’humanité a été plongée dans une vaste illusion collective qui lui empêche de percevoir les agents de l’imperium sur Terre et les traces de la civilisation stellaire dans les étoiles.

Parfois un vaisseau monde passe non loin du système solaire. Parfois, un représentant des princes use de façon tellement tapageuse des augmentations qu’elle est visible par tous.
Mais l’episteme veille. Elle organise les représentations, provoques un déni psychique qui empêche de fissurer le mur du mensonge.
Mais l’action de l’episteme n’est pas uniquement psychique. L’ensemble des sciences impériales participent de cet artéfact fabuleux.
La science dimensionnelle par exemple exile la Terre dans une casi dimension parallèle semblable au monde réel mais dénuée de toute vie non terrestre.
Les pneumatiques et les technologiques ne sont pas victimes de l’episteme.
Lorsqu’un pneumatique s’éveille à l’existence de l’episteme, il découvre que sa perception du réel était faussée et que la réalité est infiniment plus vaste que ses rêves les plus fous. C’est un moment merveilleux et terrifiant à la fois.

L’episteme maintient donc l’humanité prisonnière d’une vaste prison technologique.
Ce dispositif est aussi une vaste organisation. L’imperium n’a pas renoncé aux anciennes méthodes : surveiller et punir, mais le voile de l’episteme permet d’agir en toute discrétion, avec la complicité des suppliants et des minions.
Ceux-ci sont des humains avides et cupides qui ont obtenu un prestige, un pouvoir, une puissance considérable en échange de leur participation à l’aliénation de l’humanité et au contrôle des pneumatiques.
Souvent ceux-ci sont ignorants de l’existence de la civilisation stellaire car seuls les visiteurs des étoiles et les pneumatiques ont conscience de l’episteme.
Plus rarement, les suppliants entrent dans la confidence et reçoivent quelques augmentations technologiques. Ils deviennent les intermédiaires, les messagers entre les humains aliénés et les pléonexes. Ils aspirent plus que tout à être remarqués par les princes et à bénéficier du statut de sujets
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Sam 24 Juin - 10:40

LA CIVILISATION STELLAIRE :

La civilisation stellaire est une mosaïque de plus de milles principautés, chacune de taille gigantesque (en moyenne milles mondes habités). En souvenir de l’époque glorieuse ou l’empereur Bharata régnait, la civilisation est parfois appelée l’imperium.

Une brève histoire de l’imperium :
Il y a 14 milliards d’années, l’univers est créé par les mystérieuses Singularités qui se retirent dans le mystère.
Les Autres sont les légataires (et peut-être les descendants des Singularités). Ils s’affrontent pendant 7 milliards d’années.
L’empereur Bharata, un des derniers Autres fonde il y a 5 milliards d’années l’empire sur les ruines du terrible conflit qui l’a opposé à ses frères.
L’empire connait une fulgurante et glorieuse expansion. Il parvient à son apogée, son zénith il y a 4 milliards d’années.
La capitale impériale, Hastinapur est située à l’horizon d’un trou noir hyper massif, au centre de l’univers. Le palais de l’empereur se confond avec le cœur de ce trou noir.
A l’époque de sa splendeur, l’empire compte environ un milliard de mondes habités.

Il y a quelques millions d’années, l’empereur Bharata se retire. Les princes se partagent les ruines du glorieux empire de leur père.

La rivalité entre les princes devient un conflit, parfois larvé, parfois ouvert qui embrase l’imperium.
Le bienheureux prince Bhagavad parvient à ramener la concorde dans l’imperium.

De nos jours, l’imperium est une gigantesque technostructure s’étendant sur plusieurs milliers de galaxies et parcourue de dispositifs technologiques fabuleux.
L’empereur Bharata lui-même en tant qu’architecte impérial et au moyen de la science dimensionnelle a rendu possible le voyage instantané sur des distances fabuleuses.

En effet, l’imperium est constellé de myriades de portails qui sont autant de trous de vers dans le tissu de l’espace temps.
Certaines de ces portails sont temporaires, d’autres permanents.
Certains portails sont de la taille d’une simple porte, d’autres vastes comme des planètes.

Les vaisseaux spatiaux voyagent entre les mondes en empruntant ses portails ou en les générant. On parle alors de vaisseaux portails.
Parfois, de petites navettes embarquent dans de gigantesques vaisseaux containeurs.
Parfois ce sont de petits vaisseaux, les ouvreurs de portails qui escortent les vaisseaux non équipés entre les mondes.

Certains dispositifs sont tellement gigantesques qu’ils peuvent emmener des mondes ou des systèmes entiers entre les mondes.

L’imperium a une unique finalité : l’exploitation et la libération de l’énergie dans l’univers.
Les artéfacts collecteurs d’énergie sont présents partout : dans les étoiles, les trous noirs, sur les mondes stériles ou habités, dans le silence des espaces infinis, dans les interstices dimensionnels.
Les dispositifs énergétiques sont incroyablement voraces en énergie. Plus le niveau technologique est élevé, plus la consommation en énergie l’est également..
Des canaux dimensionnels et des bassins énergétiques dimensionnels permettent le transport de l’énergie en tout point de l’univers.

La collecte de la bio énergie consiste à arraisonner la vivant, en faire une ressource énergétique.
Les monstrueuses butineuses sont des robots programmés qui parcourent les mondes et qui puisent l’énergie du vivant.
Les semeuses mettent les germes du vivant sur de nombreux mondes propices, afin d’en faire une source ultérieure d’énergie.

Les princes ont été créés à l’image de l’empereur des étoiles.
De même, de nombreux mondes habitables ou terraformés ont été peuplés par des êtres sentients, les adamites aux caractéristiques proches des princes.
Certains adamites sont marqués par l’étrangeté. Ils sont porteurs de caractéristiques physiques ou comportementales qui les éloignent des autres adamites. De façon méprisante, ils sont nommés les xenos et parfois ostracisés dans l’empire. Les xenos sont mal intégrés dans la société impériale. De nombreuses communautés de xenos vivent dans des mondes autarciques à l’écart de la civilisation stellaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Sam 24 Juin - 20:25

MONDES HABITES :

Une partie ou une campagne de Singularité offrent une expérience proche du planet pulp.
Les PJs voyagent sur de nombreux mondes étranges et bigarrés. Certains sont archaïques technologiquement, d’autres parfaitement intégrés à l’imperium.
Certains mondes sont « pacifiés » par les agents des princes, d’autres en état de guerre civile.

Les PJs par ce qu’ils sont des pneumatiques sont appelés à un destin grandiose. Ils sont la dernière étincelle de spiritualité dans un univers glacé et opportuniste.
Guerriers mystiques, poètes inspirés, philosophes perspicaces, ils menacent par leur simple existence la suprématie des tyrans technologiques qui gouvernent l’imperium.

Chaque monde habité possède un certain nombre de caractéristiques qui font de chaque voyage stellaire une expérience unique. Les pneumatiques qui voyagent ainsi de mondes en mondes pour répandre la flamme de la pneuma sont appelés pèlerins. Leurs aventures et épopées tiennent autant de la geste épique de la quête spirituelle. Ce cheminement à la fois intérieur et extérieur est le pèlerinage.

Voici quelques traits marquants des mondes que visiteront les pèlerins :

Contexte astronomique :
Le monde est-il situé autour d’étoiles naines ou d’un astre géant, voire d’un quasar, pulsar ou trou noir.
Y a – t – il d’autres planètes. Le monde est-il en giration autour de son étoile ou d’une géante gazeuse ?
Le monde est-il situé dans le cœur éblouissant d’une galaxie ou perdu dans les nuées d’une nébuleuse opaque ?
Y a –t – il des via stellaires qui mènent à ce monde ou celui-ci est –il perdu dans les marges de l’imperium ?
Le monde ou son système représentent –ils un intérêt pour l’exploitation de l’énergie ?

Niveau de terraformation :
Le monde est – il comparable à la Terre et propice à la vie des adamites ou au contraire, hostile à toute vie, rend-il l’adaptation des habitants à leur environnement complexe.
Quelles sont les caractéristiques du monde : taille, circonférence, gravitation, atmosphère, durée du jour et de l’année, présence de saisons, complexité et variété des climats, environnements ?
Le monde est-il homogène et uniforme ou possède –t – il des caractéristiques très variées qui favorisent des formes de vie et de civilisations complexes, sophistiquées et diversifiées ?

Ecosystèmes :
Quelles sont les principales formes de vie et les équilibres écologiques.
Quelle est la relation entre le vivant et l’environnement ?

Civilisations :
Quels sont les principaux types d’adamites et de créatures sentientes ? Quelles sont leurs relations ?
Le monde en raison d’un fort développement technologique est-il cosmopolite (il accueille de nombreux peuples adamites) ou au contraire, isolé et éloigné des principaux pôles d’échanges est-il constitué d’un seul type d’adamite ?
Quelles sont les principales cultures vivantes ?
Quel est le niveau technologique ? Celui-ci est –il uniforme ou au contraire très varié selon les sociétés et les communautés ?
Quel est le degré d’intégration du monde dans l’imperium ?
Y a – t – il des artefacts impériaux oubliés, des œuvres étranges, des reliques des Autres ?
Quel est la situation des pneumatiques ?
Quels sont les principales formes d’art, de savoir, de religion ?
Les peuples sont-ils en conflit ou dans une situation pacifiée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Dim 25 Juin - 11:46

TYPES DE MONDES :

Voici quelques exemples de mondes. Le but n’est pas d’être exhaustif mais de suggérer l’extraordinaire variété des habitats spatiaux.

Monde artificiel :
Simple tore de quelques dizaines de kilomètres de long, lune artificielle ou sphère de Dyson entourant une étoile, les mondes artificiels sont une création technologique. Ils accueillent une population souvent cosmopolite, technophile. Les fonctions des mondes artificiels sont très variées : station de combat, complexe d’extraction de l’énergie, centre de recherche scientifique, palais personnel d’un prince.
L’ancienne capitale de l’empire, Hastinapur est elle-même un prodige technologique, une création de l’empereur Bharata lui-même, une sorte de gigantesque Venise spatiale orbitant à l’horizon des évènements d’un trou noir hyper massif situé à l’épicentre de l’univers.

Hub technologique :
Ce monde entièrement recouvert par une gigantesque conurbation peut accueillir plusieurs dizaines de milliards d’habitants. De monstrueuses archologies s’élèvent sur plusieurs kilomètres, dressant une étrange forêt minérale. Des aérostats flottants dans les nuées hébergent l’élite des pléonexes. Dans l’espace, des myriades de satellites aux fonctions variées complètent le dispositif.
Les moyens de transport et de communication sont incroyablement variés. Les pléonexes disposent souvent de portails privatifs qui relient les habitats et les mondes.
Les hubs n’ont plus d’écosystèmes et sont fabuleusement voraces énergétiquement.

Monde abandonné.
Ce monde représentait jadis un intérêt pour l’imperium, et pouvait constituer un hub, mais un cataclysme, un conflit meurtrier ou simplement le désintéret des princes ont conduit au départ de la population.
Les dispositifs technologiques ne sont que partiellement fonctionnels et le monde est à présent vétuste, dysfonctionnel. La population qui n’a pas voulu partir et les survivants ont régressé technologiquement. Des bandes et des tribus post apocalyptiques hantent les ruines de l’anciennes civilisation stellaire, fouillent les décharges et les charniers. Quelques bribes de savoir technique ont survécu, et les rares artéfacts encore fonctionnels sont considérés comme de la magie et objets de cultes.

Réserve :
Ce monde archaïque technologiquement est riche écologiquement et préservé contre l’exploitation de la bioénergie.
Les adamites vivent souvent dans des communautés primitives, en osmose avec le vivant. Les cultures vivantes permettent l’apparition de pneumatiques.
Des observateurs discrets de l’imperium observent l’évolution technologique et le développement du pneuma. Ils sont parfois perçus comme des Dieux ou des Démons par les habitants.
Il n’est jamais anodin qu’un monde soit épargné contre l’arraisonnement. Il faut des motifs sérieux pour freiner l’avidité des pléonexes, comme un protecteur puissant, un danger mystérieux, un éloignement des via stellaires

Capitale :
Ce monde est un formidable hub technologique, la capitale d’un prince des étoiles. Munificent et majestueux, il draine l’énergie de milles mondes. Les palais posthumains se succèdent, véritables défis aux lois de la réalité. La puissance militaire est impressionnante, de vastes armadas flottant dans l’espace proche.
Les arsenaux permettent contenant des armes dimensionnelles peuvent frapper les mondes les plus distants.
Des collèges de prescients veillent aux intérêts du prince en scrutant l’avenir, à l’affut de toute menace, poche de rébellion. Leurs visions sont parfois faussées par la présence du pneuma.
La capitale est aussi un lieu d’intrigue et de diplomatie. Les représentants de milles mondes se disputent les faveurs du prince.
La cour princière est elle-même constituée d’un aréopage de post humains. Ils vivent une existence décadente et raffinée. L’intrigue et le chantage sont la norme des relations sociales.
La famille du prince, anoblie par le sang des étoiles ou plérome est une clique de singularités technologiques aux pouvoirs démiurgiques n ‘ayant aucune limite à leurs désirs et pulsions.

Monde frontière :
Eloigné des via stellaires, le monde frontière mêle souvent une population d’autochtones adamites, frustres techniquement avec des pionniers impériaux, arrogants et conquérants grâce à leur supériorité technologique.
Les rapports entre ces deux groupes sont rarement harmonieux malgré les faux prophètes et les démagogues impériaux.
Souvent les autochtones se dressent contre l’arraisonnement de leur monde par la technologie impériale ce qui conduit à des conflits, parfois des pogroms quand les adamites indigènes ne se soumettent pas. Ces mécanismes de colonisation spatiale sont terribles. Ils révèlent le visage monstrueux de l’imperium, véritable empire hégémonique et conquérant cherchant à recouvrir l’ensemble de l’univers de sa présence, ne tolérant pas la différence et la diversité des peuples, des écosystèmes, des cultures vivantes.

Monde de poche :

Souvent un petit bout de rocher ou une simple lune, le monde de poche ne représente qu’un intérêt mineur dans les plans de l’imperium. Le gouverneur local, représentant de l’imperium et les adamites locaux vivent une existence relativement paisible. Le gouverneur ne dispose pas suffisamment de ressources pour mater plus que quelques rebelles et doit faire d’importantes concessions.
Dans certains cas cependant, la population ne saurait tolérer les oppresseurs. Guidée par des pneumatiques, elle cherche alors à s’émanciper.
Certains mondes de poche sont de simples relais de l’imperium. Il n’y a pas de culture vivante et les représentants de l’empereur vivent une existence engourdie et somnolente, loin des spasmes de conquête de l’imperium.

Monde reclus :
Victime d’un embargo ou monde prison, il est coupé de l’activité de l’imperium. Il faut des autorisations spéciales pour visiter ces mondes. Certains pour des motifs archéologiques (ruines des Autres) ou scientifiques sont véritablement interdits, voire secrets. Seuls les plus hauts dignitaires de l’imperium peuvent en fouler le sol.
Les mondes reclus sont souvent sévèrement surveillés par les observateurs de l’imperium. La présence de pneumatiques est ainsi scrupuleusement scrutée.
Parfois, l’imperium veut cacher un noir secret, comme l’extermination d’un peuple d’adamites. Ces mondes sont appelés nécropoles. Enfin les mondes qui ont réussi à parvenir à la libération et à l’émancipation sont isolés systématiquement pour empêcher que le pneuma ne contamine d’autres habitats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1209
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 44
Localisation : Proxima du centaure

MessageSujet: Re: jdra Singularité   Lun 26 Juin - 16:05

PLEONEXES :

La pléonexie désigne le désir illimité de tout posséder.

La civilisation stellaire est dirigée par une caste que l’on nomme les pléonexes, en raison de leur avidité extrême.
Les pléonexes sont directement responsables de l’arraisonnement de la réalité par la technologie et de la réduction du cosmos et des créatures qui le peuplent à une ressource énergétique. Cette lente dissolution de l’univers est un processus entropique. Au cœur de l’âme des pléonexes, réside le néant et c’est cette force nihiliste, destructrice qui par leur intermédiaire se propage dans l’univers, le conduisant lentement et irrémédiablement à sa fin.

Les pléonexes sont l’élite technologique qui gouverne les myriades de mondes habités de l’imperium. Ils sont au dessus de la caste des psychiques (qui développent leurs capacités cognitives), qui sont eux-mêmes au-dessus des physiques (la caste des guerriers et des serviteurs). Ils sont servis par un aréopage de conseillers, de gardes du corps et de serviteurs.

Leurs possessions sont des palais transmondes reliant plusieurs habitants par des portes dimensionnelles permanentes.


Ils sont directement opposés aux pneumatiques qui par la diffusion du pneuma menacent la suprématie des pléonexes sur l’univers. Les pneumatiques par leurs œuvres et la propagation des cultures vivantes contribuent à la recréation et à l’enrichissement de la substance de l’univers. Ce processus est négentropique.

Les pléonexes sont de deux types :
Les transhumains sont des hybrides d’adamites et de machines.
Ils sont fortement augmentés par la technologie mais demeurent, même de façon atrophiée des créatures spirituelles.
Les posthumains sont de véritables artéfacts technologiques vivants, des esprit surdéveloppés dans des enveloppes artificielles. Ils n’ont plus aucune âme, même vestigielle et sont les vrais suzerains de l’imperium.

Au niveau comportemental, les pléonexes ont un certain nombre de caractéristiques


Hypersexualité :
Les pléonexes sont des machines désirantes, des êtres hypersexués, des sybarites décadents et pervers.
La notion de familles, de couples différenciés sexuellement, d’enfants procréés naturellement est totalement absente.
Le vagabondage sentimental, l’expérimentation sexuelle la plus transgressive, le refus de toute norme et de toute bienséance sont généralisés.
Il n’ y a plus de couples, de familles, mais des contrats d’union et de servages sexuels.
Les enfants ne sont pas engendrés, mais créés artificiellement par manipulation ou optimisation génétique dans des cuves d’exogènes ou via le ventre de nourrices, véritables porteuses asservies


Consumérisme addictif :
La consommation d’artefacts et de créatures est le seul rapport possible au monde et aux autres. Les artéfacts et les esclaves sont marqués par l’obsolescence programmée. Tous les biens sont des jetables, plus consumés et détruits que véritablement consommés.
Les biens consommés n’ont plus aucune valeur intrinsèque, juste un cout énergétique. Il n’y a plus de création artistique, juste des happening transgressifs, plus de livres de sagesse ou de spiritualité, juste des manuels d’utilisation. Les écrans sont présents partout. Ils aliènent les foules et les masses serviles autant que les pléonexes et fabriquent le consentement à la technostructure.
Les consommateurs sont tous addictifs et drogués. Les masses rodent, comme des âmes en peine autour des vitrines ou des écrans des centrales d’achat. Seuls les pléonexes peuvent se payer les biens onéreux, suscitant l’envie et la jalousie autour d’eux. L’accès à la technologie la plus puissante est réservé aux pléonexes.


Ludisme sadique :
L’existence est un immense jeu, une arène, un Colysée technologique. Il n’y a plus d’éduction, juste du divertissement. Souvent les pulsions les plus sadiques et érotiques se mêlent dans une suite d’orgies et d’exécutions publiques. Les pléonexes passent leur temps à s’épier via des dispositifs de surveillance panoptiques mêlant exhibitionnisme et voyeurisme.
La chasse à l’homme est un sport particulièrement couru. Ces safaris spatiaux emmènent des troupes de pléonexes sur des mondes reculés ou les chasseurs peuvent traquer des adamites, les capturer ou exécuter afin d’en collecter des trophées.
Immatures, les pléonexes sont comme de grands enfants versatiles guidés par leurs désirs et pulsions sado masochistes. Toute forme d’empathie a disparu. Seuls les droits (comprendre l’égoïsme le plus malsain) relayés par la puissance économique ou technologique sont valables.


Culte de la machine :
Les pléonexes défendent en théorie l’idée d’une société cosmopolite et ouverte réunissant de nombreux groupes d’adamites dans la moiteur des mondes hubs.
Dans les faits, ils pratiquent la ségrégation technologique et économique.
Les masses serviles grouillent dans les niveaux les plus insalubres des archologies, sans aucun espoir d’ascension sociale. Les xenos, les adamites les plus étranges sont l’objet du mépris de tous. Le conformisme règne partout et seuls les biens de consommation et les artefacts technologiques les plus onéreux permettent de s’individualiser.
Le refus du passé et de toute forme d’enracinement culturel est total. Le culte du progrès technologique est la religion de tous, des plus miséreux aux plus nantis.
Les pléonexes sont des nomades d’un nouveau genre.
Via la noosphère, ils échangent en permanence et les portails dimensionnels leur permettent de changer d’habitat en permanence. Ils n’ont pas de famille et d’amis, juste des partenaires sexuels et des serviteurs.
L’ascension économique et technologique est le seul but de l’existence. Elle offre l’accès à des artefacts et services plus addictifs et aliénants. Il n’y a plus aucune intériorité et sincérité. Dans les relations sociales le calcul est la loi et les autres habitants sont des moyens pour assouvir ambition et désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epiphanie.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: jdra Singularité   

Revenir en haut Aller en bas
 
jdra Singularité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event : La singularité
» Gloire et Honneur, JDRA médiéval-Fantastique
» Pour les fans de Tolkien
» L'Envie ne manque pas, le temps si...
» Discworld à Olive Oued...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Présentation-
Sauter vers: