Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Mannesmann – Set de tournevis – 18 pièces
13.02 €
Voir le deal

 

 Enara, kaer Paloma, kaer Ava

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeDim 2 Mai - 16:27



J't'emmène Au Vent - Louise Attaque







Allez, viens, je t’emmène au vent
Loin des prisons du quotidien
Et je voudrais que tu te rappelles
Le bleu océan sur le ciel
Nous avons des ailes !

Les pendus montrent grimaçants
La sortie sous les applaudissements
Tout cul de basse fosse a une échelle
Tissée d’azur du ciel
Pour nos ailes

Si je n’ai nulle clef pour ces serrures
Un marteau abyssal casse les murs
Et la lumière fissure la citadelle
La lumière bleue du ciel
Elle nous appelle

Laissons la prison, terne carcan,
Aux geôliers, au roy dément ;
Toi, qui tisses le cordes, fais-les belles :
Les cous criminels
Aiment la dentelle !

Allons chanter pour tous ces gens,
Qui tête haute, qui pieds devant
Briseront ces barreaux artificiels,
Ces cages démentielles
Nous écartèlent !

Roy,
Ni sur terre ni sur les océans,
La demeure des libérés est le firmament,
Il n’y a nulle carte dimensionnelle,
C’est les vents qui portent nos ailes
Et nos étincelles…

Allez, viens, je t’emmène au vent,
L’avenir nous appartient !
Le soleil brille dans les prunelles
La liberté originelle
Est l’azur du ciel
Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeDim 2 Mai - 16:37




La Brune - Louise Attaque





Hier soir
J’ai craqué trop c’est trop
Hier soir
J’ai cassé à coup de marteau
Le mur. Enflures, vous l’avez fortifié,
Bel ouvrage ! C’est
Une prison carrelée au terne moiré,
Molosses enragés, gardiens cagoulés…
J’ai de la peine, tant de peine, pour ces torturés.
En pleurer ? Tout casser ?
M’éloigner de vous je voudrais…

Hier soir
Un chien m’a sauté à la gorge
Et j’ai
Fait de ma colère une forge
Mes mains en sang sur vos barreaux
Ont la puissance des marteaux
Abyssaux. C’est
Le sang qui coule sur les pavés
Et les murs des palais pour les fissurer.
Les cris écartelés des gorges éclatées
En sanglots d’amour pour la liberté

Je voudrais…

Ce soir
J’abats vos oripeaux
Ce soir
J’éclate vos barreaux
Ce soir
Je démasque les bourreaux
Ce soir
Je chante les idéaux

Et Léda pleure tous ses héros…


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeDim 2 Mai - 16:45



Louise Attaque - Tes Yeux Se Moquent



Ce soir c’est le gout du sang
Qui remonte à mes lèvres
Mes ailes trop poisseuses pour le vent
Leur encre est ombrée de fièvre

Et je me moque
Des prisons et palais
Parures ou loques
L’ombre est terne et moirée…

Comme si vous m’avez écartelée…

Ce soir je vous questionne
Sur vous et sur mon existence ;
Le passé, par bribes, tourbillonne
Ses masques, comme pour une danse

Et je me cherche et
Titube et m’éreinte
Sur nos âmes entrelacées
Dans ce labyrinthe…

Comme si vous m’avez écartelée…

Tous les écrits prennent feu,
Page de diamant, que je déchire…
Ma voix est une lame dont les deux
Tranchants expient un seul soupir.

Et je me noie
Dans l’encre des pages
Dans ces éclats
De vie d’un autre Age…

… Quand vous avez écartelée…
Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeDim 2 Mai - 21:57




Patricia Kaas - Des mensonges en musique




Vous, qui forgez des mots,
Des mensonges magiques,
Ouvrez donc les barreaux
Des cages rhétoriques.
Nommez, sans louvoyer,
Vos plus profonds désirs.
Idéaux dévoyés,
Rejetés, mal aimés, oubliés…
Moi c’est ma vie !

La Bleu du Barde, ma foi,
Est le ciel de mes nuits ;
Et j’égraine de mes doigts
Les veines de mes gusli.
Toujours chanter l’amour
Ou brailler des railleries ;
Mon cœur pulse, un tambour
D’Adoration, pour la vie.

Vous, qui violez de mots
De mensonges magiques
Les esprits en lambeaux
Par votre sophistique,
Montrez-vous sans armures,
Couronnes ou titres vides.
Le cœur est sans parures,
Un murmure, la torture, meurtrissure …
Moi c’est ma vie !

Tiens, vous restez terrés là,
Palais ou Tours de Magie,
Reflets de Bjorngrad à Léda :
Douleur infinie…
La puissance n’excuse pas
Un acte d’infamie ;
Qu’on soit Archimage ou Roy :
Nul pardon, nul oubli !

Vous, qui jouez des mots,
Des mensonges magiques,
Vous n’êtes que bourreaux
De vos vies erratiques,
Esclaves, sans plaidoyer,
De vos profanes désirs.
Idéaux dévoyés,
Rejetés, mal aimés, oubliés…
So long, baby !

Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeLun 3 Mai - 16:55


« Abélard dit que l’idéal de Libertalia ne devait jamais advenir à Léda … »

Cette phrase d’Atal, comme un leit-motif me revenait sans cesse en tête. Je l’ai écouté raconter en détail l’entrevue avec le Roy Abélard. La manière dont Abélard l’a pris par surprise et usé de la logomachie très puissante pour à la fois pousser Atal à trahir Calypso en révélant lieu et heure de l’assaut des Pirates, et aussi en l’empêchant de parler de cette trahison et l’implication du Roy.

Atal a une bonne mémoire, j’y sens un entrainement de Maitre Mercier, et aussi un an et demi de réflexions dans la tour de terne ; je reconstitue aisément la scène. Je la vois avec d’autant plus de clarté que j’y reconnais les méthodes de violation mentale, un viol de l’esprit.

Il y a quelques années, à Bjorngrad, l’Archimage Peter Gantz avait procédé d’une façon semblable envers moi. C’était après le rituel du retour de Voland, Phalaris avait fui. Moi, j’avais pris semblance d’un chat errant et essayais de sortir de ce pétrin Hubert, chaton inconscient serré entre mes mâchoires. Un Mage de Bjorngrad avait senti ma présence. Il laissa partir le chaton. En échange, je lui ai raconté ce qui c’était passé, superficiellement, mais honnêtement. Tous les détails ne le regardaient pas ! Et pour prouver ma bonne fois, à sa demande, je l’ai laissé entrer dans mon esprit.

C’est un peu comme si une personne frappe à votre porte, et vous le laissez entrer dans votre demeure. Je n’ai jamais vu Ava verrouiller la porte du Nid de Kersaint. Et moi-même j’ai toujours laissé la porte « ouverte ». Les règles de l’hospitalité font loi…
Nous avons toujours reçu des gens de Kersaint, du Triskel, des voyageurs de passage. Nous les avons toujours accueillis. L’hospitalité a toujours été respectée.

Mais là, se contenter des souvenirs auxquels j’ai donné libre accès n’a pas suffi. Le Mage ne s’est pas contenté de ce que je lui offrais, il a tenté de « forcer » mon esprit. C’est comme s’il passait dans ma demeure et essayait de défoncer toute porte close, de fouiller dans tout recoin…

Je me rappelle, j’ai eu très peur. Je sentais l’hospitalité de mon esprit bafouée… Alors oui, je me rappelle j’ai crié et ma voix s’était changée en des dizaines de lames, des pics acérée qui ont lacéré en sang le visage du Mage. Et j’ai fui : Phalaris était venu me chercher...

Seulement Atal ne pouvait pas fuir. Abélard avait bien préparé son coup. Nulle échappatoire, nulle résistance, nul combat possibles…

........................

J’ai déjà entendu des récits de ces vécus qui brisent à jamais l’humain. Des femmes ou des hommes, dont l’unicité de l’être est en lambeaux. Qui parlent d’une voix détachée, comme si ce vécu n’était pas le leur, car sinon la « vie d’après » serait insoutenable… L’incompréhension. L’étonnement. La culpabilité… Il faut du temps et des soins pour recoller les morceaux… quand c’est encore possible.

…………………

Dans cette prison, cette Tour du Faucon terne, j’ai vu le vrai visage des geôliers cagoulés : jadis ils ont été hommes, mais ils ne le sont plus. Et pas de retour en arrière.
C’était jadis des êtres humains, mais leurs corps et leurs esprits ont été brisés par la torture et des drogues. Et leurs âmes ? Je ne les ai pas senties, comme si elles étaient nécrosées ou tuées.
Et ils ont fait de même pour les chiens : il en ont fait des « molosses », nourris à la haine et à la chair humaine…

Chevalier Faucon, dit-on, s’est mithridatisé au terne : il en consomme, en boit, s’y baigne… Il est le contraire parfait de Maitre Mercier, généreux, entier, auréolé de convivialité, d’amitié fraternelle, comme une magie de générosité pleine, comme une corne d’abondance…

Faucon est comme un bloc de terne moiré. Il est insensible à la Magie et à l’Adoration. Mais il reste sensible à l’Ombre…

Combattre l’Ombre avec l’Ombre… Abattre l’Ombre avec l’Ombre…

………………………..

Ce n’est pas seulement le récit qu’Atal m’a fait qui m’a fait peur. C’est surtout sa voix, son regard, sa posture. J’ai eu peur parce que je le sentais… comment dire… en lambeaux…

Brisé non seulement par l’acte de son Roy, mais surtout par la culpabilité de son impuissance, la culpabilité du massacre de son peuple…

……………………..

Alors qu’il parlait, je sentais mes jambes fléchir, comme jadis à Bjorngrad.

Comme quand j’ai vu la lueur dans les prunelles de Malicorn sous apparence de Dame Zita dans les geôles dimensionnelle, dans les souvenirs d’Alfadr… Tout comme quand j’ai enfin pu en parler à Hubert, avec cette simple question : Pourquoi ? Quels secrets cherchaient-ils, Malicorn, Endymion…

Hubert dit qu’Endymion voulait seulement savoir comment l’expérience d’un « être parfait » a pu être avortée…

Mais existe-t-il une seule question pour laquelle on mette un homme en lambeaux ?! Une seule question, une seule chose, qui justifierait le viol de l’esprit, le viol de l’intégrité quelle qu’elle soit ?!

…………………………….

Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeLun 3 Mai - 18:40


Cher Hubert,

Je te prie de me pardonner ces questions si indiscrètes et intimes. Peut-être le moment ou le lieu n’étaient pas bons, ou que toi tu ne sois pas préparé à ces questions de ma part. J’ai malheureusement beaucoup moins de tact que ton frère. Et je te demande pardon si je t’ai blessé ou offensé.

Ces questionnements me dévorent. Me grignotent, peu à peu, par des allusions, des silences, des doutes / ignorances / peurs, que je greffe sur ce passé auquel je ne suis pas directement liée (je n’étais même pas née à l’époque !) mais qui fait partie de mon présent. Qui le nourrit, positivement ou par négation, qui l’explique partiellement ou symboliquement…

Dans nos enseignements des Druides, la part des traditions est plus qu’importante. Parfois je ris quand j’entends certaines mouvances Nadiréenne être qualifiées de « traditionalistes » voire « fondamentalistes ». Cela reste très tiède face à notre « traditionalisme puriste radical », pour employer un jargon à la mode chez les Mages.

Nous savons que le passé a une part importante dans ce que nous sommes dans le présent et alimente l’avenir possible.

C’est non seulement le tronc de l’arbre dont je suis la branche, mais aussi les racines, les entrelacs des racines de mon arbre avec d’autres arbres. C’est non seulement l’arbre de ma lignée de sang actuelle, mais aussi les arbres que j’ai été, tous ces reflets/projections de mon être sur l’hélice de la métempsycose.

Bien sûr, il est impossible d’embrasser d’un seul regard ne serait-ce que l’hélice d’une seule âme ! Elle ondule non seulement dans un seul monde, mais dans les astres, et les Décans. L’on ne peut en percevoir que des bribes, parfois les plus proches dans le temps ou le lieu, parfois les plus flamboyantes…

Nous accordons également une grande importance à ce que vous les Mages nommez « effet papillon ». Et que nous associons, sans rentrer dans des détails, à l’Energie Libre.

Voilà pour mon préambule, qui, j’espère, ne t’a pas endormi. Je voulais te présenter ma vision diamétralement opposée au progressisme des Mages (progressisme, qui, j’en suis convaincue, vient de la contagion de la Magie par Sygin !). Je ne me considère même pas « traditionnaliste » mais « archaïste libre » dans bien de domaine. Le simple fait que le chemin de l’Apothéose est pour moi un « recouvrement » est je pense suffisamment éloquent.
Mais je pense il était nécessaire de te le dire, pour que tu ne sois pas surpris ni outré que je m’intéresse autant à ce passé qui a eu lieu bien avant ma naissance et qui touche Alfadr.

J’ai besoin de connaitre pour comprendre.
Connaitre le passé, comprendre le présent.

J’ai besoin de comprendre pour connaitre.
Comprendre ce qui dans le passé a forgé le présent, mon présent, notre présent avec Alfadr, pour me/nous connaitre. Parfois, j’ai l’impression que le passé est comme un voile, un reflet qui teinte ce que nous sommes au présent et dessine des sillons vers l’avenir possible.

Si je ne vois pas le passé, je suis aveugle face à l’avenir.

Si je ne comprends pas le passé de ton frère, je ne saurai pas l’aider comme je le dois, comme je le veux.

Merci de m’avoir conté la tristesse infinie de Dame Zita. Cette tristesse des Chaines Suprêmes qui ne l’a pas retenue au bord du précipice, mais qui l’y a poussée. Je comprends mieux pourquoi son âme restait si attachée à son corps, à son passé, à ce lieu, sans pouvoir cheminer sur l’Hélice de ses existences. Je sais aussi que de son vivant, elle a été heureuse et rendu Alfadr heureux.

Tu me dis que ce rituel du Charme Suprême de Mara, c’était un piège que tu avais étendu sur ton frère. Je pense que tu lui avais aussi permis de se sentir heureux. Non, d’être heureux, même si c’était pour un temps très bref. Et pour cela, je te remercie. Tout comme j’ai remercié Dame Zita. Pour avoir existé, pour lui avoir été compagne.

Je n’ai jamais blâmé aucun de vous trois. C’est une part de vos trois vies. C’est une part de la vie d’Alfadr pour laquelle j’ai respect et affection. Car il ne peut en être autrement.
Une fois, je me suis surprise à me demander : si j’étais à la place de Dame Zita, comment je l’aurais vécu ? Comment j’aurais réagi ? Et je me suis fermement interdit d’y penser. Afin de ne pas profaner ce vécu, ces souvenirs…


Je te remercie pour cet ouvrage au sujet de l’Antique Mage Alkméon, disciple de Zénon, le cleptomancien qui a volé les secrets de Minos. Et qui pratiquait la véritable résurrection par imposition des mains…
Il y a forcément un lien avec la page de Diamant que j’ai détruite.
Il y a forcément un lien avec l’Arbre de Rind et de Minos auquel je suis, et toujours été, liée.
S’il y a une loge de Psychomanciens, je dois retrouver ces Mages, Némésis ou d’autres. Je dois me présenter devant ce sarcophage, devant ce crane de cristal.

Mais je sens que le temps n’est pas encore venu, je ne suis pas prête. Et je te remercie de ton conseil : j’en parlerai à Alfadr. Quand ce sera le bon moment…

Merci de m’avoir partagé le souvenir, simple phrase, de sa venue vers toi. C’était mon rayon de soleil.



Je suis désolée de ne pas trouver des mots justes. Je suis désolée si les questions que je posais rassemblaient à un inquisitoire. Je suis désolée d’avoir déchiré la serviette et griffé le dessous de la table, comme si c’était la gorge ou les tripes d’Endymion ou de Malicorn.
J’ai juste vu/senti que la Magie pouvait être autre chose, que l’émerveillement devant le monde, que je connaissais ; j’ai juste vu un être en lambeaux, et des êtres vivants brisés, à l’âme tuée par les mains d’autres hommes…
Mettons cette nervosité sur le dos de la fatigue, de la grisaille qui est tombée du Léda, d’un terne moiré, comme les grillages d’une cellule de prison, d’une cage qui s’est abattue sur cette cité, sur nous…


Puissent les vents de Libertalia souffler de nouveau sur les braises de nos âmes,


Bien à toi,
Enara


Les mots, les phrases, se détachent, et glissent, comme un murmure, un chuchotement. Enfin, même la page vierge d’un papier artisanal se désagrège en poussière de pollens et de paille séchés.
Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMar 4 Mai - 21:56




Cookie Dingler Femme Libérée




Il est abonné
Aux pendaisons publiques
Même à rideaux tirés
Ça reste bucolique
Léda, ça fait longtemps
Qu’il ne s’y est pas promené
Et les figurants
En assez de l’acclamer

Pourquoi s’illusionner
C’est de pire en pire
Des gueux aux noble-nés
Villon pleure de rire !


Au fond de son lit
En laine mérinos
Des tas de gri-gris,
Magie et Apothéose
Mais Phénix et Magie
Sont impuissants
Et même les Transcendés lui
Cherchent remplaçant

Pourquoi s’illusionner
C’est de pire en pire
Des gueux aux noble-nés
Villon pleure de rire !


Le palais vide
Lui fait du souci
Comme le ferait une ride
Ou un poil blanchi
Mais y’a pas de maquillage
A ses problèmes
Comme dit l’adage
On récolte ce que l’on sème

Quand il était puissant
Il gifflait sans crainte
Une servante jusqu’au sang
Pour une larme innoscente

Armée de sa magie
Sans honte ni vergogne
Il violait l’esprit
De ceux qui servaient le trône


Il s’est terré
Au fond de son palais
Il s’est entouré
De faucons de terne moiré
Il cherche réconfort
Au temple d’Apothéose…
Attention ! Il mord
Toute main chaleureuse…

Pourquoi s’illusionner
C’est de pire en pire
Des gueux aux noble-nés
Villon pleure de rire !


Pourquoi s’illusionner
C’est de pire en pire
Le sang n’a que trop coulé
Des poitrines de martyrs


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMer 5 Mai - 19:06

.




Le couvre-feu est tombé. J’avais rasé les murs de Léda, dans les flaques de l’ombre rampante de ce soir d’automne. Le vieux quartier elfe était fermé ; j’ai volé par-dessus la clôture. C’est les seules ailes qui me restent.

Je ne devrais pas me plaindre. Je me sentais trop légère, alors voilà, je suis cloutée un peu plus au sol et à la réalité. Et je devrais en être heureuse. De ça et des ailes : quand je les ai senti pour la première fois dans mon dos, j’avais bien 17 ans, j’étais si heureuse, je me sentais si légère !...

Ne pas s’attacher ni aux grâces de l’Invisible ni aux stigmates de l’Ombre. Ni à la légèreté ni à la pesanteur…

En suis-je capable ? Par devoir ou par désir ?

Détachement… C’est l’indifférence, c’est l’ataraxie du chant de l’Abyme !

…………………………………………………..

En ce moment j’ai plus le cœur à hurler ma rage.
Contre Abélard et ses semblables, les Peter Gantz, les Gertrude, les Endymion, les RosaMindi, les Malicorn... Je les croyais exceptions, et je m’aperçois qu’ils sont foules, qu’ils sont la norme !

Les chansons que je braille, ce n’est pas pour exciter les foules. Je n’ai pas l’âme révolutionnaire, je ne crois pas. C’est ma pure moquerie personnelle. C’est purement personnel. C’est parce que ça me retourne les tripes à moi, et que j’ai besoin de sortir cette colère, sinon elle me dévorerait de l’intérieur.

C’est drôle : Argantael me parle des visées altruistes, du bien des peuples, de la liberté avec plein de grands « L »… Et moi, je résonne affectivement, viscéralement : quand Abélard avait giflé la servante pour faire couler une larme innocente, c’est moi qui ai eu mal. Je ne nie pas la douleur de la servante, dont je ne connais même pas le nom, mais la douleur qui m’en reste, c’est la mienne. C’est ce que je ne pardonne pas à Abélard. Et il est vrai aussi que depuis, il n’a fait que remplir cette coupe de colère, peu à peu. Colère et mépris. Et Abélard est juste un exemple, c’est analogue avec Peter Gantz ou un autre…

Empathie ? Ou simplement égoïsme ?

………………………………………………………….

Les Ménestrels officiels chantent la propagande.

Et moi ?

J’ai jusqu’ici eu tendance à penser que la Propagande est à l’Art ce que les Marionnetisme (ou la Logomancie) est à la Haute Magie. Utilitarisme versus compréhension.

Mais moi, en tant que Barde, j’ai appris les techniques du chant, du rythme, de la composition, des techniques vocales et rhétoriques. Des techniques… Un Barde doit savoir susciter dans l’auditoire l’effet qu’il recherche ; son chant / récit doit transmettre les émotions / informations précises ; et il doit être capable de s’adapter à l’auditoire, moduler sa propre réceptivité... Il y a des dizaines de mantras comme ça !, des obligations, des conseils, des interdits…
Mais qui dit « technique » dit « propagande », non ? Parce qu’il y « influence », donc « manipulation » ?

Est-ce que je suis pareille à tous ces Ménestrels accrédités ?

Est-ce que l’Art pour l’Art existe ? Est-ce le seul qui peut exister ? Doit exister ?

Est-ce qu’on doit exclure certains domaines de l’Art pour l’épurer de toute tentation de propagande ? Mais alors les chansons seraient sirupeuses, fades, insipides…
Est-ce l’intention du Barde qui compte ? Chante-t-il sincèrement, avec ses tripes, son cœur, ou cherche-t-il seulement un effet ? Ou une modification dans les pensées ou les cœurs de l’auditoire ? Ou un changement dans les actes de ceux qui l’écoutent ? Et pour le bénéfice de qui ?

Je pense que la propagande vise un changement de comportement, un acte à court terme. Et non un changement de pensée ou de paradigme. Parce qu’elle s’adresse non pas à l’intelligence, ni aux sens, mais à des pulsions simples et primaires, souvent négatives et grégaires.

C’est comme un martellement que l’on finit par ne plus entendre, une lueur spectrale que l’on ne voit plus. Que l’on ne voit d’autant plus qu’elle émane du cristal qui songe qui est entre nos propres mains…
Oui, je pense le but d’une propagande est, en glissant sur l’immédiateté et l’actualité de façon opportuniste, en orienter les murmures pour pousser à une action à court terme.

C’est aussi connoter le langage, et donc la restitution et la perception du réel.

C’est comme si la transformation du réel en information ne date pas des Apothéosiens, mais bien des Logomanciens, des Marionnettistes : réécrire le passer, connoter le présent, moduler l’avenir… Nier le réel !


Ce n’est pas du tout ce que je cherche dans mes chansons ou mes pamphlets !

…………………………………………….

Je suis dans Le Centre Culturel des Anciens Dieux. Des pièces vides. Vides d’adorateurs, mais emplis d’adoration. De cette présence intangible de souvenirs de tous ceux qui y sont venus, un parfum qui flotte dans l’air…

J’ai parfois cette manie de réfléchir à voix haute : ça m’aide à structurer et à verbaliser convenablement mes idées. Et puis, en forêt, un quidam qui parle toute seule, ça n’a jamais dérangé personne, et les arbres aiment bien m’écouter, ils me l’ont dit… Ici, l’écho est plus pesant. Il s’est répercuté de salle en salle, au rythme de mes déambulations, jusqu’à cette alcôve indigo. Je reste longuement à l’entrée, sans oser la franchir. Je savoure ce souvenir : l’aube naissante, la silhouette si familière, il consulte sa montre, et moi je reste ici, sans oser m’approche, et mon cœur qui s’accélère…

Tu me manques !...

Je regarde l’anneau que je porte au doigt : il luit, comme un simple anneau d’argent. C’est ce qu’il est la plupart du temps. Et je sais que tu vas bien. Et c’est ce qui compte : que tu ailles bien, que tu suives ta route… notre route. C’est comme un ruisseau, qui ondule, se sépare en deux bras, puis se rejoint, et continue de vivre, continue de suivre son chemin, sa destinée…
Tant que tu vas bien, je vais bien…

Tu me manques…

……………………….

Le jardin abandonné est un théâtre d’ombres dansantes sur les nuages d’un gris pale sur un ciel d’encre. La brise s’engouffre et sifflote dans un puits abandonné, comme dans une sorte de conque géante. C’est ici que j’ai chanté pour la première fois. Sous un autre visage. Et c’est toujours ici que j’aime chanter, public ou pas…

L’acoustique est meilleure si je me perche sur la colonne brisée, mais j’ai trop froid aux pieds. Je préfère me percher sur une belle branche, à l’abri (tout relatif) du vent, calée contre une écorce chaude et rugueuse.

Peu importe l’acoustique ici : tu es trop loin, pour que ma voix porte. Et pourtant, j’espère que tu m’entendras. En vrai, je sais que tu m’entendras, si tu le souhaites.
Tu me manques. C’est ma façon d’être avec toi. D’égayer ta route.

Je ne chante que pour toi…


……………………………………………………………….


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMer 5 Mai - 19:07

.




Berceuse
ou
Légende de la belle Zita



Dors, belle enfant,
La dentelle du temps
Recouvre la mémoire…
....et pourtant !
Dors, belle enfant…

Il était une fois
Un royaume ici-bas
Un prince charmant, une belle,
Mais c’est un conte cruel…

Pour ta beauté, pour ton sourire,
Pour tes yeux reflets du ciel,
Deux hommes rivaux mènent duel,
Deux sangs, deux visions d’avenir.

L’un était fou de toi,
Encore plus fou sans toi !
Alors pour clore ce duel
Mara se fait juge passionnel.

Elle enchâsse ton cœur en peine
Dans un anneau de Charme Suprême.
Et ton amour, fleur oscillante,
Fleurit en flamme étincelante…

T’étaient égales les contingences,
Les intrigues ou les vengeances…
(La joie d’aimer est un brasier
Qui vous aveugle au monde entier !)

Une nuit, alors que berçais
L’enfant, l’Ombre a chassé
Le doux printemps et l’insouciance,
Forgeant prison, larmes et souffrance.

Une fleur s’étiole sans lumière !
Le Charme a bu, chaines meurtrières,
Sanglots, suppliques… Puis délivrance
D’une vie devenue vide de sens.

Tu regardais, en étrangère,
Ton corps aux pieds de la falaise,
Dans le silence de neige, et le malaise
Des inconnus, qui l’on couvert.

Et Mara, de l’hiver glacial
Forge un tombeau de cristal,
Pour y préserver ta beauté
Pour ceux qui t’avaient aimé.

Et au loin, se mêlaient au vent
Les larmes d’un homme et les pleurs d’un enfant…

Le temps a glissé, siècles ou années,
Sur deux tombeaux dimensionnels sans dimensions,
Avant que je ne découvre ce qu’est « aimer »,
Avant que ne se croisent nos chemins de passion.

Et maintenant… Te dire « merci » n’est pas assez.
Pour lui avoir été lumière de ce passé,
Avoir été enfance, joie et printemps,
Mes vers sont trop légers, trop insignifiants.

Je voudrais, avec cette berceuse,
Comme une fée, te souhaiter être heureuse,
Pleinement, dans ta nouvelle vie !

Belle Enfant, tu souris, endormie…

Je l’ai vu, par-delà l’espace et le temps
En hélice
Quand j’ai serré dans mes bras ton enfant,
Mon fils.

Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMer 5 Mai - 19:15




D'Allemagne · Patricia Kaas



Dasein



Dasein
Dès l’automne vent et neige y dansent
Dasein
Ses aubes sont rosées de silence
Dasein
Où j’ai souvenirs de souffrance
Où j’ai souvenirs d’insouciance
De l’innocence et de l’enfance

Dasein
Ton passé est un clair-obscur
Dasein
Ma destinée s’y transfigure
Dasein
Dans la pureté de ta magie,
Fille de Solon voilée de nuit,
Je baigne mes couplets d’espérance

Auf wiedersehen
Enfant d’Œcoumène
Si je m’éloigne, mes pensées m’y ramènent
Les destinées
Y sont mêlées
Damasquinées et écartelées ;
Les tombes de cristal
Sont les larmes des étoiles…


Dasein
Ton cœur me demeure un mystère
Dasein
Chanté par tes Minnesangers
Dasein
Comment comprendre tes secrets ?
Art ou Science d’Universités ?...
Je marche en aveugle d’existence…

Auf wiedersehen
Enfant d’Œcoumène
Si je m’éloigne, mes pensées m’y ramènent
Les destinées
Y sont mêlées
Damasquinées et écartelées ;
Les tombes de cristal
Sont les larmes des étoiles…



Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMer 5 Mai - 19:23




Elle voulait jouer cabaret · Patricia Kaas




Elle avait le monde à rêver



Elle avait le monde à rêver
Depuis le toit de sa chaumière
Perdue au cœur de la forêt
Sur une falaise au bord de mer

Des voyageurs s’y arrêtaient
Et tous les oiseaux de passage
De leurs histoires elle s’abreuvait
Et de jus de baies sauvages

Elle chantait ces couplets
En dansant sur l’écume
Des légendes, aventures
Des époques oubliées

Elle chantait dans le vent
Aux étoiles et aux fleurs
Des refrains de son cœur
Et ses rêves d’enfant…


Elle avait le monde à rever
De dragons, princesses et rois-mages
Et un soir elle l’a trouvé
Au détour d’un premier voyage

C’était l’automne et les reflets
De Léda lui tournaient les sens
La dentelle de givre a dessiné
La destinée de son existence

Elle chantait ces couplets
D’un cœur qui se consume
Qui se perd dans les brumes
Clair-obscur des reflets

Pour Mara et Loa
Sur les routes pour les foules
Comme l’encens qui brule
Pour un autre que soi


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeMer 5 Mai - 19:34




Mademoiselle chante le blues · Patricia Kaas



Existence dénudée

Y en a qui ont des diplômes
Des Arts de la Magie
Y en a qui sont des hommes
Femmes ou hermaphrodites
Y en a qui rendent des cultes
Aux puissances proscrites

Et y en a même

Qui boivent un verre de terne
Soir matin et midi
Y en a qui ont d’humain
Que leur chair meurtrie
Y en a dont les lanternes
Sont à jamais ternies…

Je vous chante ma vie
Mais vous l’avez compris
Je vous chante l’existence
Dénudée de puissance !


Y en a qui se damasquinent
Adamante électrum
Orichalk de Fortuna
Jusqu’à Elyseum
Y en a qui se considèrent
Plus que des hommes

Et y en a même

Qui boivent le distillat
D’elfe pour vivre longtemps
Car l’immortalité
Est un rêve des puissants
Y en a qui mentent tellement
Que ça devient indécent

Je vous chante ma vie
Mais vous l’avez compris
Je vous chante l’existence
Dénudée de puissance !


Y en a qui dans les mines
Triment du matin au soir
Y en a qui par luxure
Aiment à broyer du noir
Y en a qui ferment les yeux
Pour ne plus y voir

Et y en a même

Qui songent dans les Cristaux
La vie qu’ils rêvent d’avoir
Qui se gorgent de panacé
Comme rats de laboratoire
Y en a pour qui cette vie
Est-ce que l’on s’accapare

Je vous chante ma vie
Mais vous l’avez compris
Je vous chante l’existence
Dénudée de puissance !


Y en a qui font des fleurs
Des armes de bataille
Y en a qui font leur beurre
Au Caravan Serail
Y en a qui rampent dans l’ombre
Quand le rêve déraille

Et y en a même

Y en a qui veulent tout voir
Tout savoir et ça craint
Y en a qui dans leurs tours
Se prennent pour des requins
Gorgés de moraline
Et de l’Empire du Bien

Je vous chante ma vie
Mais vous l’avez compris
Je vous chante l’existence
Dénudée de puissance !


Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

Jezabel Charlotte

Messages : 2296
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitimeHier à 15:14

.



Je reviens à Kersaint par les miroirs.

Après cette nuit passée dans une tristesse et une sorte d’ombre poisseuse de lassitude, dans le jardin abandonné, ma première pensée était de partir à pieds pour Kersaint. Pour diluer mon ombre, cette tristesse, ce gout du sang, de la violence…
Mais à l’aube, les nuages étaient si clairs et lumineux, d’une douceur à fendre le cœur. J’y ai vu les visages de mes poussins, collés à la fenêtre, comme par un jour de pluie, à fixer la route, à guetter mon retour et celui de leur père…
Je n’ai pas pu leur infliger encore deux ou trois semaines de mon absence.

Alors je suis passé chez le Pâtissier Royal, Maitre Bertillon Mulot, pour repartir avec un sac entier de sucreries et de glaces.

Puis je suis passée au Salon des Arts du Corps, échoppe tenue par un artiste capable de transformer une liche pourrissante en un prince charmant (Phalaris en sait quelque chose !), ou plus prosaïquement une sang-mêlé Philomène en une barde iconique le temps d’un récital. Je lui ai pris tout un sac de poudres, onguents, fards et livret de conseils. Ça c’est pour Atal. Et un peu pour moi aussi, soyons honnête ! Et il a aimablement accepté de me renvoyer par les miroirs à Kersaint.

Il m’a dit quelques remarques cybillines sur mes chansons de cette nuit. Il semblerait que l’acoustique avait été meilleure que je ne l’avais cru. Et que je n’étais pas si seule que ça dans ce Jardin Abandonné…

………………………….

Vers midi, je rentre par le miroir d’Argantael. Mes poussins me sautent au cou. Je les serre contre moi, j’ai à peine assez de bras. Leurs piaillements, leurs rires, ce parfum de soleil et de vent salé, de baies d’automne et de lait, d’amour infini…

J’ai été absente trop longtemps.

Parfois, pour un enfant, quelques heures c’est déjà une trop longue absence…

………………………………………

Je donne le sac avec des arabesques elfiques à Nausicaa. Tu lui donneras, lui dis-je. Je vois à son sourire qu’elle sait où il est. Ils sont de mèche… Je me revois fugitivement une douzaine d’années en arrière…
C’est Atal qui nous avait presenté Nausicaa, elle est l’une des meilleures de Calypso, avait-il dit. Et il avait raison.

Je n’ai aucune inquiétude quand Nausicaa embarque mes grands poussins sur La Pie Bleue ou parfois sur la Mangrove et sort en plein océan. J’aime aussi profiter de ces instants en pleine mer, surtout la nuit : le ciel est limpide, et me donne l’occasion de donner les cours sur les étoiles, les astres, de conter quelque vieille legendes…

La plupart des cours continuent sous le Sequoia. Qu’il pleuve ou vente (il y a toujours cet abri et quelques planches aménagées), que je sois là ou que ce soient mes apprentis qui enseignent.
L’arbre a grandi… Je le salue avec la vraie joie des retrouvailles, comme un ami, ou comme un enfant… Je me rappelle encore de la jeune pousse qu’il a été. Je l’imagine graine accrochée à un bout de fruit sec, les mains d’Alfadr qui le mettent en terreau comme dans un berceau…

Je m’aperçois que ceux que je connaissais ont grandi. Et qu’il a beaucoup de nouvelles têtes… Je reprends l’enseignement avec plaisir.

Lorenzo complète l’instruction de mes poussins pour le volet Magie. C’est souvent tout un tas de mises en garde, comme « on n’embête pas les salamandres du foyer et on ne les sort pas du feu » et des déclinaisons du principe de précaution. Son formalisme je pense prépare bien à un enseignement universitaire : on y sent les enseignements d’Arcimboldo.
Floraelle, elle apporte un coté intuitif à la magie, un coté purement elfique. Les enfants l’adorent…

Louna et Lina m’ont clairement annoncé leur souhait de devenir Griots. Je ne suis qu’une étape dans cet apprentissage. Après, nos chemins se sépareront, et elles retourneront à Pardès et continueront à apprendre auprès d’Anciens Griots…

Gwendal sera surement Druide. Je le sens. Il en a le potentiel. Il tient de Diomède et de Minos. Guerrier et Juge… Quels gâchis de l’avoir négligé pendant des années, de l’avoir voulu broyer sous une armure de simple soldat de Riverais… Et puis, qui a dit qu’il ne peut y avoir de Druide-Guerrier ?

Callie progresse en techniques vocales et rhétoriques… Et elle cuisine à en manger les assiettes !

……………………………………

Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Enara, kaer Paloma, kaer Ava    Enara, kaer Paloma, kaer Ava  - Page 8 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Enara, kaer Paloma, kaer Ava
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Apothéose-
Sauter vers: