Epiphanie

forum de la communauté des joueurs du jdra epiphanie
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Dim 28 Sep - 22:00


Seigneur Magistère Cadwallon, Magistère Ancelin,

Vous m’avez questionné sur ma blessure à a jambe qui ne guérit point depuis plusieurs années, depuis 1218, pour être précise. J’ai jusqu’ici éludé vos questions et vous remercie de vos attentions, m’évitant une marche à pieds pénible et déshonorante, et surtout blessante pour le peu d’amour-propre qui me reste.

Cela s’est passé à la dernière bataille à laquelle participa Artémi : le siège de Tolosa de 1218 par Simon de Monfort...

Depuis 1216, Tolosa ayant negocié sa reddition, souffrait de la cruauté de son nouveau seigneur, et de nombre de ses exactions commises envers les nobles et les hommes libres de cette cité. En septembre 1217, lors d’une absence de Simon de Montfort, les habitants de la ville se révoltent. Le comte Raimon VI et son armée de chevaliers faydits parviennent aux murailles et entrent à Tolosa sous les acclamations de la foule.
Début octobre, Simon de Monfort, son fils Amaury et son frère cadet Guy, entament le long siège de Tolosa, qui dure tout l’hiver.

Pour Pâques, en avril 1218, nous tentons une sortie, mais c’est un échec. Nous perdons beaucoup d’hommes… La situation n’évolue point. Le siège dure… Raimon VII arrive à nous rejoindre début d’été. Les croisés reçoivent des renforts également, des troupes fraiches.

Le 25 juin, nous tentons une nouvelle sortie… C’est au cours de cette bataille que Simon de Monfort fut tué. C’est aussi au cours de cette bataille qu’Artémi fut laissé pour mort sous les remparts de la ville… Retrouvé par Alba, je fus ramené, m’a-t-on dit, et déposé dans la chapelle du palais comtal. J’y demeurai ainsi plusieurs jours, jusqu’à ce qu’un moine Hospitalier du Saint Esprit franchisse le seuil de la chapelle et trouve deux corps inertes : celui d’une femme dans une armure ensanglantée et celui d’un faucon mordoré. Frère Albéric nous sauva… une fois de plus… nos vies…

* * *

Je me rappelle, j’ai le cœur léger. Et pourtant, j’avais désobéi à mon Ordre : j’avais fui pour prêter main forte au comte Raimon et avais réussi à rejoindre Tolosa en hiver 1218. Mais cette matinée, je ne ressens plus le poids de ce pécher… Je vais combattre aux cotés du jeune Raimon, le fils du comte, aux cotés des chevaliers occitans faydits, les routiers gascons, agenais, toulousains, albigeois, narbonnais… mes amis, mes frères d’armes, ma famille…

Nos troupes sont galvanisées, nous scandons nos chants occitans comme une prière… Les fils combattent aux cotés de leurs pères. Nos chevaliers faydits, et tous les hommes, portent les couleurs de la même Dame : notre contrée Occitane… Nos sœurs et nos amies combattent sur les remparts et jettent les pierres sur les assaillants croisés…

Mêlée furieuse, ça me le rappelle…

Nous combattons sous les remparts mêmes de Tolosa…

Je vois le jeune Amaury de Montfort combattre aux cotés de son père. Je ne puis m’empêcher de les comparer. Je ne puis m’empêcher d’admirer la bravoure de Simon. Il est l’assassin de mon Père. Il est la main de Dieu qui m’avait ravi l’amour terrestre. Il est la Némésis de mon peuple, notre bourreau… Et pourtant en cet instant, je l’admire pour son courage. Oui…il est un adversaire digne.

Nos regards se croisent.

« Je vous pardonne ! », lui crie-je, et j’empale en riant un routier croisé de sa suite, passant ma lame sous la visière en T de son heaume. Il me rend la politesse, en embrochant net un de mes hommes sur sa lance, qui se brise sous le choc. Je ne sais s’il sourit, mais en cet instant, son regard d’acier est illuminé par un rayon du soleil d’été…

Au même instant, le vois son frère Guy s’écrouler à terre sous les remparts : sa monture est éventrée. Simon fonce lui porter secours… Mais s’écroule à son tour…
J’y fonce également, prêt à les constituer prisonniers…

Soudain cette douleur, cette brûlure à ma jambe. Je me baisse : un carreau d’arbalète figé dans le mollet. Je tends la main pour le briser ou l’arracher… Le bois de tord et devient un serpent noir… Il tombe…
La brûlure se propage le long de la jambe. Je sens l’os touché… comme si le poison ou le feu le dévorait, le remontait, comme une flamme remonte le long d’un bûcher…
Je ne sens plus ma jambe…

La mêlée est furieuse… Je vois mes hommes tomber, enlacés fraternellement avec les croisés : tous égaux devant la Grande Faucheuse…

Je continue de combattre…

Le soleil est à son zénith… Je continue de combattre…

D’un coup, tout tourne… Et le silence tombe…

Je vois le ciel… Il est si limpide… Les rayons du soleil l’enluminent de signes étranges et merveilleux… Je me demande si c’est le Verbe de Dieu…


* * *

Ce que je me rappelle d’autre ?...

Des voix… Un soigneur de l’Ordre parlait de la gangrène qui se propageait dans ma chaire et le long de l’os… Mais l’on ne me coupa point la jambe : Frère Albéric s’y opposa.

Je me rappelle qu’il avait veillé sur moi… C’est surtout sa voix que je me rappelle. Et ce parfum de roses qui t’attache à sa présence…

Et aussi la voix de Mère. Je me rappelle elle avait arrangé les coussins, m’avait bordée, comme une enfant… Son baiser sur mon front…
Leur discussion… Mère avait chuchoté que sa magie était impuissante… En cet instant, j’avais réalisé que je n’avais point franchi les portes de ce monde. Et, l’instant d’après, lorsqu’Alberic lui répondit « Ambroise vivra… Dieu ne la laissera pas mourir ainsi… Je ne la laisserai pas mourir… », je sus que je vivrai…

Ce que je me rappelle encore ?...

La pluie. Cette pluie étrange de lumière et d’or, une pluie enluminée dans un ciel d’azur…

Des anges ailés… Et chaque plume de leurs ailes avait un éclat particulier… Chacune d’elles était une chanson, un monde…

J’avoue que tout cela est tellement flou… Embrumé… Intangible…

J’ai mis plusieurs mois à m’en remettre. Des semaines à réapprendre à marcher, à tenir une plume…

Vous savez tout, maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 13:12

quoi vous répondre Ambroise?... chaque soldat a son histoire, qu'il convient d’écouter, silencieusement. Des rivages de l'agonie, chacun a sa propre version.

Mais avez vous vraiment envie de guérir? Peut être que tout comme Rhys, vous trouvez dans cette blessure un refuge pour y nicher la petite flamme, les espérances déçues. Je ne sais pas quoi vous répondre Ambroise, sinon que je souhaite presque que vous ne guérissiez pas, pendant ce temps vous restez loin de la guerre. Vos vraies blessures ne sont pas physique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 15:00

Seigneur Cadwallon,

Je ne sais qu'en est-il pour votre neveux, je ne connais ni les causes ni les circonstances de sa blessure, ni ses raison de ne point l'avoir guéri par l'Art.

Mais je puis vous assurer, qu'il n'est nul matin où je ne me lève sans me répéter "je ne suis pas une infirme", avant même de rendre grâce à Dieu pour cette nouvelle journée !

j'ai essayé, mais le Verbe de la Magie a échoué. J'ai passé des années à réparer ce que j'avais puisé en mon corps pour cette dernière bataille qui me fut accordée, j'ai régénéré blessure par blessure, les nourrissant de virtue...de peu de cette essence magique que j'arrivais à trouver...

mais cette blessure-là du serpent, je n'ai jamais réussi... certainement pas assez doué, n'est-ce pas ?



vous parlez de refuge, d’espérances déçues... L'Ordre du Saint Esprit m'avait offert ce refuge.

Le voile me fut à la fois pénitence pour mon égarement hermétique passé, mais aussi seul habit de dignité que cette infirmité, cette tare, pouvait revêtir.
J'ai re-appris à me sentir utile, et non plus comme objet de pitié.
J'ai dû re-apprendre à vivre sans la magie... Tout comme Seigneur Rhys, me direz-vous. Oui, mais je n'ai jamais cessé d’être une Mage et héritière de Jerbiton.

Je ne cherche pas la pitié , ni l’apitoiement de quiconque, moi-même y compris. Je ne souhaite pas finir mes jours cloîtrée dans quelque scriptarium magique, ni dans un mouroir d'un hospice. Je prie Dieu, qu'il m'accorde encore la force de combattre pour cet idéal qu'Il m'avait inspiré à ma naissance, de le chanter, de vivre pleinement ne serait-ce encore qu'un seul jour... Vivre ! pas survivre...

j'avais pris le voile et prononcé les vœux simple, (car je reste sœur hospitalière laïque), la veille de Noël 1213. J’étais veuve depuis un peu plus d'un an... et blessée à la bataille de Muret dans le toulousain...
J'avais renoncé aux titres et les avais transmis aux héritiers de mes deux noms.
je ne pouvais plus croire en le dualisme absolu. j'avais reconnu mon erreur, mon égarement... Je devais expier ce pécher... et tant d'autres...

Ma pénitence était de servir 12 ans dans l'Ordre. dans l'humilité et l'anonymat.

à Noel 1226, ce Noel, Seigneur Cadwallon, ma pénitence sera terminée...

Que croyez-vous ? pensez -vous que je puisse quitter cet habit, qui me protège et préserve un semblant de dignité ? Que je puisse tourner le dos à ceux qui m'avaient relevé de terre ?
Moi-même, je ne sais pas... Quelque part, au fond de moi, je me surprends à souhaiter que cette échéance n'arrive pas ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 15:46

Même sans cette blessure a la jambe, j'ai l'intuition que vous resteriez une estropié. Une estropié de l’Âme. Tous ces questionnements, toutes ces hésitations... Je les ai eu, bien que tardivement, comme tous les soldats qui a l'heure du crépuscule de leur carrière se questionnent. Moi, j'ai eu la chance d'entamer une autre vie. La fin de cette pénitence inutile, c'est l'occasion de débuter une nouvelle vie. Pénitence inutile car vous aviez assez souffert.

Je ne sais quoi vous dire, ni comment vous conseiller. ces 15 années nous ont eloignés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 16:40

Ne m'offensez pas par cette pitié, je vous en prie... Je vous le répète, je ne désir point qu'on me plaigne.

quant à cette pénitence... elle m'a été aussi nécessaire qu'une convalescence. Ne croyez pas que porter le voile m'ait fait souffrir, loin de là, j'ai été heureuse. j'ai pu goûter à la quiétude, à la vie paisible.

J'ai pu contempler la lumière la plus pure, la plus éthéré et immatérielle, la plus aveuglante et la plus absolue... Oui, j'ai été bénie par Dieu : il m' été donné d'aimer et d’être aimée comme seul le Christ l'enseigne. Je vous parle de cet amour qui porte le nom de caritas, charité. Deus caritas est...

Je ne me posais plus de questions, je vivais dans Sa lumière...

J'ai appris à pardonner...

voyez par vous-même, comme cette pénitence me fut douce...

Seigneur m'avait châtié pour ma témérité et mon orgueil. je ne pouvais plus combattre avec ma lame. alors j'ai combattu par le Verbe ! J'ai chanté le pays occitan et ses martyrs. j'ai pu assister à la reconquête... J'ai pu voir la victoire de nos enfants occitans ! J'ai prié pour cette victoire, pour cette revanche, et elle nous fut accordée...


Savez-vous que voir une belle lame, comme de celles que vous arborez, en acier faerique, me donne l'envie irrésistible de remonter en selle, de la brandir, de l'entendre chanter, lorsqu'elle brise l'air et l'adversaire...

J'entends ces fâcheuses nouvelle du sud... Savez-vous qu'Avignon est assiégé par le Roy de France? Et je me réprime l'envie d'y accourir et défendre ces terres...

J'entends parler Frère Yohann de l'Ordre Teutonique de croisades dans les terres de glace... Et Je me retiens pour ne point le provoquer en duel, pour lui raccourcir l’orgueil et la superbe, lui montrer qu'un manteau blanc n'est qu'un habit et non la valeur immaculée christique et chevaleresque...

J'entends parler Seigneur Atride de ses contrées natales, des légendes de son peuple, et ... et ses chants réveillent en moi cette flamme Gascogne que nul blessure ne peut étouffer...
C'est comme si, sans me connaitre, il a su trouver, trobar, les mots...
C'est comme si les terres de glace de ce seigneur m’étaient un écho de cette croisade injuste et meurtrière de mon pays...

Oui, ces 15 années ont été longues... Nous nous sommes éloignés... Tant éloignés...

Magistère Ancelin est toujours aussi mesuré et sage... Il est un grand Mage !

Vous rêvassez plus souvent qu'avant, et semblez plus mesuré également, ou dois-je dire, moins impulsif, plus réfléchi. Jadis, une noble cause était un motif suffisant pour que vous la défendiez, rappelez-vous la Croix du Sud ... Maintenant, vous pensez aux implications politiques, à l'assentiment de mécènes, aux chances de gagner... Avant, le bon ratio au combat vous était 1 contre 100, les Thermopyles... Maintenant, vous parlez de 1 contre 3...

Je ne reconnais plus Seigneur Rhys... Il est sage, savant docteur, pieux et attentionné envers les siens... Mais je ne sens plus cette flamme de ... de... folie de jeunesse? oui, je crois que c'est cela...

oui... 15 ans ont passé... avons-nous changé à ce point là ?

et maintenant ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 18:05

Il n'y a pas de pitié dans mes propos, la pitié... est un sentiment bien lointain.

Si vous avez aimé ce temps de calme, ce que ce n'etait pas une penitence. Tirez en les conclusions, on ne peut pas aimer et le calme et la guerre. On ne fait pas cohabiter deux feux dans un meme coeur et je pense que vos yeux ont ete delavé par la lumiere de celui que vous appelez dieu, peu importe ce que ce fut. J'ai vu tellement de lumieres... Pour moi, la lumiere n'est plus que de la lumiere. Vous me parlez de charité, de pardon, voila qui est bel et bon, indispensable quand on est une nonne, impensable quand on est un guerrier. les votres n'ont pas gagné en etant bon et doux mais en tuant avec plus d'ardeur quand les croisés molissaient.

Une épée n'est qu'un morceau d'acier. Cette epee qui vous plait, assurement je pourrais la voir se briser sans sourciller. J'ai tout perdu de nombreuses fois pendant mes voyages... En verité, il est abusif de m'appeler seigneur tant je m'en suis eloigné... j'ai tué a mains nues, de facon brutale, sauvage, sans pitié, comme un pirate, comme un voleur. Et pourtant tres rarement je fus consummé par ce feu d'autrefois... Pardon je divague. Je suis sur que vous mourrez d'envie de remonter sur un cheval, meme si cela dit courir a votre perte... Pour tout dire, je vous comprends. Et je vous plains, a courir a sa perte, on finit toujours par y arriver.

Mais Ambroise, vous ne pouvez pas etre de toutes les guerres. Toutes les causes ne sont pas bonnes, toutes les causes ne sont pas justes. On ne peut pas partir en guerre sur un pretexte, on ne peut pas partir en guerre pour perdre. C'est stupide, c'est apporter la souffrance inutilement. Johann est au meme titre que vous, un chevalier saint. Et bien que vous ne voyez en lui qu'un assassin, les autres voient en lui un chevalier beni de dieu, un parangon. Peut etre meme que Dieu voit en lui un parangon, qui etes vous donc pour le juger inferieur en chevalerie?

Et Atride, n'etes vous pas sensé prendre en compte le fait que c'est un paien? Un peuple decidé a mourir mourra. c'est ainsi. Nous pourrions passer un temps infini a les aider, ils iraient malgré tout se briser comme des vagues sur les murs teutoniques. On ne peut rien contre ca. vous parlez de guerre injuste, y a t'il des guerres justes? est ce que la guerre qui fait souffrir le vilain et sa famille est toujours une guerre juste?

Je ne mentirais pas, les années d'aventures, les années passées au milieu de peuples, plus avancés, plus puissants, plus patients avec mon temperament, mais aussi les adversités m'ont foncierement changés. Je ne me souciais guere de l'importance de mes actes et de mes choix. Comme un taureau je chargeais. Mais ce n'est pas la bonne solution. Ce n'est pas de cette facon que l'on reste en vie, ce n'est pas de cette facon que l'on preserve les plus faibles du mal, ce n'est pas de cette facon que l'on fait les bons choix. J'ai ete tant et si peu... je serais toujours pres a me battre a 1 contre 100 voir a 1 contre 1000 mais pas sans raison, pas si je sais que je serais plus utile ailleurs et vivant.

oui je revasse... je repense a ces mondes que moi seul a vu. Aedd les a vu bien sur, mais nous n'avons pas le meme age, pour lui chaque jour est une nouvelle aventure alors que pour moi c'est a chaque fois peut etre la derniere. La jeunesse ce n'est pas une question d'age mais meme en conservant un esprit curieux et combatif, on ne peut s'empecher a mon age de penser au passé.

Oui Rhys a changé. Il a trouvé sa voie, un foyer aimant, tout ce dont il a manqué... Le savoir change un homme, assurement. Vous savez, Rhys et Nimue ont eu a souffrir des exactions de leurs peres, a porter un nom infamant, ils ne recherchent pas la guerre bien au contraire, ils la fuient. Rhys brule du feu ardent du savoir et de celui plus doux de l'atre. Et c'est aussi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 19:03

Cadwallon a écrit:

Si vous avez aimé ce temps de calme, ce que ce n'etait pas une penitence. Tirez en les conclusions, on ne peut pas aimer et le calme et la guerre. On ne fait pas cohabiter deux feux dans un meme coeur et je pense que vos yeux ont ete delavé par la lumiere de celui que vous appelez dieu, .....

oui, ça vous l'avez vu : je me suis laissée aveugler par cette lumiere désincarnée. Elle brille, mais ne rechauffe pas... Elle n'est que pour l'ame, ou pour l'esprit... Vous ne pouvez imaginer comme une cellule monastique puisse etre froide ! meme au coeur de l'été...

Cadwallon a écrit:
Vous me parlez de charité, de pardon, voila qui est bel et bon, indispensable quand on est une nonne, impensable quand on est un guerrier. les votres n'ont pas gagné en etant bon et doux mais en tuant avec plus d'ardeur quand les croisés molissaient.

oui, vous avez encore vu juste : aux massacres nous avons répondu par des massacres. J'avais moi-meme passé au fil de l'épée des routiers croisés qui imploraient pitié, car moi, je ne voulais que vengeance...

mais j'ai dû tuer cela en moi, l'etouffer sous ce voile. voyez-vous, Il m'a preservé...sauvée, une fois de plus...

est-ce que pour autant je vis ? ou bien je ne fais que survivre ? suis-je encore moi ou n'en suis-je plus qu'une ombre ?



Cadwallon a écrit:

.......En verité, il est abusif de m'appeler seigneur tant je m'en suis eloigné... j'ai tué a mains nues, de facon brutale, sauvage, sans pitié, comme un pirate, comme un voleur. Et pourtant tres rarement je fus consummé par ce feu d'autrefois... Pardon je divague. Je suis sur que vous mourrez d'envie de remonter sur un cheval, meme si cela dit courir a votre perte... Pour tout dire, je vous comprends. Et je vous plains, a courir a sa perte, on finit toujours par y arriver.

ne me plaignez pas ! Je prefere encore mourir en chantant, qu'au fond d'une couche froide qui sent les herbes medicinales...

Pourquoi avoir rejeté ce feu que j'admirai tant chez vous jadis ?

Que vous manque-t-il, pour que ce feu renaisse ? à mes yeux, vous etes, et vous resterez toujours Seigneur et Dragon et Flamme, Père...
le seul que je puis encore nommer ainsi...



Cadwallon a écrit:

Mais Ambroise, vous ne pouvez pas etre de toutes les guerres. Toutes les causes ne sont pas bonnes, toutes les causes ne sont pas justes. ......... Johann est au meme titre que vous, un chevalier saint.
Frere Johann est un chevalier et un moine. Mais je n'ai vu que le chevalier. je n'ai ressenti nulle charité chretienne, nul commandement du Christ dont il porte pourtant la croix. Il reve d'un royaume régi par son Ordre. donc il souhaite son ordre s'eriger en seigneurs feodaux... Il souhaite le conquerir par les armes... Mais y est-il déjà allé porter la Parole des Saintes Evangiles ?
c'est un chevalier, comme vous le dites. mais la sainteté n'est acquise à personne avant le jugement de Dieu, avant la mort...



Cadwallon a écrit:

Et Atride, n'etes vous pas sensé prendre en compte le fait que c'est un paien? Un peuple decidé a mourir mourra. c'est ainsi. ..... vous parlez de guerre injuste, y a t'il des guerres justes? est ce que la guerre qui fait souffrir le vilain et sa famille est toujours une guerre juste?
Seigneur Atride est... un paien.... je l'oubliais...

est-ce pour autant je dois me comporter comme si les paroles des Ecritures et le Message du Christ lui etait refusé ? Est-ce pour autant qu'il ne possede pas d'ame, si vous preferez cette ancienne tournure de débats qui animent à intervalles réguliers Vatican ? à une certaine époque, l'on se demandait si les femmes avaient, ou non, une ame ...
doit-on se poser cette question pour les paiens odinistes ?
et si je souhaite suivre le message des Evangiles, et l'accomplir, c'est justement lui, ce paien, que je dois aider et defendre... Car il est tel une brebis egarée.. ou dans la nuit...

seulement, n'est-ce pas cruel et ironique, c'est lui, ses paroles, qui m'ont fait sentir que les anciennes braises étouffées par ce voile n'etaient pet-etre pas encore eteintes... eteintes par cette lumiere épurée que j'ai cotoyé ces longues années...



Cadwallon a écrit:

Je ne mentirais pas, les années d'aventures,..... m'ont foncierement changés. ...... je serais toujours pres a me battre a 1 contre 100 voir a 1 contre 1000 mais pas sans raison, pas si je sais que je serais plus utile ailleurs et vivant.

utile... aux autres...
vous avez acquis la prudence d'un loup, alors... la ruse d'un renard. la perspicacité de la stratégie d'un aigle...
mais si le coeur ne vous intime pas, si seule la raison vous guide, saurez-vous etre Dragon ?



Cadwallon a écrit:

oui je revasse... je repense a ces mondes que moi seul a vu. ....La jeunesse ce n'est pas une question d'age mais meme en conservant un esprit curieux et combatif, on ne peut s'empecher a mon age de penser au passé.
chantez-les moi ! si vous en avez l'envie... certaines bribes de vos histoires me laissent reveuse également...
le monde est-il vraiment si vaste ?


Cadwallon a écrit:

Oui Rhys a changé. Il a trouvé sa voie, un foyer aimant, tout ce dont il a manqué... Le savoir change un homme, assurement. .....Rhys brule du feu ardent du savoir et de celui plus doux de l'atre. Et c'est aussi bien.
vous avez raison : si c'est ce qu'il souhaite, alors nous ne pouvons que nous en rejouir pour lui.
Frere François, le fondateur de ce nouvel ordre des moines mendiants, disait que chaque homme et chaque femme ont droit à rechercher la joie et le bonheur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 19:41

Citation :
oui, ça vous l'avez vu : je me suis laissée aveugler par cette lumiere désincarnée. Elle brille, mais ne rechauffe pas... Elle n'est que pour l'ame, ou pour l'esprit... Vous ne pouvez imaginer comme une cellule monastique puisse etre froide ! meme au coeur de l'été...

oh je le devine, moi qui ne vit plus que pour l'aventure... Comment, pourquoi, s'enfermer volontairement entre ces murs de pierres? comment comprendre, que peut on attendre, les cailloux et les livres ne parlent pas!

Citation :
oui, vous avez encore vu juste : aux massacres nous avons répondu par des massacres. J'avais moi-meme passé au fil de l'épée des routiers croisés qui imploraient pitié, car moi, je ne voulais que vengeance...

mais j'ai dû tuer cela en moi, l'etouffer sous ce voile. voyez-vous, Il m'a preservé...sauvée, une fois de plus...

est-ce que pour autant je vis ? ou bien je ne fais que survivre ? suis-je encore moi ou n'en suis-je plus qu'une ombre ?

le fait que vous vous posiez toutes ces questions ne fait que traduire votre egarement. Il est normal d'etre egaré parfois... Prenez le temps de comprendre et de decider. Personne ne vous presse, rien ne vous condamne. Le destin, la fatalité, nous l'ecrivons nous meme par nos choix. Qui peut dire si les choix etaient ecrit avant la decision ou si la decision influe votre destin... Cette question est par trop vertigineuse... Mais une chose est sur, vous ne devez pas vous mentir, peut on vraiment se proteger de la soif de vengeance? une nature brutale peut elle etre entravée? C'est seul qu'on se sauve, sans l'aide de personne.

Citation :
ne me plaignez pas ! Je prefere encore mourir en chantant, qu'au fond d'une couche froide qui sent les herbes medicinales...

Pourquoi avoir rejeté ce feu que j'admirai tant chez vous jadis ?

Que vous manque-t-il, pour que ce feu renaisse ? à mes yeux, vous etes, et vous resterez toujours Seigneur et Dragon et Flamme, Père...
le seul que je puis encore nommer ainsi.

pourquoi croire que vous mourrez au fond d'une couche froide? Mourir en chantant a quoi bon? Il n'existe pas que ces deux voies, la plus part des gens meurent entourés de leur famille apres avoir vecu une vie bien remplie, n'est ce pas la la plus douce des morts? et votre famille est grande! Vous ne parlez de ne plus vouloir voir la dualité des choses et pourtant vous continuer de ne voir le monde qu'en deux dimensions.

je n'ai rejeté aucun feu et aucun feu n'est mort chez moi, j'ai choisi une autre voie. La voie de l'aventure, la voie de l'errance afin de trouver une place, ma place. Vous me voyez plus reflechis car je ne souhaite pas renouveller les erreurs que nous avons commises autrefois. Mais je suis a la fois plus fort et plus endurant qu'autrefois capable d'affronter plus d'hommes et de les vaincres, mais je ne le souhaite guere. Seigneur et dragon et flamme et pere oui... et aussi roi et capitaine et pirate et esclave et tueur et agitateur et mercenaire et tant et tant... Je ne souhaite rien de plus que de suivre les chemins que la magie et le destin tracent pour moi, voila ce qui m'anime.

Citation :
Frere Johann est un chevalier et un moine. Mais je n'ai vu que le chevalier. je n'ai ressenti nulle charité chretienne, nul commandement du Christ dont il porte pourtant la croix. Il reve d'un royaume régi par son Ordre. donc il souhaite son ordre s'eriger en seigneurs feodaux... Il souhaite le conquerir par les armes... Mais y est-il déjà allé porter la Parole des Saintes Evangiles ?
c'est un chevalier, comme vous le dites. mais la sainteté n'est acquise à personne avant le jugement de Dieu, avant la mort...
vous etes bien aveugle sur vos co-religionnaire si vous pensez qu'ils sont tous animés par la piété et la croyance... Combien d'abbés, combien d'eveques et de cardinaux vivent comme des mécréants? N'est ce pas l'avis de votre cher Francois? Le clergé est rempli de second fils qui eux aussi souhaitent un fief.

Citation :
je souhaite suivre le message des Evangiles, et l'accomplir, c'est justement lui, ce paien, que je dois aider et defendre... Car il est tel une brebis egarée.. ou dans la nuit...
Faites ce que bon vous semble mais on ne gagne pas une guerre perdue d'avance.

Citation :
utile... aux autres...
vous avez acquis la prudence d'un loup, alors... la ruse d'un renard. la perspicacité de la stratégie d'un aigle...
mais si le coeur ne vous intime pas, si seule la raison vous guide, saurez-vous etre Dragon ?

Encore une fois vous pensez trop simplement. Tout est une question d'a propos. Pensez vous que si je n'etais plus capable de faire preuve de courage j'arborerais cette peau de lion? que si je n'etais pas capable de me laisser aller a la violence je serais encore en vie ici a parler avec vous? Le dragon n'est pas une bete incontrolable, c'est une creature reflechie qui ne frappe que quand c'est necessaire. La prudence et la ruse ne sont pas des gros mots bien au contraire, elles epargnent la souffrance, evitent les conflits inutiles, elles protegent les plus faibles. L'acier peut etre a la fois fin et dur, tout depend de la facon dont on le travaille. Mon esprit est pareil aujourd'hui.

Nous avons tous menés des combats, et nous avons tous perdus. Je sais aujourd'hui le prix de la lutte au milieu des faibles... Le courage c'est aussi savoir se remettre en cause, reculer, feindre et fuir avant de revenir plus fort. Le courage c'est aussi accepter que parfois il n'y a rien a faire et que la lame vous fauchera, regarder la mort en face en guise d'ultime bravade.

Citation :
le monde est-il vraiment si vaste ?
il est encore plus vaste que ca oui! Et je repartirais un jour car je le sais ma place est par dela ces oceans de brume.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 20:33

Cadwallon a écrit:

Comment, pourquoi, s'enfermer volontairement entre ces murs de pierres? comment comprendre, que peut on attendre, les cailloux et les livres ne parlent pas!
comment pouvez-vous ne pas comprendre ?!
par amour, par désespoir, par désir de vie melé à une soif de mort, par espoir, par folie, par raison, comme un papillon attiré par la lumiere, par instinct de suvie latent, par absence de tout désir, par le désir d'atteindre le bonheur, par devotion, par peur de soi-meme, par crainte des autres, par besoin vital d'etre encore utile à quelqu'un, par fierté bafouée, par charité ... par amour, vous-dis-je !
(Phrase dite sur un seul souffle, jusqu'à ce que le voix retombe, comme un chuchotement etranglé)


Cadwallon a écrit:


le fait que vous vous posiez toutes ces questions ne fait que traduire votre egarement. Il est normal d'etre egaré parfois... Prenez le temps de comprendre et de decider. .... Qui peut dire si les choix etaient ecrit avant la decision ou si la decision influe votre destin... Cette question est par trop vertigineuse... Mais une chose est sur, vous ne devez pas vous mentir, peut on vraiment se proteger de la soif de vengeance? une nature brutale peut elle etre entravée? C'est seul qu'on se sauve, sans l'aide de personne.

Destin ou providence ? qu'y a-t-il ? les Antiques avaient-ils raison : la fatalité est la force plus forte encore que leurs dieux ?
la liberté nous laissée par notre Créateur est-ce un autre nom pour la Fatalité ?
ou bien sommes-nous vraiment libre de choisir ?

j'ai écouté les enseignements de ce François, moine d'Assise, paroles rapportées jusqu'à dans nos contrées...
j'ai transmis mes titres et mes fiefs...
et vous savez quoi ? il est vrai que l'on se sent leger, si leger tout à coup !....
j'ai pu me consacrer à ma famille, mes enfants, et ceux qui avaient besoin de moi... mais je savais que leurs vies, en acceptant le voile, c'est à Dieu que je les avais confiées... mes doutes, mes craintes, tous mes désirs, c'est au pieds de l'autel que je les avsis déposés... c'est pour cela que j'ai pu ressentir la legereté de mon etre...
pardonnez moi, je m'egare...



Cadwallon a écrit:

.... la plus part des gens meurent entourés de leur famille apres avoir vecu une vie bien remplie, n'est ce pas la la plus douce des morts? et votre famille est grande! Vous ne parlez de ne plus vouloir voir la dualité des choses et pourtant vous continuer de ne voir le monde qu'en deux dimensions.
est-ce l'habitude ? ou serais-je simplement en train de re-apprendre à vivre (et non à survivre)?...
ma famille est grande ! chaque année qui passe la voit s'aggrandir encore... Comme un hommage que nous rendons à notre fondateur Jerbiton Laughing

mes enfants sont bien grands, maintenant.... le plus jeune, Guilhem, a 13 ans...
Ils sont tous dans le sud ou à Delos : j'ai hesité à les faire venir en ces contrées froide ....

votre famille est bien grande aussi Wink
Rhys semble... heureux...


Cadwallon a écrit:

je n'ai rejeté aucun feu et aucun feu n'est mort chez moi, j'ai choisi une autre voie. La voie de l'aventure, la voie de l'errance afin de trouver une place, ma place. Vous me voyez plus reflechis car je ne souhaite pas renouveller les erreurs que nous avons commises autrefois. .... Je ne souhaite rien de plus que de suivre les chemins que la magie et le destin tracent pour moi, voila ce qui m'anime.
personne ne peut se premunir des erreurs...
je suis heureuse que vous ayez réussi à trouver et à gagner votre place, votre chemin... Vous vous etes trouvé donc...


Cadwallon a écrit:

vous etes bien aveugle sur vos co-religionnaire si vous pensez qu'ils sont tous animés par la piété et la croyance... Combien d'abbés, combien d'eveques et de cardinaux vivent comme des mécréants? N'est ce pas l'avis de votre cher Francois? Le clergé est rempli de second fils qui eux aussi souhaitent un fief.
vous avez mille fois raison !
.... Rolling Eyes j'ai été protegée de cela et de ceux-là jusqu'ici, car j'etais entourée d'une lumiere pure...



Cadwallon a écrit:

Faites ce que bon vous semble mais on ne gagne pas une guerre perdue d'avance.
je ne puis laisser perpetrer les massacres sur des innoscents ! je ne puis laisser se dresser les memes buchers dans le nord que dans ma contrée du sud !
pas de seconde Palmyre, pas de second Beziers, ni Moissac !...
si j'etais ignirante de cela, passe encore.... mais je sais, je sais maintenant !
je ne puis... laisser à l'oeuvre les massacres et la souffrance... le mal... perpetré par les mains de ceux qui se clament de Dieu...



Cadwallon a écrit:

......L'acier peut etre a la fois fin et dur, tout depend de la facon dont on le travaille. Mon esprit est pareil aujourd'hui.
apprenez moi... encore...
si j'ai survecu, c'est aussi grace à vous. je le sais et vous le savez !
et ne prenez pas cet air offusqué lorsque Alba survole vos manoeuvres : oui, c'est moi qui les ragarde. oui, je vous regarde, je regarde ces jeunes gens, et... j'en oublie presque et ma bequille, et mon habit... Embarassed




Cadwallon a écrit:

Citation :
le monde est-il vraiment si vaste ?
il est encore plus vaste que ca oui! Et je repartirais un jour car je le sais ma place est par dela ces oceans de brume.
le crepuscule vous guette tant donc ?
etes vous lassé de ce monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 21:37

Citation :
comment pouvez-vous ne pas comprendre ?!
par amour, par désespoir, par désir de vie melé à une soif de mort, par espoir, par folie, par raison, comme un papillon attiré par la lumiere, par instinct de suvie latent, par absence de tout désir, par le désir d'atteindre le bonheur, par devotion, par peur de soi-meme, par crainte des autres, par besoin vital d'etre encore utile à quelqu'un, par fierté bafouée, par charité ... par amour, vous-dis-je !

l'amour n'est pas une chose qui s'enferme je le crains, on ne vit pas coincé entre 4 murs. comment etre utile a quelqu'un en etant cloitré? comment etre utile quand on agit par fierté bafouée? comment se racheter en s'enfermant? Mais ce n'est pas une honte de manquer de courage, comment vous blamer? n'ai je pas autrefois fuit mes responsabilités?...

Citation :
ou bien sommes-nous vraiment libre de choisir ?

est ce bien important? ne croyez vous pas qu'il ne sert a rien de se poser ce genre de questions? faites vos choix avec la certitude qu'ils vous conduisent la ou vous voulez aller. dites vous que si vous deviez aller a droite vous irez a droite et que si vous voulez a gauche c'est que vous deviez aller a gauche.

Il est tellement simple de remettre son destin dans les mains d'un autre... mais prendre les rennes de sa vie, etre seul face au destin, voila l'experience la plus grisante qui soit! Lorsque je fus le dernier a tomber de la forteresse, lorsque j'etais seul a la proue du navire, lorsqu'enfin j'eu atteint le sommet de cette montagne... seul face a mon destin. Mais vous tendre enfant vous n'etes pas faites pour vivre seul, pour qui chanteriez vous sinon?

Citation :

votre famille est bien grande aussi
Rhys semble... heureux...
Ils le sont tous les deux semble t'il. J'en suis bien heureux, ils le meritent. Oui c'est une grande famille et jamais je n'aurais espéré en avoir une si grande. Mais je ne l'apprecie pas a sa juste valeur... A peine arrivé et je veux deja repartir...

Citation :
je suis heureuse que vous ayez réussi à trouver et à gagner votre place, votre chemin... Vous vous etes trouvé donc...
Je crois qu'on ne se trouve jamais vraiment... Mais je ne suis pas malheureux de mon sort bien au contraire, cette quete permanente m'a conduit sur les plus beaux sentiers.

Citation :
je ne puis laisser perpetrer les massacres sur des innoscents ! je ne puis laisser se dresser les memes buchers dans le nord que dans ma contrée du sud !
pas de seconde Palmyre, pas de second Beziers, ni Moissac !...
si j'etais ignirante de cela, passe encore.... mais je sais, je sais maintenant !
je ne puis... laisser à l'oeuvre les massacres et la souffrance... le mal... perpetré par les mains de ceux qui se clament de Dieu...
mais ce n'est pas un massacre d'innocents, c'est un peuple entier qui croit son heure arrivé et qui se jettera aveuglement dans une guerre sans strategie. Un peuple qui ne voudra peut etre meme pas de votre aide. Aucune guerre ne se resseble Palmyre ne ressemble pas a Beziers... Vous pensez arreter le mal a vous toute seule? Vous pensez vous dresser contre l'ordre teutonique lui meme proteger par le vatican et l'empereur? n'avez vous pas eu assez de guerre a Césarée? N'avez vous pas goutté a la terrible machine de guerre dans le sud? tirez des lecons de vos erreurs passées car parfois il n'y a rien n'a apprendre d'une defaite, si ce n'est que c'est une defaite.

Citation :
apprenez moi... encore...
si j'ai survecu, c'est aussi grace à vous. je le sais et vous le savez !
et ne prenez pas cet air offusqué lorsque Alba survole vos manoeuvres : oui, c'est moi qui les ragarde. oui, je vous regarde, je regarde ces jeunes gens, et... j'en oublie presque et ma bequille, et mon habit...
ai je encore quelque chose a vous apprendre? Je n'en suis pas sur. Vous avez autant bataillé que moi, vous etes une combattante emerite. Vous avez mené des assauts, des sieges... Comme je vous le disais au debut de notre conversation il arrive un moment ou les mots n'ont plus de poids et ou juste les regards parlent. Vous n'etes en rien comparable a ceux que nous avons a l'ecole, vous etes un chevalier, vous luttez a l'instinct. Prenez ces quelques feuillets... je les ai copié moi meme, ce sont les phrases que disait mon oncle. Ces phrases vous guideront peut etre...

Citation :
le crepuscule vous guette tant donc ?
etes vous lassé de ce monde ?
Ces mondes ailleurs n'ont aucun lien avec le crepuscule, ce sont d'autres mondes, comme celui ci. Ce ne sont pas des reves non plus. Voyez les plutot comme des iles lointaines apres les oceans. Lassé de ce monde? je pense que ce monde reserve encore quelques surprises mais j'ai tout autant ma place ici qu'ailleurs, l'univers n'a pas de barriere. brisez la lumiere et les tenebres, dépassez le crepuscule, les mondes ailleurs sont tellement beaux, ils recelent de tant de tresors, tant de secrets, tant d'exploits et d'aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 22:05

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.

me trouvez-vous donc si ridée que cela Laughing

renoncer à son idéal ne fait pas que rider l'ame : cela ronge l'etre entier...

je n'ai jamais enfreint une seule regle de l'Ordre depuis que j'ai pris le voile en 1213... (hormis ma fuite en 1218 pour Tolosa). mais tous mes engagements et vœux, je les ai respectés... Les sept oeuvres de la misericorde... et les sept oeuvres spirituelles...

Donner à manger à ceux qui ont faim ;
Donner à boire à ceux qui ont soif ;
Exercer l'hospitalité envers les étrangers ;
Donner des vêtements à ceux qui sont nus ;
Prendre soin des malades;
Délivrer les captifs;
Ensevelir les morts.
et
Donner des conseils salutaires à ceux qui en ont besoin ;
Corriger ceux qui manquent ;
Instruire les ignorants ;
Consoler les affligés ;
Pardonner les injures ;
Supporter les peines ;
Prier pour les autres (les morts, les vivants, ceux qui nous persécutent)



et les trois voeux de pauvreté, chasteté et obéissance; voeux simples que j'ai prononcé (= voeux temporaires).
n'est ce pas de quoi étouffer la luxure, l'orgueil, la fierté ?

j'ai désobéi lorsque je fuis Montpellier pour aller à Tolosa; j'en fus punie... par la Providence...

pendant toutes ces années, j'ai fait taire en moi tous les chants à l'exception de ceux de la charité et du pardon, et les chants de guerre de notre pays....

et maintenant... c'est comme si d'anciennes mélodies de printemps et de l'aube se reveillent... en ai-je encore le droit ?....
nous sommes arrivés à Nurenberg au printemps... est-ce un hasard ?

pour qui je chanterai, comme vous dites ?... et surtout, saurai-je encore chanter... autre chose que nos batailles et les pasaumes... autre chose que la mort et l'au-dela...




Le monde complote constamment contre les braves. C’est le combat ancestral - le rugissement de la foule d’un côté - et la voix de votre conscience de l’autre.


et après cela vous osez ne pas soutenir Seigneur Atride et les siens !
comme si leurs croyances de paiens vous en sont en frein .... et ne me servez pas ces histoires de mecenat, je vous prie... Vous avez connu mille combats, milles avenures...et donc mille visages, n'est-ce pas ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 22:37

Citation :
renoncer à son idéal ne fait pas que rider l'ame : cela ronge l'etre entier...

l'oncle n'etait pas du genre a se rider l'ame alors se ronger l'etre... Je pense que meme lorsqu'il a comprit que nous allions le depouiller il ne s'est pas ridé l'ame. Il a sans doute ete decu, tout simplement.

Citation :
et les trois voeux de pauvreté, chasteté et obéissance; voeux simples que j'ai prononcé
n'est ce pas de quoi étouffer la luxure, l'orgueil, la fierté ?

Je ne pense pas qu'on puisse etouffer trop longtemps sa nature... Mais tout ceci n'est pas peché mortel... Sur bien des mondes les pechés n'existent pas, la luxure s'appelle amour, l'orgueil s'appelle ambition et la fierté s'appelle courage. Je ne dis pas que c'est une bonne chose mais ce monde sombre dans l'autochatiment et s’apitoie sur son sort, se sent obligé de passer son temps a genoux... Levez le nez, ouvrez les yeux.

Citation :
j'en fus punie... par la Providence...
idée grotesque! vous avez ete punie parce que comme d'habitude vous n'etes pas attentive quand vous combattez.

Citation :
en ai-je encore le droit ?....
non seulement vous en avez le droit mais vous en avez le devoir. Parce que par vous, la culture du sud doit vivre et la culture ce n'est pas que la chanson guerriere. Vous vous rappelez de cette chose que vous appeliez fin amor? Etes vous prete a voir faner les roses de l'occitanie?

Citation :
pour qui je chanterai, comme vous dites ?... et surtout, saurai-je encore chanter... autre chose
trouvez l'auditoire qui vous convient et chantez autre chose. Ce n'est pas la technique qui vous fera defaut. Mais prenez le temps...

Citation :
et après cela vous osez ne pas soutenir Seigneur Atride et les siens !
comme si leurs croyances de paiens vous en sont en frein .... et ne me servez pas ces histoires de mecenat, je vous prie... Vous avez connu mille combats, milles avenures...et donc mille visages, n'est-ce pas ?

je ne soutiendrais pas Atride et les siens parce que j'ai deja soutenu un peuple comme celui ci. Nous avons lutté pendant 2 ans... Leur peuple a disparu en 2 ans. Parce qu'ils se pensaient condamnés, parce que pour eux le Kali Yuga, la fin des temps etait arrivée. Ils se sont jetés sans peur, avec furie mais sans strategie et ils ont ete massacrés. Et ils etaient fiers d'etre massacrés, fier de mourir l'épée en main. Ce qui attend Atride et les siens ne m'effraie pas, mais lorsque je me bats c'est pour gagner ou meme avoir l'espoir de gagner... leur religion les condamne, ils ne veulent pas en demordre. tant pis.

Leurs croyances, je m'en fiche. Je me fiche des croyances des gens.

Mille visages, milles aventures oui. dont celle de capitaine et de general, je sais obeir aux ordres. Mais je suis revenu sur ce monde pour fonder une université. Une université a besoin de mecenes et de fonds. Il est hors de question de tout mettre par terre pour sauver quelques suicidaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Pouet   Lun 29 Sep - 22:55

Comme il est délicieux de vous entendre disserter sans fin sur la Vie et la Mort, l'Univers...
Smile
On se croirait en plein dans un hémicycle de philosophes antiques. Si, si...
Continuez donc... ne vous arrêtez pas pour moi.
Encore un peu, et je prendrais des notes, pour instruire les disciples sur le grand Art de Vivre.

Rassurez-vous, je vous laisse Guerres et Poésies, Aventures et Dieux. Un tonneau et un jambon me suffisent!
Mais faites moi donc voir votre jambe Ambroise. N'ayez craintes, je n'ai pas soudainement des envies licencieuses (même si... les femmes me fuient autant qu'elles courent après Evrard, vous savez), mais la curiosité me tenaille.
Ceci dit, je pense que le poison est planté bien ailleurs... dans votre cœur? Dans votre âme? Dans votre esprit? Dans celui de votre père, peut-être, qui crie vengeance? Ou de quelques âmes qui demandent réparation ? Ou un nouveau foyer...

Et puis tu sais Cadwallon, la mort est aussi une grande fête. L'annonce nécessaire pour le renouveau. Quand le sang du peuple nourrit la terre, la moisson est bonne. Le sang, mais pas seulement, l'os aussi, sont doués de grandes vertus fertilisantes. Peut-être qu'il en est de même des mythes et des dieux, qui meurent pour nourrir la génération suivante?
De tous ces voyages, peut-on conclure que le monde existe et qu'il est vaste? Ou simplement qu'on peut le déplacer pour le voir?

La lumière et l'obscurité ne sont pas comme le Bien et le Mal. Le Mal n'existe que parce qu'il y a le Bien. Et réciproquement.
L'obscurité n'est qu'un manque de Lumière, un état par défaut mais qui a finalement exactement les mêmes propriétés que l'état éclairé. Et on peut avoir autant de sources lumineuses que l'on souhaite, sur des trajectoire diverses, cosmiques ou rurales. Généralement le Bien a une source assez unique, structurée même.
Et on associe trop le Mal aux ténèbres... qu'elle ineptie. Le crâne de toute personne, même la plus sainte est fort sombre. La nuit est tout aussi nécessaire que le jour.
A bien sur, il est plus aisé de se cacher dans la nuit, pour œuvrer à son aise. Et que s'exposer en pleine lumière est plus dangereux.
Ne cherchons pas à choisir morale ou valeur dans la lumière, le Bien, la nuit ou le Mal. Car ne vous en déplaisent, les Hommes et les Femmes, à l'inverse des dieux, sont libres de faire ce qu'ils veulent. Y compris de courir à leur propre perte.
La Raison n'a pas plus de valeur intrinsèque que la Superstition. C'est juste qu'elle permet plus facilement de tenir son fond de commerce
Revenir en haut Aller en bas
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Lun 29 Sep - 23:09

ah mais tu sais Ancelin je ne dis pas non ni a un tonneau ni a un jambon! Mais si on peut avoir de l'aventure, une cuisse agreable, un tonneau de vin et des saucisses c'est encore mieux!

La mort peut etre une grande fete Ancelin, pour celui qui meurt au milieu de sa famille. Quand la terre se gorge du sang et de la cervelle... eh bien la terre a une memoire et le lieu n'est plus jamais le meme.

quand a l'univers... eh bien oui il est vaste et il est bon de le parcourir! mais je ne suis pas un observateur, je vis les choses de l'interieur pour les comprendre.

Citation :
Car ne vous en déplaisent, les Hommes et les Femmes, à l'inverse des dieux, sont libres de faire ce qu'ils veulent.
voila de bonnes paroles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 11:05

Ancelin a écrit:

Comme il est délicieux de vous entendre disserter sans fin sur la Vie et la Mort, l'Univers...
Smile
Comme il est délicieux de vous entendre faire cet aveux que nos discussions - et nous - vous avaient manqué durant ces 15 années, et votre joie de nous retrouver, ainsi que ces discussions Razz
Mais la décence m’empêche cette fois de chanter sous sous sous votr'balcon, ô Magistère !


Ancelin a écrit:

Mais faites moi donc voir votre jambe Ambroise. N'ayez craintes, je n'ai pas soudainement des envies licencieuses (même si... les femmes me fuient autant qu'elles courent après Evrard, vous savez), mais la curiosité me tenaille.
Ceci dit, je pense que le poison est planté bien ailleurs... dans votre cœur? Dans votre âme? Dans votre esprit? Dans celui de votre père, peut-être, qui crie vengeance? Ou de quelques âmes qui demandent réparation ? Ou un nouveau foyer...
je ne crains nullement de vous dévoiler mon mollet, que vous trouverez moins digne d’intérêt que la cuisse d'une volaille de notre basse cour Laughing

sous les bandages serrés, des feuilles séchées et parfumées de sauge, de vigne et d'autres fleurs, aux vertus assainissantes... quelques graines d’encens...
la peau est blanche, tirant vers une paleur et un aspect plus "cadaverique" le long des deux fines cicatrice verticales, longeant l'os, d'un coté et de l'autre. surement les traces d'un soigneur chirurgien voulant nettoyer une plaie infectée...
vers le milieu, deux entailles sombres, comme transperçant la jambe, comme une morsure. ça suinte un peu... un peu plus si on appuie dessus. une sorte de luiquide melé au sang...


les sorts de creo corpus n'ont aucun effet, Ancelin... J'ai maintes fois essayé...
Crying or Very sad


Ancelin a écrit:

La lumière et l'obscurité ne sont pas comme le Bien et le Mal. Le Mal n'existe que parce qu'il y a le Bien. Et réciproquement.
.....
Et on associe trop le Mal aux ténèbres... qu'elle ineptie. ......
Ne cherchons pas à choisir morale ou valeur dans la lumière, le Bien, la nuit ou le Mal. Car ne vous en déplaisent, les Hommes et les Femmes, à l'inverse des dieux, sont libres de faire ce qu'ils veulent. Y compris de courir à leur propre perte.

L'Amoralité ?

pouvons-nous retourner à l'amoralité originelle ?, cette innocence d'avant la connaissance du Bien et du Mal ?

et vous dites vrai : le Mal et la nuit ne sont pas forcement liés. ce n'est que la crainte qu'en ont les hommes qui transforme dans leurs visions la nuit et ses tenebres en le royaume du mal Wink

De profundis clamavi ad te, Domine, Domine, exaudi vocem meam....
nos chants sont entendus même dans et depuis les ténèbres, depuis la Nuit...

quant à la liberté, et surtout celle que vous dépeignez par le terme "vouloir" permettez-moi, Magister Ancelin, de continuer à en douter.
je ne sais s'il existe des libertés... ou une seule Liberté, celle du Choix que d'accomplir sa destinée et ce qui doit s'accomplir; une volonté qui nous dépasse, dépasse notre entendement, et dont nous ne percevons que des effluves éparpillées, que des bribes de chants...
Nommez-la comme votre coeur vous dicte. je la nomme "Dieu", care c'est le nom qui m'est le plus familier, et que je partage avec d'autres...


Ancelin a écrit:
La Raison n'a pas plus de valeur intrinsèque que la Superstition. C'est juste qu'elle permet plus facilement de tenir son fond de commerce
sublime réalisme ! dénudé pragmatisme ! cheers
j'admire la rhetorique de la Raison : parfois, elle fait accepter à l'esprit ce qui répugne au coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 12:02

Cadwallon a écrit:

Je ne pense pas qu'on puisse etouffer trop longtemps sa nature... Mais tout ceci n'est pas peché mortel... Sur bien des mondes les pechés n'existent pas, la luxure s'appelle amour, l'orgueil s'appelle ambition et la fierté s'appelle courage. ......Levez le nez, ouvrez les yeux.
serez-vous en train de me secouer comme une cape poussiéreuse, pour lui redonner un peu d’éclat ? oui... Je crois que c'est ce que vous faites... vous souffler sur les quelques charbons d'un feu éteint à force de vouloir atteindre la lumière désincarnée, pour voir si une flamme se relève...


Cadwallon a écrit:

Citation :
en ai-je encore le droit ?....
non seulement vous en avez le droit mais vous en avez le devoir. Parce que par vous, la culture du sud doit vivre et la culture ce n'est pas que la chanson guerriere. Vous vous rappelez de cette chose que vous appeliez fin amor? Etes vous prete a voir faner les roses de l'occitanie?
Seigneur!...
Qu'Il vous entende !...

oui, je m'en rappelle... Je me rappelle de nos cours courtoises, du temps de paix, et aussi dues temps des guerre... nous recréions nos jardins fleuris, nos fêtes, entre deux combats, la veille des assauts... oui, nous chantions les nuits entieres...et pas que les chansons guerrières, mais c'est la fin'Amor que nous celebrions, en chaque instant de nos existences... du berceau jusqu'au bûcher...

je me rappelle, l'on me dit ces memes mots, à Carcassonne... et Termes... Tolosa... l'on me disait "chante, Rossignol"... et je chantais...
je chantais l'amour, lorsque nous allions à la mort...


Cadwallon a écrit:

trouvez l'auditoire qui vous convient et chantez autre chose. Ce n'est pas la technique qui vous fera defaut. Mais prenez le temps...

je crois que je dois ré-apprendre à chanter... désapprendre... et re-apprendre...




Cadwallon a écrit:

je ne soutiendrais pas Atride et les siens parce que j'ai deja soutenu un peuple comme celui ci. .......Ce qui attend Atride et les siens ne m'effraie pas, mais lorsque je me bats c'est pour gagner ou meme avoir l'espoir de gagner... leur religion les condamne, ils ne veulent pas en demordre. tant pis.

ne pensez-vous pas que si vous etes à leurs cotés, si nous sommes à leurs cotés, ils verront l'espoir ? vous n'avez rencontré le Seigneur Atride qu'une seule fois, vous ne pouvez juger si promptement du coeur de son peuple...

ont-ils et avons-nous envisagé toutes les possibilités ? le combat, la victoire, ne serait-ce que temporaire, et l'espoir ?...



Cadwallon a écrit:

Mille visages, milles aventures oui. dont celle de capitaine et de general, je sais obeir aux ordres. Mais je suis revenu sur ce monde pour fonder une université. Une université a besoin de mecenes et de fonds. Il est hors de question de tout mettre par terre pour sauver quelques suicidaires.

le feu Doge aurait jubilé de vous entendre parler ainsi.
moi, cela me désole...
je vous prie de ne point me blamer lorsque... enfin... je sais, je ne puis... je m'egare...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 14:13

Citation :
serez-vous en train de me secouer comme une cape poussiéreuse
en effet c'est ce que je fais! La jeunesse semble sombrer dans l'apathie la plus totale...

Citation :
je chantais l'amour, lorsque nous allions à la mort...
l'amour et la mort? voila qui pourrait interesser les penseurs de l'antiquité. A quoi bon chanter la mort et la guerre... cela n'interesse personne, qui a envie d'entendre de telles histoires? Chantez des choses gaies.

Citation :
ne pensez-vous pas que si vous etes à leurs cotés, si nous sommes à leurs cotés, ils verront l'espoir ?
vous etes aveugle Ambroise, vos croyances vous trompes. L'espoir n'existe pas dans leurs ecrits. Les avez vous lu? J'ai lu la copie qui nous a ete confié, pour eux il n'y a que la mort et une fin glorieuse. Le mieux que nous pourrions faire c'est de leur montrer que le ragnarok n'est pas encore arrivé...

Citation :
ont-ils et avons-nous envisagé toutes les possibilités ? le combat, la victoire, ne serait-ce que temporaire, et l'espoir ?
Une victoire temporaire n'est pas une victoire. Je sais tres bien ce que vous etes en train de faire, vous voulez gagner la ou les cathares n'ont pas reussi. Vous employez les memes mots. le simple fait d'evoquer une victoire temporaire vous trahis. La guerre n'est pas question d'espoir ou de hasard, celui qui gagne c'est le plus fort.

Citation :
le feu Doge aurait jubilé de vous entendre parler ainsi.
moi, cela me désole...

*tres en colere*qu'y a t'il de desolant a vouloir fonder quelque chose. Vous avez une fortune personnelle qui vous permette de fonder une université libre? Pensez vous pouvoir vous passer de l'aide de l'empereur et de ses conseillers? Soyez realiste, ouvrez les yeux, le monde ne fonctionne pas selon votre bon vouloir. Traitez vos mecenes n'importe comment, offensez les, faites vous des ennemis puissants et cette ecole ne tardera pas a fermer. Les années ne vous ont pas rendu plus sages helas, la guerre n'a pas calmé vos ardeurs, le couvent ne vous a pas permis de reflechir. Voyez ce que nous avons fait a Césarée et voyez ce qu'il en reste! Le jeu des alliances est un mal necessaire car a moins d'etre soi meme un haut seigneur, on est capable de rien!

*plus calme*La diplomatie vous est elle totalement etrangere? nous sommes les nouveaux sujets d'un empereur qui est assaillit de demandes et de conseils. Nous devons nous rapprocher de Valdemar, nous devons nous rapprocher de l'Empereur et des teutoniques, justement pour influer sur eux. On ne peut pas influencer un peuple etranger en revanche on peut discuter de la clemence a leur octroyer entres gens du meme peuple.

prenez les armes contre les teutoniques et vous deviendrez une rebelle et au vatican et a l'empire, jouez de l'interieur et vous deviendrez une bonne conseillere. Vous pouvez me trouver changé, je le suis. Mais je ne regarde plus vers le passé, il n'y a que l'avenir qui m'interesse et vous devriez en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 15:37

Cadwallon a écrit:

La jeunesse semble sombrer dans l'apathie la plus totale...
......
l'amour et la mort? voila qui pourrait interesser les penseurs de l'antiquité. A quoi bon chanter la mort et la guerre... cela n'interesse personne, qui a envie d'entendre de telles histoires? Chantez des choses gaies.

oh ! vous n'y allez pas de main morte Laughing

mais je chante des "choses gaies" Wink ou plutot, j'en parle à mes quelques estudiants. c'est eux qui les chantent, maintenant.
et je puis vous assurer qu'au printemps, c'est votre Chaire de l'académie militaire qui sera un champs de bataille pour nos "disputatios" Twisted Evil Laughing


Cadwallon a écrit:

vous etes aveugle Ambroise, vos croyances vous trompes. L'espoir n'existe pas dans leurs ecrits. Les avez vous lu? ...... Le mieux que nous pourrions faire c'est de leur montrer que le ragnarok n'est pas encore arrivé...
.......
Une victoire temporaire n'est pas une victoire. ....La guerre n'est pas question d'espoir ou de hasard, celui qui gagne c'est le plus fort.
aucune victoire n'est eternelle ! aucun empire, aucune terre n'est eternelle !
mais on peut avoir un repit... années ou decennies ou siecles ...
mais toute victoire est temporaire... car rien n'est eternel.

oui, enfin, non, je n'ai pas lu ces ecrits, mais les traductions.

je voudrais plus que "lire", je veux les comprendre pleinement, les ressentir, m'en empreigner, les vivre... Ils sont vivants, ces chants !
ce ne sont pas des "ecrits", mais la parole vivante d'un peuple...



Cadwallon a écrit:

*tres en colere*qu'y a t'il de desolant a vouloir fonder quelque chose. ..... Soyez realiste, ouvrez les yeux, ..... Le jeu des alliances est un mal necessaire car a moins d'etre soi meme un haut seigneur, on est capable de rien!
vous l'avez dit, le "jeu" d'alliances ! un jeu !
je ne puis renoncer à mes idéaux, au peu que j'en ai encore, pour le comfort que les chaines des alliances offrent...
c'est au jeu... pour eux c'est aussi un jeu... oui, nos mecenes ont misé sur nous. et ce qu'ils attendent, c'est les gains ! c'est un jeu...


Cadwallon a écrit:

*plus calme*La diplomatie vous est elle totalement etrangere? nous sommes les nouveaux sujets d'un empereur qui est assaillit de demandes et de conseils. Nous devons nous rapprocher de Valdemar, nous devons nous rapprocher de l'Empereur et des teutoniques, justement pour influer sur eux. On ne peut pas influencer un peuple etranger en revanche on peut discuter de la clemence a leur octroyer entres gens du meme peuple.
mon approche n'exclue point la votre !
l'on ne peut influencer ce et ceux que l'on ne connait pas. le fil de la lame est bien mince, mais l'on peut marcher dessus... d'autres l'ont déjà fait... l'on peut, j'en suis certaine, comprendre et jouer le jeu diplomatique, sans pour autant se dévoyer... du moins, c'est ce que je veux croire....


Cadwallon a écrit:

prenez les armes contre les teutoniques et vous deviendrez une rebelle et au vatican et a l'empire, jouez de l'interieur et vous deviendrez une bonne conseillere. Vous pouvez me trouver changé, je le suis. Mais je ne regarde plus vers le passé, il n'y a que l'avenir qui m'interesse et vous devriez en faire autant.
rassurez-vous !

je ne prendrai pas les rames sous mon vrai nom ni visage... je ne voudrai compromettre cette université, ni les espoirs que nous y mettons tous...

mais de toute façon, je ne peux prendre les armes : regardez moi ! Laughing une estropiée ! une infirme...
meme pas un chevalier teutonique, un simple routier aviné suffira à m'abattre; et il nommera cet acte de doux nom de miséricorde... Twisted Evil


Je vais devoir m'absenter quelques mois, une saison tout au plus: je dois me rendre à Memmingen, plus au sud. Il y a là une Commanderie de mon Ordre...
Et je ne me dois pas seulement à mes étudiants, mais aussi à mes feres et soeurs en Christ.
je partirai en automne : les paysages dit-on sont flamboyants en cette saison. et reviendra en hiver...

pendant la durée de mon absence, j'ai recommandé à mes estudiants de se consacrer à l'etude de langues, aux taches de copistes pour la ville et à la composition.
Frere Gautier veillera sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 16:10

Citation :
'est votre Chaire de l'académie militaire qui sera un champs de bataille pour nos "disputatios"
nous ne nous donnons pas en spectacle, a quoi bon parler encore et encore? Ce sont les escholiers qui doivent mener les debats.

Citation :
aucune victoire n'est eternelle ! aucun empire, aucune terre n'est eternelle !
mais on peut avoir un repit... années ou decennies ou siecles ...
mais toute victoire est temporaire... car rien n'est eternel.
allons... allons nous nous relancer dans ces jeux de mots? Vous savez tres bien que ce n'etait pas de cela dont vous parliez. Vous parliez des quelques batailles gagnées des cathares.

Citation :
vous l'avez dit, le "jeu" d'alliances ! un jeu !
je ne puis renoncer à mes idéaux, au peu que j'en ai encore, pour le comfort que les chaines des alliances offrent...
c'est au jeu... pour eux c'est aussi un jeu... oui, nos mecenes ont misé sur nous. et ce qu'ils attendent, c'est les gains ! c'est un jeu...

vous nous mettez tous en danger encore une fois. Mais quelle importance puisqu'il n'y a que vous n'est ce pas? et vos idéaux?

Citation :
mon approche n'exclue point la votre !
bien au contraire! mais quelle importance n'est ce pas puisque vous le ferez de toute facon. Mais cela n'a aucune importance, vous ne ferez que precipiter mon depart.

Citation :
Je vais devoir m'absenter quelques mois, une saison tout au plus: je dois me rendre à Memmingen, plus au sud. Il y a là une Commanderie de mon Ordre...
profitez en donc pour aller voir ce cher seigneur Atride! il pourra vous chanter son histoire, c'est sans doute ce que vous lui avez demandé en reve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 16:21

Ambroise passe l'automne à l'Université.
occupation principale : sa Chaire et les étudiants.

dès le début de l'hivers, Ambroise part à Memmingen, gardant contact avec l'Université grace aux pigeons.
en fevrier, elle revient. reprend le travail. sort de moins en moins, pretextant la fatigue.
la blessure à la jambe s'empire : la progression a repris, lentement.
Ancelin le remarque notamment à des demandes accrues d'opiacés et de calmants...

le printemps se passe sans histoires. toujours le travail acharné pour l'Université.
correspondances fréquentes (mais discrètes) avec les Hospitaliers du Saint Esprit.

Malgré la fin de la période de pénitence, Ambroise n'a pas quitté l'Ordre...

Juin... de nouveaux eleves affluent...

Juillet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 20:52

quelque jours apres la pluie d'or, Ambroise trouve une petite bague gravée des visages de ses 3 enfants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 23:01

Ambroise, tirée à quatre épingles, dans une tenue d'azur, de pourpre et de noir (tous les liserais d'or ont été ternis, les anneaux et broches dorée ont été moirées et teintes de noir...). cheveux noués sous la coiffe serrée sous le menton...

Seigneur Cadwallon, je vous remercie pour cet hommage.

Je...je ... vous remercie.

Mes enfants ont trouvé le chemin. Ils l'ont ouvert pour d'autres. l'ont montré à notre peuple... Ils ont été plus forts que nous, qui n'avions qu'annoncer...

Ils ont suivi ce chemin du Christ, Dieu incarné afin de nous sauver, nous les hommes...
Mes aînés se sont offerts à la Magie, au Souffle et au Mouvement, au Don entier de soi - appelez-le sacrifice, car c'est bien cela - pour sauver notre peuple occitan.

Maintenant, je sais que nulle armée, nul légat ni roi ne pourra vaincre notre peuple. Mes enfants ont offert cette victoire totale et eternelle à l'idéal occitan, l'idéal de la FinAmor.

Vous, Seigneur Rhys et Magistere Ancelin, etes leurs parrains... Acceptez mes condoléances, car votre peine doit etre bien grande. Et accepter ma joie, et ma reconnaissance, car leurs forces et leur courage, c'est aussi dans vos enseignements et votre affection qu'ils l'ont trouvé.

J'ai enfin terminé ce long chant qu'est la Chanson de la Croisade Albigeoise... Je ne puis que laisser aux autres le soin de le completer et de le faire vivre...
Je n'ai plus rien à annoncer aux enfants occitans : tout a été dit, tout a été accompli...

j'aimerai, un jour, si Seigneur m'en donne la force, me presenter en audience devant la Regente Blanche de Castille. et revendiquer le titre, non point les terres, mais seulement le titre de ma lignée : faydit duchesse de Gascogne, pour moi et mes heritiers.
et les castels de Marsans et de Moissac pour mes descendants...


J'ai quitté l'habit de l'Ordre. la Sainte Lumière de Dieu ne me protège plus. Je dois vous avouer que ma blessure progresse. Elle progressait déjà lentement depuis mon départ de Montpellier, de la Maison-mère de l'Ordre du Saint Esprit.
Mais depuis quelques jours, cette gangrène, cette lèpre sombre me gagne, de jour en jour... Veuillez m'en pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
stan

avatar

Messages : 1960
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Boul B posey!!

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mar 30 Sep - 23:14

Le chagrin est grand Ambroise... Mais la vie suit son cour et votre famille est grande... Nous sommes tous la pour vous soutenir dans cette epreuve. Et votre blessure s'aggrave. Nous devrions aller dans la foret noire, je demanderais l'aide des fées, je suis sur qu'avec le savoir d'Ancelin et leurs talents on trouvera une remede.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Te déum   Mar 30 Sep - 23:57

22-07-1227
... soudainement la nuit se fait sur toute l'Université. Au lieu de monter dans le ciel, le soleil disparait et un froid glacial descend.
Ancelin arrive, le regard perdu, titubant à moitié. Sans un mot, il enserre Ambroise de ses bras faibles. Spectral et lugubre.
Un faible reniflement indique qu'il pleure.
Mais quand Ambroise veut le serrer à son tour... elle est seule dans la chappelle fermée. Des larmes de sang tâchent son vêtement bleu.

Un rayon de lumière déchire l'obscurité et vient se planter dans le cloitre de la bibliothèque. Un fracas résonne et le soleil illumine à nouveau le ciel...soulagement après quelques instants de terreur...

Une large pierre plate est apparue dans les parterres du cloitre, lisse et noire. On devine une fine gravure : une mystérieuse inscription (alphabet non latin) qui entoure une licorne fougueuse. Dans la série de caractères énigmatiques, on reconnait trois séries de caractères grecs anciens, trois prénoms familiers gravés d'une plume d'or sur une dalle de basalte sortie droit des enfers...

Ancelin n'est pas visible de la journée, catatonique.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Charlotte

avatar

Messages : 1843
Date d'inscription : 15/09/2008
Localisation : NY ou CLUB DE L'ABSYNTHE

MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   Mer 1 Oct - 19:09

(plusieurs jours après le 22/07)

Magistere Ancelin...

C'est une belle gravure... et que signifient ces signes ?

comprenez, que celui qui combat à l'épée, doit etre pret à périr par l'épée. ... enfin... Il n'y rien à comprendre... Seulement, le destin. ou la providence...
nous sommes des Mages ! le Crépuscule nous guette tous, et la magie puise en nous, peu à peu, meme si nous ne nous en apercevons pas.
l'on peut aussi s'offrir à la Magie, pour une cause superieur, un idéal...
oui, je sais, quoique je puisse dire maintenant, cela n'a plus d'importance. les mots sont inutiles...

rien ni personne en ce monde n'est eternel... seules les legendes le sont... et encore...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/rosesetsronces/home
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussions dans le Jardin Secret. Université de Nuremberg.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jardin secret
» attirer des animaux sauvages dans son jardin
» L'étang à poissons [Dans le jardin fermier et aquatique]
» Une nouvelle patate dans le jardin de terra !
» Secret du monde Illuminati

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epiphanie :: Général :: Ars Magica-
Sauter vers: