Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le réfectoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant
AuteurMessage
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Le réfectoire    Sam 31 Mai - 12:48

Quelle aventure nous avons vecu a Jerusalem. Vraiment cette terre ne porte pas le nom de sainte en vain! Toutefois j'aimerais que nous gardions le secret de la transformation de Giulia. Peut etre que le don devait se reveiller chez elle... J'ai senti cette flamme naissante et je n'ai pas pu resister il a fallut que je l'attise. Je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. On nous a toujours dis que la magie etait hereditaire...

a part

Ambroise je vous sens troublée... j'ai l'impression que vous hesitez toujours entre votre nature profonde et ce que vous avez voulu devenir. Devenir un combattant ne fera pas de vous quelqu'un de meilleur ou de pire vous savez, mais est ce bien ce a quoi vous aspirez? D'ailleurs le combat ne se pratique pas seulement avec une arme... Vous avez le meme age que ma fille, je sais combien il est difficile de se trouver un chemin a votre age...

a part

Ancelin, je pense avoir trouvé le secret de l'acier damasquiné. Et pourtant... j'ai l'impression que le meilleur des acier ne parviendra jamais au niveau de ces sabres... Il y a sans doute une symbolique qui me depasse. Une symbolique que vous comprendrez. Je vous ai observé depuis que nous nous connaissons, vous avez toujours les yeux grand ouvert, curieux, comme si le temps filait et que vous vouliez tout comprendre... Et puis il y a eu ce voyage a Jerusalem. Excusez cette question indiscrete mais qu'essayez vous donc de fuir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Dim 1 Juin - 7:17

Evrard : Riguarda Jérusalem... io suis toujours impressionné, à chaque fois que io passe. Mais ça a bien faillit bouillir cette fois! Quant à Giulia, ma je la trouve très mignonne. Riguarda le grand art, io ni comprends rien. Peut-être que ça va , ça vient. Seul le tout Puissant décide.

Ancelin :
> A tous Pour Giulia, sa flamme se serait élevée à moment ou à un autre. Il valait mieux que ce soit avec d'autres mages. Et que cela reste entre mages pour le moment. Nous quoi.
Dommage que nous n'ayons pas pu rester plus à Jérusalem. Je connais une petite auberge dans le quartier arménien qui sert des khorovadz et du basturma délicieux.
Mais il va falloir se pencher sur cette étrange prophétie.
> A cadwallon : l'acier c'est le support. Il faut y insuffler la flamme. Comme dans ces lames anciennes. Les gravures ne sont pas justes des décorations ou des imprécations. Elles ont été façonnées par la magie. Enfin je pense. Je cherche quelle est-elle. Mais ce n'est hélas pas ma spécialité. Vous m'auriez demander de faire pousser un cèdre... Mais nous trouverons, Cadwallon.
En tête à tête : la vie est comme une rivière. Elle file, nous entraîne ou nous laisse de côté. J'ai envie de naviguer le plus loin possible, pour découvrir le plus possible de nouveaux paysages. Car chaque paysage m'apporte quelque chose, me construit, m'enrichit, me transforme. Je crois que je cherche toujours l'objet de ma recherche  Smile
Je n'ai fait qu'une brève étape à Jérusalem l'automne dernier, avant d'aller voir les ruines d'une vieille forteresse juive, bâtie sur une montagne. Rasée par les romains de la Legio X Fretensis. Et construite sur d'autres vestiges plus anciens. Un lieu très aérien en fait. Dominant Palus Asphaltites [c'est la mer morte] et le désert. Magnifique vue.
Mais je ne fuis pas. D'une certaine manière, je me cache. Je pensais que c'était des Haschichins. Mais apparemment notre dernière chevauchée me fait penser que ce n'est pas le cas. Il faut donc que je trouve qui me menace.
> A Ambroise : Je pense que vous ne devriez pas craindre de laisser s'épanouir votre âme féminine. J'ai vu que la compagnie de Giulia était rassurante pour cela. Au fond, l'épée n'empêche pas la grâce. L'arme n'est pas toujours ce que l'on pense. Et les femmes peuvent donner la Vie...
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Dim 1 Juin - 23:14




stan a écrit:
Quelle aventure nous avons vecu a Jerusalem. Vraiment cette terre ne porte pas le nom de sainte en vain! Toutefois j'aimerais que nous gardions le secret de la transformation de Giulia. Peut etre que le don devait se reveiller chez elle... J'ai senti cette flamme naissante et je n'ai pas pu resister il a fallut que je l'attise. Je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. On nous a toujours dis que la magie etait hereditaire...
Le sang parle toujours. Dame Giulia était forcement descendante d’un Mage. Nous ne connaissons pas toujours les cours de tous les ruisseaux, ce n’est pas pour autant qu’ils n’existent pas…
Mais ce que vous avez fait relève d’un prodige ; votre main, votre souffle a été guidé par la main de notre Seigneur. Un Mage s’est offert en sacrifice pour sauver une vie innocente, et son sang béni a éclaboussé une âme, la bénissant à son tour. Ainsi, le Seigneur est généreux : pour une vie il a offert deux…

Ancelin a écrit:

Pour Giulia, sa flamme se serait élevée à moment ou à un autre. Il valait mieux que ce soit avec d'autres mages. Et que cela reste entre mages pour le moment. Nous quoi.
Dommage que nous n'ayons pas pu rester plus à Jérusalem. Je connais une petite auberge dans le quartier arménien qui sert des khorovadz et du basturma délicieux.
Mais il va falloir se pencher sur cette étrange prophétie.
Je pense que nous y reviendrons… En Terre Sainte, il semblerait que tous les chemins mènent vers Jérusalem.
Quant à la prophétie, certaines images sont à étudier, me semble-t-il avec les parchemins des généalogies des grands Blasons du monde Chrétien…


stan a écrit:

Ambroise je vous sens troublée... j'ai l'impression que vous hesitez toujours entre votre nature profonde et ce que vous avez voulu devenir. Devenir un combattant ne fera pas de vous quelqu'un de meilleur ou de pire vous savez, mais est ce bien ce a quoi vous aspirez? D'ailleurs le combat ne se pratique pas seulement avec une arme... Vous avez le meme age que ma fille, je sais combien il est difficile de se trouver un chemin a votre age...

Ancelin a écrit:

Je pense que vous ne devriez pas craindre de laisser s'épanouir votre âme féminine. J'ai vu que la compagnie de Giulia était rassurante pour cela. Au fond, l'épée n'empêche pas la grâce. L'arme n'est pas toujours ce que l'on pense. Et les femmes peuvent donner la Vie...

J’ai été élevée comme un garçon. Jusqu’à mes quinze printemps, je portais pantalons et tuniques courtes, je m’entrainais à l’épée, je chassais, je me bagarrais avec mes compagnons de jeu…

Tout comme eux, je grimpais aux arbres pour voler les œufs des palombes, je montais à cru les poulains rétifs et beuglais des chansons paillardes qui faisait rougir les filles des servantes. Je chaperonnais même certains de mes camarades de jeu à leur rendez-vous galants, m’inquiétant parfois de n’éprouver aucun émoi face à une donzelle rougissante…

Et puis je suis devenue « demoiselle » ! Sans transition aucune… ce n’est plus moi qui chantais des refrains de nos troubadours perché sur la toiture du poulailler, mais on me chantait à moi, moi, assise sagement sur un siège en bois sculpté…

Vous pensez que c’est si simple que cela que de faire « fi » à sa vie d’homme ?

J’ai été nourrie aux refrains glorifiant la fureur des batailles et le courage et l’honneur, aux ritournelles d’amour pour le Seigneur et la Dame…

(Sur l’air de : j’ai descendu dans mon jardin …
https://www.youtube.com/watch?v=1q7vyChCnjE)


Je couds la croix à mon manteau
La croix bénie à mon manteau
Pour délivrer le Saint Tombeau
Chante l’épée pour Sa Gloire
Chante mon épée

Je couds la croix à mon manteau
La sainte croix à mon manteau
Pour aller prier au Tombeau
Le repos de mes frères d’armes
Leur repos éternel…


J’ai fui le mariage avec un vieux prétentieux de la Maison de Béarn : politiquement, je trouvai l’alliance déséquilibrée ; et ma tête était si emplie de récits d’amour et de guerre, qu’en le voyant, je le trouvai aux antipodes d’un beau chevalier preux…

Vous pensez que la compagnie de Dame Giulia m’était rassurante ? Peut-être que je me réconfortais en trouvant une faible donzelle à protéger dans le désert… c’est ainsi que j’ai été élevée. Elle se voulait Reine Hippolyte, et pourtant portait en elle cette faiblesse féminine que vous nommez « délicatesse »…

J’ai onze sœurs. Des femmes belles, chantées et louées dans tout le pays Occitan. Des femmes qui ont donné la Vie… Parfois, j’envie leur sort, je me dis qu’avec un peu de chance, j’aurais pu donner rapidement un héritier et devenir une jeune veuve… Pourtant, devenir cette « chose » fragile et protégée me répugne, car c’est cela qui m’avait fait fuir.

Vous avez raison, seigneur Cadwallon, Maitre Ancelin, je cherche l’objet da ma quête ! …

Laisser s’épanouir ma nature féminine !... parmi les ouvrages poussiéreux et de sages érudits aux barbes de l’âge balayant le sol ? parmi des marchands roturiers vénaux et de chastes Hospitaliers ?
Ici, dans l’Alliance érudite, je suis loin des Cours fleuries occitanes, les joies des ritournelles et la fraicheur de la jeunesse me manquent… J’en retrouve pourtant un parfum envoutant dans les jardins d’Alamut et les Riches Heures de Tarascon. J’en retrouve un semblant d’insouciance dans les quelques rares cavalcades dans le désert avec seigneur Selim et dans l’éclat de soleil des lames courbes sarrasines que nous croisons amicalement.

Je balaie le sol dans l’Hospice, et surprends certains Frères gascons chantonner un refrain louant la grâce d’une certaine Dame de Marsans… ça me réchauffe le cœur… Vanités, vous direz ! Mais nommez-moi une seule Dame, qui ne souhaite que les troubadours la chantent ; une seule qui ne rêve que ses couleurs soient portées par un noble chevalier…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 2 Juin - 10:24

vous avez raison Ambroise, il n'y a pas qu'une facon d'etre femme. Toutefois, je sais a quel point vous etes croyante. N'entachez pas votre foi du sang, car en depit de ce que disent les prélats, votre foi en sera pour toujours tachée. Au coeur de la bataille on ne tue que pour soi! on oublie les serments, les rois, les dieux. On lutte pour sa survie, au mieux pour la survie de son voisin. Et on perd cette belle insouciance qui vous est chere. Comme le trouvere qui se casse la voix, quelque chose se brise ensuite. Vous ne vous etes pas entrainé en vain cependant, la vie est un combat. Vous avez ete formé au courage, a l'abnegation, a la perseverance, trouvez la forme de combat qu vous conviendra le mieux.Vous faites bien plus a la forteresse hospitaliere que sur le bord d'une route. Prenez ce poignard. Nous avons percé le secret de l'acier de Damas.

Ancelin mon ami... se cacher, fuir, ce sont des choses que je ne connais que trop bien. Laisse moi t'offrir ce poignard... Oui cette lame etrange, c'etait ca le secret de l'acier de Damas, Plusieurs sortes de fer unies. Une variété dure, une variété souple et une variété brillante. Qu'il te vienne en aide le jour ou tu en auras le plus besoin. Mais tu n'es plus seul dans ta quete. J'ai compris ce que tu voulais dire quand tu parlais de la flamme a insuffler dans ces armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 2 Juin - 17:01

stan a écrit:
vous avez raison Ambroise, il n'y a pas qu'une facon d'etre femme.

Toutefois, je sais a quel point vous etes croyante. N'entachez pas votre foi du sang, car en depit de ce que disent les prélats, votre foi en sera pour toujours tachée. Au coeur de la bataille on ne tue que pour soi! on oublie les serments, les rois, les dieux. On lutte pour sa survie, au mieux pour la survie de son voisin. Et on perd cette belle insouciance qui vous est chere.

Comme le trouvere qui se casse la voix, quelque chose se brise ensuite. Vous ne vous etes pas entrainé en vain cependant, la vie est un combat. Vous avez ete formé au courage, a l'abnegation, a la perseverance, trouvez la forme de combat qu vous conviendra le mieux.Vous faites bien plus a la forteresse hospitaliere que sur le bord d'une route.

Prenez ce poignard. Nous avons percé le secret de l'acier de Damas.

"tout me plait, hivers, été,
froids et chaleurs.
j'aime la neige autant que les fleurs,
mais le preux mort plutôt que le vivant médiocre.
ainsi me tiennent fervent
et gai, jeunesse et vaillance."

(Peire Vidal, né 1183)

je n'ai pas peur de mourir, ou du moins, je le crois. Car je sais que mes péchés seront pardonnés.
Nul homme n'a peur de la mort s'il suit les commandements du Christ, s'il donne sa vie pour son seigneur, sa Dame, sa terre, sa foi...

la lame que vous m'offrez est sublime, elle est froide comme l'eau d'un ruisseau de montagne, limpide comme une goutte de pluie, et sombre comme un ciel d'orage.

mais, pardonnez moi seigneur Cadwallon, les lames ne sont point des tapisseries décoratives : le but de toute lame est de faire couler le sang. Le poignard pénètre la chaire et boit sa chaleur, comme un amant boit le souffle de sa dame; l’épée se loge en le corps offert et impuissant à résister, comme dans un fourreau...

un troubadour ne peut chanter le courage s'il est pleutre; ni l'amour, si son cœur est inerte; ni l'espoir s'il n'a jamais souffert... il ne peut chanter la joie s'il n'a jamais vécu...

un innocent chante non pas des ritournelles, mais des psaumes ! ou bien ne chante point.

le jongleur joue avec ses propres tourments; l’innocence que vous me conférez ne rythme nul chant, ni inspire nul lai...
tout comme la tiédeur n'est ni le feu, ni le froid...
tout comme si le sel manque, le plat est fade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 2 Juin - 20:37

cette lame que je vous offre est faite d'un alliage de 3 fer. L'un est dur, l'autre est souple et le dernier est etincelant. J'en ai offert un a Ancelin aussi en symbole de ce que nous avons fait. Il n'y a pas de hasard a ce que nous soyons ici. Dans ce metal, chaque fer joue son role, le dur pour faire un tranchant terrible, le souple pour que l'arme ne se brise pas, l'etincelant pour que l'arme soit belle. Nous avons chacun un role a jouer dans cette alliance, car au dela de l'alliance a proprement parlé, nous sommes tous les trois une alliance dans l'alliance. le joyau a 3 faces, et nous sommes 3...

je ne veux pas jouer le vieil homme avec vous, mais je pense qu'on ne craint la mort que lorsqu'on se retrouve face a elle. Combien ont juré qu'ils n'avaient peur de rien et finissait par mouiller leurs chausses? le courage est la qualité des idiots. La guerre n'eleve personne. Regardez ces hommes qui se sont battu toute leur vie, ils ont le regard vide ou fou, parfois les deux. Je vous dis ca parce que vous etes comme une flamme dorée et je me sentirais coupable de voir votre éclat se ternir.

Helas je ne crains que vous ne compreniez ce que je veux vous dire qu'une fois que vous aurez goutté a l'horreur sans nom qu'est la guerre. Si les paroles d'un vieux soldat ne vous touchent pas echangés peut etre avec Ancelin. une lame n'est jamais qu'un outil, ce n'est pas l'arme qui tue, c'est le soldat, ce n'est pas la lame qui boit le sang, c'est le guerrier qui s'offre quelques minutes de vies supplémentaire. Il n'y a pas de courage sur un champ de bataille, il n'y a que la survie. Pour certains cette course pour la survie prend des atours de temerité mais au fond il n'y a jamais que la peur. Se battre sans peur ne peut signifier qu'une chose, soit vous etes fou, soit vous etes mort. J'ai ete fou, j'ai bu la peur des autres, mais parce qu'il se cachait en moi une peur encore plus grande, une peur que je combats chaque jour.

quant au christ, bien que son nom soit loué, je crois qu'il detourne volontairement les yeux des champs de batailles. Il n'y a pas de miracles. Il y en a peut etre eu autrefois a l'epoque des dieux anciens, mais ce dieu ci n'aime pas la guerre et n'aime pas les guerriers.

Mon enfant je crois qu'il est plus simple dans certains cas de chanter des choses que l'on ne connait pas car certaines vous changent si profondement que vous ne pouvez plus en parler. Mais je n'insisterais plus, je comprends qu'il soit penible de se faire sermonner par un homme tel que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mar 3 Juin - 1:48

Merci Cadwallon pour ce précieux cadeau. Il montre le résultat du travail, seul et en commun, de la persévérance, de la quête... et des transformations de la matière par la main de l'homme. Cela me réjouit que ce savoir soit retrouvé. Mais restons modeste. Ce n'est au fond qu'un morceau de métal impur travaillé par des mains imparfaites. N'y voyez là nulle critique, ni ironie. Ce n'est pas un accès de mysticisme. Juste que nous suivons les voies du Créateur et qu'il est très au-dessus de nous.
Joli travail. Vraiment. Et on a tous la même. C'est un "chouette" symbole. Very Happy 

Sommes nous le joyau? Le printemps à venir? Ou devons nous devenir ce joyau, au court de notre quête? La réalité en cache toujours une autre, comme un voile qu'on soulève révélant un autre voile. Qu'y a-t-il dans ce joyau? Une fin ou un re-commencement? D'autres facettes à découvrir?  confused 

Demoiselle Ambroise, ne tombez pas dans le culte du guerrier et de ses actes. Ce n'est pas parce qu'une arme existe pour tuer ou faire le mal qu'il faut le faire. Elle peut tout aussi bien servir à défendre, faire peur et dissuader le mal intentionné. Notre Art est semblable : il peut détruire, asservir, contraindre, assécher, faire souffrir. Mais nous ne le faisons pas car nous respectons la Vie. Et que nous avons des buts plus grands et nobles, dirons certains. Wink 
Je suis, hélas, bien d'accord avec Cadwallon à propos de la guerre. Elle ne fait qu'allonger, à terre, des êtres qui étaient vivants. Pour être sincère, je préfère être couard et lâche, mais vivant. La Vie est trop belle pour la perdre pour des idéaux ou la politique. Pour aider et secourir mon frère, oui.
Et puis une épée, c'est un peu trop phallique à mon goût. tongue
Bien que ça puisse être un bel ouvrage.
Le vrai courage, c'est de dominer ses peurs a dit un sage (un druide, je crois). Je suis encore un poltron.

Mais vous avez raison pour ces chants, ces regards et ces envies. Il y a là une énergie bien humaine. Et réjouissante! [je vous rappelle que je m'y connais en chansons de ripaille!!!  jocolor ].
Je préfère quand les trouvères chantent la beauté des femmes ou les exploits des hommes, que les batailles. Ils devraient plus chanter encore le pouvoir de donner la vie.
Quant aux cavalcades dans le désert, je suis bien d'accord avec vous. C'est un lieu d'espace, de liberté. Dangereux aussi. Et pas vide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Evrard   Mar 3 Juin - 1:59

Evrard
Io suis sans doute le moins sage et le moins savant, ici. Mais ces ismaéliens ne me plaisent pas. Non. Ce vieux sur la montagne, ce n'est pas un sauveur. Les haschischins ne sont pas des justiciers travaillant à contrer les puissants, ni des redresseurs de torts.
Ce sont des tueurs. Régis et dépêchés par leur rais. Mon ancien maître, Conrad que Dieu accueille son âme, en savait quelque chose. Il a périt sous leurs coups.
Des fanatiques aux âmes impures. Des questeurs de mort. Io les ai trop vus à l'oeuvre.
Ne vous commettez pas avec eux.
Ancelin, io suis désolé. Mais si vous allez là-bas, io ne pourrez pas vous accompagner. Non. Neutral


Dernière édition par Vincent_B le Ven 6 Juin - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mar 3 Juin - 11:09

Ancelin, je ne sais pas si nous sommes un joyau mais l'analogie m'a semblé evidente. J'ai peur que si vous cherchez une fin ou commencement, vous ne trouviez qu'une infinité de faces. chaque action est toujours la fin et le commencement de quelque chose de nouveau, c'est un cycle permanent qui anime la vie, une flamme de l'aube, une flamme du crépuscule... Mais ca je suis sur que vous le savez et que la question n'etait que réthorique.

les voiles de la realite, n'est ce pas l'homme qui se les impose dans sa recherche de sens? chaque nouvelle recherche, chaque nouveau savoir, ne vous couvrent t'ils pas les yeux. Il me semble a moi que la réalité s'expose a la vue de tous et que nous refusons de la voir. Elle est la dans son plus simple appareil.

Evrard, je comprends tes craintes. Difficile de faire confiance a un etre insaisissable et retors. Mais nous avions besoin d'eux a Jerusalem, c'est un effroyable jeu politique qui s'est lancé. j'ose croire qu'il n'y a pas que des fanatiques et des assassins. mais restons sur nos gardes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Ven 6 Juin - 21:47

Ancelin
C'est étrange, tout le monde semble perdu dans son monde.
Je sens les frémissements d'un dragon, mais Cadwallon n'est pas vraiment là.
J'entends parler de Gascons, mais Ambroise n'est pas par ici.
Et moi... je suis ailleurs, tout seul dans mon laboratoire à parler au vide.
J'espère qu'au moins Evrard a trouvé quelque donzelle accueillante et une bonne bouteille de vin!


Dernière édition par Vincent_B le Mer 11 Juin - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mer 11 Juin - 3:05

Evrard
C'est pas facile de vivre avec des mages.
Entre Cadwallon qui se transforme en oeuf de fer, Ambroise qui se fait emmurer alors qu'elle n'est pas recluse et Ancelin qui parle tout seul.
 Rolling Eyes
Même Clothilde n'est plus là, ni Virgile d'ailleurs.

J'espère que rien de sérieux ne va se produire...

Ben en attendant qu'ils ressortent, je vais aller m'en jeter un à la taverne du palmier.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mer 11 Juin - 16:00

à ANCELIN , EVRARD, CADWALLON:

Seigneur Cadwallon fait un dragon fort respectable... Je commence à douter de l'humanité de son lignage... il est vrai que certaines légendes parlent de dragons qui prennent semblance de mortels, de femmes et d'hommes, mais j’étais loin de soupçonner que le légendaire Sieur Cad était un dragon !

Si vous l'aviez vu à la bataille !... en tant qu'homme il possède un courage incroyable, et une force digne de grands princes de ce monde. c'est un réel plaisir et un honneur que de combattre à ses cotés.

Et Evrard et discret comme une vipère et efficace, comme seul un guerrier ancien et sage peut l’être...

Que je regrette que vous n’ayez pas pu participer à une si belle bataille ! ou ne serait-ce que l’admirer du haut des remparts…

Mais je suis certaine, Evrard vous fera part de ce mage d’Apis impie, de la sublime Griffon, du déchu et triste Mélchizebek et de ses six fils (un fut tué à la bataille); du sang versé et des vies épargnées ; de la bravoure des combattants et de la beauté des duels….

Que c’était beau ! Insensé et enivrant !

Nos destriers se toisent
Et tournoient en cadence ;
Et nos lames se croisent,
Courbe et droite, en silence.

La lune au ciel ardoise
Ralentit son errance,
Habille notre danse
Mêlant mort et extase.

Tenez fort la bride,
Noble cavalier,
Le sol est aride,
De sang émaillé.

Ce n’est point le vent,
C’est mon cœur qui cogne :
Cantiques d’Orient
Et lais de Gascogne.


Et nos regards se croisent
Quand nos épées s’effleurent
Le froid métal embrase
La chair mordue au cœur.

La lune au ciel ardoise,
Le désert calciné…
Et nos mains s’entrecroisent,
Lettrines enluminées…

Le désert a bu
Suffisamment de sang ;
Le vainqueur est vaincu :
Je vous noue mon ruban.

Ce n’est point le vent,
C’est nos cœurs qui cognent :
Cantiques d’Orient
Et lais de Gascogne.


Je me sens revivre, Maitre Ancelin, je me sens revivre comme après un long sommeil…

Vous qui consulter des ouvrage poussiéreux d’alchimie de la transmutation de la matière, vous savez qu’ils parlent de la vie éternelle, et que nombre de mages la cherchent. Folie que tout cela !

La chandelle de la vie brule le temps qui lui est donné par le Créateur et nul ne peut aller contre Sa Volonté.

Seigneur Cadwallon, vous m’avez mis sur le chemin de ce que vous nommer « élixir » ; vous m’aviez fait miroiter les sombres rivages du Crépuscule… J’ai couru sur ce sentier ; mais ce n’est point le sentier qui m’appelait, c’est la lande fleurie, où les pétales de roses de nos âmes volètent en éphémères papillons…

Ce n’est pas la longue vie qui est un présent fait aux Mages que nous sommes, pas une existence rallongée mortifère et aussi vivante qu’une nécropole en ruines…

Non, ce qui peut nous être offert, c’est le printemps de notre être, c’est l’éternelle beauté célébrée dans chacun de nos gestes, c’est l’éternelle jeunesse…

Oui, c’est un présent de Dieu que d’être fauché par une lame au printemps eternel de son existence… C’est le voile de son amour, pour sa création que nous sommes, que de célébrer cette affection en retour, enluminant cette terre de grâce que nous ressentons sans percevoir dans le Royaume…

Embellir le Néant, c’est construire le chemin vers le Royaume…

Aimez-moi de vos versets
Cette nuit,
Dans l’écho de la bataille
Endormie ;

Aimez-moi de votre souffle
Embrasé,
Dans le vent, tourbillons ocre
Du désert…

Sur les ruines ensevelies
D’un castel,
Je vous aime de chansons,
Ritournelles.

Aimez-moi sans retenue,
Ni distance ;
Immanente s’offre à nous
La transcendance.

Aimez-moi d’un seul instant,
Ephémère :
Nos chemins sont si distants
Dans ce désert…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: A   Mer 11 Juin - 16:50

Dame Ambroise, vous revez de romances, comment vous en blamer. L'Elixir est une malediction et une benediction, une longue vie certes, loin de la vieillesse et de la decrepitude mais c'est aussi une vie de servage qui fait que tous les 10 ans, la vie devient plus compliqué. Et puis le crepuscule... Et le risque de s'y perdre. Encore une fois je comprends vos besoins de romance mais helas, dans ce monde de violence et de sang, de souffrance et de guerre, mais aussi d'espoir et de creation, tout n'est pas romance, tout n'est pas poesie. Oui, ce monde est le monde de l'utile et le temps passe vite! Mais il est plus simple de donner du sens a une vie courte que de trouver de l'interet dans une vie longue et solitaire.

Il n'y a pas de courage, de bravoure, il n'y a qu'une vie de bataille, des reflexes, la fureur et ne rien lacher. Se battre pour sa survie, pour ne pas perdre. Admirez vous autant le paysan qui fait pousser ses legumes? ce n'est qu'un metier.  Il n'y a pas de grandeur a retirer de ces actes, la violence est deja en soit un echec car elle ne permet pas de retour en arriere. Vous n'aurez pas a affronter que des bandits ou des adversaires qui auront l'elegance de Djamel, mais ca je pense que vous le savez deja. Revez votre vie jeune dame, mais esperez de n'avoir jamais a vous reveiller. les legendes, elles n'engagent que ceux qui y croient.

Evrard, j'ai aimé notre voyage. Pas seulement ce voyage physique. Nous allons sur des chemins paralleles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mer 11 Juin - 18:38

Cadwallon a écrit:

Dame Ambroise, vous revez de romances, comment vous en blamer. L'Elixir est une malediction et une benediction, une longue vie certes, loin de la vieillesse et de la decrepitude mais c'est aussi une vie de servage qui fait que tous les 10 ans, la vie devient plus compliqué. Et puis le crepuscule... Et le risque de s'y perdre.
Je ne cherche pas la longue vie, mais la jeunesse éternelle. Le Rituel me l’a offert pour les dix ans à venir. Après, je ne sais ce qui adviendra… et peu m’importe de le savoir aujourd’hui ! cela se trouve, je serai fauchée par une lame avant que ces dix années ne s’écoulent…

Je vais vous raconter une vieille légende gasconne :

Un jour, le Mal de tête, la Mauvaise Fièvre et la Mort partirent sur les chemins de ce monde. Dans la Lande, elles rencontrèrent un Berger Gascon. Elles trouvèrent ses moutons fort beaux et appétissants.
Alors Mal de tête alla voir le Berger et dit : donne moi un de tes beaux moutons, sinon, je te donnerai un mal de tête à devenir fou !
Mais le Berger refusa. Mal de tête se jeta sur lui, mais le Berger se mit à l’ombre d’un arbre, au frais, dans la bruyère, et le doux parfum des fleurs chassa le mal de tête.
Alors la Mauvaise Fièvre alla voir le berger, et réclama à son tour un mouton. Mais le Berger refusa. Alors elle enveloppa son corps et le Berger commença à frissonner. Alors il se dévêtit et plongea dans un torrent de montagne glacé et son corps chassa la fièvre.
A son tour, la Mort alla le voir et réclama un mouton. Le Berger s’inclina et dit : Grande Faucheuse, tu prends Princes et Gueux, nul créature ne peut te défier, alors je te donne un mouton.
En remerciement, la Mort l’amena dans une grotte emplie de bougies allumées et dit : vois-tu cette chandelle ? C’est ta vie.
Le Berger demanda : peux-tu rallonger la chandelle ? La raccourcir ? La rallumer ? La souffler ?
Non, non, non et non, répondit la Grande Faucheuse, car seul Dieu peut décider de donner vie et la reprendre.
Alors le Berger reprit son mouton et s’en alla rejoindre son troupeau dans la Lande Gasconne…


Cadwallon a écrit:

Encore une fois je comprends vos besoins de romance mais helas, dans ce monde de violence et de sang, de souffrance et de guerre, mais aussi d'espoir et de creation, tout n'est pas romance, tout n'est pas poesie. Oui, ce monde est le monde de l'utile et le temps passe vite! Mais il est plus simple de donner du sens a une vie courte que de trouver de l'interet dans une vie longue et solitaire.

Oui, certes, c’est un monde mauvais. Car ce n’est pas monde de Dieu. Car il a été profané par le Néant… la vraie beauté, la vraie béatitude est dans le vrai Royaume !...
Nous sommes des pêcheurs. Tous, nous sommes condamnés… car il n’est point d’enfer ailleurs : il est ici. Mais il est dit que tous nous serons sauvés, car nous nous repentirons, nos fautes seront pardonnées et nous recevrons le Sacrement…

Donner un sens à son existence charnelle et matérielle ici-bas est déjà un chemin vers le Royaume…



Cadwallon a écrit:

Il n'y a pas de courage, de bravoure, il n'y a qu'une vie de bataille, des reflexes, la fureur et ne rien lacher. Se battre pour sa survie, pour ne pas perdre. Admirez vous autant le paysan qui fait pousser ses legumes? ce n'est qu'un metier. Il n'y a pas de grandeur a retirer de ces actes, la violence est deja en soit un echec car elle ne permet pas de retour en arriere.

Il y a l’abandon, l’extase, l’inspiration, la fureur, le panache, la chanson …

Je n’admire point le paysan pour ce qu’il fait, car chacun a sa place, chacun doit accomplir les actes qu’il est destiné à faire. Certains labourent la terre, d’autres prient et prêchent, d’autres chantent et bataillent…

Je puis admirer un paysan pour ce comment il fait pousser son légume, comment il s’affaire dans le jardin y arrachant les herbes folles ; je puis admirer ses gestes précis et surs, son émerveillement face à la floraison des pommiers, son désarroi face aux dégâts des giboulées de mars dans son champ…


Cadwallon a écrit:

Vous n'aurez pas a affronter que des bandits ou des adversaires qui auront l'elegance de Djamel, mais ca je pense que vous le savez deja.

Alors je ne retiendrai des combats que les duels pleins d’élégance !

Vous me parlez de bandits, mais ils sont comme la mauvaise herbe que l’on arrache, sans même faire attention à elle. Les véritables adversaires sont nos égaux. Et ils sont dignes d’admiration et d’affection, tout comme les plus belles roses le sont : nous les chérissons et pourtant nous les blessons les arrachant au buisson, et elles nous blessent de leurs épines…


Cadwallon a écrit:

Revez votre vie jeune dame, mais esperez de n'avoir jamais a vous reveiller. les legendes, elles n'engagent que ceux qui y croient.

Peut-être que la vie ici bas n’est qu’un rêve ?.... Peut être vous rêvez également, Seigneur Cadwallon ? Peut-être que nous rêvons tous, et que nos rêves s’entrecroisent, comme autant de lettrines enluminées… et que seul diffère le regard que nous portons au mirage de cette existence…

Les Jardins du Pays de Cocagne et de Pardès sont tout aussi enivrants que les roseraies de notre Bibliothèque (grâce à Maitre Ancelin) ; les Terres du Crépuscule, que vous connaissez bien mieux que moi, sont-elles moins réelles que Césarée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mer 11 Juin - 23:12

Citation :
Je ne cherche pas la longue vie, mais la jeunesse éternelle. Le Rituel me l’a offert pour les dix ans à venir. Après, je ne sais ce qui adviendra… et peu m’importe de le savoir aujourd’hui ! cela se trouve, je serai fauchée par une lame avant que ces dix années ne s’écoulent…
Ma chere Ambroise que desenchentement et de desespoir dans le coeur d'une si jeune dame... Pourquoi esperer etre fauché par une lame? c'est douloureux et desagreable... surtout au ventre... je plaisante. Je suis surpris que vous madame qui etes si spirituelle attachiez une telle importance a votre apparence, apres tout dieu n'apporte aucune importance a l'apparence de ses serviteurs n'est ce pas?. Et puis, quoi bon la jeunesse eternelle quand avec l'age viennent les enfants et que s'amoncellent les souvenirs... Non si je devais le refaire, j'aurai sans doute choisi une vie d'homme qu'une vie d'esclave a l'elixir.

Citation :
Oui, certes, c’est un monde mauvais. Car ce n’est pas monde de Dieu. Car il a été profané par le Néant… la vraie beauté, la vraie béatitude est dans le vrai Royaume !...
Nous sommes des pêcheurs. Tous, nous sommes condamnés… car il n’est point d’enfer ailleurs : il est ici. Mais il est dit que tous nous serons sauvés, car nous nous repentirons, nos fautes seront pardonnées et nous recevrons le Sacrement…

Donner un sens à son existence charnelle et matérielle ici-bas est déjà un chemin vers le Royaume…

ce monde n'est pas mauvais,ce monde est humain. Bien sur que dieu nous pardonnera, comment un pere ne pourrait il pas pardonner quoique ce soit a son enfant? Vous etes jeune, ne vous imposez pas cette penitence. Ne soyez pas trop pressé de profiter du royaume de dieu... A trop le souhaiter vous risqueriez de vous y retrouver plus vite que vous ne l'esperiez finalement.


Citation :
Vous me parlez de bandits, mais ils sont comme la mauvaise herbe que l’on arrache, sans même faire attention à elle. Les véritables adversaires sont nos égaux. Et ils sont dignes d’admiration et d’affection, tout comme les plus belles roses le sont : nous les chérissons et pourtant nous les blessons les arrachant au buisson, et elles nous blessent de leurs épines…

la premiere des erreurs c'est de croire qu'un combat est un jeu et que la mauvaise herbe ne merite pas de respect. Lorsqu'on ne respecte pas son adversaire on a deja perdu. Il n'y a que deux endroits ou les hommes sont egaux, sous le regard de dieu et au combat. Mais j'imagine qu'avec l'experience vous changerez votre point de vue. Moi aussi je me suis cru fort...

Citation :
Alors je ne retiendrai des combats que les duels pleins d’élégance !

Ce ne sont pas les duels plein d'elegance qui vous accompagneront les nuits de cauchemar. Ce ne sont pas ces duels qui vous pousseront a la folie. ce ne sont pas ces duels qui vous entacheront les mains. Un chose est sur c'est qu'ils vous tacheront le coeur... Prendre une vie c'est se prendre pour dieu et quoiqu'on en dise, peut importe les raisons qu'on evoque, ce n'est pas normal. Il ne peut pas y avoir d'elegance dans le meurtre, car oui ce n'est rien d'autre qu'un meurtre. Si vous ne voulez pas me croire, parlez avec Evrard. Mieux que quiconque il a comprit cela. Quand vous serez lassée du panache, des actes heroiques, de la fureur, il ne vous restera plus que vos cauchemars et vos remords. Et vous vous demanderez pourquoi vous avez passé tant d'années a tuer.

Citation :
Peut-être que la vie ici bas n’est qu’un rêve ?.... Peut être vous rêvez également, Seigneur Cadwallon ? Peut-être que nous rêvons tous, et que nos rêves s’entrecroisent, comme autant de lettrines enluminées… et que seul diffère le regard que nous portons au mirage de cette existence…

Les Jardins du Pays de Cocagne et de Pardès sont tout aussi enivrants que les roseraies de notre Bibliothèque (grâce à Maitre Ancelin) ; les Terres du Crépuscule, que vous connaissez bien mieux que moi, sont-elles moins réelles que Césarée ?

vous faites de la rethorique avec un vieil homme desabusé. il etait bien sur question de romancer votre vie. Mais je vais quand meme vous repondre. Tout n'est qu'illusion et nous autres magiciens le savons mieux que quiconque... Et pourtant il est des choses bien tangible qui vous ancrent a la vie plus qu'a la mort, au reel plus qu'au crepuscule... ces choses la ce sont la famille, les amis, le devoir, la parole, des choses aussi belle que les roseraies de vos reves. Mais faut il encore porter de l'interet a ses choses... et pour cela il ne faut pas vivre pour soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Mer 11 Juin - 23:26

Evrard
J'ai eu plaisir à me battre à vos côtés même si ma contribution fut des plus modeste à côtés de vos puissances.
Mais c'est un peu normal, je ne suis pas mage!
Ca m'évite d'ailleurs beaucoup de problèmes.

Charmante légende Dame Ambroise. Vous êtes bien pimpante et belle.

Mais je vais vous faire un aveux : l'âge a du bon!
Les jeunes donzelles sont fraîches et mignonnes, insouciantes et riantes. Et elles tombent facilement sous le charme de l'homme mur, celui qui en a vu d'autres...
Mais les femmes mures, mêmes si elles sont moins fraîches, belles, insouciantes et légères sont bien plus intéressantes. L'expérience Wink 
A part Nekbet...

Et que m'importe le flacon, pourvu que le vin soit bon!

Néanmoins, il faudra que je vous emmène un jour dans la Bekka, sur les rives de la Léonte. Là, vous me direz comment sont vos Landes idéales.
Et messire Cadwallon, vous qui aimez les flammes, j'espère que nous aurons l'occasion de traverser le désert d'El Tih : une terre de feu!
Et Ancelin... où diable pourrais-je trouver une femme qui lui convienne? Cette Constance n'est pas pour lui.

Je ne comprends pas tous à vos problèmes de vie éternelle. Ca doit être long. Ni de crépuscule. Après tout le soleil se couche, le soir. Et le matin il se lève. C'est un cycle. Et c'est beau.

Mais l'Enfer n'est pas ce monde. Y voir le mal partout, c'est... heu, et ben de la folie. Je me souviens quand j'étais jeune d'avoir entendu des prêcheurs parler de la fin du monde qui allait arriver, des pêchés qu'il fallait expier, de l'Enfer, de la Bête qui rendait tout mauvais. Ouais. A l'époque, j'y croyais pas trop. Maintenant, j'y crois plus du tout.On peut voir le Mal et l'Enfer où on veut. Et monter tous les beaux discours qu'il faut pour montrer qu'on a raison! Et on peut aussi voir le bien partout, dans chaque chose. Et faire autant de discours pour le prouver.
Le beau, le laid, c'est dans l'oeil de celui qui regarde. C'est Ancelin qui m'a dit ça et je suis bien d'accord avec. Pareil pour le bien et le mal. On en trouve où on en veut!
Anges, démons : ils viennent pas tous du même endroit, non?

Alors vivons. Et gardons un oeil ouvert à ce qui est extraordinaire. Bien ou mal.

D'ailleurs, j'ai une petite bouteille de liqueur d'anis et de raisins, vous m'en direz des nouvelles!


Dernière édition par Vincent_B le Ven 13 Juin - 2:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Daath   Mer 11 Juin - 23:30

Ancelin
Un mage ancien qui revient du crépuscule. Ou d'un enfer. Ou d'une prison. Noir.
Et qui pactise avec des forces sombres pour assoir son pouvoir. Ou celui de ceux qui l'ont délivré.
Triste plan que vous avez défait, compagnons. Et en brillant tout un chacun.
Le temps est courbe et enlacé. Comme l'univers. Les actes du passés viennent agir dans le présent. L'esprit arrive à traverser le cours du temps. Est-ce l'âme? L'énergie essentielle, ka et ren, la volonté? Quels voyages au-delà du crépuscule est-il envisageable?


Dernière édition par Vincent_B le Jeu 12 Juin - 5:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Jeu 12 Juin - 0:14

Evrard, vous n'avez jamais pensé a devenir chevalier? Si demain je vous faisais chevalier? qu'en diriez vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le réfectoire    Jeu 12 Juin - 1:58

Evrard
C'est bien noble de votre part seigneur Cadwallon.
J'ai déjà la charge du chevalier de Torcello. Enfin j'avais car depuis tout ce temps, je pense que son seigneur a dû donner le titre à un autre écuyer.
Mais être chevalier, c'est aussi faire vœu d'obéissance et d'allégeance. Et suivre certaines règles...

Le serment du chevalier
    Tu croiras à tous les enseignements de l'Église et tu observeras ses commandements.
    Tu protègeras l'Église.
    Tu défendras tous les faibles.
    Tu aimeras le pays où tu es né.
    Tu ne fuiras jamais devant l'ennemi.
    Tu combattras les infidèles avec acharnement.
    Tu rempliras tes devoirs féodaux, à condition qu'ils ne soient pas contraires à la loi divine.
    Tu ne mentiras jamais et tu seras fidèle à ta parole.
    Tu seras libéral et généreux.
    Tu seras toujours le champion du droit et du bien contre l'injustice et le mal.

Humm, je crains de ne plus pouvoir le faire. Je vis au milieu des infidèles, loin de ma terre natale, je commence à douter des commandements de l’Église et je ne réponds plus aux ordres de mes seigneurs. Et je ne peux m'en blâmer.

Je suis libre. D'aller et venir. De manger et boire, de regarder et d'écouter, d'admirer ou de vilipender, de prier et d'aider, d'aimer et de respecter. D'être moi, parmi d'autres.

Mais qu'est-ce pour vous d'être chevalier, Seigneur Cadwallon, prince de Gwynedd?
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Ven 13 Juin - 10:04

je vous comprends Evrard. J'ai vecu plusieurs années comme vous, loin de mes devoirs de chevalier. Et pourtant... Aujourd'hui qu'ils semblent se rappeler a moi, j'ai l'impression de retrouver la vie, d'etre plus chevalier que mage. Je ne crois pas savoir exister autrement. Mais il est plus simple d'etre un chevalier quand on est soi meme un seigneur et qu'on ne rend de compte a personne. Les voeux du chevalier... c'est un idéal. J'ai toujours vu ces voeux comme une priere, au fond quand on devient chevalier, on prend un autre chemin vers le paradis, un chemin pavé de violence et de sang pour les plus courageux, un chemin pavé d'oisiveté et vins capiteux pour les plus laches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Dim 15 Juin - 22:12

j'imagine que mon avis en tant qu'une personne qui n'est pas un chevalier n'a qu'une valeur nulle .... mais vous pourrez en discuter, si vous souhaitez, avec un chevalier, enfin, un moine-chevalier de l'ordre des hospitaliers, chevalier Alberic de Moissac, que j'ai pris la liberté d'inviter quelque temps dans la Bibliothèque ...

mais je vous assure, je l’accueillerai et sa présence ne vous dérangera aucunement. je demande néanmoins votre permission et votre accord (et celui du Magistère et des autres mages) pour l’accueillir au réfectoire et dans les jardins et la bibliothèque profane, et quelques autres salles sans rapport avec la magie

mais autant commencer par le début....

je me suis enfin décidée cet automne à officialiser auprès des hospitaliers ma venue en Césarée : je suis donc venue à l'hospice sous mon vrai nom et en plein jour, ayant obtenu une audience avec le Commandeur Henri Walsinger.

quelle ne fut pas ma surprise que de voir en ce moine (car il l'est plus que moine-chevalier) un homme droit et honnête;  austère, mais fin politicien; preux et pieux, juste et non cruel, compatissant et sévère à la fois. Il m'a grandement rappelé Magistère Basilisc. ... en plus jeune  Wink 

autant dire que je vais peiner à dissiper tous ses aprioris et craintes envers la magie et les mages (et son attitude reflétè les craintes, réserves et l'hostilité de Vatican, il faut se l'avouer), mais je pense que l'audience a été un bon début.

comme nombre d'Hospitaliers de Cesarée sont des Gascons (et des Occitans d'autres duchés), le Commandeur a proposé de repartir sur de nouvelles bases quant à la relation plus que froide de la Bibliothèque et de l'Hospice. et a nommé, à mon plus grand plaisir j'avoue, le chevalier Alberic "ambassadeur" des Hospitaliers auprès des érudits de la Bibliothèque.

et c'est ainsi que j'aurai honneur et plaisir à lui faire d"couvrir ce lieu de savoir et de beauté, et dissiper par la même les craintes quant à des ouvrages hérétiques ou impies ou autres influences maléfiques ou démoniaques ....

(Alberic de Moissac : cadet de sa famille, pas encore 25 ans, maitre d'armes des Hospitaliers de Cesarée, grand gascon aux yeux d'un bleu clair et des boucles chatain doré, portant une fine moustache sur beau visage jeune et avenant)

quant à la discussion elle-même ...... plusieurs points sont intéressants :

- Venise joue un jeu trouble dans les préparatifs de cette 4eme croisade; rumeur que les marchands de Venise sont derrière les Guildes de Césarée, et qu'un accord aurait été négocié avec les sarrasins sur la reddition de cette cité

- un rêve funeste et surement prémonitoire : la Bibliothèque de Césarée en flamme, tout comme la bibliothèque d'Alexandrie

- propose un rapprochement avec notre alliance, car nous sommes les seuls vrais défenseurs de cette ville.

- me parle de la croisade précédente, et des mercenaires en armures d'or, menés par un certain Lionel, qui ont été un renfort aux croisés et aussi source de massacres et désolations... selon lui, cet ordre, cruel et assoiffé de sang, ne doit pas revenir en ces terres...



j'ai de plus pu négocier la libération d'un mage de Soliman détenu dans ses cachots (avec tout le confort et le respect, je tiens à le signaler)  : Seigneur Ali, que j'avais déjà eu le plaisir de croiser à) Pardès d'Alamut. (et qui est également mon hôte quelque temps, en attendant son départ pour Alamut)
et là, des nouvelles tout aussi alarmantes et funestes ...

- Theodoric du tribunal d'hermes du levant (st jean d'acre) aurait mis la corde au cou des mages, et Césarée aurait à le craindre prochainement.... les mages tremblent devant Vatican, tout comme les mages de Soliman sont soumis aux ouleymas...

- prophétie d'Ibtahim d'Alamut  : deux moines frères dans le nord fonderont des tribunaux de la foi

- les étoiles et les planètes indique la venue des trois joyaux qui ne sont qu'un...

- jadis, aux temps du Mage Bonisagus, il y eut une triple alliance et un triple partage du monde : sud pour les mages du feu; nord pour les mages des glaces; terres centrales pour les mages de la pénombre.
je n'en comprends pas la signification...

********************

je suis certaine que Maitre Ancelin aura plaisir de partager quelques discussions théologiques et alchimique avec Seigneur Ali;
et que Maitre Evrard aura plaisir de s'entrainer à l'épée avec un frère hospitalier (et moi, si l'on m'accepte)
et que Seigneur Cadwallon aura du plaisir à partager son aversion pour les massacres et la cruauté des batailles avec Commandeur Walsingham (que je ne manquerai pas d'inviter pour renforcer l'alliance naissante de nos "guildes")

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 16 Juin - 18:52

Dame Ambroise, vous êtes libre de parler, nous sommes magiciens avant tout n'est ce pas? de la même façon, vous êtes libre d'inviter qui bon vous semble. De mon coté, je ne pense pas avoir grand chose a dire a un homme d’église. Je n'ai que faire des craintes d'un moine superstitieux ou des envies politiques du Vatican. Quant a ces hordes dorées, ne nous leurrons pas ce sont les troupes de la maison Flambeau. Bien plus qu'a un moine, je dois allégeance a ma Maison. Qui suis je donc pour m'opposer aux décisions prises par les seigneurs de ma maison? Les flammes sont plus souvent destructrices que créatrices...

Ma nouvelle passion pour le vitrail m'absorbe... la lumière si magnifique... Je ne crains rien car je suivrais mon propre chemin de lumière jusqu'au créateur quel qu'il soit. J'observe Ancelin, j'observe Evrard, j'observe les gens de ce pays... et j'observe aussi les prélats gras et dorés qui voyagent par bateau...

Et puis il y a cette ordre de chevalerie hermétique... l'ordre du dragon. L'ordre de la mutation, du changement, des flammes du renouveau, de la lumière qui cache la lumière. J'ai réfléchis a l'ordre du dragon ésotérique... une assemblée d'assassin en prévision, soucieux d'a nouveau pouvoir brûler sans vergogne tout ce qui se dressera devant eux. Cet ordre sera bien plus secret, les flammes créatrices... le chemin de la lumière, le chemin d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1847
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 16 Juin - 19:18

stan a écrit:
Dame Ambroise, vous êtes libre de parler, nous sommes magiciens avant tout n'est ce pas? de la même façon, vous êtes libre d'inviter qui bon vous semble. De mon coté, je ne pense pas avoir grand chose a dire a un homme d’église. Je n'ai que faire des craintes d'un moine superstitieux ou des envies politiques du Vatican.


Quant a ces hordes dorées, ne nous leurrons pas ce sont les troupes de la maison Flambeau. Bien plus qu'a un moine, je dois allégeance a ma Maison. Qui suis je donc pour m'opposer aux décisions prises par les seigneurs de ma maison? Les flammes sont plus souvent destructrices que créatrices...


le Commandeur est certes homme d'Eglise, mais c'est aussi un preux chevalier ! il est loin de l'image epinale d'un chanoine gras et supersticieux que vous vous faites.

je regarde les errances et les tourments des Batini d'alamut, des soufi du clan du mage Melchizebek... et l'arrogance du Mage Theodoric du tribunal de levant... et il viendra le temps où nous aurons à craindre le Saint Siege ! parce que le saint siege nous craint maintenant....

parce que ceux qui ne nous connaissent pas, croient la magie diabolique, malfaisante, corruptrice pour l'homme ...


j'ai trouvé en le Commandeur une oreille bienveillante et un esprit curieux, non point un grabataire obtu et dogmatique.

mais soit. je repecterai votre souhait de ne point le croiser et il ne sera que mon invité...


quant aux envies politiques du Vatican, vous-mêmes, votre frère et votre Maison, vous y baigner dans ces effluves ! en bataillant auprès des croisés... ici, en terre sainte, pour la conquête et reconquête de Jérusalem. et en Espagne... et vous bataillerez encore pour le saint siege, comme par le passé, car les Flambeaux y seront contraints, comme par le passé....

dites moi encore que vous en avez que faire des envies politiques du Vatican... dites le...

quant aux troupes de la maison Flambeau, selon les dits de ce Moine-Chevalier, ces mercenaires n’étaient qu'un appui aux Croisés. un appui cher monnayé, et qui a été coupable de désolations et d'outrages ...

vous rappellez vous Palmyre, Seigneur Cadwallon ?...



mais qu'importe, qui suis-je pour vous accabler ...

pardonnez moi ce moment d'emportement...

peut etre que tout chevalier qui perd son idéal devient un simple mercenaire se louant au plus offrant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Le réfectoire    Lun 16 Juin - 20:10

oui je me rappelle tres bien de Palmyre, et de tous les autres champs de bataille. Voila ce qui arrive quand les hommes sont pris dans la furie de la guerre. Ils deviennent des betes.

Je ne suis pas un croisé, je suis venu en terre sainte pour tenir une parole et quand cette alliance finira par s'ecrouler, ma parole sera vaine. D'ailleurs plus je passe du temps en terre sainte et plus je trouve ces croisades vaines. Dites moi ce qui pourrai me contraindre a lutter pour le Vatican? Le bras du Vatican n'est pas si long.

tous les chevaliers n'ont pas d'idéaux. Lorsque vous etes noble et pauvre, vous n'avez guerre que le metier des armes comme avenir. Le mercenaire se bat pour l'argent et pour sa survie. Certains n'ont meme plus cette lueur d'avidité.

Tout le monde n'a pas la force d'avoir un ideal...

etes vous sure que la magie n'est pas corruptrice? en avez vous la certitude?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: O temps, O moeurs   Mar 17 Juin - 2:38

Evrard

Hum je sens que tout le monde s'emporte. Ma que ça ne sert à rien.
J'ai hâte de croiser ce seigneur de Moissac  Very Happy 
J'imagine quel effet il peut faire...
Mais rien que de très normal là.

Mais je pense qu'il vaudrait mieux que le commandeur ne rencontre pas Ancelin, en ce moment. Ni même le chevalier.
Je crains qu'ils ne s'alarment inutilement. affraid 
Tout va bien.
Hum
Enfin, je crois.
Je l'espère en tout cas.
Je n'ai pas tout... hum non, je n'ai rien compris aux derniers discours d'Ancelin. Il m'a parlé d'espace, de temps, de matière, de divinité.  Shocked 

Bref, de nouvelles alliances franches et sincères sont toujours les bienvenues.
Mais, ayant trop traîné avec moines, chevaliers et nobles, je me méfie fortement de leurs propositions.
Ils ont tôt fait de changer d'alliés pour assurer leur propre position. Ils mènent une lutte sans merci pour leur survie et ce qu'ils ont. Pire qu'une guerre de fer et de sang.
Les seules vraies alliances que j'ai connues sont celles du champ de bataille. Comme celle que nous avons livré à la Croix du Sud. Comme celle que j'ai mené avec Ancelin.
Mais vous autres mages avez aussi vos alliances vraies.

Si le Vatican agite tant de choses en direction des mages, c'est bien pour faire peur. Il veut frapper les petites gens. Ceux qui ne savent pas ou ne veulent pas savoir.
Notre devoir est de rester au-dessus de ces intrigues. De regarder vers le Haut. Valeurs des chevaliers, Dieu, nommez comme vous voulez.
Une bibliothèque peut brûler... mais si elle est vide depuis longtemps ?  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le réfectoire    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le réfectoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 16Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Ars Magica-
Sauter vers: